Harry Potter RPG
 

Partagez
 

 [Lara] Comment te dire adieu ?

Aller en bas 
AuteurMessage
William Lamb
Moldu
William Lamb

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeLun 18 Fév - 23:09

Comment te dire adieu ?
Juste une mise au point et rien qu’une mise au point, pour lui dire quoi ? Là était tout le problème. Depuis cette fameuse balade en plein cœur de la forêt, il ne l’avait plus revue. Elle s’était comme volatilisée tout en laissant la marque de son passage ici et là. D’abord à l’hôpital où elle avait laissé une seule et unique rose sur sa table de chevet, puis au bar de Naya, où elle allait et venait en sachant pertinemment qu’il était son refuge à lui.
Il ignorait quoi ressentir à son propos. Ils avaient rompu depuis presque deux mois maintenant, à sa demande. William s’était senti étouffé, perdu dans sa passion ; cette passion loin d’être égale à l’amour qu’il avait porté et portait encore à Amélia. Pourtant, force était de constater que Lara était devenue, par la force des choses, un refuge pour lui. Contradictoire, oui, la situation l’était. Il voulait la fuir autant qu’elle le rassurait. Son silence des dernières semaines l’avait inquiété, tant il ne lui ressemblait pas. Elle s’était montrée si conciliante, si douce. Qu’en était-il aujourd’hui ? William avait beau y réfléchir, il ne voulait plus de ce placebo qu’elle avait été un an durant. Il avait simplement besoin de réponses. Où était-elle le soir de son attaque ? Avait-elle été attaquée, elle aussi ? Gardait-elle des séquelles ? Comment aurait-il pu savoir qu’elle était à l’origine de tout ce traquenard ?

22 janvier 1997, jour de pleine lune. William avait pris rendez-vous avec le Dr Thempson, mais hésitait encore à s’y rendre. Il se sentait irascible en ce jour grisâtre, tant et si bien qu’il n’était resté ouvert que le temps d’une matinée. Même les jouets n’avait pas apaisé son humeur. L’idée de confronter Lara lui trottait dans la tête depuis sa dernière discussion avec Naya. Peut-être qu’en la voyant, il serait également fixé sur son propre compte. Mais qu’allait-il lui dire ? Comment pouvait-il se présenter à elle, lui qui avait chéri et consumé son corps nu, un an durant ? Finalement, il valait mieux consulter le psychologue et hypnothérapeute après sa discussion avec son ancienne amante. Histoire de ne pas ressasser, histoire de comprendre à vif ce qu’il se passait dans sa tête. Ses cauchemars n’en finissaient plus d’être. Il se voyait clairement bête, désormais, sans en comprendre la signification bien sûr. Ces dernières nuits, le sang avait dégouliné de ses babines et la colère n’avait cessé d’empoisonner son cœur, comme une vieille amie.

Il ne savait pas où la trouver. C’était généralement elle qui le trouvait en premier. Il ferma sa boutique alors que Big ben sonnait quinze heures. Trois heures, c’était le nombre d’heures qu’il avait passé à cogiter dans son atelier. Ses pieds le guidèrent au seul endroit où il pouvait commencer ses investigations : au Zoo et bar club de Naya, en priant pour que cette dernière ne travaille pas encore. Il n’était pas prêt à supporter son regard inquiet et compatissant, car William se préparait à une guerre silencieuse, une confrontation plus que désagréable.
Dix-sept minutes plus tard, il poussait la porte du club et la cherchait du regard. Etrangement, il savait qu’elle était présente. L’odeur qu’il percevait ne mentait pas. Pourquoi percevait-il aussi bien son parfum ? Une fois encore il l’ignorait. D’un pas décidé, le moldu gagna un des coins reculés du bar, là où sur un siège, une femme se tenait dos à lui. Même de dos, il arrivait à ressentir la suprématie de son aura.

- Lara, dit-il d’une voix mi-calme, mi-froide, en venant prendre place face à elle.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   


Dernière édition par William Lamb le Lun 4 Mar - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara Macbeth
Psycopathe
Lara Macbeth

Localisation : Ici ou ailleurs.
Emploi/loisirs : Voleuse de banque à mi-temps.

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeMar 19 Fév - 1:46

 
Comment te dire adieu ?

Passion et amour allaient souvent de pairs. Mais il semblerait que le seul homme que Lara ait choisi n'était pas parvenu à concilier les deux. Une femme pour la passion, l’autre pour l’amour. Pourtant, elle avait tout mis en œuvre pour retirer Amélia de la vie de William. Mais celui-ci avait persisté et n’avait pas eu l’air de se rendre compte qu’il avait laissé de côté, la plus dangereuses des deux. Lara Macbeth était une femme qui vivait au gré de ses envies. Elle voulait quelque chose ? Elle l’avait. Elle souhaitait quelqu’un ? Il était sien. Et William Lamb était définitivement sien. Possessive, elle savait ce qui lui appartenait et était prête à tout pour garder ce qu’elle était parvenue à acquérir.  

Ainsi, après avoir osé rompre avec elle, Lara lui avait demandé une dernière balade. Mais celle-ci avait marqué un tournant considérable dans la vie de son petit moldu. Pour qu’il soit pleinement à elle, elle l’avait mordu et était devenue en quelques minutes sa créatrice. Puis elle était partie comme il lui avait demandé et l’avait laissé se gérer seul. Après tout, ils avaient rompu n’est-ce pas ? Malgré cela, elle n’avait pas pu se résigner à l’abandonner complètement. Son louveteau avait encore tant à apprendre de cette nouvelle vie et elle le surveillait de près sans jamais intervenir. De l’air il avait voulu, elle avait respecté sa demande. Puis vint le soir de l’attaque. Lara était arrivée trop tard et lorsqu’elle avait découvert tout ce sang, elle avait simplement observé. Elle avait enjambé ces corps sans la moindre compassion pour aller le retrouver, allongé sur le sol. Elle avait passé le bout de ses ongles sur ce torse nu dont elle connaissait les formes par cœur. Puis afin de le protéger, elle avait pris l’initiative de l’emmener à l’hôpital. Là, sur son chevet, elle y avait déposé une simple rose. Rouge pour la passion. Elle savait qu’il n’aurait aucun mal à deviner que cela venait d’elle. Un message. Par la suite, elle avait fini par se rendre dans son bar préféré sans jamais le mentionner à son amie Naya. De quoi susciter des questions. Car Lara n’était pas dupe et savait qu’elle lui répéterait tout. Il finirait par venir, elle en était persuadée.

En milieu d’après-midi, Lara s’était une nouvelle fois rendue dans ce fameux bar. Elle s’était installée dans un recoin de celui-ci. Aujourd’hui il était temps qu’elle le retrouve alors, elle avait attendu qu’il pointe le bout de son nez. Elle savait qu’il viendrait. Elle connaissait ses petites habitudes et il était temps pour elle de sortir de l’ombre. Confortablement assise, elle avait entre les mains un verre de vin. Le plus coûteux évidemment. Parfaitement préparée, le rouge à lèvres préféré de William sur ses lèvres, son parfum absolument délicieux, elle l’attendit patiemment. Si Lara possédait une qualité, c’était bien celle-ci. Il n’existait certainement pas de personnes plus patientes qu’elle. Puis la porte s’ouvrit et son odeur enivrante parvint jusqu’à ses narines. Il était bien là. Un sourire au coin de ses lèvres, elle ne se leva pas pour autant. Et enfin, le doux son de sa voix résonna derrière elle, prononçant seulement son nom. Elle le suivit des yeux lorsqu’il vint prendre place face à elle puis, après avoir trempé le bout de ses lèvres dans son vin, elle l’observa. Elle savait d’avance qu’il voudrait des explications. Feintant tout de même le fait qu’il ne se passait absolument rien, elle répondit simplement, sur un ton faussement surpris.

- Je t’ai entendu tant de fois prononcer mon nom mais jamais avec cette légère froideur.

Une énième allusion comme elle aimait les faire. Bien placée. Elle ne prononça rien de plus et laissa ses yeux verts analyser son visage. Son éternel sourire en coin était là, ne la quittant jamais. Il était son fidèle compagnon. William paraissait un brin nerveux ce qui dans le fond l'amusait. Qu'allait-il bien pouvoir lui dire après leur séparation ? Elle était curieuse de voir comment il allait s'y prendre.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


I can resist everything except temptation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
William Lamb

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeMar 19 Fév - 9:55

Comment te dire adieu ?
- Ne joue pas à cela avec moi, répliqua-t-il sur le même ton.

Il n'aimait pas la voir là, dans le bar club de Naya. Son instinct lui disait que ce n'était pas bon, que c'était même dangereux pour Naya. Heureusement, un léger coup d'oeil au bar le rassura sur l'absence de la Brésilienne. Au moins n'assistera-t-elle pas à la scène qui allait suivre.
Les effluves que dégageait le parfum de son ancienne amante le perturbaient, jusqu'à lui picoter les narines et lui donner le tournis. Sa beauté ne semblait jamais se faner, elle était toujours aussi belle que la première qu'il l'avait vue, franchissant sa boutique. Ses traits suintaient le calme et l'amusement. Lara paraissait toujours amusée, pour une raison qu'il ne s'expliquait pas. Affronter son regard perçant et enjôleur était aussi difficile qu'il se l'était imaginé. Heureusement, la colère, qui ne s'arrêtait pas de croître en lui, l'immunisait, ou presque. Car William se sentait affreusement tendu. Depuis hier soir, son corps ne cessait de trembler, ou plutôt de vibrer, comme s'il était sur le point d'exploser. Il ressentait une envie folle de se bagarrer. L'espace d'un court et infime instant, il s'imagina resserrer ses doigts autour du cou fin et délicat de la femme devant lui. Rien que pour lui faire perdre son sourire et qu'elle lui réponde enfin. Mais c'était excessif, beaucoup trop excessif. Jamais il n'aurait voulu lui faire du mal et pourtant, parfois il se demandait si Lara n'attendait pas que cela.

- Où étais-tu ? finit-il par demander d'une voix légèrement rauque. Pourquoi viens-tu ici ?

A plusieurs reprises, durant leur relation sulfureuse, il avait remarqué combien elle pouvait se sentir mal à l'aise dans les endroits fermés, comme si elle s'y sentait oppressée et piégée. Il n'y avait que dans son appartement à lui qu'elle ne semblait pas en ressentir les effets, étrangement ...

- Tu me dois des réponses Lara.


Il ne précisa cependant pas lesquelles, car lui-même ignorait quelles réponses il pouvait lui réclamer exactement. Ses yeux se posèrent alors sur la coupe de vin. La robe de celui-ci était d'un rouge pourpre, enivrant. Un flash revint alors à son esprit. Ce rouge, presque noir, il l'avait déjà vu lorsqu'il s'en était pris à ...
"Un rêve William", se sermonna-t-il. "Tout ceci n'était qu'un fichu cauchemar de plus". Sauf que ses phalanges s'étaient recroquevillées sur elle-même. Soudain, il avait l'impression d'avoir quelque chose coincée dans ses dents, comme souvent ces dernières nuits, avant de se rendre compte, à chacun de ses réveils, qu'il mordait sa propre joue.

- Que s'est-il passé le soir de notre dernière balade quand tu as disparu ? ajouta-t-il en cherchant à se maîtriser.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara Macbeth
Psycopathe
Lara Macbeth

Localisation : Ici ou ailleurs.
Emploi/loisirs : Voleuse de banque à mi-temps.

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeJeu 21 Fév - 17:16

 
Comment te dire adieu ?

- Je croyais que tu aimais jouer pourtant.

Le sourire en coin de Lara s’agrandit un peu plus. Assise, elle ne cessait de l’observer, tout en continuant de prendre quelques gorgées de ce délicieux vin. Lara parvenait à percevoir quelques-unes de ces émotions. Il était dérangé qu’elle soit là, bien. C’était le but. La voir sur l’un de ses territoires devait susciter beaucoup de questions en lui. Y répondrait-elle ? A voir. Tout dépendait de son envie et de son humeur. Elle remarquait combien son petit William pouvait se sentir ébranlable devant la beauté qu’elle pouvait dégager. A sentir ce parfum qui l’avait fait tant de fois chavirer. Mais aujourd’hui n’était pas comme les autres jours car elle sentait un brin de colère en lui. Oh, c’était compréhensible. Et elle n’imaginait pas à quel point il le serait lorsqu’il apprendrait ce qu’il était devenu. Elle le visualisait déjà à l’avance avec ses traits crispés, ses yeux plissés, sa veine qui cognait dans son cou, ses poings serrés. Qu’est-ce qu’il serait sexy pensa-t-elle. Rien qu’à l’imaginer dans son esprit, elle s’en mordit l’intérieur de sa joue. Néanmoins, Lara se doutait très bien que cette colère, dirigée probablement envers elle, provenait de sa transformation. Il avait les nerfs à vifs, souhaitait écraser tout le monde et cela lui rappela sa propre transformation. Une période qui pouvait soit être bénéfique ou non. Cela dépendait des personnes. La concernant, elle en avait d’abord souffert. Agonisante, elle crut qu’elle perdait la vie. Mais par la suite, après que la douleur soit passée, elle en avait profité pour faire absolument tout ce qu’elle voulait. Elle avait dominé d’autres loups et s’était très bien adaptée à sa nouvelle condition. Pour rien au monde elle souhaiterait redevenir une simple humaine.
A la soudaine question de William, Lara fit exprès de froncer légèrement ses sourcils et de luj jeter un regard légèrement interloqué.

- Où étais-je ? Partout. Allons, dois-je te rappeler que tu as rompu avec moi ? Cela ne te regarde pas très cher.

Jouer au jeu de l’ex-petite amie blessée et innocente, elle savait y faire. Retourner la situation de sorte à ce qu’il se sente coupable de l’avoir quitté aussi. Lorsqu’il lui donna un ordre, il arqua un sourcil. Habituellement, ce n’était pas lui qui le faisait.

- Vraiment ? Et dis-moi William, dit-elle se penchant afin de rapprocher son visage du sien. Quelles réponses ?

Elle se replaça correctement puis remarqua sa réaction lorsqu’il posa ses yeux sur son vin. Elle reprit alors son air amusé, surtout à la vue de ses phalanges recroquevillées. Alors elle reprit.

- Quelque chose te gêne mon chou ?

Elle cherchait à le déstabiliser. Pourquoi ? Elle ne le savait pas. Une simple envie de jouer comme elle le faisait habituellement. Sa dernière question parvint soudainement jusqu’à ses oreilles et évidemment, Lara avait prévu son coup. Depuis le départ, elle savait qu’il chercherait à savoir ce qu’il s’était passé. Tranquillement et prenant son temps, elle tourna un peu son vin dans son verre, juste pour lui. Elle l’apporta à sa bouche et le termina, léchant ensuite sa lèvre inférieure tout en plongeant ses yeux dans les siens.

- Je devrais être vexée que tu ne te souviennes pas. Mais soit, tu es un homme après tout. Cela ne m’étonne donc pas.

Elle restait d’abord évasive pour le faire douter. Qu’est-ce qu’elle appréciait de le voir ainsi. Puis afin de faire perdurer son petit jeu, Lara lui posa à son tour une question, juste pour son ego.

- Et toi William, qu’as-tu fait après notre rupture ? As-tu pensé à moi ?
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


I can resist everything except temptation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
William Lamb

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeLun 25 Fév - 22:08

Comment te dire adieu ?
Quel toupet ! Elle se payait royalement sa tête ! Les yeux du moldu roulèrent dans leurs orbites. Evidemment qu’elle ne comptait pas lui répondre ! Evidemment qu’elle comptait jouer avec ses nerfs. C’était elle tout craché, totalement indisciplinée et insolente jusqu’au bout des ongles.

- Arrête.

Il ne comptait pas culpabiliser. Au contraire, il avait choisi de rompre pour leur bien à tous les deux. Il s’était suffisamment servi d’elle pour oublier Amelia, et il ne pouvait clairement plus le supporter. Lara, malgré son caractère agaçant, méritait bien mieux que lui. William estimait n’avoir que de l’affection à lui donner et rien de plus, aussi se contenta-t-il de soupirer davantage pour toute réponse.
Sous un angle naïf, il avait imaginé cette scène à de nombreuses reprises : lui la questionnant au comble du désespoir ; elle lui donnant enfin les réponses qu’il cherchait, simplement. Sauf que rien n’était jamais simple avec cette femme. Jamais ! Diable dans quel merdier s’était-il encore foutu ?! Le louveteau ferma finalement les yeux et se pinça l’arête du nez.

- Est-ce que pour une fois tu pourrais rendre les choses simples, bon sang ?! Tes enfantillages sont vraiment ridicules, t’en rends-tu seulement compte, Lara ?


Un problème ? Bien sûr qu’il en avait un ! Et celui-ci continuait de grossir de seconde en seconde. William s’arracha alors de sa banquette et vint s’installer près d’elle. Oubliant ses bonnes manières et résolutions, il lui prit brutalement le poignet et l’aplatit sur la table, non sans un regard derrière eux pour être certain de ne pas être épiés. Il avait suffisamment d’ennuis pour le moment pour ne pas s’en rajouter !

- Je me moque que ton ego soit blessé, persifla-t-il entre ses dents les mains tremblantes de fureur. Ce manège, TON manège, ne peut plus durer ! Je ne supporte plus tes petits jeux ! Je veux que tu me répondes, tu entends ?! Que – s’est-il – passé – cette – nuit – là ?! Est-ce que tu avais tout prévu ?

La question l’étonna lui-même. Elle lui était venue spontanément. Mais maintenant qu’il y réfléchissait, elle ne lui paraissait pas absurde du tout. Lara, avec ses grands airs, avait forcément quelque chose à voir avec tout ce bordel. Et quitte à jouer les paranos …

- Tu as voulu te venger, n’est-ce pas ?

Cela sonnait étonnamment vrai. Ce qui ne fit qu’accentuer ses mauvais instincts.

- Il ne t’est pas venu à l’idée une seule seconde que tout ceci était pour notre bien à tous les deux ?!

Il resserra sa poigne autour de sa peau. Les femmes ne lui faisaient décidément aucun cadeau. Il en avait plus qu’assez ! Un râle fit vibrer sa gorge.
Tout à coup, William prit conscience du pouls battant sous sa main. Précipitamment, il lâcha la femme qui avait de longs mois partagé sa couche. Si maintenant il s’en prenait à des femmes, c’était qu’il avait touché le fond, irrémédiablement. Blasé et écoeuré par son propre comportement, le jeune homme n’osa même pas la regarder et se releva. Il avait eu une mauvaise idée en venant ici. Il commença à partir et revint sur ses pas, soudainement pris d’un doute.

- Reste éloignée de Naya et de ce club. Je ne sais pas ce que tu fous ici, mais ce n’est clairement pas un lieu dont tu raffoles, alors fous-leur la paix !

Et sans attendre de réponse, il partit du club. Devant les portes de ce dernier, il s’arrêta, comme pour reprendre son souffle. Son cœur battait incroyablement vite et les tremblements s’intensifiaient. Il avait l’étrange sentiment d’avoir quelque chose de monstrueux en lui, quelque chose qui voulait sortir à tout prix et déchirer tout ce qu’il trouvait sous sa main. Des gouttes de sueur perlaient même de son front. Fou de colère, il frappa alors dans un lampadaire pour se calmer. Un geste fou et nullement suffisant… Naturellement, elle n’avait rien manqué de la scène ! Foutue louve !

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara Macbeth
Psycopathe
Lara Macbeth

Localisation : Ici ou ailleurs.
Emploi/loisirs : Voleuse de banque à mi-temps.

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeVen 1 Mar - 16:33

 
Comment te dire adieu ?

Arrête avait-il dit encore une fois. Mais comprendrait-il qu’elle n’arrêterait jamais ? Lui comme un autre ne la changerait pas. Elle faisait ce qu’elle voulait quand elle le voulait. Elle jouait avec qui elle le souhaitait et donnait des réponses que lorsqu’elle l’avait décidé. Cependant, elle n’en dit rien et se contenta de le regarder avec cette colère grandissante. Ce William-là, elle ne l’avait jamais connu. Depuis quand avait-il tant de rancœurs envers elle ? Qu’avait-elle bien pu faire de mal ? Mis à part l’avoir transformé en loup et ne plus lui avoir donné de nouvelles ensuite, avoir oublietté le pseudo amour de sa vie et l’avoir étouffé avec sa possessivité ? Franchement, pas grand-chose. Ce n’était que des broutilles. Puis vint le moment où il mentionna le mot « enfantillage ». Alors là, elle releva le regard sur lui, le fixant les lèvres pincées.

- Mes enfantillages ? William ! Te rends-tu seulement compte que tu romps avec moi, tu reviens ici me déranger avec mon verre de vin et que tu oses me reprocher ne plus t’avoir donné de nouvelles ? Ou m’accuser de choses étranges. Allons, réfléchis un peu. Et oses me dire encore une fois que c’est moi qui fais des enfantillages.


Elle n’était pas dupe et savait pertinemment que sa colère était dû sa nouvelle condition de loup. Puis soudainement, il vint s’installer auprès d’elle et plaqua son poignet contre la table. Elle le regarda avec un calme déconcertant et écouta ce qu’il avait à dire. Au final, il lui demanda si c’était elle qui avait tout prévu. Jamais Lara n’aurait pensé qu’il aurait été capable de penser ça d’elle seulement, encore une fois, elle garda le silence car il avait raison. Tout était de sa faute mais il était loin de se douter à quel point. Et elle savait également que sa colère ne cesserait d’augmenter une fois qu’il saurait toute la vérité. Mais Lara pensait qu’il finirait par la remercier. Parce-qu’elle lui avait offert une nouvelle vie de liberté. Il serait lié avec elle à jamais et c’était tout ce qu’elle avait décidé de retenir. C’était tout ce qui comptait à ses yeux. Elle se ferait patiente et au bout de quelques temps, il la pardonnerait parce-que malgré tout, elle était consciente d’avoir une place spéciale dans la vie de William. Du moins, c’était ce que Lara pensait. Avait-elle tout faux ? Non, c’était impossible. Elle n’avait jamais faux. Il mentionna soudainement la vengeance, ce qui la fit sourire doucement. Après quelques secondes de silence, elle finit par répondre.

- Et dire qu’habituellement c’est moi qui te plaquais contre quelque chose. De quoi parles-tu William ? De vengeance ? Me venger de quoi ? Que tu m’ais abandonné lâchement parce-que tu n’as pas été capable de m’aimer pour qui j’étais ? Serais-tu rassuré que j’acquiesce tes paroles paranoïaques ? Cela t’empêcherait de te poser des tas de questions même si ce n’est pas le cas ?

Et lorsqu’il avoua que c’était pour leur bien à tous les deux, elle fronça les sourcils. Elle sentit sa poigne se resserrer autour de sa peau et observa leurs deux mains. Se rabaisserait-il à l’agresser ? Non, elle n’y croyait pas. L’effet de la future pleine lune faisait son effet. Elle était proche et cela rappelait à Lara ses anciens comportements agressifs. Elle ne pouvait que compatir. Au fil du temps, il parviendrait à se contrôler.

- Et qu’en sais-tu que c’était quelque chose de bien pour moi, William ? Il me semble que tu n’es pas dans mon esprit et que tu ignores ce dont j’ai besoin, avoua-t-elle avant qu’il ne se lève.

Elle l’observa s’enfuir puis revenir pour lui donner un nouvel ordre auquel elle ne répondit pas. Tout simplement parce-qu’elle était libre de se rendre où elle le souhaitait, que cela plaise à monsieur ou non. Ses yeux suivirent ses mouvements jusqu’à l’extérieur où elle le vit frapper contre un lampadaire. Un sourire en coin prit place sur ses lèvres. Lara finit par se lever et à son tour, elle sortit du bar. Derrière lui, elle glissa ses mains sur ses épaules qu’elle massa un instant.

- Allons, allons, tu as besoin d’évacuer toute cette colère en toi.


Elle glissa ses doigts dans sa nuque et dans ses cheveux avant de les retirer puis se pencher près de son oreille. Là, elle susurra.

- J’ai déjà vécu ce sentiment de colère incontrôlable. Passe cette soirée avec moi et je te fais la promesse de te donner quelques réponses demain, sur ce qu'il s'est passé. Mais seulement si tu me rejoins à l’endroit de notre dernière ballade. Tu as besoin de moi William. Laisse-moi calmer tes démons en attendant.

Evidemment qu’elle profitait de cette situation pour pouvoir passer du temps avec lui. Elle ne mentait pas lorsqu’elle disait qu’il avait besoin d’elle. Elle lui donnerait probablement quelques indices s’il acceptait. Une réponse claire ? Elle ne savait pas. Il fallait encore qu’elle y réfléchisse. Et si elle le faisait, elle voulait profiter d’une dernière soirée normale avant que sa haine envers elle ne cesse de grandir. Elle finit par le contourner et se placer face à lui où là, elle l’observa avec son regard de louve absolument craquant et auquel il n’avait jamais pu résister. Elle se risqua à venir poser l’une de ses mains sur sa joue, comme pour tenter de le détendre et se rapprocha un peu.

- Acceptes-tu William, de rester avec moi ? Te sens-tu capable de mettre cette colère de côté pour.... Moi ?
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


I can resist everything except temptation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
William Lamb

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeJeu 7 Mar - 17:42

Comment te dire adieu ?
Sous ses mains, il se détendit un bref instant, blasé et surtout épuisé par ce non-sens qu’était devenue sa vie. William n’était pas du genre à se morfondre. Il avait toujours vu la vie de la meilleure des manières. Il aimait la vie, plus qu’il n’aurait su l’exprimer. Tout lui souriait, ou plutôt tout lui avait souri jusqu’au départ soudain d’Amelia. Après ça, il n’avait plus goûté qu’à des bonheurs des plus éphémères, à la saveur parfois de cendres. Lara lui avait offert une bouffée d’air et celui-ci, sous l’impact du temps, était devenu si insipide qu’il ne pouvait plus le respirer. Par conséquent, à peine ses muscles s’étaient-ils détendus, que la seconde suivante, ils se crispaient de nouveau. Elle jouait. Il était en pleine détresse, et elle jouait. Comment ne pas être fou de rage ? Un frisson désagréable s’empara de lui et un long soupir se faufila loin de ses lèvres.

- Je ne veux pas d’une dernière balade, Lara. J’en ai fini avec tes dernières balades, est-ce que tu veux bien enfin le comprendre ? Je veux des réponses, et puisque tu n’es pas capable de me les donner, je n’ai plus rien à faire avec toi.


Il se tourna soudainement vers elle, le regard noir. Comment osait-elle parler de ses démons comme s’il était malade ?

- Alors commence par me foutre la paix !

Violent. Peut-être trop. Elle vint face à lui, le forçant à se tourner de nouveau et plongea dans ses grands iris envoûtants. En d’autres circonstances, il aurait été plus doux, probablement aurait-il cédé, après un énième verre d’alcool. Là, il ne pouvait tout simplement pas. Nonobstant, il prit le temps, cette fois de choisir ses mots. Attrapant ses deux mains pour ne plus être touché ni même effleuré, il reprit d’une voix plus posée, comme s’il s’adressait à un enfant :

- Non, Lara, je ne veux pas rester avec toi. Je ne veux pas me laisser attendrir, je ne veux pas te laisser m’emmener Dieu sait où. Je t’ai dit ce que je voulais et tu es incapable, apparemment, de me le donner. Je refuse que tu subisses ma colère. Je pourrais te faire du mal et ce n’est absolument pas ce que j’ai envie de faire. Pourquoi compliques-tu toujours tout ?

Nouveau soupir. Intérieurement il se débattait avec ses instincts. Comment la protéger quand elle l’excédait ? Elle voulait calmer sa colère ? Et comment s’y prendrait-elle au juste ? Et surtout pourquoi maintenant, pourquoi attendre qu’il fasse ce foutu pas vers elle ? Si elle avait voulu l’aider, lui venir en elle, ne se serait-elle pas pointée plus tôt ? Il ne pouvait que lui en vouloir, à la limite de l’irrémédiable. L’idée d’une nouvelle balade l’importunait cruellement. William estimait avoir eu sa dose de compromis.

- Je te laisse dix minutes, dix minutes pour me répondre. Si tu ne le fais pas Lara, je m’en irai et je ferai en sorte que tu ne t’approches plus de moi, de près comme de loin.

Sous la colère, il alla même jusqu’à penser à une mesure d’éloignement. Edan était capable de lui dégoter ça, non ?  

- Parle maintenant.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara Macbeth
Psycopathe
Lara Macbeth

Localisation : Ici ou ailleurs.
Emploi/loisirs : Voleuse de banque à mi-temps.

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeMar 7 Mai - 17:18

 
Comment te dire adieu ?


Des refus, toujours des refus. Têtu comme une mule, voilà ce qu'il était. Il n'écoutait rien, n'en faisait qu'à sa tête et refusait la compagnie de Lara. Cependant, il ne semblait pas comprendre qu'il avait besoin d'elle plus que jamais. Elle était la seule à pouvoir l'aider concernant sa nouvelle condition qu'il ignorait encore. Lara finit par retirer ses mains de ses épaules et ses muscles se tendirent un peu tandis-qu'elle pinçait une nouvelle fois les lèvres. Il l'agaçait à vrai dire. Personne ne lui donnait des ordres, personne n'en avait pas le droit et pas même William. Il ne voulait pas de dernière ballade ? Très bien. Pourtant, s'il avait accepté, elle lui aurait tout montré, absolument tout. Tant pis pour lui, il n'avait qu'à faire le bon choix. Elle resta silencieuse contre toute attente, ne répondant à aucune de ses agressions. Puis vint le moment où il attrapa ses mains et qu'il s'adressa à elle comme une enfant. Lara sentait ses nerfs se crisper. Elle était loin d'être une gosse et il le savait. Cependant, elle le laissa faire, toujours sans rien dire. Elle se rendait compte qu'elle avait perdu son William pour de bon. Pour l'instant du moins car Lara restait Lara et elle ferait tout pour obtenir ce qu'elle voulait. Personne ne lui échappait si elle n'en avait pas décidé ainsi.

Alors qu'elle allait s'apprêter à finalement répondre, ses lèvres se refermèrent lorsqu'il lui posa un ultimatum. Elle l'insulta dans son esprit. S'il y avait bien une chose à ne jamais faire avec la louve, c'était de lui imposer un ultimatum. Alors d'un geste vif, elle retira ses mains des siennes et le fixa avec ses iris noirs. Elle aurait pu utiliser la magie, le forcer à l'accompagner, lui lancer un impero mais elle n'en fit rien. Elle n'en avait pas envie. William venait à ses yeux de se condamner et il resterait dans l'ignorance à moins qu'il ne lui demande plus gentiment et qu'il se reprenne. Elle refusait d'être son punching-ball.

- Mon pauvre William, dit-elle cette fois-ci avec dédain. Tu ne sais rien. Tu ignores même comment faire. Si tu penses que moi, je vais te dire quelque chose à cause de tes pseudos menaces, tu te mets le doigt dans l'oeil. Je ne suis pas une enfant et comme je te l'ai déjà assez répété, personne ne me fait des ultimatum. La relation qu'on a eu ne t'en donne certainement pas le droit. Alors voici comment les choses vont se passer et tu vas bien écouter.

Elle s'approcha dans le but de siffler quelques mots près de son visage.

- Lorsque tu me traiteras avec respect et que tu me demanderas gentiment ou même, que tu accepteras réellement de savoir ce qu'il t'arrive sans me menacer ou m'agresser, tu viendras me rejoindre dans la chambre d'hôtel où on a passé le plus clair de notre et on ira dans une forêt. Je ne te dirai rien ailleurs. C'est compris ? Et après ça, puisque c'est ton souhait, tu pourras me dire adieu.

Excédée, elle était bel et bien sérieuse. Il faisait comme elle le voulait ou il n'aurait plus jamais de nouvelles de sa part. Du moins, elle le pensait sous sa soudaine colère. Il se débrouillerait et n'aurait aucune aide. Elle finit par reprendre.

- Fais comme tu veux William. Reste loin si ça te chante. Mais si tu le fais, ne reviens surtout pas m'accuser de quoi que ce soit quand tu auras perdu tout contrôle. Je t'ai proposé mon aide, tu l'as refusé. Fais tes propres choix mais sache une chose très cher, si tu fais les mauvais, tu ne sauras rien sur ce qu'il s'est passé.

Elle finit par se retourner et commença à partir, ne lui laissant même pas le temps de répondre. Il voulait faire selon ses propres règles mais dans cette situation-là, il ne le pouvait guère. Lara détenait toutes les vérités et sans elle, il était perdu.



Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


I can resist everything except temptation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
William Lamb

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeMer 8 Mai - 11:50

Comment te dire adieu ?
L’hôpital se foutait clairement de la charité. C’était indéniable et intérieurement William en avait lui aussi conscience. Il ne voulait et ne comptait absolument pas céder. Pourquoi l’aurait-il fait quand toutes les femmes de sa vie n’en finissaient plus de lui imposer leurs choix, leurs décisions sans jamais lui laisser le soin de prendre sa vie en main. Il pouvait être l’homme le plus patient du monde, mais là, c’était la goutte de trop. Et qu’elle ne le comprenne toujours pas après tout ce temps ne l’étonnait plus mais le décevait beaucoup. Finalement, elle n’était pas si différente d’Amélia. Il écouta ses paroles avec toute la colère du monde. Il fulminait, désespéré et hors de lui. Une émotion, toutefois, se distinguait de toutes les autres : la peur de perdre entièrement ses moyens. Jamais il n’avait été excédé à ce point, jamais il n’avait eu envie de détruire quelqu’un autant qu’il avait envie de la détruire elle. Il l’aurait écharpée sur place dépourvu de savoir vivre et de conscience. S’en rendait-elle seulement compte ? Encore une fois, Lara ne pensait qu’à Lara, et William le regrettait amèrement. Seulement elle avait raison, il n’avait pas le choix. S’il cédait, il obtenait des réponses, si tenté qu’elle ne bluffait pas. S’il l’abandonnait comme il mourrait d’envie de le faire, il reviendrait à la case départ. Ou peut-être y avait-il Lupin. Lui avait semblé savoir beaucoup de choses à son sujet. Enigmatique, il avait sous-entendu des choses sauf s’il n’avait fait que les rêver. Quelles options se présentaient finalement à lui ? Le manège de la louve ne l’aidait absolument pas à obtempérer. Il se jura qu’après tout ce cirque, il la virerait de sa vie, définitivement. Cette idée le soulagea quelque peu. Il n’avait plus grand-chose à supporter au final, son calvaire serait bien tôt terminé une fois qu’il saurait, une fois soigné par la suite.
Plongé dans ses pensées, le moldu n’écouta qu’à moitié la contre-attaque de la sorcière. Il se moquait bien de ses sentiments, désormais. Sa conscience faisait un tri à l’extrême si bien qu’il ne retint que le principal : elle s’en allait avec ses foutus réponses. Pourquoi les femmes étaient-elles si compliquées bon sang et si égoïstes ? Car actuellement, avec son passif et son présent, c’était bien là tout ce qu’il pensait d’elles. Sauf une. Et c’était pour cette dernière qu’il était venu confronter la louve dans l’espoir de ne pas mêler Naya à leur histoire. La décision ne lui revenait plus malgré les soi-disant apparences. Alors il se dépêcha de la rattraper, de la devancer et d’attraper ses bras d’une forte poigne.

- Très bien. Très bien je suis désolé, d’accord ? Je ne devrais pas te parler sur ce ton …

« Mais tu m’y obliges » pensa-t-il en ravalant sa fierté.

- Tu veux m’aider, et je suis ingrat avec toi, ce n’est pas correct.


« Oh si … parce que tu cherches. Tu ne perds rien pour attendre. » pensa-t-il de nouveau.

- Je te suis, tu veux bien m’aider ? Je t’en prie, j’ai besoin de ces réponses, j’ai besoin de …


Il soupira intérieurement.

- … de toi, de ton aide. J’ai eu tort et tu mérites bien mieux que tout ce que j’ai pu te dire. S’il te plaît, Lara. Reste avec moi.

Aux grands maux, les grands moyens. Se soumettre pour flatter un ego, que ne fallait-il pas faire pour obtenir gain de cause. Encore quelque chose dont il devrait discuter avec le docteur Thempson. Et surtout lui demander un remède contre la gente féminine à tout prix. En attendant, il ne lui restait plus qu’à faire ses yeux de merlan frit afin de gagner les faveurs de la bête.

- Mais comprends-moi, je t’ai perdue une première fois lors de notre dernière balade en forêt. Comment puis-je avoir confiance désormais ? Je te le répète, j’accepte de te suivre où tu voudras.  


Et il la lâcha, droit comme un piquet, attendant la sentence, laquelle, il l’espérait, serait en sa faveur. Car il n’était pas non plus certain que son plan B fut meilleur non plus. Pourquoi le destin semblait-il donc s’acharner à ce point ?

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara Macbeth
Psycopathe
Lara Macbeth

Localisation : Ici ou ailleurs.
Emploi/loisirs : Voleuse de banque à mi-temps.

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeJeu 9 Mai - 16:37

 
Comment te dire adieu ?


Elle était gonflée oui. Mais Lara était Lara et il savait qu'elle l'avait toujours été. Elle ne supportait pas qu'on lui manque de respect, qu'on la traite comme une enfant, qu'on lui donne des ordres comme lorsqu'elle en recevait dans son ancienne maison close. William ne pouvait pas la comprendre parce-qu'il ne savait pratiquement rien de son passé. Si de son point de vue Lara était égoïste et à juste titre, elle le voyait également comme tel à ses yeux. Bien que la louve ne l'avouerait pas, elle restait tout de même attachée à son petit moldu. Il était son protégé même si elle l'avait fait souffrir avec le départ d'Amélia. Il lui avait rendu la pareille lorsqu'il l'avait quitté. Le pire dans cette situation, c'était qu'elle se rendait compte que finalement, elle n'avait été rien de plus qu'une bouffée d'oxygène pour lui. S'il l'avait aimé, la situation n'aurait jamais tourné de la sorte. Elle avait peut-être fait des erreurs mais Lara était loin d'être parfaite et faisait selon ses envies. Aujourd'hui et bien qu'elle ne le montrait pas ou ne le mentionnait pas, elle avait l'impression d'avoir été utilisée par son petit louveteau afin d'oublier son ancienne femme. L'ironie de la situation était qu'aujourd'hui, il s'était lassé et qu'en plus de cela, il la détestait. Tout était devenu si compliqué.

Prête à partir après avoir posé ses conditions, Lara n'en restait pas moins en colère. Il fallait aussi dire que la pleine lune faisait effet sur elle. Bien qu'elle était parvenue à se contrôler au fil des années, elle restait toujours soumise à la lune qui avait le pouvoir de jouer sur ses émotions. C'était pourquoi la plupart du temps, elle préférait être seule avant le soir de la transformation. Elle l'aurait été si William ne serait pas venu... La menacer ? Alors qu'elle continuait à mettre un pas devant l'autre, voilà que soudainement, elle sentit de nouveau la poigne de Willam sur son bras. Elle lui fit face et l'écouta, sans sourcilier. Bien qu'il avait fait le bon choix, elle n'en restait pas moins méfiante. Alors au fur et à mesure de ses paroles, Lara plissa ses paupières, comme si ce geste allait l'aider à mieux comprendre les attentions de William. Elle hésita une seconde seulement avant d'avoir pris sa décision dans son esprit. Elle l'avait transformé, c'était à elle de s'en occuper. C'était là son rôle en tant que sa créatrice. Une fois qu'il termina de parler, elle l'observa dans un petit moment de silence puis répondit.

- Très bien.

Elle vérifia le temps qu'il restait avant la tombée de la nuit. Un peu moins de trois heures. C'était court.

- Tu n'as plus confiance en moi et je le vois à travers tes yeux. Mais si tu veux des réponses, tu n'auras pas le choix que de me suivre. Je ne peux pas te montrer ici, William. Ce n'est pas que je ne veux pas, je ne le peux pas. Voilà pourquoi je te proposais une dernière ballade. Ce n'était pas pour flatter mon ego, acheva-t-elle, plus froide que d'habitude.

Elle observa autour d'elle et notamment les voitures qui roulaient à côté d'eux. Lorsqu'elle vit un taxi arriver, elle lui fit signe du bras de s'arrêter. Elle ouvrit la porte et fit signe à William de monter.

- Je t'en prie. La course est pour moi.

Lorsqu'ils grimpèrent à l'intérieur du véhicule, Lara donna une adresse au chauffeur et celui-ci acquiesça d'un signe de tête. Elle aurait pu transplaner mais elle ne pouvait pas le faire en compagnie de William qui ne savait encore rien de ce monde magique. Une fois sur la route, elle tourna son visage en la direction de son louveteau et se calma petit à petit. D'un ton plus calme, elle finit par s'adresser à lui.

- Je tenais tout de même à te remercier William. Ces quelques mois passés avec toi m'ont fait du bien.



Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


I can resist everything except temptation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
William Lamb

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeJeu 9 Mai - 18:29

Comment te dire adieu ?
S’était-il servi de la louve ? Oui. En grande partie. En avait-il conscience ? Il commençait à le comprendre, à le regretter aussi. Il l’avait pourtant chérie avec beaucoup de passion, une passion biaisée par le désespoir, par le mal-être et l’envie de se perdre. Elle avait été sa plus belle échappatoire. Et pour cette raison, William avait une dette envers elle et l’intention de la protéger jusqu’à la fin de sa vie, même si elle ne partagerait plus sa couche. La situation n’était pas en leur faveur, indéniablement. Le serait-elle un jour de nouveau ? Probablement. La lune jouait beaucoup sur les humeurs du moldu au même titre que son ignorance. Quelqu’un d’autre aurait-il mieux agi que lui ? Rien n’était moins sûr. Et pourtant, il était encore à mille lieux de la vérité. Comme il était loin de se douter qu’après cette virée, il ne serait plus jamais le même : ni physiquement, ni mentalement. Lara avait fait une erreur, une simple petite erreur, et celle-ci allait se révéler ô combien fatale pour tous les deux, c’était chose certaine. Nonobstant, une infime part de lui avait encore foi en elle, comme un reste d’affectif. Une part qui essayait à tout prix de le modérer dans ses propos, dans ses gestes. Lara ne voyait rien de ce qui se tramait en lui, sa méfiance ignorait tout de ce qu’elle avait fini par déclencher, à ses risques et périls.
Dans ses paroles, il avait mis tout ce qui restait de sa patience, de sa gentillesse. Elle devait céder, à tout prix. Il ne pouvait plus attendre comme il ne pouvait plus rien mettre sur la table non plus pour la faire rendre les armes. C’était sa dernière carte, sa dernière chance. Quel ne fut pas alors son soulagement quand enfin elle obtempéra. Intérieurement, William remercia les entités possiblement existantes. Doux Jésus qu’est-ce que c’était laborieux !

- Je te le répète, je ferai ce que tu voudras,
céda-t-il à contre-cœur.

Prendre sur soi. Ne rien dire. Obtempérer. Inspirer profondément. Ne pas penser que c’est un piège. Croire en sa parole. Se taire, ne hocher que la tête. Et surtout, surtout ne pas flipper. Que devait-elle lui montrer ? Que ne pouvait-elle pas lui montrer ici ? Pourquoi la forêt ? Y avait-il d’autres corps ? Ses yeux allèrent d’elle au taxi, du taxi à elle. Pourquoi avait-il si peur de ne pas revenir ? Une fois de plus, une seule et unique option se présentait à lui : il monta et salua brièvement le chauffeur. Le silence s’installa. Son esprit grouillait de contradiction. Il commençait à avoir excessivement chaud. Il baissa la vitre à l’aide de la manivelle et inspira une grande bouffée d’air frais avant de sursauter aux paroles de Lara.

- Me remercier ? Du bien ? Mais de quoi tu parles ?


Si quelque chose agissait comme remède, c’était qu’il y avait eu mal avant, n’est-ce pas ? C’était du moins ce qu’il comprenait lui. Pourquoi faire tant de mystères ?

- Tu m’as aussi sorti de l’impasse, Lara, tu m’as appris à revivre et je ne l’oublierai jamais,
confessa-t-il avec gentillesse sans vouloir s’étendre pour autant.

Il n’était pas franchement d’humeur pour les compliments et autres confessions romantiques. Tout ce qu’il voulait, en cet instant, c’était gagner son lit et ne plus s’en relever jusqu’à ce que l’orage passe. Il garda le silence tout le restant du trajet. Ses mains tremblaient de plus en plus. Son corps semblait pris de spasmes et en devenait presque douloureux. Le cauchemar devait cesser au plus vite.
Une fois à bon port, environ une heure plus tard, il reconnut la forêt dans laquelle il s’était retrouvé gisant, les mains couvertes de sang. Un frisson glacé lui parcourut l’échine. Du coin de l’œil, il vit le taxi disparaître. Aucun des deux ne pouvait reculer désormais. Par conséquent, il se tourna vers Lara en tentant de masquer son impatience grandissante.

- Est-ce que je peux savoir ce qui m’arrive maintenant, ce qui s’est réellement passé ? Je suis là, Lara, comme tu l’as exigé. J’ai tenu paroles, tiens la tienne et dis-moi tout ce que tu sais qu’on en finisse une bonne fois pour toutes ! Suis-je un meurtrier ?
demanda-t-il enfin de but en blanc tandis que sa respiration s’accélérait sous la nervosité.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara Macbeth
Psycopathe
Lara Macbeth

Localisation : Ici ou ailleurs.
Emploi/loisirs : Voleuse de banque à mi-temps.

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeJeu 9 Mai - 19:39

 
Comment te dire adieu ?


Le trajet parut long à ses yeux. L'ambiance était lourde et Lara avait du mal à concevoir que leur relation ait pu tourné de la sorte. Elle en était même presque impatiente de lui dire toute la vérité, ou presque. Elle avait l'impression que cela la libérait enfin d'un poids bien qu'elle ne regrettait rien. Elle espérait peut-être au fond d'elle de recoller les morceaux avec son louveteau, malgré le fait que cela serait impossible. Elle s'en rendrait compte que bien trop tard. Pour la première fois de sa vie, elle n'avait aucun contrôle sur ce qu'il se passait. Elle ignorait quelle serait la réaction de William à son égard. Evidemment, elle se doutait bien qu'il ne l'acceuillerait pas les bras ouverts, il lui en voulait déjà trop pour cela. Alors dans cette voiture, elle se contentait de le regarder de temps en temps, comme pour profiter de ces derniers instants où il accepterait de la voir. Comme si elle sentait au fond d'elle que c'était la fin. Elle n'aurait pas su décrire ce qu'elle ressentait réellement mais elle son instinct lui disait que c'était là un adieu. Elle analysa discrètement chacun de ses traits, son torse, ses mains. Quelques mois plus tôt, ils auraient juste profité de l'instant pour faire échanger leurs corps avec passion mais tout était différent désormais. Eprouvait-elle des regrets ? Non, impossible. Elle était Lara Macbeth. Quoi que. Au fond d'elle peut-être, très loin dans son inconscient.

Soudainement, ses paroles la tirèrent de ses pensées. Elle tourna totalement son visage en sa direction et fronça quelques peu les sourcils. Ne pouvait-il pas juste accepter un compliment sans poser de questions ? Bien sur que non, William réfléchissait trop. Elle ne chercha pas à lui faire comprendre le pourquoi du comment. Elle n'aurait pas su l'expliquer de toute manière. Il était apparu devant elle et d'une seconde à l'autre, Lara l'avait voulu. Elle avait bien choisi. Malgré ses airs sérieux et baguarreur, William restait l'un des hommes les plus gentils qu'elle avait rencontré. Elle ne regrettait pas le temps passé avec lui. Elle était simplement déçue que cela se soit terminé si subitement et qu'il n'ait pas su voir en elle autre chose qu'un corps. A l'entente du compliment de son louveteau, les lèvres de Lara s'étirèrent très légèrement afin de sourire. Au moins, il ne l'oublierait jamais. Elle se contenta de rester silencieuse avant de voir qu'il ne tenait pas en place. Au point même où il se sentit dans l'obligation d’ouvrir sa fenêtre.

- Essaie de te détendre William. Tu ne risques rien.


Ce n'était pas comme si elle allait le tuer. Au bout d'une heure, ils finirent par arriver à destination et voilà qu'ils n'étaient plus que les deux seuls présents. Si lui ne pouvait plus faire machine arrière, elle non plus. Pour une fois, elle allait se contenter de faire ce qu'elle avait dit. Elle observa le ciel qui s'assombrissait petit à petit. La lune ne tarderait plus désormais. Lorsqu'il revint sur son ton légèrement agressif, Lara reporta son attention sur lui.

- Inutile de me rappeler pourquoi je suis là. Si je t'ai dit que tu saurais tout, c'est que tu vas le savoir. Suis-moi.

Elle commença à se diriger dans la forêt et soupira un peu, n'ayant pas répondu au fait qu'il était un meurtrier tout de suite. Elle pensait que de tout lui raconter serait une tâche bien plus simple mais elle se rendait compte que ce n'était pas le cas. Cependant, elle n'en montra presque rien et finit par se lancer.

- Lors de notre dernière ballade, tu t'es réveillé à l'hôpital. J'ai pris le soin de t'y emmener en voyant que tu ne te remettais pas de tes blessures correctement.

Elle marqua une pause un instant. Ils finirent par pénétrer dans la forêt tandis-que petit à petit, la nuit tombait.

- Te souviens-tu de ce que tu as vu William ? De ce qui t'as "attaqué" ? Moi je m'en souviens. C'était... Moi, avoua-t-elle. Tu n'as aucune conscience de ce qui existe réellement autour de toi et je t'ai donné une chance de faire parti de cet autre monde. Cela explique pourquoi tes nerfs sont tendus, pourquoi tu es agressif et que tu as envie de massacrer toutes les personnes autour de toi. Dont moi. William...


Elle s'arrêta afin de le regarder. Elle se tut un instant, s'apprêtant alors à déconstruire tout ce en quoi William croyait. Mais au moins, elle serait honnête avec lui.

- La magie existe, tout comme les créatures surnaturelles qui apparaissent dans vos légendes. Je sais que tu auras du mal à me croire tant que je ne t'aurai pas montrer. Alors...

Elle sortit sa baguette et attrapa un gros caillou au sol. Elle l'observa presque timidement, se rendant bien compte de ce qu'elle faisait. Mais il le fallait maintenant. Tout en gardant le caillou dans sa main, elle lança un reducto dessus et immédiatement, celui-ci rétrécit. Cependant, elle ne laissa pas le temps à William de digérer tout ça parce-qu'il y avait plus important. Il ne restait plus que quelques minutes avant que la lune apparaisse et il était temps pour lui de savoir qui il était.

- Tu n'es pas un sorcier William mais tu es une créature encore plus belle. Lorsque je t'ai mordu durant notre dernière ballade, je t'ai transformé en.... Loup-garou. Ce soir c'est la pleine lune et tu vas te métamorphoser avec moi. Je serai là pour t'accompagner, pas comme la dernière fois. Tu t'es déjà transformé mais je n'ai pas pu être là. J'en suis désolée.

Acheva-t-elle tandis-que son coeur battait un peu plus rapidement que d'habitude. Elle se sentait nerveuse et mettait ça sur le compte de la pleine lune bien qu'elle avait faux. Elle venait surtout de faire une très grande révélation et s'apprêtait désormais à en subir les conséquences. Pour une fois, elle n'avait pas cherché à jouer avec William. Elle l'avait assez fait tourné en bourrique comme ça et elle ne comptait pas à ce qu'il se réveille une nouvelle fois en ayant tué d'autres personnes.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


I can resist everything except temptation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
William Lamb

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeLun 13 Mai - 23:19

Comment te dire adieu ?
Il ne cessait de la dévisager, dans l’expectative. Qu’attendait-elle au juste pour lui répondre, lui dire enfin cette foutue vérité ? Il était blasé de devoir obéir à ses ordres sans avoir de retour. A trop repousser l’inévitable, elle le faisait flipper. William commençait sérieusement à s’attendre au pire alors qu’il était à dix milliards de lieux de la vérité.

- Lara, je t’en prie, pour l’amour de Dieu ! insista-t-il au comble du supplice.

Après les récents événements, il n’était plus sûr que se balader en pleine forêt de nuit fut une riche idée. De toute évidence, il y avait des créatures dangereuses qui régnaient ici. Il ne tenait pas à finir une nouvelle fois à l’hôpital. Surtout si ça le faisait tomber une fois de plus sur Samuel le magicien, célébrité des rues adulée par sa sœur. Enfin Lara sembla s’arrêter. Il l’imita, à deux pas d’elle, le cœur battant à tout rompre.

- Me remettre de mes blessures correctement ?
répéta-t-il en fronçant les sourcils d’incompréhension. Comment étais-je censé me remettre de ces blessures au juste ?

Il souffla avant d’inspirer profondément pour se calmer.

- Excuse-moi, je devrais plutôt te remercier de m’avoir sauvé la vie. Sans toi, j’aurais perdu trop de sang et … bref, je n’aurais probablement pas survécu ou tout du moins pas entier. Alors merci,
concéda le moldu afin de ne pas la contrarier.

La douleur dans son corps commençait réellement à se faire sentir. Tous ses muscles l’élançaient au fur et à mesure que la nuit tombait. La lune surgirait d’une minute à l’autre, étincelante, blanche comme la neige. William dut faire, le temps d’une seconde, un effort considérable pour se concentrer sur les propos de Lara, des propos qu’il ne pouvait pas se permettre de louper. Se souvenait-il de ce qui l’avait attaqué ? Pas vraiment. Une bête sauvage tout au plus. Dans ses rêves, il revoyait parfois ses yeux ocre et cette bave qui semblait goutter de ses babines. Pour le reste, tout était flou. Sa mémoire refusait d’obtempérer. Le Dr Thempson avait beau y faire, les cadenas ne sautaient pas. La vérité ne voulait pas se révéler à lui. Pour une bonne raison de toute évidence. Qu’était-elle en train d’inventer ?!

- T…Toi ? Mais qu’est-ce que tu racontes ? Comment aurais-tu pu m’attaquer aussi bestialement ? Est-ce que tu pourrais être sérieuse à la fin ? Je suis fatigué de tes jeux Lara ! finit-il par s’écrier en pleine forêt. Dis-moi cette putain de vérité !


Un autre monde ? Etrangement il comprit très vite de quel autre monde elle parlait. Mais ça ne pouvait être possible. Elle ne pouvait pas croire à ses conneries, pas elle. Lara avait beau avoir de nombreux défauts qui l’excédaient présentement, il la savait intelligente et peu crédule. A nouveau, il allait la contredire, ouvrir sa bouche pour l’incendier d’impatience. Seulement la description de ses symptômes le stoppa net dans son élan. Elle savait. Comment ? Pour quelle raison pouvait-elle les décrire avec une telle précision ?

- N… Non… Je ne te ferai jamais de mal,
tenta-t-il de s’en convaincre en levant les mains en guise d’innocence. Jamais.

Ses paroles suivantes eurent pourtant le don de l’atteindre au plus profond de lui-même, d’abord dans ses convictions. Il la regardait avec des yeux ahuris, complètement perdu et incrédule. La magie ? C’était impossible. William en eut un léger rire nerveux. Soit il devenait fou, soit Lara avait trop bu. Autrement, cela ne tenait pas un seul instant debout. Il y avait des limites à croire en l’impossible. Les siennes étaient immenses.
Cette fois, il n’eut pas le courage de l’interrompre, de se battre devant cet amas de non-sens. Il observa le bout de bois, plutôt bien taillé de ce qu’il pouvait en juger. Il eut presque envie de le prendre dans ses mains pour l’observer de plus près. Déformation professionnelle sans nul doute. Cela n’expliquait cependant pas ce qu’elle comptait faire avec ce bâton. Mais Lara ne tarda pas à s’expliquer par le geste, ce qui le fit reculer instantanément, les yeux écarquillés sous la stupeur.

- Ce … Ce n’est pas possible. Dis-moi que j’hallucine, Lara ! Dis-moi que ceci n’est qu’une farce pour obtenir tout ce que tu veux de moi ! Tu veux m’interner c’est ça ?!


Le moldu prit alors sa tête dans ses mains et se mit à balbutier des phrases presque inaudibles. La magie ne pouvait exister. On l’avait drogué. Rien de tout cela n’était réel. La magie n’existait pas ! Si celle-ci existait, le monde en serait meilleur. Elle ne pouvait PAS exister. Non non non. Cela ne se pouvait.
Le coup fatal lui fut alors porté et William releva vers elle des prunelles injectées de colère, de rage et de dégoût. La lune allait apparaître et lui commençait déjà à perdre le contrôle de ses émotions. La voix tremblante, il essaya de trouver des mots significatifs, des mots qui pouvaient exprimer sa haine, son malheur, son incompréhension. Lara disait vrai, il le savait dans ses tripes. Cette vérité expliquait ses cauchemars, mais Dieu qu’elle était horrible à entendre et elle serait encore plus dure à accepter. Le sang sur ses mains, à Noël, il en était bel et bien responsable. Cela ne faisait plus aucun doute désormais. Mais pourquoi ? Pourquoi lui avait-elle fait ça ? Pourquoi le maudissait-elle à ce point ?
Ils avaient été amants, bordel ! Qu’est-ce qui … Ah quoi bon. Le capharnaüm dans sa tête était infini et excessivement douloureux. Elle était en train de lui dire qu’elle l’avait transformé en monstre, en tueur, et elle n’en semblait aucunement désolée. Que pouvait-il contre ça ? Y avait-il seulement un remède ? Et si elle le menait encore en bateau ?

- Et qu’est-ce que je t’ai fait hein ?! Qu’est-ce que je t’ai fait pour que tu veuilles me gâcher la vie à ce point ?!
hurla-t-il en tremblant de fureur. Tu as fini de me raconter tes conneries ? C’est … ARGH !

La lune venait d’apparaître et ses os, eux, entamaient leur mutation. William, lui, refusait la vérité tant sa peur était grande, intense-même. Les loups-garous ne pouvaient exister. Ce truc de lune était stupide non ? Et pourtant…

- Qu’est-ce qui … m’arr…ive ?

Les hurlements s’enchaînèrent mêlés à des sanglots de douleur. Ses pupilles se rétrécirent, soudainement noyées par les ténèbres et la bestialité. Ses vêtements se déchirent en lambeaux laissant place à un pelage gris. Une queue, moins fournie que celle des loups normaux, apparut alors que petit à petit l’esprit de William se taisait. Quelques longues minutes plus tard, la bête était née, pour la première fois consciente d’elle-même. Aussitôt elle partit en chasse et s’enfonça dans la forêt.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lara Macbeth
Psycopathe
Lara Macbeth

Localisation : Ici ou ailleurs.
Emploi/loisirs : Voleuse de banque à mi-temps.

[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitimeMer 29 Mai - 12:47

 
Comment te dire adieu ?


Tant d'impatience provenait de son louveteau. Cependant, à chaque fois qu'il la coupait, elle se contentait de le regarder un instant avant de reprendre son histoire. Chaque chose en son temps, pensait-elle. Il finirait pas découvrir toute la vérité. Il n'aurait d'autres choix que de la croire et cesser de la prendre pour une menteuse, ce qu'elle n'était pas toujours. La lune apparaissait petit à petit et malgré le fait que Lara avait un air étrangement calme, elle n'en ressentait pas moins une certaine pression à l'intérieur d'elle. Son coeur commençait à battre plus rapidement tandis-que son sang tapait contre sa jugulaire plus fortement. Il ne restait que peu de temps avant qu'ils ne se transforment ensemble. William pourrait enfin avoir pleine conscience de ce qu'il était, bien qu'il aurait du mal à s'en remettre au départ. Cependant, elle avait confiance en lui. Il n'était pas faible et il finirait par accepter ce qu'il était devenu. Ou peut-être que c'était ce qu'elle se persuadait car elle ne parvenait pas à se dire que leur histoire était entièrement terminée. C'était tout simplement impossible. Elle l'avait transformé pour qu'il lui appartienne et il serait sienne à jamais.
Il pouvait se convaincre qu'il ne souhaitait pas lui faire du mal, elle savait que c'était faux. Elle connaissait si bien ce désir de violence et de ne rien supporter lorsque la transformation était proche. Lara avait su le contrôler au fil des années et William en ferait de même.

Après sa petite démonstration de magie, elle rangea sa baguette et tourna son visage en sa direction. Il paraissait perdu et profondément retourné par cette soudaine vérité. Alors d'un ton une nouvelle fois calme et de façon à le rassurer un peu, elle finit par répondre.

- Tu n'es aucunement drogué William, tu n'es pas fou non plus. Tu as tant à découvrir et j'aimerais t'en apprendre plus sur ce monde.

Elle souhaitait surtout le protéger contre les forces du mal. Lara pouvait être beaucoup de choses mais lorsqu'il s'agissait de protéger les moldus, elle était la première présente. Maintenant que William était au courant, des autres loups ou des sorciers pourraient s'en prendre à lui. Elle se devait de lui expliquer ce qui se passait dans son monde afin qu'il puisse mieux se protéger. Elle se doutait qu'il ne souhaiterait pas la voir au début mais elle veillerait sur lui, dans l'ombre, comme elle l'avait toujours fait.

- Ce n'est aucunement des mensonges William. Cesse donc de dire que je t'ai gâché la vie veux-tu ? Je suis la première à te dire absolument toute la vérité.

La lune avait soudainement fait son apparition. Les yeux de Lara fixaient William qui perdait petit à petit sa forme humaine pour laisser la bête s'exprimer. Quant à elle, sa respiration devint plus forte et ses nerfs finirent par lâcher. Ses yeux se transformèrent également laissant place à deux pupilles noires, reflétant sa condition de loup-garou. Ses vêtements finirent en lambeaux tandis-qu'elle se crispait sous la douleur qu'elle avait appris à mieux gérer avec le temps. Quelques cris vinrent tout de même traverser ses lèvres avant de laisser un pelage mélangé d'orange et de blanc se manifester. Lara n'était plus, seule la bête était présente désormais. Au milieu de la forêt, elle poussa un hurlement de loup avant de se mettre à courir à son tour, suivant une odeur particulière. Après quelques minutes, elle finit par retrouver William ou du moins, ce qu'il en restait. Son museau vint le renifler avant de lui faire une léchouille et de disparaître pour de bon entre les arbres.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


I can resist everything except temptation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




[Lara] Comment te dire adieu ?  Empty
MessageSujet: Re: [Lara] Comment te dire adieu ?    [Lara] Comment te dire adieu ?  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Lara] Comment te dire adieu ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RPI] Dire adieu au passé & ouvrir les bras au futur
» ADIEU DE PAUL GERALDY
» Adieu mon ami, adieu mon am... *pv Rayder*
» Ayisyen bezwen job, men se pou envesti lan devlopman olye travay bonmache
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Snare :: Londres :: Etablissements, rues et banlieues londoniennes :: Londres moldu-
Sauter vers: