Harry Potter RPG
 

Partagez | 
 

 [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.

Aller en bas 
AuteurMessage
Eleanor Branstone
Elève
Eleanor Branstone


MessageSujet: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Lun 14 Jan - 20:18

Merry Christmas, Kevin.

Quitter la Grande Salle allégea aussitôt ses épaules. La tension venait de laisser place au soulagement. Adieu le comportement étrange de la Bulstrode, les regards du Professeur Fenwick ou l’insupportable peste qu’était Carrow ! Ils étaient enfin seuls, tous les deux.
Sous l’un des immenses sapins de la Grande Salle, elle avait elle aussi récupérer le cadeau de Kevin. Elle était impatiente de le regarder le déballer. Eléanor y avait mis tant d’elle-même qu’elle craignait que ça ne soit pas suffisant. Aussi ressentait-elle une légère appréhension et parallèlement, une certaine culpabilité devant le paquet que comptait lui offrir le garçon qu’elle aimait. Il y avait quelque chose de gênant à se dire qu’il avait dépensé ses économies pour elle. Même si le geste la touchait, naturellement.

- Cela devenait sacrément étouffant… commenta-t-elle dans un sourire avant de lui prendre le bras. Même Peeves n’a pas reçu toute l’attention qu’il souhaitait. Mais lui s’en remettra, pas sûre que ce soit le cas de tout le monde.

Puis ses yeux se posèrent sur une luge abandonnée, près des grandes portes.

- Regarde Kevin !

Elle lâcha son bras, regarda tout autour d’eux, avant de passer la tête dehors discrètement. Rien, personne, aucun propriétaire en vue.

- Et si on l’empruntait ?

La neige n’avait cessé de tomber depuis l’après-midi, une aubaine pour eux. Les yeux étincelants d’excitation, Eléanor s’empara de la luge de bois et courut dehors. Intérieurement, elle savoura son plaisir de ne pas porter de talons. Ses camarades avaient bien cherché à insister, sans succès. Monter des échasses n’était absolument pas son style. A coup sûr, elle se serait foulée une cheville ! Alors que, là, elle pouvait gambader dans la neige sans craindre de se casser quoi que ce soit. Cela étant, porter une robe aussi légère n’était pas la meilleure tenue pour s’aventurer sur le manteau blanc. Elle avait beau resserrer sa cape autour de son corps, elle sentait le froid s’infiltrer en elle. La mallette tombait finalement à pic … si elle n’était pas gelée de la tête aux pieds d’ici là.

Son regard portait sur la cabane de Hagrid. Heureusement que le garde-chasse lui avait assuré avoir un repas de famille, même si Eléanor doutait fortement de l’existence d’un potentiel entourage autour de Scabior. Mais il n’aurait pas manqué d’assister au copieux repas s’il avait été présent, si ? Elle priait que non. En même temps, une petite part d’elle – infime ! – s’imaginait lui jouer un mauvais tour. Après tout, il le méritait ! Elle secoua alors la tête, les flocons de neige continuant de tomber, et posa la luge sur l’épaisse couche blanche.

- On faisait de la luge avec mon père, quand j’étais petite, il y a longtemps. Je crois qu’ici on est pas mal, il faut juste pas atterrir dans le potager de Scabior. Il serait capable de savoir que c’est nous. Tu es prêt ?

La Poufsouffle jeta un regard derrière elle pour observer le Serdaigle, puis déposa non loin son cadeau afin de ne pas le casser. Elle fit de même avec la mallette miniaturisée, sait-on jamais ! Puis, elle revint faire face à Kevin. Ses yeux plongèrent dans les siens, tandis qu’un sourire léger ornait ses lèvres. Sans prévenir, elle entoura son cou de ses bras et se lova contre lui, prise d’un élan d’affection et de gratitude soudain. Les joues rouges de pudeur, Eléanor s’écarta doucement et resserra sa cape autour d’elle.

- J’espère que la Salle-Sur-Demande nous offrira encore une belle cheminée. Je risque de me transformer en bonne femme de neige sinon !
s’amusa-t-elle avant de prendre place sur la luge. Je te préviens, je ne sais pas conduire, est-ce que cela change quelque chose pour toi ?

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.


Dernière édition par Eleanor Branstone le Ven 18 Jan - 10:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
Kevin Entwhistle

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Jeu 17 Jan - 22:00





Merry Christmas
Eléanor & Kevin.



Une certaine dose de soulagement s'était aussitôt emparée de Kevin une fois les portes de la Grande-Salle franchies. Il avait craint silencieusement qu'un autre obstacle ne vienne leur barrer la route, mais de genre plus professoral cette fois. Après tout, s'échapper aussi tôt de la soirée n'était pas très convivial, mais il était très difficile pour le garçon de lutter contre sa propre-nature. Ainsi donc, il était plus qu'heureux d'être finalement parvenu à s'échapper avec Eléanor, même s'il gardait une certaine dose d'appréhensions quant à la suite de la soirée bien enfouie en lui.

- Si tu parles de Carrow, je crois qu'elle s'en remettra aussi ! J'espère seulement qu'elle ne reviendra pas te chercher des noises par la suite. Ce serait trop beau qu'elle ait la bonne idée de venir régler ses comptes avec moi.

Il aurait pourtant prit un certain plaisir à devoir la remettre à sa place, une fois encore. Si ses cibles de prédilections n'étaient habituellement pas les filles, celles qui s'en prenaient ouvertement à Eléanor avaient tendances l'insupporter davantage de jour en jour. Sa blondinette ne lui parlait pas beaucoup mais il n'était pas aveugle, ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne perde un jour son sang-froid. Pour le moment néanmoins, celle qu'il cherchait toujours à ne surtout pas effrayer se tenait à ses côtés.
Eléanor lui lâcha la main lorsque ses yeux se posèrent sur la fameuse luge. Devant ses yeux brillants d'excitation, le Serdaigle eut encore moins cœur à l'hésitation.

- Je suis certain que personne n'y verra d'objection !

Kevin lui fit un léger clin-d'oeil accompagné d'un sourire avant de s'élancer à sa suite à l'extérieur. Le froid mordant lui dévora littéralement les joues, mais ça n'eut plus aucune importance à partir du moment où ses yeux se reposèrent sur Eléanor. Il la trouva magnifique, souriante sous la neige, les cheveux peu à peu recouverts de flocons. Il dût secouer la tête pour faire se dissiper le sourire niais qu'il n'avait pas pu s'empêcher d'esquisser. Les deux tourtereaux marchèrent jusqu'à ce qu'il ne tarda pas à reconnaître comme étant la Cabane du Garde-Chasse, le meilleur endroit pour profiter de cette luge comme il se doit. Il ne pouvait pas vraiment se vanter d'en avoir déjà fait pour sa part, il avait même plutôt connues certaines années où la neige s'était faite rare en Amérique.

- Tu as de la chance ! Pour ma part j'ai rarement vécu ou été en montagne, je dois t'avouer que ce sera une première pour moi !
Mais j'imagine que oui ! déclara-t-il en jouant le faussement peu rassuré qui l'était quand même un peu.

Il accueillit volontiers l'élan d'affection d'Eléanor, qu'il sentit toute froide contre lui. Ses bras la frictionnèrent un peu puis il lui décocha un tendre sourire lorsqu'elle mit finalement un terme à leur étreinte. Ses sourcils s'haussèrent à sa révélation et un petit rire nerveux s'échappa de ses lèvres cette fois.

- Eh bien, si par malheur on devait chuter, je crois qu'on a déjà fait pire grâce à moi ! Vous avez toute ma confiance, miss Branstone.

Il se pencha à sa hauteur afin de lui voler un baiser rapide, ce après quoi il alla innocemment s'installer derrière elle, l'air déjà plus confiant. Il passa ses jambes autour d'elle non sans galérer à trouver une place un tant soit peu confortable, mais c'est après plusieurs secondes de gesticulations qu'il parvînt finalement à s'en sortir. Ses mains allèrent doucement attraper la taille d'Eléanor, puis il donna son feu vert.

- Prêt !


CODAGE PAR AMATIS


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
Eleanor Branstone


MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Ven 18 Jan - 11:22

Merry Christmas, Kevin.

Elle aimait bien faire partie de ses premières fois. Son ego ne pouvait s’empêcher de s’en flatter. Mais avant tout, ces premières fois les mettaient sur un même pied d’égalité, à tour de rôle. Avec une enfance aussi diamétralement opposée, chacun avait quelque chose à montrer ou à faire connaître à l’autre. Ils étaient libres de se compléter. Enfin, c’était ce que pensait en apparence cette chère Eléanor. En réalité, la Poufsouffle ne valait mieux que personne sur ce terrain-là. Kevin étant le premier à provoquer en elle des sensations, des sentiments et une impression de vie, une part d’elle se demandait s’il en allait de même pour le Serdaigle ou si, durant son errance, il avait lui aussi connu des expériences similaires. Jusque-là, il lui semblait que non, sa timidité étant une preuve conséquente, mais une voix malicieuse ne cessait de remettre cette question sur le tapis. Si bien que faire partie de ses premières fois faisait naître en elle un sentiment de possessivité, ce dont elle avait parfaitement conscience. Et ce dont Eléanor avait conscience, tous pouvaient être sûrs qu’elle le garderait bien enfoui et secret.

Sa révélation sur son incapacité à conduire la luge, bien que d’apparence taquine, n’était pas un aveu à prendre à la légère. Si effectivement elle avait déjà pratiqué, elle n’en était pas plus douée pour autant. A ses heures, Eléanor savait être une vraie catastrophe ambulante, même si elle s’en cachait plutôt bien.

- Je promets solennellement que nous ne finirons pas à l’infirmerie cette fois, claironna-t-elle prise d’une soudaine intrépidité.

Le baiser volé lui fit perdre ses moyens un très bref instant. Non seulement elle n’en avait pas encore pris l’habitude – et elle ne la prendrait pas de sitôt – mais chaque baiser avait le don de la rendre timide, pudique et incroyablement consciente d’adorer cette sensation. Tout comme de l’avoir ainsi contre elle. Le temps semblait ralentir son allure et les rendre inaccessibles à quiconque voudrait les interrompre dans leur bonheur, simple.
Une fois le feu vert donné, Eléanor sortit sa baguette et lança un sort juste derrière eux afin d’être propulsés en avant. Peut-être n’avait-elle pas suffisamment dosé son sort car leur départ fut limite rocambolesque tant ils furent projetés sur la neige à une vitesse vertigineuse. Pour sa défense, c’était la première fois qu’elle expérimentait l’utilisation magique dans ses conditions. La descente fut rapide, le froid lui fouetta le visage et les flocons de neige s’engouffrèrent dans son cou. Ainsi qu’elle l’avait prévu, la luge manqua de justesse le « potager » ou plutôt les douteuses plantations de Scabior. Eux, naturellement, avaient été abandonnés en route, expulsés dans la neige. Frigorifiée – ce n’était rien de le dire ! – Eléanor n’en finissait pourtant plus de rire, recroquevillée sur elle-même. Son regard bleuté se leva alors pour s’enquérir de l’état de Kevin.

- Est-ce que tout va bien ?


Non sans peine, elle tenta de prendre appui dans la neige pour se relever ou au moins se redresser. En s’enfonçant ici et là, elle gagna le chevet de Kevin dont les cheveux étaient couverts de neige.

- T’es plutôt pas mal comme ça, le taquina-t-elle non sans vérifier qu’il ne s’était rien cassé en chemin. Alors comment as-tu trouvé cette première fois ? Moi je pense qu’on devrait réessayer, au cas où, pour vérifier … Eh bien, dit-elle malicieuse entre deux sourires heureux, que c’était la meilleure des premières fois !

Un frisson glacé la parcourut, jusqu’à la faire claquer des dents deux fois d’affilée. Mais Eléanor balaya très vite la sensation, imprudente. Le froid ne lui avait jamais fait peur, et rien ne devait venir gâcher ce moment d’innocence. Encore moins cette sensation d’être ceinturée et même compressée par l’hiver et son froid mordant.

- Allez viens, il faut remonter maintenant ! C’est le prix à payer !


Elle lui offrit sa main tremblante pour le redresser tandis que des volutes de fumée continuaient de s’échapper de ses lèvres.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
Kevin Entwhistle

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Ven 25 Jan - 0:40





Merry Christmas
Eléanor & Kevin.



Kevin eut à peine le temps de se demander pourquoi la baguette d'Eléanor était sortie. Il s'attendait encore à une descente tout ce qu'il y avait de plus traditionnel jusqu'au moment où le sortilège de la blondinette les propulsa en avant. Le garçon s'était instinctivement davantage raccroché à elle, le nez quasiment dans sa nuque. Après ça et bien assez vite, la vitesse eue raison d'eux et les expulsa hors de leur véhicule de fortune. S'il s'était senti passé par différentes émotions jusqu'à ce moment précis, ce fut le silence total une fois qu'il fut à moitié recouvert de neige. Un long frisson parcourra son corps mordu par le froid glacial tandis qu'il se redressait, non sans esquisser une légère grimace. Il chercha des yeux Eléanor, elle aussi vautrée dans la neige à quelques mètres de lui seulement. Leurs regards n'eurent qu'à se croiser pour qu'il se mette à rire de bon cœur avec elle.

- Je crois que ça va !


Une douleur persistait dans le bras qu'il s'était déjà blessé lors de leur précédente chute, mais Kevin ne tenait pas plus à s'en formaliser qu'à en alerter la Poufsouffle.

- Je dois avouer que ton petit nez rouge a un charme, lui aussi,
la taquina-t-il à son tour, spontanément. Eh bien...je l'ai trouvée inattendue et surprenante, quoi qu'un peu trop brève...à peu près comme je me l'imaginais depuis toujours en somme.

Ses lèvres se pincèrent brièvement mais malgré l'effort il ne put s'empêcher de pouffer légèrement de rire. Il passa un pouce sur la joue d'Eléanor, comme pour demander un pardon silencieux, ce qui lui permit de réaliser en même temps que la blondinette était encore plus frigorifiée que lui.

- Tu es certaine de vouloir faire une deuxième descente ? Je le ferais avec plaisir moi aussi, s'il ne faisait pas si froid...mais vous m'avez fait une promesse, mademoiselle Branstone. Pas d'infirmerie aujourd'hui, ça vaut aussi pour un vilain rhume !

En attrapant sa main afin de se redresser, il reprit plus sérieusement.

- J'voudrais pas que tu attrapes froid.


Si le froid n'avait pas déjà rougi ses joues, il aurait sans doute été trahi. Sa timidité lui faisait encore défaut et lui-même n'était pas encore sûr de savoir où il mettait les pieds. Bien souvent il choisissait de se laisser porter par son instinct. Jusqu'à présent il ne lui avait jamais fait défaut avec Eléanor, mais Kevin restait loin de tout vouloir miser sur lui.

- Nous retenterons notre chance demain, qu'est-ce que tu en dis ? Il fera déjà un peu plus chaud, et on aura plus de chances d'éviter le potager du garde-chasse !

Accord ou non, déception ou non, la décision était prise par lui et pour deux ! Il saurait se rattraper plus tard s'il fallait. En attendant, la soirée était encore loin d'être terminée.

[...]

Cadeaux de nouveau en mains, les tourtereaux parvinrent à atteindre la Salle sur Demande plus facilement que la dernière fois. Cette fois, Kevin avait prit l'initiative d'essayer de rendre la pièce à son image, pour eux. Il avait imaginé un endroit dans lequel il pourrait se sentir à l'aise et surtout au chaud, un endroit qui lui ressemblerait. Il fut encore une fois le premier surpris par l'apparence de la pièce qui s'était dévoilée pour eux. Il reconnaissait cet endroit, à quelques changements près. Il s'agissait du grenier qui lui avait servi de chambre à l'intérieur de la dernière famille chez qui il avait vécu. Un endroit froid, bien moins chaleureux que ce qui leur était offert aujourd'hui. C'est bien simple, dans cette pièce, il n'y avait toujours eue qu'une seule et unique véritable lumière, qu'une seule et unique véritable chaleur, sa guitare.
Aujourd'hui, la Salle sur Demande lui et leur offrait bien mieux. Un parquet de bois, des murs d'apparence en bois eux aussi. La pièce semblait un peu plus grande que le grenier à l'intérieur duquel il avait vécu, mais elle était aussi plus petite que la dernière fois. Un feu de cheminée était à leur droite avec un canapé deux places et une petite table basse devant elle. Deux plaids chauds les attendaient. Un peu plus loin le coin de la pièce était illuminé par les guirlandes d'un sapin adapté à la taille de cette dernière. A gauche, un lit deux places avec une couverture et des oreillers aux couleurs de leur maison. Sur ce même lit était allongée sa guitare ou en tout cas, une de ses jumelles. Un peu plus loin derrière lui les yeux de Kevin se posèrent sur une bibliothèque et un tas de babioles en tout genre qu'il crut de prime abord reconnaître.

Sa gorge s'était nouée sans même qu'il ne s'en rende compte. Eléanor lui avait dit que la Salle sur Demande n’apparaissait que pour ceux qui en avaient véritablement besoin. Si elle avait choisie d'être à cette image pour lui, ce n'était pas sans raisons. Il s'était bien souvent senti seul dans sa vie, pour ne pas dire depuis toujours. Cette solitude il avait appris à l'accepter, à vivre avec, mais jamais il ne l'avait aimée. La vérité était là, dans cette pièce, avec lui, grâce à Eléanor. Pendant tout ce temps, il n'avait été rien de plus qu'un lâche. Dont le besoin de ne plus être seul était devenu viscéral avec son arrivée en Ecosse. Et pourtant, Kevin restait paradoxalement lié à ce grenier, il le sentait au plus profond de lui.

C'est n'est que lorsque Eléanor le toucha qu'il revînt tout à fait la réalité. La seule chose qu'il trouva à dire sur l'instant c'est :

- Je suis désolé.

Puis avec un sourire d'abord léger, puis de plus en plus sincère, il se contenta finalement de lui tendre à nouveau son cadeau, sans plus d'explications d'abord.

- J'espère que l'endroit te plaît et que...mon cadeau te plaira aussi. C'est pas grand chose mais je n'ai pas choisi que ça, heureusement. Ça c'est ton cadeau d'anniversaire en réalité. Ton cadeau de Noël t'attends dans la Cabane Hurlante, lui. Ce n'est pas quelque chose que je pouvais véritablement ramener au château,
grimaça-t-il un peu tout en saisissant son présent également.

Dans son petit paquet il y avait un bracelet avec un pendentif à l'effigie d'un trèfle à quatre feuilles. Cette fois, le froid de dehors n'était plus là pour le couvrir. Pour sûr qu'il se mit à rougir en voyant Eléanor déballer son présent.

CODAGE PAR AMATIS


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones


Dernière édition par Kevin Entwhistle le Dim 27 Jan - 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
Eleanor Branstone


MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Ven 25 Jan - 10:49

Merry Christmas, Kevin.

Tandis qu’elle écoutait avec un sourire charmé aux lèvres, l’adolescente posa sa baguette sur la tête du Serdaigle, et murmura à l’encontre du chapeau qu’il continuait de porter un « Finite incantatem ». Elle dut s’y reprendre à plusieurs reprises pour lutter contre la magie de l’accessoire et termina enfin son travail quand les propos de Kevin la firent tiquer. Ses yeux se posèrent sur lui, grandis par leur choc. Aussitôt elle vira au rouge, pas tant pour le sujet que parce qu’elle l’avait compris du premier coup. Elle ouvrit la bouche pour répondre quelque chose, mais rien ne vint. Il lui avait coupé le sifflet. Fort heureusement, le sujet tendancieux ne dura pas et Eléanore put respirer de nouveau, tremblante de la tête aux pieds. Têtue, elle aurait bien discuté la décision de son beau Serdaigle, mais de toute évidence, ce n’était absolument pas dans les plans de ce dernier. Alors, perdante, elle hocha la tête dans une fausse moue boudeuse et enfantine. A dire vrai, elle n’était pas non plus contre une grande vague de chaleur !
[…]
En toute honnêteté, Eléanor ne savait pas à quoi s’attendre devant la Salle-sur-demande. Kevin demeurait un profond mystère pour elle, ainsi qu’elle le confierait à Sanguini quelques jours plus tard. Elle ignorait ses souvenirs mais surtout le degré de souffrance qui les accompagnait. Quand ils franchirent le seuil de la salle, elle garda le silence. Ses yeux balayaient la pièce, s’arrêtaient ici et là, Eléanor la trouvait agréable, chaleureuse, mais quelque chose n’allait pas – autre que ce lit qui semblait leur être destiné -. Encore trempée par la neige, elle ôta sa cape qu’elle accrocha sur un porte-manteau apparut à sa demande. Elle en vida les poches et gagna la table basse pour y déposer les mets emportés de la Grande-Salle ainsi que la fameuse mallette. Kevin, lui, n’avait toujours pas bougé, silencieux comme une tombe. Doucement, elle approcha et noua sa main à la sienne.

- Est-ce que tout va bien ? interrogea-t-elle d’une petite voix. C’est une jolie pièce, Kevin.

Elle mourrait d’envie de lui demander quel était ce lieu, ce qu’il symbolisait pour lui, mais n’en fit rien pour ne pas le gêner davantage. L’excuse qu’il formula confirma ses soupçons et attrista intérieurement l’élève. Elle serra davantage sa main pour appuyer sa présence et lui adressa un sourire qui se voulait rassurant. Ses yeux se posèrent alors sur le présent qu’il lui tendait.

- Mon cadeau d’anniversaire ? répéta-t-elle stupéfaite.

Le cœur d’Eléanor battait extrêmement fort, à la fois de gêne, d’excitation et de gratitude. Ses yeux rivés sur le paquet, elle s’aventura près de la cheminée pour se réchauffer. Elle n’osait pas l’ouvrir. A l’exception d’Oliver qui se faisait un point d’honneur à ne jamais oublier son anniversaire, elle ne recevait jamais de cadeaux. Le jour de sa naissance était un mystère pour Poudlard et ses habitants. Ses doigts tremblaient un peu sous l’émotion. Puis elle se décida et ouvrit son présent. Ce qu’elle y trouva la laissa sans voix aucune. Ses yeux étaient écarquillés tandis qu’elle prenait en main le bracelet. Emue, elle sentit les larmes lui monter sans qu’elle n’en comprenne réellement la raison. Une part d’elle en voulait au Serdaigle de lui offrir un tel présent, c’était beaucoup trop pour elle. L’autre part, en revanche, était incroyablement touchée. Aucun mot ne voulait ni ne pouvait franchir ses lèvres. Sa gorge était nouée. Alors elle s’approcha du Serdaigle, poignet gauche tendu et attendit qu’il le lui attache. Une fois fait, elle observa le symbole de la chance. En réalité sa plus grande chance n’était nulle autre que Kevin, Eléanor ne ressentait nullement le besoin d’avoir un porte-bonheur à portée de main. Cependant, elle était bien obligée d’avouer que l’idée d’avoir quelque chose lui rappelant Kevin toujours avec elle et sur elle, la séduisait profondément.
L’adolescente finit par lever son regard vers celui du Serdaigle, et sans prévenir, l’enlaça.

Incapable de formuler le capharnaüm d’émotions qui était le sien, elle resserra ses bras autour de son cou, serrant le Serdaigle avec toute l’affection et l’amour dont elle était capable. Ses prunelles étaient noyées de larmes, mais elle les ravala bien avant qu’elles n’aient pu la trahir. Les secondes s’éternisaient alors qu’elle refusait de bouger. Est-ce qu’il pouvait sentir son cœur trembler dans sa poitrine ? Savait-il seulement ce qu’elle éprouvait, ce qu’il représentait pour elle ? Comment aurait-il pu, elle qui se cachait de ses émotions, elle qui ne savait pas comment les dire à voix haute… Elle devait dire quelque chose, quelque chose qui pouvait le rassurer, lui faire comprendre le bouleversement qui était le sien. Elle ne pouvait pas reculer, elle en était consciente. Mais quels mots choisir ? Comment était-on sensé exprimer ces choses-là ? Les mots lui semblaient si vides tout à coup, si loin de la vérité, du sentiment profond qu’elle éprouvait. L’ineffable ne pouvait être dit. Alors, avant qu’il ne cherche à défaire leur étreinte, elle murmura à son oreille d’une voix chevrotante et douce :

- Je … Je … commença-t-elle en s’intimant au courage, je suis en train … de tomber amoureuse de toi, Kevin Entwhistle.

Et ça l’effrayait, bien sûr. Ce qu’elle se garda bien de préciser. Lentement, l’adolescente amoureuse le libéra de son emprise, trop pudique pour croiser son regard et lui dévoiler ses yeux brillants d’émotions. Tant bien que mal, elle se râcla la gorge et l’intima à ouvrir ses cadeaux. Merlin qu’elle aurait aimé disparaître dans un trou de souris !

- A … A ton tour d’ouvrir les tiens. Joyeux Noël, Kevin.

Et déjà, elle se mettait à jouer nerveusement avec son bracelet. Finalement, elle n’était pas contre un petit peu de chance !
Le cadeau de Kevin était une première pour elle, à tout point de vue. Après avoir réclamé de l’aide et des conseils à droite et à gauche, envoyé des lettres à une sorcière professionnelle en tricot, Eléanor avait fini par confectionner à l’aide de plusieurs pelotes de laine, une chaussette de Noël pour le Serdaigle. Bleue marine, comme sa maison, un K enlacé par les ailes d’un aigle se trouvait en son centre. Naturellement, elle avait dû se servir d’un peu de magie pour parfaire son œuvre. Tout enfant avait le droit à sa première décoration de Noël, Eléanor avait choisi de le faire pour Kevin. A l’intérieur, bien sûr, elle y avait glissé un second paquet, cette fois trouvé dans les ruelles de Pré-Au-Lard. Sa façon à elle d’immortaliser leur toute première rencontre : une boule à neige avec en son cœur, la Cabane Hurlante.  

- Poudlard sera toujours avec toi, désormais, déclara-t-elle à voix basse peu certaine de son succès, et le souvenir … de notre rencontre également.

Autrement dit, son souvenir d'elle.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.


Dernière édition par Eleanor Branstone le Mar 29 Jan - 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
Kevin Entwhistle

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Dim 27 Jan - 22:16





Merry Christmas
Eléanor & Kevin.



Kevin fut plus que soulagé de voir son foutu bonnet atterrir entre les mains d'Eléanor, après qu'elle soit finalement parvenue à l'en débarrasser. Même s'il s'était plus ou moins habitué à ses interventions, c'était plaisant d'avoir enfin la sensation d'être entièrement seul avec sa blondinette. Il garderait ce bonnet bien précieusement en guise de souvenir à moitié déplaisant, bien caché en attendant le jour où il pourrait potentiellement s'en resservir.

[...]

Eléanor trouvait la pièce jolie. Kevin s'en senti touché plus que de raison, sans doute parce qu'il était prêt à prendre n'importe quel compliment afin de se rassurer un peu. Si la vision du lit ne l'avait pas non plus laissé indifférent, le Serdaigle n'avait rien laissé paraître. La perspective de pouvoir passer toute la nuit avec Eléanor lui plaisait -ce qui justifiait sans doute la présence de ce lit- mais le garçon n'avait encore aucune arrière pensée derrière la tête, son amoureuse pouvait s'en rassurer. Il était un garçon naturellement bien trop réservé et pudique pour être du genre à vouloir brûler les étapes. Il espérait bien ne pas avoir à ouvertement rassurer la blondinette à ce sujet, il se sentait déjà bien assez mal à l'aise comme ça.
Son regard qui s'était brièvement rivé sur le lit au fil de ses pensées se reposa bien assez vite sur Eléanor, partie se réfugier auprès du feu pour aller ouvrir son présent. Il la rejoignit sans trop se faire prier, encore frigorifié du froid extérieur malgré son envie tout aussi pressante d'aller se cacher dans un trou. Il ne savait même pas pourquoi il se faisait tant de souci, ses nerfs semblaient tout simplement hors de contrôle depuis le début de la soirée.

- Ça...ça te plaît ?
demanda-t-il d'une voix hésitante face au feu, après avoir vu du coin de l’œil qu'elle avait terminé d'ouvrir son paquet.

Pour toute réponse, il eut droit à un poignet tendu et à des yeux embués de larmes. En croisant le regard d'Eléanor, Kevin eut la sensation de sentir son cœur se gonfler soudainement à l'intérieur de sa poitrine. Maintenant, c'était comme s'il allait frôler l'explosion. Jamais encore il n'avait ressenti ces émotions avec elle, ses sentiments pour elle d'une pareille force. Le silence ne devînt donc rapidement plus un problème pour lui, persuadé qu'il n'aurait de toute manière jamais pu rendre ses paroles aussi éloquentes que ses regards ou ses gestes. Après avoir attaché le bracelet autour du poignet de sa blondinette il se retrouva bien assez vite dans ses bras, agréablement surpris encore une fois. Ces élans d'affections étaient toujours aussi nouveaux pour lui mais Kevin savait déjà qu'il n'était qu'à deux doigts de frôler la dépendance. Lorsqu'il tenait Eléanor dans ses bras, plus rien d'autre ne comptait. C'était si soulageant pour lui. De pouvoir baisser les armes sans pour autant se sentir seul. Il y avait tant de choses qu'il espérait bien pouvoir lui dire, mais les mots lui manquaient au moins autant qu'à elle, quand-bien même il était loin de l'imaginer en la serrant davantage dans ses bras.

Avait-il déjà pensé au moment où il devrait prononcer ces trois petits mots magiques ? Pas vraiment. Ces choses là ne s'improvisaient pas. Elles étaient censées venir du plus profond de notre être et ce, au moment le plus -ou le moins, après tout- opportun. Tant que l'intention était sincère, ça n'avait pas vraiment d'importance. Il ne venait pas vraiment de les entendre, ces trois petits mots magiques. Mais c'était tout comme. Et quelque part, un Kevin bien enfoui au fond de lui le trouva d'autant plus beau. Nonobstant, la majorité de son être s'était tendue après la révélation, malgré toute la réciprocité qu'il ressentait au fond de lui. Ça signifiait tant, ce qu'elle venait de lui dire. Personne n'avait jamais prétendu un jour l'aimer. En avait-elle seulement conscience ? Kevin priait pour ça. Elle se détacha de lui mais il retînt ses mains, qu'il serra tout en cherchant à ancrer ses yeux à l'intérieur des siens. Maintenant, elle ne pouvait vraiment plus le fuir.
Comme il l'avait prédit, les mots restèrent bloqués à l'intérieur de sa gorge. Pourtant, son coeur menaçait toujours autant de bondir hors de sa poitrine. Il se contenta donc de lui accorder un sourire tendre, ce après quoi il leva le poignet récemment décoré de la blondinette pour aller déposer un baiser tout près du bracelet. Ce n'est qu'après ça qu'il daigna la lâcher à son tour, afin d'aller prendre place sur le canapé après avoir récupéré son cadeau de sur la petite table.

Il tomba rapidement nez à nez avec la chaussette, qui ne manqua pas de le faire sourire presque béatement. Il constata bien vite qu'elle était trop lourde pour ne pas être pleine, mais il prit le temps de la caresser après l'avoir vidée tout en admirant le travail fait avec la laine.

- Tu l'as confectionnée toi-même ? demanda-t-il d'une petite voix un brin amusée. Elle est vraiment jolie.

Un sourire attendri accroché aux lèvres, il déballa sans trop attendre le deuxième cadeau. Ses lèvres s'étirèrent davantage sans qu'il ne s'en rende vraiment compte. Il secoua la boule afin de pouvoir admirer la dégringolade des flocons de neige sur la Cabane Hurlante, un lieu à jamais clef pour eux.

- Merci...Eléanor. Vraiment.

Il pinça légèrement des lèvres en sentant sa gorge se nouer. Ce fut à son tour de lui tendre la main afin qu'elle vienne prendre place à ses côtés. La boule à neige était toujours dans son autre main et la désagréable sensation de ne pas être capable de se montrer assez reconnaissant déjà ancrée en lui.

- Je n'oublierais jamais le jour de notre rencontre, tu sais...je n'oublierais jamais rien.


Il tenait toujours la main d'Eléanor alors il la porta jusqu'à sa poitrine, afin qu'elle puisse sentir les palpitations de son cœur toujours autant affolé.

- Je t'aime aussi, Eléanor Branstone. Mais je crois que ça me fou aussi une frousse monstrueuse...

Au dernier murmure de sa phrase il resserra davantage sa main autour de celle d'Eléanor qu'il conserva contre sa poitrine, malgré l'impact que pourrait avoir sa révélation. Kevin trouva au moins le courage de ne pas la fuir du regard. Rompre ce contact était la dernière chose qu'il voulait.


CODAGE PAR AMATIS


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
Eleanor Branstone


MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Mar 29 Jan - 12:18

Merry Christmas, Kevin.

Sa main rejoignit la sienne, son corps entier cédant à l’attraction exercée sur lui. A genoux, tout près de Kevin, Eléanor contemplait la scène, à la fois actrice et spectatrice. Elle n’avait jamais vu de films d’amour, d’aussi loin que remontaient ses souvenirs. Alors elle n’avait guère d’outils de comparaison. Elle n’avait pas suffisamment lu d’histoires comme celle-ci non plus. Pourtant, cette scène lui paraissait tout sauf réelle, loin de son quotidien, loin de cette froideur qui était habituellement la sienne. Elle-même se sentait comme une étrangère à son propre regard. Qui était-elle finalement ? Etait-elle vraiment faite pour ces sensations-là ? Tout lui semblait si irréaliste. Ce n’était même pas un rêve, jamais elle n’avait rêvé de l’amour. Cette perfection était parfaitement nouvelle, lui donnant ce sentiment incongru mais si doux, de flotter. Ses yeux observaient Kevin, sans pouvoir s’en détacher, à moitié dans l’inconscience. De milliers de pensées fourmillaient dans sa tête tandis que sa partie consciente détaillait ses traits avec tendresse. Un sourire respirant l’amour accaparait toujours ses lèvres. Ses cadeaux plaisaient, elle aurait dû en être soulagée. Mais elle ne l’était pas, trop déconnectée. Seul Kevin et l’entrelacs de ses émotions existaient en cet instant. Une voix lointaine lui murmura que rien ne serait jamais oublié, ce qui lui provoqua un léger picotement au cœur. Sur le coup, la sensation fut désagréable, douloureuse, alors qu’elle aurait dû être touchante. Peut-être parce qu’elle cachait une incertitude qu’elle avait eu grande peine à refouler depuis qu’il le lui avait dit la première fois. « Je n’oublierais jamais rien », sous-entendu « quoi qu’il arrive ». Elle resserra un peu plus ses doigts autour des siens alors que sa gorge se nouait subrepticement. Elle ne voulait pas penser à l’après, de crainte d’accroître sa peur et de vouloir reprendre un contrôle total. Sa raison cherchait suffisamment à reprendre le dessus, un combat silencieux, de tout instant. Eléanor refusait opiniâtrement de réfléchir. Au fond, elle connaissait ses travers. Comme elle savait qu’elle serait la première à quitter Poudlard, et que ce qu’elle se mettait à redouter, se produirait fatalement. Ils avaient encore six longs mois devant eux, elle souhaitait s’y frotter, s’aventurer dans ce qui pourrait être éphémère. Biaiser le temps qui passe était un risque qu’elle se sentait prête à prendre, comme si, sans Kevin, tout ceci ne pouvait exister ou n’existerait plus. Ce qui était bien naïf mais pas moins sincère. Sous ses doigts, elle sentit soudain des battements précipités. L’effet lui remit les deux pieds dans la réalité et ses yeux se posèrent sur ce qu’elle percevait. Son sourire s’élargit, puis disparut à l’entente de ces mots étrangers, qu’elle n’avait pas entendu depuis sa plus tendre enfance. Son regard se leva pour plonger dans celui du Serdaigle, comme pour y contempler la véracité de ses mots. Son souffle s’était coupé. Elle ne s’en était pas rendue compte. Sa sincérité la submergea sans qu’elle ne puisse la décrire. C’était effrayant, comme perdre pied au-dessus du vide. Le crépitement du feu la tira de ses pensées dans un sursaut brutal. A nouveau elle respira.

- Je sais, finit-elle par murmurer avec douceur.

De sa main libre, elle vint poser le bout de ses doigts sur sa joue. Le temps de chercher ses mots et d’exprimer ce qu’elle se sentait capable de partager à voix haute, elle dessina ses traits dans une lenteur extrême. Ses doigts retombèrent ensuite pour laisser sa parole capter toute l’attention.

- Nous avons eu une enfance différente, mais toi et moi nous sommes pareils. On chérit notre liberté et notre indépendance plus que n’importe quoi d’autre. On s’y raccroche désespérément, incapables de croire que nous pourrons survivre sans. Cette dépendance nous fait peur et mal à la fois car …

Elle déglutit. Un sourire rassurant se profila à l’horizon. Mais Eléanor aurait été bien incapable de dire qui elle souhaitait rassurer à cet instant.

- … nous ne savons pas ce qu’il nous restera, sans elle.


C’était une des raisons pour laquelle elle ne pouvait lui dire clairement qu’elle l’aimait. « Être en train de », ce n’était pas encore l’être totalement. Un mensonge rassurant, en d’autres termes, pour se dire que quoi qu’il puisse arriver, elle en réchapperait indemne. Elle était parfaitement consciente de cette pensée égoïste. Elle n’était tout simplement pas prête à accepter son incapacité totale à rester de marbre face à lui. La plupart de ses pensées accompagnait bien souvent les siennes, alors que dehors, d’autres priorités plus importantes encore attendaient. Ce chamboulement dans ses priorités n’était pas assumé, car une infime voix lui disait qu’il passerait en premier. Ce qu’elle ne pouvait ni admettre ni tolérer. Pas si tôt. Être aussi déraisonnable n’était pas bien. Une morale qu’elle ne cessait de se répéter, sans y croire vraiment. Il était là son tiraillement.
Après une poignée de secondes silencieuses, elle se râcla la gorge et reprit, son regard lourd de sincérité.

- Je ne veux pas que tu changes, tu sais. Je ne te demande pas non plus de me révéler tous tes secrets. Nous sommes des solitaires de nature, je n’attends aucune concession de ta part, ni même que tu te sentes dans l’obligation de quoi que ce soit vis-à-vis de moi. Je veux simplement que tu saches que, à partir de ce jour, je te soutiendrai du mieux que je le pourrais. Je ferai en sorte de trouver les mots pour te rassurer et d’être là à chaque fois que tu en formuleras le souhait. Mais je n’empièterai pas sur qui tu es, Kevin. Je me l’interdirais toujours.

« Et autant que possible, surtout » pensa-t-elle silencieusement.

- Tu n’es plus seul désormais, renchérit-elle doucement. Et quoi qu’il arrive, tu ne le seras plus.

Sa voix était soudainement devenue ferme, involontairement, comme si son inconscient cherchait à atteindre directement celui de Kevin. Là encore, c’était quelque chose qu’elle n’aurait pu expliquer. En réalité, la liste de choses non-explicables devenait longue, peut-être un peu trop à son goût. Elle allait devoir s’habituer. Un tantinet mal à l’aise, elle vint déposer ses lèvres sur celles du Serdaigle, délicatement. Elle y demeura une poignée de secondes, mais n’y resta guère plus. Une part d’elle sentait qu’elle en avait suffisamment révélé, ce qui contrariait la seconde part d’elle qui aurait aimé davantage de laisser-aller.
Ses yeux se posèrent sur la mallette sur la table. D’un coup de baguette, Eléanor la fit venir jusqu’à eux. Elle se résigna à quitter le cœur de Kevin pour ouvrir le présent. Une petite appréhension gagna ses mains, tremblantes. L’alcool avait participé à la disparition de sa mère. En dehors de la bièraubeurre, elle n’en avait jamais bu. Heureusement, les fioles ne contenaient qu’une seule gorgée, peut-être deux tout au plus. Elle décrocha celle dont le liquide était le plus ambré et l’examina.

- Une Ecossaise qui ne boit pas d’alcool devrait être reniée de sa patrie sur le champ, tu ne crois pas ? Mon père m’a raconté un jour qu’il avait essayé plus d’une fois de mettre du Whisky dans mon lait, afin de m’y habituer dès la naissance. Bien sûr, il s’est bien gardé de me dire s’il avait réussi ou non. Tu veux bien m’accompagner ? demanda-t-elle d’une voix fluette, les traits profondément intimidés.

Codage par Libella sur Graphiorum
[/quote]

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
Kevin Entwhistle

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Ven 1 Fév - 4:41





Merry Christmas
Eléanor & Kevin.



Même si le rythme des battements de son cœur s'était encore une fois accéléré, Kevin réalisa bien vite qu'il n'était pas si difficile que ça de l'ouvrir aux autres. Jamais il n'aurait pensé être capable de pouvoir exprimer son affection, son amour, aussi facilement. Et pourtant, il venait à peine de le faire. Il le faisait encore, à chaque instant, en maintenant la main d'Eléanor contre sa cage thoracique. Il ne voulait pas louper une miette de ses réactions et c'est ainsi qu'il espérait pouvoir lui rendre la pareille, d'une certaine manière, déjà soucieux à l'idée de ne pas être capable d'employer les bons mots. Est-ce que tout n'allait pas trop vite, est-ce qu'il ne venait pas de faire une erreur ? Pendant un bref instant, le sourire de la blondinette le rassura. Mais il se dissipa rapidement et son sentiment de soulagement en fit tout autant.
"Je t'aime mais j'ai peur" n'allaient pas vraiment de paire, il en avait bien conscience. Nonobstant en se laissant aller, Kevin avait ressenti le besoin d'être parfaitement honnête. D'exprimer pour une fois ce qu'il avait véritablement sur le cœur, sur le moment. Il n'avait pas vraiment réfléchi à ses paroles, mais il refusait de les regretter. Il était déjà trop tard pour revenir en arrière, il se devait de les assumer. Ses yeux se fermèrent brièvement au contact des doigts d'Eléanor sur sa joue et à son tour, grâce à eux, il respira de nouveau.

Seulement, à mesure qu'il l'écoutait parler, Kevin ne put s'empêcher de se sentir de plus en plus égoïste. Égoïste parce qu'il venait d'une certaine manière de gâcher un moment qui n'aurait dû être que beau. Égoïste parce qu'il oubliait bien trop souvent à son goût qu'il n'était plus seul. Qu'Eléanor avait dû elle aussi, faire face à son lot d'épreuves. Il était égoïste parce qu'il avait ramenée une nouvelle fois l'attention sur lui, un soir de Noël. Son premier véritable Noël, passé avec une personne à qui il tenait. Enfin, il était égoïste de la laisser porter leurs peurs pour deux. En la laissant plus ou moins dans le floue et le silence, c'était ce qu'il faisait. Lui pendant ce temps là, il continuait simplement à se fourvoyer.  C'était tellement égoïste. Si pitoyable. Il ne méritait certainement pas autant d'attention.

Inconsciemment, il serra encore une fois la main qu'il tenait toujours contre sa poitrine. L'intérieur de sa paume était légèrement moite, tout comme le revers de la main d'Eléanor par sa faute. Il ne comptait toujours pas la lâcher, pour une raison qui lui échappait. C'était comme si ça le rassurait davantage de la tenir là, c'était comme si ça la rapprochait de lui d'une manière qu'il ne s'expliquait pas. D'une façon ineffable. Même s'il avait honte de lui, la seule chose qu'il plaçait encore au premier plan c'était elle. Elle et sa force, elle et les efforts qu'elle faisait pour eux deux. Pour lui. Son regard, indéniablement, s'était attendri. Malheureusement, Kevin savait qu'aucune des paroles qui lui passaient par la tête actuellement méritaient qu'il brise ce silence. Il ne voulait pas risquer de gâcher les choses, pas davantage. Il ne fut que de courte durée grâce à Eléanor. Inconsciemment, par le biais de ses mots, elle le poussa à s'haïr un peu plus encore.

"Tu es beaucoup trop bien pour moi, Eléanor Branstone." C'était actuellement les paroles qui lui brûlaient les lèvres tandis qu'il était toujours entrain de soutenir son regard. Pourtant, durant une nouvelle poignée de secondes, Kevin garda les lèvres closes. C'était comme s'il cherchait à faire le tri dans sa tête, son regard transpirait de plus en plus la confusion. Il lui était si difficile de trouver les bons mots.

- Je sais pouvoir compter sur toi, Eléanor. Et j'espère que tu sais...que je serais prêt à te rendre la pareille, n'importe quand.

Il baissa les yeux pour la première fois depuis une poignée de minutes. Il voulait lui en donner plus, il devait en donner plus.

- Tu sais...Quand j'ai vu ce médaillon, il m'a immédiatement fait penser à toi, ses yeux se relevèrent sur elle après avoir brièvement observé le concerné, le tout avec un léger sourire. Tu n'as pas idée de ce que ça représente pour moi d'avoir quelqu'un sur qui compter. Je ne savais pas ce que je cherchais à l'origine, mais j'étais persuadé que je le saurais quand je le trouverais et je ne m'étais pas trompé. Le trèfle...ne pouvait que me faire penser à toi. Il m'est arrivé de vivre dans villes un peu plus reculées d'Amérique. Je passais parfois des heures dans les champs, à chercher l'inspiration et des trèfles à quatre feuilles. Je n'en n'ai jamais trouvé aucun. Alors j'ai fini par devoir me convaincre qu'ils étaient trop rares pour que je continue à perdre mon temps à les chercher. Aujourd'hui...

Il s'arrêta un instant pour pincer légèrement des lèvres, la tendresse dans son sourire s'accentua malgré lui.

- Je sais maintenant où je pourrais toujours en trouver un.

Pour la première fois depuis qu'ils étaient ensembles, Kevin regretta que ce baiser ne soit pas plus long. Non pas qu'il n'avait pas su apprécier les précédents à leur juste valeur mais celui-ci...avait eue une saveur différente, une saveur qui lui avait plu. Il était néanmoins plus ou moins soulagé d'avoir pu encore une fois exprimer ce qu'il avait sur le cœur, même s'il était encore loin d'avoir tout confier.
C'était la deuxième fois uniquement que Kevin sous-entendait avoir beaucoup déménagé. Si Eléanor avait été suffisamment attentive, elle avait dû comprendre qu'il avait fait parti de plusieurs familles. Il avait envie de lui parler de cet endroit et même peut-être d'un peu plus encore, seulement, il ne savait pas vraiment par où commencer.

Eléanor avait finalement lâchée sa main afin de faire apparaître la mallette tout près d'eux. Kevin l'avait quasiment oubliée, alors qu'elle avait quelque chose d'un brin excitant depuis le début de cette soirée. Il culpabilisait un peu à l'idée de consommer le cadeau de sa petite-amie, mais il n'imaginait pas vraiment la blondinette accepter de boire sans lui.

- Je pense ne pas me tromper en concluant que ta mère a dû l'en empêcher,
rit-il doucement, de bon cœur après toutes ces émotions difficiles à gérer. Je veux bien t'accompagner oui. Après tout aujourd'hui c'est plus que jamais l'occasion de trinquer, non ?

Son choix se porta sur un échantillon de vodka, qu'il déboucha à son tour. Ses yeux se reposèrent sur Eléanor et c'est en souriant doucement qu'il reprit.

- A toi, Eléanor. Et à cette soirée d'ores et déjà parfaite.


Il ne traîna pas à se cacher derrière sa petite fiole qu'il avala entièrement avec deux gorgées. Le liquide ne manqua pas de le brûler la gorge et même de le faire un peu tousser. Il lui était déjà arrivé de boire en Amérique, mais ça lui semblait remonter à une éternité maintenant.

- Bordel, j'avais oublié quelle sensation ça faisait...


Les joues légèrement rougies, Kevin se pencha un peu afin de poser la petite bouteille vide sur la table, ce après quoi ce fut à son tour de sortir sa baguette afin faire apparaître sur ses genoux sa guitare. Il gratta aussitôt les cordes pour s'assurer que tous les accords étaient bons et puis bien assez vite, il commença à jouer une petite mélodie de Noël.

- Promis...Les promesses que je ne tiens pas sont les plus déplaisantes.


Il laissa Eléanor profiter de ce moment en silence, pendant une minute, peut-être deux. Lorsqu'il recommença à parler, il accompagna sa voix d'une mélodie personnelle, récemment composée.

- J'ai grimpé dans un train et prit un ferry pour l'Angleterre sans même prévenir la famille qui m'hébergeait. J'ai vécu un an chez ces personnes, les Mendola.  Ils me faisait dormir dans un endroit...comme celui-ci. En fait...c'était plutôt un grenier, précisa-t-il en jouant des notes un peu plus graves. J'y ai vécu l'hiver le plus froid de ma vie, je crois. Mais ça ne les as jamais dérangés, sourit-il amèrement. Je ne te racontes pas ça pour que tu aies pitié de moi, Eléanor. C'est juste que...

Il s'arrêta de jouer pour jeter un regard à la pièce. Un profond soupir s'échappa de ses lèvres puis en reposant son regard sur elle, Kevin se remit finalement à sourire.

- D'une certaine manière, j'en garde aussi de bons souvenir. J'ai pu acheter ma guitare au début de l'hiver de cette année là. Il y avait un velux dans le toit, juste au dessus de mon lit, qui me permettait d'observer les étoiles avant de m'endormir. Pratiquement toutes les nuits du mois d'Août ont été magiques, tu n'as pas idée. Et puis...même si j'avais déjà eu des chambres plus confortables...Dans ce grenier, je me sentais un peu plus chez moi. Un peu plus à l'abris des regards, un peu plus...moi. C'était pas si déprimant que ça en a l'air, crois-moi.



CODAGE PAR AMATIS


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
Eleanor Branstone


MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Lun 4 Fév - 20:56

Merry Christmas, Kevin.

L’occasion de trinquer. Peut-être. Elle appréhendait toujours autant de porter la fiole à ses lèvres. Le temps de son hésitation, l’effluve monta à son nez. Elle le retroussa, cherchant toute sa volonté pour ingurgiter le liquide ambré. Il avait l’air si inoffensif et pourtant, elle connaissait tout le danger qu’il y avait dans une seule gorgée. Elle ne pouvait cependant pas se défiler. Ses yeux, posés sur la fiole, revoyaient des images du passé. Il lui semblait entendre certains cris, le son du verre qui se brise ou encore celui des nombreuses errances de sa mère dans la cuisine… D’un geste un peu brusque, elle avala le contenu, non sans une grimace. Le temps d’un infime instant, il lui brûla la gorge. C’était court, et cependant, elle avait l’impression désagréable qu’il perdurait. La décision fut sans appel : jamais plus elle n’y toucherait, c’était chose certaine. Et moins elle le sentirait, mieux elle se porterait !
Kevin avait-il été témoin de la scène ? Elle l’ignorait. Ses prunelles s’étaient fermées par réflexe sous l’effet de l’alcool, et désormais elle craignait de les rouvrir. Quand soudain, une mélodie la plongea dans de nouveaux souvenirs, plus doux, plus positifs. Il y avait un vieux monsieur à Culloden. Ses vêtements étaient rapiécés, ses joues souvent rougies par le froid. Ses mitaines aussi semblaient avoir vécu mille et une guerres. Mais ce n’était pas ce qu’elle observait à chaque fois qu’elle le voyait. Cet homme marqué par les ans, avait un compagnon qu’enviait beaucoup l’enfant : un harmonica. A chaque fois qu’elle passait devant lui, Eléanor faisait des pieds et des mains pour forcer sa mère à offrir quelque chose au bon monsieur car elle ne comprenait pas comment un homme pouvait être ainsi abandonné. Alors, pour remercier cette bonté qui émanait toujours de ses grands yeux bleus, le monsieur lui jouait la mélodie de son choix. Un jour, tandis qu’elle passait, il jouait une mélodie de Noël. Aussitôt, il charma le cœur de l’enfant, à tel point que « O Holy Night » devint sa préférée. Chaque année, à la même période, il la lui rejouait, une, deux, cinq fois, jusqu’à son entrée à Poudlard. Depuis lors, elle ne l’avait jamais plus entendue. Comme elle n'avait plus revu cet homme au regard bienveillant et si malheureux pourtant.
Le cœur lourd de souvenirs et de gratitude, Eléanor rouvrit les yeux sur le Serdaigle.

- Je me rappellerai de te le faire promettre chaque année, commenta-t-elle enfin d’une voix chevrotante.

Puis le charme fut rompu quand une nouvelle mélodie lui succéda. Cette fois, la Poufsouffle eut le sentiment que l’atmosphère autour d’eux se transformait. Kevin s’apprêtait à parler, elle le savait. D’instinct, son corps s’était tendu. De parole en parole, elle avait fini par comprendre la longue errance qu’avait connue Kevin, de famille en famille. Comment avait-il pu en arriver là ? Elle ne se l’expliquait pas. Comment Adam avait pu gagner Poudlard au détriment de Kevin ?
Eléanor en avait oublié ses propres tourments pour boire les paroles de l’adolescent près d’elle. A aucun moment elle ne l’interrompit. Avec tendresse, elle répondit à son sourire, comme pour le rassurer. A sa manière, elle le trouvait courageux. Elle-même aurait eu autant de difficultés, si ce n’était plus, à évoquer son passé, bien moins lourd pourtant que celui du Serdaigle.

- Tu ne devrais pas avoir honte de ton passé, Kevin, finit-elle par répondre avec douceur. Est-ce que j’éprouve de la pitié, de la compassion ? Oui. Je ne serais pas humaine si ce n’était pas le cas, et à ma place, tu en éprouverais tout autant. Pourtant, je suis contente que tu aies vécu toutes ces épreuves, même si je comprends que cela a été dur pour toi. Mais aujourd’hui Kevin, tu es là avec ton lot d’expériences, ta personnalité, et tout ce qui fait que tu es toi et pas quelqu’un d’autre. Il t’appartient, tu ne dois pas t’en cacher ni même craindre ma réaction. Je t’ai vu, en face de ce même passé, en franchissant ses portes ; je sens tes hésitations quand tu te prépares à partager tes souvenirs avec moi …

Elle défit sa main de la guitare pour y déposer un léger baiser au creux de sa paume. Eléanor savait que ses propres conseils s'appliquaient aussi à elle-même. Seulement, son cas était différent. Elle n'en avait aucune honte, son passé était simplement trop douloureux à évoquer à voix haute, comme si l'entendre lui donnait cette consistance qu'elle lui avait retirée depuis ces dernières années. Il était derrière elle, non plus sur ses épaules. Ce n'était plus sa place, du moins était-ce l'idée qu'elle ne cessait de se répéter.

- Tu m’as trouvée, et je ne compte pas fuir, termina-t-elle alors.

Son sourire s’élargit pour se faire amusé, ou presque.

- Je ne suis pas sûre de porter aussi chance qu’un trèfle à quatre feuilles, mais j’essaierai d’être aussi rassurante, autant que je le peux. Quant aux étoiles, elles sont les meilleures guides qu’un homme puisse avoir, car si l’on sait que le monde est immense, on sait aussi qu’on ne pourrait jamais s’y perdre. Elles seront toujours là, telles des sentinelles dans la nuit noire.

Elle ne partagea pas les longues nuits qu’elle avait, elle aussi, passées sous les étoiles, car elle ne voulait pas devoir s’en expliquer. Alors, comme pour faire diversion, elle choisit de se tourner vers ses provisions pour combler son appétit naissant. Eléanor abandonna Kevin pour s’asseoir dos à la cheminée, ses provisions « empruntées » sur ses genoux. Son regard était espiègle. Une petite voix en elle lui disait de briser le silence, de briser ce lien avec le passé, au moins pour ce soir. Il les touchait bien trop. Or Noël n’était pas fait pour les malheureux ni les mélancoliques …

- Et si tu m’en disais plus sur ce qui m’attend dans la Cabane Hurlante ? A moins que tu préfères être interrogé sur la présence de ce lit.

Si sa timidité menaçait fortement de la trahir, la Poufsouffle afficha un sourire polisson, et même assuré. Elle s’attendait à voir Kevin se figer sur place ou à virer au rouge pivoine, car il était impossible qu’il soit comme tous les autres, avec une intention derrière. Maintenant qu’elle y repensait, sa propre appréhension avait été stupide.
Puis, trop bonne, elle décida de lui offrir une échappatoire, laquelle lui donnerait plus d'informations sur Kevin qu'elle n'en espérait, elle en était convaincue, si, bien sûr, il se laissait aller à penser à lui-même. Rêver donnait les moyens d'accomplir l'impossible, c'était ce qu'elle souhaitait rappeler au garçon qu'elle aimait, assis dans cet antre du passé.

- Ou alors tu pourrais t’approcher, observer les flammes, et me citer, dix choses que tu aimerais un jour accomplir ou vivre, une fois loin de Poudlard, dix choses pour toi et rien que pour toi. Une liste que tu réaliseras, parce qu’il n’y a pas plus important que de réaliser ses rêves, Kevin Entwhistle. On ne vit, normalement, qu’une fois, précisa-t-elle par crainte de voir le Serdaigle se défiler.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
Kevin Entwhistle

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Mer 6 Fév - 8:31





Merry Christmas
Eléanor & Kevin.



"Chaque année". Il sourit. C'était une perspective aussi plaisante que rassurante, même pour lui. Surtout pour lui. Dans ces moments-là, il se rappelait qu'il réalisait à peine la chance qu'il avait. D'être tombé sur quelqu'un comme Eléanor, après tout ce temps. Sans même l'avoir véritablement cherché. Avant de la connaître il ne s'était jamais questionné au sujet de l'amour et maintenant il ne se passait plus une journée sans qu'il ne pense à elle. Si le soir il se couchait parfois avec cette éternelle sensation d'être seul, tous les matins il se réveillait avec le sourire aux lèvres. Rassuré par la perspective qu'il allait la retrouver, ou au moins croiser son regard, à l'intérieur duquel il craignait un peu plus chaque jour de se noyer. Est-ce que c'était ça, l'amour ? Des incertitudes, des peurs, des remises en questions constantes ? Kevin n'en n'avait aucune idée. Il savait juste qu'il ne contrôlait pas ce qui lui, leur était arrivé. Les premiers jours pas plus qu'aujourd'hui. C'était arrivé, c'est tout. Et même ses peurs les plus profondes toutes réunies ensembles ne suffisaient pas à peser dans la balance face à son besoin de connaître, de ressentir quelque chose comme ça. Quelque chose qui dépassait son entendement, d'ineffable et qu'aucun mot existant ne saurait déjà suffisamment bien décrire.

Se remettre à jouer un morceau plus sombre, de sa propre composition avait été plus fort que lui. "O Holy Night" était une des mélodies de Noël qui lui parlait le plus, même si ce n'était associé à aucun réel bon souvenir dans son cas. Kevin avait ce besoin de se retrouver à l'intérieur de sa musique, ce sans quoi il avait la sensation de se mentir et de se trahir lui-même. Ce n'était pas quelque chose qu'il pouvait facilement expliquer à quelqu'un, d'ailleurs il ne s'attendait pas à ce que qui que ce soit soit en mesure de comprendre. Aux yeux du monde, la musique était une passion. Pour lui, elle était tellement plus que ça.
Pourtant, Eléanor aurait méritée qu'il continue à jouer, pour elle. Il aurait pu le faire, il aurait même dû. De fugaces regrets refirent irruptions à l'intérieur de son esprit, il était une nouvelle fois trop tard pour revenir en arrière, quoi qu'il puisse arriver désormais.

S'il n'avait fait aucune réflexion sur le sujet, Kevin avait pourtant bien remarqué les changements d'émotions sur les traits du visage d'Eléanor. Il commençait à suffisamment bien la connaître pour être capable de le savoir quand quelque chose n'allait pas. Il s'était retenu de lui poser la moindre question pour ne pas prendre le risque d'éveiller de mauvais souvenirs en elle, en particulier ce soir. En ce qui le concernait, il ne choisissait jamais vraiment ses moments pour se confier, un fait qui comptait parmi l'un de ses nombreux défauts selon lui. Les réactions de la blondinette face à ses confessions le conforta dans cette idée. Elle était tellement compréhensive, avec lui. Elle lui donnait envie de croire en une meilleure version de lui-même. De foutre au placard Kevin Smith, l'orphelin qu'on avait pendant des années pointé du doigt. Mais son passé lui collait à la peau et il ne pouvait pas prétendre l'inverse. Dire qu'il en avait honte était un peu faux. Certes, c'était une partie de lui-même qu'il n'avait pas envie de montrer parce qu'il n'en n'était pas fier mais à titre personnel, il l'avait acceptée depuis longtemps. Il vivait avec son identité et tout ce qu'elle représentait sans aucune honte. C'était plutôt les à-priori des autres que le jeune-homme craignaient, ceux d'Eléanor encore plus. Il s'était toujours dis que jamais personne ne pourrait le comprendre.
Jusqu'à elle. Elle et son histoire qu'il connaissait si mal, finalement.

- On s'est trouvés,
Eléanor, rectifia-t-il finalement après un long moment de silence.

Il se sentit comme vulnérable sans plus aucune de ses mélodies dans l'air. Malgré tout il laissa sa main dans celle de la blondinette, un fin accroché sourire aux lèvres, les yeux légèrement brillants. Il ressentait tant de choses qu'il aurait aimé être capable de lui exprimer. Son regard ne parlerait jamais assez longtemps pour lui, il en avait bien conscience.

- Ne te sous-estimes pas s'il-te-plaît. Tu as déjà beaucoup fait pour moi. Et tu fais encore tellement pour moi, même en ce moment.

Il eut le temps de serrer une dernière fois ses doigts avant qu'elle ne se lève du canapé pour aller prendre place près de la cheminée. Il s'emmitoufla jusqu'au cou sous un plaid pour sa part, le cerveau d'ores et déjà en ébullition pour trouver un moyen de rompre le silence. C'est une nouvelle fois Eléanor qui le devança et comme la vilaine s'y était attendue, il se figea bel et bien sur place. Ses joues rosirent même un peu, mais il s'arma rapidement d'un sourire en coin, avant d'être malgré tout trahi par un timbre de voix légèrement chevrotant.

- Eh bien... je peux plus ou moins répondre à ces deux questions je crois,
commença-t-il maladroitement, avant de visiblement s'armer une nouvelle fois d'assurance. Tout ce que je peux te dire au sujet de la Cabane Hurlante, c'est que nous risquons encore d'y passer de nombreuses heures et j'espère que tu n'y verras aucune objection. Je me débrouillerais pour trouver du temps les week-end, sourit-il subtilement avant de se remettre à bégayer. Pour le lit...si tu le veux bien, il est pour toi. Je prendrais le canapé. C'est juste que je me suis dis que...enfin je...j'avais envie de passer du temps avec toi. Et j'ai pensé..qu'on prendrait moins de risques à quitter la Salle sur Demande demain matin.

Il avait l'air pitoyable, à bégayer comme ça ! Et ses excuses étaient pitoyables elles aussi, quand bien-même véridiques. Ça sonnait seulement mieux dans sa tête qu'à voix haute. Il ne voulait pas qu'Eléanor pense un seul instant qu'il était entrain de lui mentir. Heureusement -sous un certain angle uniquement-, elle avait amené sur le terrain un autre sujet de discussion suffisamment intéressant pour les faire passer à autre chose. Intéressant, pour toute personne normalement constituée. Lui ne faisait pas partie de cette catégorie. Comment dire à ce regard plein d'espoirs qu'il n'avait aucun rêve ? Aucun, si ce n'était d'enfin rencontrer sa véritable famille ? Il avait tant besoin de se faire un opinion d'eux, de savoir d'où il venait. Il avait besoin de comprendre qui il était réellement, de voir qui il aurait put être. Seul et à travers son frère jumeau. Avant qu'il ne rencontre Eléanor c''était sa seule volonté, sa seule obsession. Retrouver sa famille, trouver son identité, là étaient les seules choses qu'il avait prévu pour son avenir. C'était d'une tristesse sans nom, il en avait bien conscience. C'est pour cette raison qu'il resta silencieux, un long moment. Cette fois, il s'était noyé dans le regard de sa blondinette. Littéralement. Trouver quelque chose à lui dire. Lui donner de quoi croire qu'il méritait d'être aimé. Il ne pouvait pas être devant elle ce martyr sans rêve ni ambitions.

- Je ne pourrais pas te citer dix choses. Mais je crois que j'adorerai voyager à travers le monde. Voir ce qu'il à offrir. Découvrir de nouvelles formes de musiques. De nouvelles cultures. Je voudrais visiter l'endroit le plus haut du monde afin qu'il me rappelle où est ma juste place. Vivre en apprenant à ne plus avoir de regrets. Avoir la famille dont j'ai toujours rêvé. Et quelqu'un pour me tenir la main, au quotidien...


Finalement, il n'était pas si mécontent de cette confession qui n'était qu'à moitié mensongère.

- Et toi, Eléanor ? Quels sont tes rêves ?



CODAGE PAR AMATIS


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
Eleanor Branstone


MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Ven 8 Fév - 9:54

Merry Christmas, Kevin.

Tandis qu’elle émiettait un morceau de cookie, ses yeux malicieux ne quittaient pas le Serdaigle. Tête penchée vers son épaule, elle s’amusait devant sa gêne. Le pauvre essayait de se dépêtrer en vain, ce qui ne le rendait pas moins charmant. Eléanor se retint de rire pour ne pas faire fuir Kevin et se mordit la lèvre. Il était temps pour elle de voler à son secours.

- Je te taquinais, tu sais ? Je ne vais pas te laisser dormir dans ce canapé, ce serait triste pour un soir de Noël, tu ne crois pas ?


Elle espérait surtout ne pas tomber dans de lourds cauchemars qui la feraient parler dans son sommeil…

- Et pour la Cabane Hurlante, bien sûr que je veux bien y retourner encore et encore. C’est un peu chez moi, là-bas, même si c’est moins sinistre quand tu y es. On effraiera les touristes qui s’y aventurent trop près.

Le silence, par la suite, s’installa, faisant regretter à Eléanor sa question. De toute évidence, même les rêves étaient un sujet trop personnel. Elle le voyait bien, même Kevin était loin de lui être transparent. Ses doigts ne bougeaient plus, elle essayait de lire ce regard qui tenait le sien fermement. Qu’avait-elle encore dit … Quelque part, elle en fut peinée, comme si le passé était trop lourd, à moins que ce ne soit la question du futur. Si elle connaissait la quête qui concernait Adam, Eléanor peinait à comprendre les blocages du Serdaigle, quand bien même elle les respectait. Lorsqu’enfin il rompit le silence, la Poufsouffle n’en crut rien. Pourtant, elle se permit d’espérer que ses faux aveux ne fussent pas totalement mensongers. Soucieuse de ne pas heurter Kevin, elle ne protesta pas et ne le traita surtout pas de menteur. Au contraire, elle joua le jeu et répliqua même contre toute attente, y compris la sienne :

- Ta juste place est à mes côtés, c’est évident.

Ses propres yeux s’écarquillèrent au moment-même où elle prononça ses paroles niaises, au caractère prémonitoire. Ses joues s’empourprèrent et finalement elle plissa les yeux, ouvrit la bouche prête à objecter, la referma puis enfin :

- Ce que je veux dire, nuança-t-elle en prenant soin de choisir lentement ses mots, c’est que même si un orage, une tempête, une bourrasque ou même un ouragan devait mettre de la distance entre nous, je serai là. Je n’ai pas besoin d’éprouver des sentiments pour être à tes côtés, te soutenir ou même t’aider. Je … Je t’ai dit que tu ne serais plus seul désormais. Alors oui, avec toute la prétention du monde et peut-être même de l’égoïsme maintenant que j’y réfléchis, je crois que tu as déjà trouvé ta juste place.

Elle prit une grande inspiration, posa ses provisions à côté et s’échappa de tout regard en s’allongeant au sol. Il était grand temps qu’elle cesse ses déclarations présomptueuses et solennelles. Cela ne lui ressemblait absolument pas et par-dessus tout, elles l’intimidaient elle-même. Eléanor avait beau détenir un cœur engagé et dévoué, elle n’était pas une personne expressive quand il s’agissait de ses sentiments. Sauf quand elle se mettait en colère. Une part d’elle ne voulait surtout pas se révéler maintenant sans plus de certitude, premier amour ou pas.
L’évocation de ses rêves eut pour effet de la détendre un peu et même de la faire sourire alors que son regard parcourait les flammes dansantes. La Poufsouffle avait de nombreux rêves et elle espérait avoir le courage de les réaliser.

- Je veux rendre la Justice plus juste, prouver aux sorciers et aux moldus qu’ils ne sont pas si différents les uns des autres. J’aimerais que les nés-moldus n’aient plus à craindre d’être des sorciers dans un monde qui ne semble pas être le leur. Je rêve moi aussi de découvrir le monde, d’apprendre les différentes coutumes et lois de tous les lieux que je visiterais parce que nous avons beaucoup à apprendre d’eux, j’en suis convaincue. Je ne rêve pas de la gloire, je veux juste mettre ma pierre à l’édifice. Quant à vivre seule ou à deux, entourer d’une famille ou non, j’avoue me sentir trop jeune pour y penser. Enfin, disons que j’ai appris à ne plus en ressentir le besoin. Oh et j’aimerais un jour matérialiser les émotions dans mes dessins pour pouvoir toucher ceux qui les contempleraient, qu’ils soient plus encore que le simple support de mes pensées et de mes souvenirs.

Son sourire s’élargit pour laisser place à une moue enfantine.

- Et j’aimerais un jour, pouvoir suivre une pluie d’étoiles filantes à balai, mais comme je ne sais pas tenir en équilibre dessus, cela risque d’être compliqué.

Ce qui la fit profondément rire avant qu’un certain bâillement ne vînt l’interrompre. L’adolescente se redressa et s’étira tout en jetant un coup d’œil au lit, puis au Serdaigle.

- Tu comptes réellement dormir sur ce canapé avec ce plaid ? Tu vas attraper un torticolis tu sais. Ce n’est vraiment qu’un simple lit, Kevin et je me suis déjà reposée dans tes bras. Il n’y aucun mal à ce que je m’y endorme, si ?


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
Kevin Entwhistle

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Dim 10 Fév - 16:27





Merry Christmas
Eléanor & Kevin.


- Hein ? Je...je le savais, bien-sûr, tenta-t-il d'affirmer avant d'hausser légèrement les épaules et de reprendre. Ça ne me dérangerait pas, tu sais...j'ai déjà connu bien moins confortable que ça.

Un bref sourire était à nouveau passé sur ses lèvres tandis qu'il observait toujours la blondinette. Pour preuve que ce canapé lui allait bien, Kevin ne l'avait pas quitté et ce malgré la requête d'Eléanor. Le flot de ses pensées avait littéralement prit le dessus, au point de lui faire oublier l'importance du moment présent. Kevin savait que son silence avait été bien trop long pour ne pas paraître louche, même s'il ne restait pas grand chose de sa notion du temps lorsqu'il était avec la blondinette. Il avait préféré se noyer à l'intérieur de son regard plutôt que de se laisser aller à la contemplation des flammes et le garçon ne le regrettait pas. Pas vraiment. S'il avait été plus près d'elle, il aurait pu davantage lui cacher son malaise. Et elle l'aurait peut-être prit pour de la simple réflexion, dans le bon sens du terme. Au lieu de ça, elle avait dû le voir construire ses mensonges.

Kevin avait été le premier à fuir le regard d'Eléanor en baissant un peu le siens. Sous son plaid il se triturait les doigts, rendu songeur par tout ça. Il était à peu près certain que voyager lui aurait véritablement plu. Une partie de lui avait aimé quitter l'Amérique comme il l'avait fait. Plus ou moins sur un coup de tête, sans se soucier du reste. Seulement en étant persuadé qu'il partait pour une vie meilleure. Il s'était promis de se donner les moyens d'y arriver. De ne pas réitérer les erreurs du passé, de tout faire pour retrouver Adam. Finalement, rien ne s'était passé comme prévu. Et il ne pouvait pas prétendre avoir honorée la promesse qu'il s'était faite jusqu'ici. Mais il n'arrivait pas à s'en vouloir. Pour être plus exact il cessait de s'en vouloir à chaque fois qu'il la regardait elle. Eléanor rendait les choses tellement faciles. Il s'était déjà habitué à sa présence, plus important encore elle lui faisait du bien. Kevin n'avait pour le moment aucune envie de lutter contre ça. Il retrouva un contact avec son regard avant qu'elle n'ait terminé de parler.
A nouveau, un fin sourire s'était dessiné sur les lèvres de Kevin. Il s'accentua machinalement lorsque le garçon repensa à tout ce qu'il venait d'entendre. Il n'eut pas l'occasion de reprendre la parole, contrairement à lui la blondinette ne les fit pas attendre. Que son premier rêve soit lié à la justice ne surprit pas vraiment Kevin. Un léger sourire persista sur ses lèvres au fil de ses confidences. Avant qu'elle n'ait terminé il s'était finalement décidé à la rejoindre silencieusement afin de ne pas l'interrompre, son plaid sur les épaules. Assis à ses côtés, ses yeux étaient allés aussitôt se perdre dans les flammes. A l'écoute de son dernier rêve il avait rit lui aussi, puis il avait tourné son visage vers elle afin de l'observer, menton sur l'épaule.

- Je n'ai jamais été véritablement doué pour faire des prouesses sur un balai, moi aussi. Mais on pourrait peut-être essayer d'apprendre ensembles, qu'est-ce que tu en dis ? Avec un peu de chance, madame Bibine aura pitié de nous !


L'idée lui plaisait à lui, en tout cas. Surtout si ça pouvait aider Eléanor à accomplir l'un de ses rêves au final. Et d'autant plus s'il avait la chance de pouvoir être avec elle à ce moment-là. Kevin se raidit un peu à nouveau lorsqu'il fut question du lit. Le seul moyen de résister à la tentation c'était d'y céder, c'est ça ?

- Ca ne m'aurait vraiment pas dérangé...mais, si tu insistes...il s'arma d'un sourire en coin légèrement taquin, dans le but premier de se rassurer lui-même.


Ses joues chauffaient tellement qu'il avait peur de paraître ridicule, encore une fois. Le garçon tortura sa lèvre inférieure en la mordillant quelques secondes, puis il tendit finalement sa main à Eléanor, non sans transpirer la réserve. Il ne savait pas ce qu'il redoutait à ce point-là. Ou peut-être que si. C'est lorsqu'ils furent devant le lit que la réponse lui parut évidente.

- Tu...Je...Enfin tu veux que je garde mes vêtements ? J'ai pour habitude de dormir en caleçon mais je comprendrais si ça te dérange.


Il avait prononcés les trois derniers mots lentement, à moitié noyé pour la seconde fois de la soirée dans le regard d'Eléanor. Il commençait à se dire qu'il aurait peut-être dû s'en tenir au canapé finalement...

CODAGE PAR AMATIS


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
Eleanor Branstone


MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Dim 10 Fév - 20:56

Merry Christmas, Kevin.

Ala proposition, Eléanor avait lancé un regard agréablement surpris au Serdaigle. Peut-être qu’en effet, c’était une bonne expérience à partager. Elle acquiesça dans un sourire enjoué et songea quelques instants à comment elle pourrait présenter la chose à Madame Bibine. Puis, comme si une certaine tête blonde lui avait mis une pichenette derrière la tête, elle se mit à rectifier avec espièglerie :

- Je crois avoir le garçon de la situation. Lui et moi n’avons pas franchement les mêmes priorités, mais je crois qu’avec un peu de persuasion et un petit deal à la clef, je pourrai convaincre mon camarade de maison. Son esprit ressemble à un vaste aquarium mais sur un balai, apparemment, il serait un vrai requin. Lui aussi s’appelle Kevin. Qui sait, ça nous portera peut-être chance dans notre apprentissage !

L’idée d’aller quémander de l’aide au garçon le plus populaire des poufsouffle ne l’enchantait pas. Lui était trop social et fêtard quand Eléanor était réservée et froide comme l’ère glaciaire. Pour autant, elle était prête à faire cet effort pour passer davantage de temps avec Kevin – le sien, voyons !
Elle chassa ensuite l’image du blond de son esprit pour en revenir à celle du lit. Tous deux n’en menaient pas large. L’adolescente essayait de le cacher du mieux qu’elle pouvait pour calmer le stress du Serdaigle. Elle attrapa sa main vivement et se releva. Tous deux face au lit, elle écouta la question de son petit-ami. Cette fois, elle ne put retenir sa gêne et son visage se teignit de rouge. Du coin de l’œil, elle observa la tenue actuelle de Kevin, puis la sienne, et enfin le lit et inspira profondément. Que devait-elle répondre au juste ? Ce n’était pas comme si elle avait déjà été confrontée à la situation. A toute vitesse, la Poufsouffle chercha une échappatoire. Dormir habillés paraissait difficile, en effet. Cependant, elle n’était absolument pas prête à se montrer. Ce n’était pas une étape qu’elle attendait avec impatience.
Soudain, la solution lui apparut. Elle était intime, certes, mais elle suffirait à voiler le principal et à apaiser son immense pudeur.

- Tu me prêtes ta chemise ?
demanda-t-elle en lui tendant la main dans un sourire qui se voulait calme et rassurant sans l’être pour autant.

Son soulagement fut perceptible quand elle vit le Serdaigle acquiescer de bonne grâce. Eléanor permit à son cœur de ralentir la cadence avant une nouvelle embardée. Ses prunelles azurées se posèrent sur la peau de Kevin l’espace d’un instant. Sa gorge s’assécha, et elle détourna le regard pour lui accorder un moment de pudeur.

- Je … Je … Je vais retirer ma robe,
expliqua-t-elle alors trouvant soudainement joli le mur de la Salle. Je … Je ne peux pas dormir avec.

Une fois qu’elle sentit la chemise de Kevin dans sa main, cette dernière trembla quelque peu. L’adolescente se râcla la gorge, une fois de plus et se mordit la lèvre avant de se mettre entièrement dos au Serdaigle. Sa tête se mit de profil, tandis qu’elle se forçait à ne pas regard le corps qu’elle savait presque nu, et demanda d’une voix fébrile :

- Tu peux … La fermeture … Je ne peux pas …

Son propre ridicule l’agaça et la rendit plus qu’impatiente. Dans sa poitrine, les palpitations atteignaient leur apogée. Eléanor leva la tête pour s’intimer au calme et cette fois reprit sans bégayer d’une voix douce.

- C’est ma camarade qui m’a fermé la robe. Est-ce que tu veux bien en attraper la fermeture éclair, fermer les yeux et l'abaisser s'il te plaît ?


Elle se força à ne pas vérifier qu’il obtempérait bien. Eléanor préférait se dire que Kevin accepterait d’attendre avant de la voir. Elle n’en était pas moins au bord du supplice. Une fois qu’elle sentit la robe glisser le long de son corps, elle s’avança et enfila la chemise du Serdaigle, suffisamment grande pour lui tomber sur la mi-cuisse. Aussitôt son odeur l’envahit et lui fit oublier, durant une poignée de secondes, la situation dans laquelle ils se trouvaient. Ce ne fut que lorsqu’elle entendit la voix de Kevin qu’elle reprit pied dans la réalité. Le regard brillant d’une émotion indescriptible, elle ramassa la robe et s’assit sur le lit pour ôter ses chaussures et son collant. L’adolescente n’osait toujours pas le regarder. Pourtant, c’était bien un sourire amusé et amoureux qui flottait discrètement sur ses lèvres. Déposant ses vêtements aux pieds du lit, elle le contourna ensuite pour se glisser sous la couette. La nervosité ne la quittait pas, malgré les variations qui s’opéraient en elle. Un court instant, elle pensa à ce que dirait son ami vampire et manqua de glousser. Puis, elle vérifia que la chemise ne fût pas trop remontée pour inviter le Serdaigle à la rejoindre.

Une fois à deux, elle tourna enfin son visage irradiant de malice, vers lui. Finalement, cette situation était amusante plus que gênante ; ses peurs, une fois de plus, n’avaient pas eu raison d’être.

- J’espère que vous avez passé un réveillon à la hauteur de vos attentes, Monsieur Entwhistle.

Une demi-seconde, elle hésita. Elle s’était déjà reposée dans ses bras, certes, mais sûrement pas contre son torse nu. Ses yeux se posèrent sur lui, puis elle-même se mit à sourire de son ridicule. Elle n’était plus une enfant après tout et ils ne faisaient rien de mal. Alors elle céda à la tentation de poser sa tête contre son torse chaud et lova son corps couvert contre le sien.

- Bonne nuit Kevin, murmura-t-elle d’une voix qui laissait présager qu’elle ne tarderait pas à rejoindre Morphée.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
Kevin Entwhistle

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   Mer 13 Fév - 18:25





Merry Christmas
Eléanor & Kevin.


Un ménage à trois ? Ce n'était pas vraiment ce à quoi Kevin avait pensé mais il n'eut pas à cœur d'en faire la réflexion à Eléanor et encore moins de revenir sur sa décision.

- J'espère pour toi et pour lui qu'il n'est pas trop dur en affaires alors, sinon il entendra parler de moi.

Il posa un regard mutin sur la blondinette, même s'il se savait être au fond de lui à moitié sérieux. Un sourire rassurant se dessina ensuite sur ses lèvres, désireux d'éviter et de dissiper tout malentendu. Il s'était plutôt bien débrouillé pour cacher à la blondinette jusqu'ici à quel point il tenait déjà à elle en réalité. Il n'y avait que très peu de personnes pour lesquelles Kevin s'était mouillé au cours de sa vie, surtout à Ilvermorny. Lorsqu'ils s'étaient rencontrés, Eléanor lui avait très rapidement dit qu'elle n'avait pas la meilleure réputation de Poudlard, qu'ils étaient nombreux à lui reprocher sa morosité, entre autres nombreuses choses. Il lui semblait découvrir ces autres "nombreuses choses" au fil des jours, mais les seuls dont il prenait l'envie de s'éloigner alors, c'était encore une fois les autres. Toujours les autres. Les autres et leurs jugements hâtifs, les autres et leur égoïsme... le monde était en grande partie injuste, Kevin n'était pas sans le savoir. Mais depuis quelques temps, dans l'ombre, il essayait d'éviter qu'il le soit un peu moins pour Eléanor ; aussi pour lui.

Il n'avait encore jamais regardé un lit avec autant de perplexité et pourtant, il en avait vus de toutes les tailles et de toutes les couleurs. Le Serdaigle avait finit par récupérer sa main afin de pouvoir aller la glisser dans sa propre nuque.

- Ma...ma chemise ?
répéta-t-il nerveusement en baissant un regard vers la concernée. Il reprit la parole en bégayant. Oui, bien-sûr...

En baissant le menton pour commencer à déboutonner son premier bouton de chemise Kevin ne put s'empêcher de pincer des lèvres. Il jeta un regard à Eléanor qui venait à peine de se tourner. Un petit sourire se redessina aussitôt sur ses lèvres, rapidement dissipé par la reprise de parole de la blondinette.

- D'accord, avait-il répondu spontanément, toujours en bégayant.

Derrière elle il était une énième fois entrain de se maudire intérieurement. Le garçon finit par lui céder sa chemise et face à la nouvelle demande, il se figea brièvement. Avant qu'elle ne lui tourne totalement le dos il eut le temps d'hocher vivement la tête, ce n'était peut-être pas suffisant mais c'était à ses yeux mieux qu'un "D'accord" qu'il avait manqué de répéter. Sa main se leva lentement jusqu'au zip de sa fermeture, qu'il osa à peine prendre du bout des doigts.

- Je ferme les yeux, finit-il par lâcher à voix basse, les lèvres derechef aussitôt pincées après ça.

Yeux fermés et visage tourné vers la droite même, il commença à abaisser la fermeture de la robe, tant bien que mal. Il s'arrêta avant d'arriver au bas de son dos, jugeant qu'elle pourrait se débrouiller sans lui pour le reste. Kevin avait encore ses chaussures ainsi que son pantalon à enlever.
Rarement il s'était déshabillé aussi rapidement. Lorsqu'il fallut rejoindre Eléanor à l'intérieur du lit, il ne se fit pas prier, désireux de pouvoir avoir lui aussi l'occasion de se cacher sous les couettes. Oui, il était un peu pudique lui aussi et surtout peu habitué, encore une fois. D'ailleurs, la sensation du corps tiède d'Eléanor à quelques centimètres du siens sous des draps lui fit tout bizarre. La blondinette le sauva d'une nouvelle vague d'appréhensions en reprenant la parole, le visage levé vers lui. Un petit sourire attendri se dessina sur ses lèvres puis dans un murmure, il confia.

- Grâce à toi c'était même mieux que ça.


Ses doigts vinrent attraper doucement son menton afin de déposer un chaste et rapide baiser sur ses lèvres, puis il l'enlaça tout contre lui sans même hésiter cette fois.

- Bonne nuit Eléanor.

Rapidement réchauffé par sa présence, la chaleur de son corps et bercé par l'odeur de sa chevelure, Kevin ne mit contre toute-attente pas très longtemps lui non-plus pour sombrer dans les bras de Morphée.


CODAGE PAR AMATIS


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Kevin] Merry Christmas - suite du 24 décembre.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Merry Christmas!!
» END - Merry Christmas : Le miracle de noël ? [Chuchu]
» Merry Christmas or not ♦ Roxanne
» We wish you a merry christmas [PV] [FINI]
» [Silver Beards VS Mr.4 & Miss Merry Christmas]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Snare :: Poudlard :: Extérieur :: Parc et saule cogneur-
Sauter vers: