Harry Potter RPG
 

Partagez | 
 

 [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.

Aller en bas 
AuteurMessage
Kevin Entwhistle
Elève
avatar

Localisation : Poudlard

MessageSujet: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Lun 19 Nov - 22:23

Take me back to the day we met

Eléanor & Kevin

Les jours passants se sont transformés en semaines, puis en mois. Pourtant, Kevin commençait à peine à se faire à sa nouvelle vie. Elle ne concernait pas particulièrement Poudlard, ni ses habitants, ni même son travail à Pré-Au-Lard. Le seul problème c'était lui, qui peinait à se retrouver au milieu de ce quotidien. Nombreux étaient les esprits occupés par ce que relataient les journaux. S'il aurait voulu faire preuve de la même présence d'esprit, il en était tout simplement incapable. D'autres choses occupaient sa tête. Comme la sécurité de son frère et même de ses parents biologiques, où qu'ils puissent être. L'ignorance le rongeait peu à peu. Sous bien des aspects. Et quand bien-même il essayait de s'occuper l'esprit, de ne pas s'en faire, les appréhensions revenaient toujours au galop la nuit tombée.
"En tout cas ce qui est sûr c'est qu'elle influence nos cerveaux, prends pas de grandes décisions la nuit tu sais jamais ce que ça vaut. Pourtant elle peut parfois être un moment d'extrême lucidité, c'est souvent la nuit que tu crois détenir la vérité."
Dans ce quotidien il lui arrivait de se sentir égoïste, mais certaines choses dépassaient encore sa raison. Il était trop difficile de se soucier d'un monde qui ne tournait pas rond alors même qu'il cherchait toujours à trouver sa place sur ce dernier. Lorsque ces appréhensions devenaient trop difficiles à supporter, il parvenait généralement à les faire taire en s'isolant et en jouant un peu de sa guitare. S'il avait toujours l'occasion de se représenter chaque week-end, les applaudissements des autres ne parvenaient toujours pas à satisfaire quoi que ce soit chez lui. Il s'améliorait au fil des semaines, c'était évident. Son jeu était beaucoup moins hésitant, mais jamais il n'interprétait des mélodies qui pouvaient lui ressembler ou même le toucher un peu. Ce n'était pas ce qui lui était demandé, ce n'était pas ce qu'il désirait et plus important encore, c'était toujours au dessus de ses moyens. Lorsqu'il grattait les cordes de sa guitare seul, il donnait une mélodie à chaque mot qu'il n'arrivait à prononcer à voix haute. La musique était son jardin secret, un jardin secret qu'il se sentait obligé de ne garder encore que pour lui.

Puisqu'il avait fait faux bond le week-end dernier à son employeur à cause de son bas plâtré, il lui avait fait vivre un enfer hier et aujourd'hui. Kevin avait deviné que ce serait un mauvais jweek-end dès le premier regard lancé le samedi matin. Mais à aucun moment il ne regretta de s'être blessé pour protéger Eléanor, quand bien-même s'en était venu à remettre en question la confiance qu'avait monsieur Malcolm en lui. Il avait été de corvée de nettoyage pendant deux jours et privé de représentation pour le week-end. Ils savaient tous deux que ce qui l'ennuierait le plus serait le trou sur sa paye à la fin du mois. A l'heure du déjeuner, Kevin avait déjà été suffisamment tourmenté pour savoir qu'il aurait besoin de s'aérer l'esprit ce soir. La musique n'avait pas su suffire cette semaine, alors il n'avait pensé qu'à une seule personne pour le reste de la journée : Eléanor.

"J'espère que tu accepteras de me rejoindre ce soir au lieu de notre première rencontre. Par ce soir j'entends 22h00 22h30, afin que je puisse avoir le temps de rentrer du travail. J'espère que le simple fait qu'un Serdaigle érudit demande cela à une loyale Poufsouffle suffira à te convaincre, après tout la contradiction est plutôt charmante non ? J'aimerais beaucoup te voir. Nous ne resterons pas longtemps et nous rentrerons sains et saufs au château, c'est promis.
Kevin."


La note fut ensorcelée pour voler jusqu'à sa destinataire en direction du château.

[...]

Le soir venu, il termina sa journée à 22h00 comme il l'avait prévu. Kevin n'avait reçue aucune réponse de la part d'Eléanor mais il avait nourrit l'espoir qu'elle viendrait pour tous les moments qu'ils avaient déjà partagés et ceux à venir. Il arriva à la Cabane Hurlante en moins de quinze minutes, non sans frisonner une fois à l'intérieur des murs. Il craignait toujours un peu l'endroit mais il n'y pensait plus une fois au dernier étage. Il installa dans la pièce les quelques bougies qu'il avait achetées plus tôt dans la journée afin de réchauffer la pièce puis il s'emmitoufla sous le plaid qu'Eléanor avait glissé sur ses épaules la première fois. Assis sur le vieux parquet moisi sous le toit ouvert, les yeux rivés sur les étoiles et légèrement grelottant de froid, il attendit. Dos à la porte pour que l'attente ne paraisse pas trop longue, mais obsédé déjà par l'idée qu'il serait peut-être déçu ce soir.




DEV NERD GIRL


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones


Dernière édition par Kevin Entwhistle le Mer 21 Nov - 2:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Mar 20 Nov - 17:14

Take me back to the day we met.

Ce jour-là, notre chère Poufsouffle était quelque peu groggy et courbaturée. Elle était restée de longues heures dans son lit à repenser à sa première journée de stage, sans trop savoir quoi en penser. Indubitablement, elle avait sous-estimé la taille du Ministère de la Magie. Comment Potter et ses amis avaient-ils pu s’y retrouver alors qu’elle s’était laissée submerger jusqu’à l’arrivée impromptue de Fleur Delacour ? Elle ne voulait plus penser à cette fichue aventure avant au moins le lendemain. Aujourd’hui dimanche, l’adolescente escomptait bien mettre son esprit sur « off ». Plus de Wilkes, plus de Fenwick, plus de Bulstrode. Aussi ses pensées se tournèrent vers Kevin.

Depuis son petit séjour à l’infirmerie, le Serdaigle n’avait donné aucune nouvelle. Ce qui, disons-le, avait quelque peu attristé la blondinette. Qu’avait-elle espéré ? Elle n’aurait su le dire. Mais elle avait cru que les choses s’étaient arrangées, et, chose folle, qu’ils s’étaient rapprochés. De toute évidence, elle avait peut-être mal interprété les signes, si signes il y avait eus bien sûr. Innocemment, elle l’avait plusieurs fois cherché du regard dans la Grande Salle. Elle était même allée rôder autour de leur arbre dans l’espoir de le croiser. Ce qui, maintenant qu’elle y pensait, était parfaitement ridicule. Si lui n’avait pas pensé à elle, pourquoi s’en donnait-elle la peine ?

En pyjama, dans son lit, boudeuse comme un pou, elle sortit un des livres sur le droit magique qu’elle avait emprunté à la bibliothèque et se mit à lire pour oublier sa morosité adolescente. Une heure et demie plus tard, quelque chose cognait vigoureusement contre la fenêtre du dortoir. De mauvaise grâce, la Poufsouffle se leva et s’occupa du tintamarre. Quelle ne fut pas alors sa surprise quand elle découvrit un mot de Kevin. Son regard s’adoucit aussitôt et elle le lut avec avidité. Si son ventre se nouait déjà d’impatience, elle ne cessait de buter sur l’horaire fixé hors Poudlard. Savait-il ce qu’il lui demandait ?! Braver les règles ? Elle ? Incertaine, elle retourna sur son lit à reculer sans cesser de fixer le morceau de parchemin. En était-elle seulement capable ? Vrai que Kevin pouvait rentrer tard grâce à la permission de Dumbledore, mais elle ? Désespérée, la Poufsouffle s’effondra sur son lit et se mit à maudire tous ceux qui ne respectaient ni les lois ni les règles. Ce n’était pourtant pas bien compliqué ! Elle ne pouvait refuser, encore moins inventer une excuse… Kevin ne le lui pardonnerait pas. Elle n’avait plus qu’à élaborer un plan pour enfreindre une dizaine de règles.

Première étape : gagner les cuisines et demander de quoi nourrir l’aiglon et elle-même ce soir. Bien sûr, cela entendait donner une excuse bidon…
Deuxième étape : gagner Pré-au-Lard et faire le plein de sucreries chez Honeydukes, dans la limite du raisonnable, parce qu’Eléanor était loin de crouler sous l’or.
Troisième étape : négocier avec Mrs Rosmerta pour sa discrétion et une bièraubeurre chaude jusqu’à l’heure du rendez-vous. Plus compliqué, car les temps n’étaient pas sûrs et un kidnapping était vite arrivé. Alors la Poufsouffle dût broder une histoire d’amour suffisamment convaincante et persuader la gérante en se jouant de ses émotions. Seul l’amour pouvait vaincre les ténèbres. Et personne ne s’apercevrait de sa disparition le temps d’un soir, et un soir seulement.
Quatrième étape : Rentrer pour 19h, cocher sa présence auprès de Rusard et se jeter un sort de désillusion pour repartir en catimini pendant que les autres élèves répondaient à l’appel. Peut-être était-ce l’adrénaline qui coulait dans ses veines, mais au 2ème, elle réussit son sort. Un jour, elle remercierait Maugrey pour son enseignement.
Cinquième étape : Jeter un sort à son écusson de Poufsouffle et patienter au chaud, à l’étage du Trois Balais, le ventre noué, la mine peu rassurée et le cœur ratant quelques battements. Qu’avait-elle fait ?

22h15, Eléanor quitta les Trois Balais après avoir remercié mille fois Mrs Rosmerta, qui heureusement, l’aimait beaucoup. Elle s’emmitoufla chaudement, vérifia les ruelles baguette en main et s’engouffra dans le froid hivernale en direction de la Cabane hurlante. Une fois à l’intérieur, un frisson glacé la parcourut. Elle connaissait la maison par cœur, pourtant. Sauf qu’elle y projetait son angoisse profonde. Chaque craquement la faisait sursauter. Remontant la bandoulière de son sac sur son épaule pour se donner du courage, elle monta les marches sous le projecteur de son lumos. La Poufsouffle ne doutait pas de la présence du Serdaigle. Plus elle avançait, plus elle gagnait en confiance. Mais braver ainsi le règlement… Elle ne devait pas y penser. Enfin arrivée au dernier étage, elle se stoppa net. Ses yeux percevaient les flammes du bougie et surtout la « masse » assise, grelotant. Elle se revoyait à cette même place, le regard tourné vers les étoiles, les nuits d’été. Un sourire apparut son visage rougi par la morsure du froid. Etonnamment, elle se sentait mieux maintenant, presque attendri.

- Je n’ai jamais bravé autant de règles pour quelqu’un, déclara-t-elle alors d’une voix douce. J’espère que tu t’en sens flatté, Kevin Entwhistle, Serdaigle érudit.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
avatar

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Mer 21 Nov - 19:00

Take me back to the day we met

Eléanor & Kevin

La déception. Si courante à sa vie. Qu'il s'agisse de réussite, d'amitié ou d'amour, Kevin était très souvent déçu. Par lui-même, par les autres. Il cachait son manque de confiance en lui derrière un caractère de prime abord bien trempé, mais ce qu'il peinait davantage à dissimuler c'était sa réserve envers les autres. S'il avait parlé davantage de son histoire avec Eléanor la dernière fois, il se sentait encore très mystérieux avec elle. Préserver quelques uns de ses secrets étaient-même un besoin dans la mesure où le brun était habitué à ce que la majorité de ses relations soient éphémères. Si sa réputation à Ilvermony avait fini par dissuader la majorité des élèves de l'approcher, il n'en demeurait pas moins qu'il y avait eu quelques exceptions, toujours. Des personnes pour qui il avait crut compter, des personnes à qui il s'était attaché avant de les perdre quasiment aussi vite qu'il les avaient eus. A cause de rumeurs, de lui-même. De ces satanés peurs dont il n'était jamais parvenu à se défaire.

La nervosité avait commencée à tirailler ses tripes lorsque Kevin pensa distinguer les premiers bruits de pas au bas des escaliers de la Cabane. Par mesure de précaution il attrapa sa baguette qu'il dissimula sous le plaid, désormais à moitié tourné vers la porte. En jetant un dernier coup d’œil aux lueurs qu'apportaient les bougies dans la pièce, il ne put s'empêcher de rougir. Le Serdaigle n'avait encore jamais fait ça, encore moins avec et pour une fille. Loin d'être quelconque. Eléanor commençait à compter pour lui, la chaleur dans ses joues le lui fit réaliser avec violence même si ça aurait dû lui paraître évident. Les bruits de pas s'étaient de plus en plus rapprochés, légers et lents, jusqu'à ce que la blondinette finisse finalement par apparaître sous le seuil de la porte. S'il grelottait encore il fut soudainement prit d'une bouffée de chaleur qui permit au rouge de ses joues de perdurer encore un peu, juste pour le trahir visiblement. Il était visiblement tout gêné par sa présence, comme intimidé et prit au dépourvu alors qu'il n'avait pas lieu de l'être.

- Moi qui pensait que nous autres Serdaigles étions ceux qui ne dérogeaient jamais aux règles, finit-il par lâcher avec un sourire légèrement béat et surtout peu contrôlé. Je suis content que tu sois venue, j'espère que tu n'as eu aucun souci sur le chemin...Je sais que ça doit te paraître peu prudent de rester dehors par les temps qui courent à cette heure-ci mais...je suis plusieurs fois revenu ici, après le travail. Jamais personne ne vient, la réputation de la Cabane effraie vraiment les habitants de Pré-Au-Lard pour ce que j'en sais. J'ai...fais en sorte d'essayer de réchauffer la pièce avec ces bougies mais je ne suis pas certain que ça ait marché...désolé. On ne restera pas longtemps si c'est ce que tu souhaites, j'avais...simplement...envie de te voir. Ici, comme la première fois.

Il s'arrêta là, lèvres pincées en réalisant qu'il n'avait probablement jamais été aussi bavard. Il tritura ses doigts sous le plaid dans l'espoir vain de calmer sa nervosité, les yeux à nouveau rivés vers le ciel alors qu'il commençait déjà à se maudire intérieurement.

- J'ai passé un week-end horrible, tu ne peux pas savoir...
justifia-t-il, fier de son rattrapage cette fois. Comment a été le tiens ?

Il se tourna à nouveau vers elle en attendant sa réponse, bras ouvert afin de l'inviter sous le plaid si elle le désirait.

- Il est...assez grand pour deux, je crois. Enfin, si t'en a envie...


DEV NERD GIRL


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Mer 21 Nov - 22:06

Take me back to the day we met.

Les étoiles, les bougies, le froid, un adolescent attendant patiemment, et surtout un calme plat autour d’eux, pouvait-il y avoir cadre plus romantique ? Même si, dans son esprit, la définition du mot « romantique » était très approximative, la Poufsouffle ne pouvait s’empêcher d’éprouver quelque chose. C’était un sentiment plus fort qu’un simple contentement, plus fort encore que la joie, mais surtout déstabilisant. Eléanor se sentait tremblante, à l’intérieur. Elle avança d’un pas ou deux, sans quitter du regard, le sourire de Kevin. Il provoquait chez elle mille émotions. Plus qu’un rayon de soleil, il opérait sur elle comme une lumière. Le voir sourire chassait ses doutes, ses peurs, ses tourments, bref tout le reste. Ce qui, bien souvent, la laissait sans voix et profondément gênée. Aussi entendre le Serdaigle garder la parole l’arrangea. Sa gorge était nouée sous l’émotion, ce qu’elle n’aurait pu expliquer si on le lui avait demandé. Tout doucement, elle dût se la râcler pour pouvoir répondre.

- Je veux faire des études de droit, petit érudit. Les lois et les règles sont mon futur, et jusque-là mon présent.


Un petit air espiègle sur le visage, comme pour lui signifier qu’elle ne lui en tenait pas rigueur, elle secoua la tête négativement.

- Kevin, s’il te plaît. Je ne brave certes jamais les règles, mais j’ai plus de ressources que tu ne le penses. Et Mme Rosmerta m’a couverte en t’attendant. Rusard croit également que je suis au château puisque j’ai pointé comme à chaque retour de Pré-Au-Lard. Je sais que le lieu paraît sûr et qu’au-dehors, on peut tomber sur n’importe qui, et n’importe quoi. Mais je ne regrette pas d’être venue.

Elle montra du visage les bougies.

- C’est une douce attention. J’ai moi aussi quelque chose pour toi.

Elle fouilla dans son sac et sortit deux sacs, dont l’un venait d’Honeydukes. Lentement, elle s’approcha davantage, et devant son invitation, rougit de manière fulgurante. Même elle, ingénue, savait qu’ils connaîtraient une proximité nouvelle tous les deux. A aucun moment, pourtant, elle n’hésita. Prenant place à côté du Serdaigle, pour ne pas dire contre lui, elle lui tendit tout d’abord le premier sac contenant des sandwiches au poulet, bâcon et fromage.

- Je me suis dit que tu aurais peut-être faim, alors j’ai demandé aux elfes des cuisines de te préparer quelque chose. Quant à mon weekend…

Eléanor ne comptait pas spécialement en parler, mais elle ne voulait pas non plus faire de mystères. Et pour cause, elle était assez maligne pour comprendre que c’était en elle que le Serdaigle plaçait son besoin de réconfort. Elle ne pouvait décidément pas mettre de barrière entre eux, pas maintenant en tout cas.

- Je ne saurais te dire ce que j’en ai pensé. Hier, j’accompagnais le Professeur Wilkes au Ministère pour mon stage de trois mois. J’avoue que je ne sais pas…. Ce matin, je suis restée dans le dortoir à réfléchir sur la journée d’hier, et rien en est sorti, à part la fatigue et les courbatures. Mais dès que j’en saurai plus moi-même, je t’en parlerai c’est promis.


Pour appuyer ses paroles, elle lui adressa un merveilleux sourire, rassurant et sincère. Car la jeune Poufsouffle disait on ne peut plus vrai. Seulement, voir son visage aussi pris du sien, la fit baisser le regard rapidement. C’était cruellement intimidant et « excitant » en même temps. Aussi ce fut dans un murmure qu’elle répliqua finalement.

- Et, ce n’est pas parce qu’on ne restera pas longtemps ici que l’on devra se quitter une fois rentrés à Poudlard. Enfin, je ne crois pas si ? Je ne pourrai pas manger ses confiseries à moi toute seule. Vraiment pas.


Elle jeta un regard vers les étoiles, un sourire léger planant sur ses lèvres. S’il n’y avait pas le froid, elle serait restée ici, quasiment collée contre Kevin pendant des heures. C’était étrange de se sentir aussi bien, aussi innocente et insouciante en sa présence.

- Alors, tu veux me raconter ton horrible weekend ?


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
avatar

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Sam 24 Nov - 20:31

Take me back to the day we met

Eléanor & Kevin

Des études de droit. Comment avait-il pu ne pas s'en souvenir ? Kevin grimaça un peu, persuadé d'avoir déjà entendu cette confession auparavant. Il faisait un bien piètre ami. Tout ce qu'il pouvait avoir dans la tête ne l'excusait pas, il aurait voulu ne pas commettre d'emblée ce genre d'erreur ce soir. Sa nervosité avait donc continué à monter en crescendo jusqu'à ce qu'il trouve le courage de relever une nouvelle fois les yeux en direction d'Eléanor. L'air espiègle qu'elle arborait le rassura aussitôt, le poussant même à esquisser un sourire timide et inconscient. Pour ce qui était d'être capable d'aligner plus de trois mots, il allait lui falloir encore un peu de temps.

- Ah oui ?


Affamé, il l'était, comme à chaque fois -ou presque- qu'il rentrait de service. Kevin commençait à peine s'habituer au rythme que l'avait contraint à prendre le travail. Il avait dit adieu aux grasses matinées en quittant l'Amérique et il fallait bien avouer que ça lui avait énormément manqué les premiers temps. Maintenant, même exténué, il pouvait à nouveau trouver le moyen de veiller tard la nuit et ça lui convenait davantage, même si ça rendait ses journées de cours parfois interminables. Il était un oiseau de la nuit depuis qu'il était enfant. Si l'obscurité en effrayaient la majorité, lui l'avait toujours trouvée plutôt réconfortante.
Eléanor accepta de venir prendre place à ses côtés. Il avait sourit une nouvelle fois, encore tiraillé entre bien-être, nervosité et maladresses. Il tira le plaid au maximum de son côté pour pouvoir aller poser l'autre extrémité sur les épaules d'Eléanor. Ses genoux jusqu'à présent contre son torse s'étendirent devant la vision divine que ces sandwichs représentèrent pour lui.

- Est-ce qu'on t'as déjà dis que tu étais parfaite ? avait-il lancé avec un sourire en coin et un regard en biais avant d'attraper le sac. Merci...

Sa réflexion avait sans nul doute fait monter le rouge aux joues d'Eléanor. Lui-même buta un peu dessus, mais trop tard encore une fois. La nourriture et lui c'était une grande histoire d'amour, en particulier les weekends. Il déballa donc sans trop tarder son précieux, croquant même à pleines dents dedans avant même que la blondinette n'ait pu terminer de lui raconter le siens.

- Le professeur Wilkes ?
avait-il baragouiné, la bouche à moitié pleine. Une fois sa bouchée avalée, il reprit. Celui sur lequel il y a des rumeurs bizarres dans les journaux ? J'ai surtout entendu parler de toutes ces histoires, il a été gentil avec toi au moins ?

En tournant un peu la tête vers elle il fut aussitôt gêné par leur proximité. Il avait eu le temps d'apercevoir son sourire, un sourire qu'il lui avait finalement rendu avant de détourner les yeux aussi, néanmoins quelques secondes après elle. Il jeta un regard aux étoiles avec un rictus niais. Il se sentait beaucoup moins nerveux, maintenant. Il l'était toujours mais plus vraiment de la même manière. C'était beaucoup plus supportable, beaucoup plus doux comme sensation. Kevin n'avait encore jamais ressenti ce genre de choses. C'était agréable, mais toujours aussi effrayant pour lui à la fois.

- Ne me pose pas cette question à moi, je suis encore "le nouveau", je te rappelle. S'il y a des endroits secrets dans lesquels on puisse se retrouver à Poudlard, je serais plus que ravi que tu me les fasses connaître.


Il lui lança à nouveau un regard en biais avec un léger sourire, la bouche à nouveau pleine l'instant d'après. Pour se donner du courage, oui. Il attendit cette fois d'avoir tout avalé avant de reprendre.

- J'te devrais un repas après tout ça, miss. J'y tiens.

Cette fois il ne se défila pas. Son regard chercha à nouveau un contact. "Miss", c'était nouveau et volontaire comme surnom. Le garçon ne savait pas trop s'il serait la bienvenue mais il était plus ou moins venu tout seul afin d'exprimer ce qu'il n'arrivait à extérioriser autrement pour le moment.

- Y'a pas grand chose à en dire, tu sais. Mon patron n'a pas trop apprécié mon absence de la semaine dernière, je crois...les raisons du pourquoi et du comment il en avait cure. Alors il me l'a fait ressentir tout le weekend. Ce n'est pas la première fois et ce ne sera certainement pas la dernière...sois pas tentée de t'en vouloir pour ça, parce que tu n'y es pour rien. Au moins, son établissement n'aura jamais été aussi propre grâce au travail qu j'ai fourni hier et aujourd'hui.

Un nouveau bref sourire lui fut décoché avant qu'il ne morde à nouveau dans son sandwich, consommé à ce moment-là de moitié. Il put même le terminer en silence, l'estomac déjà considérablement soulagé. Les yeux d'Eléanor s'étaient à nouveau perdus sur le ciel. Il posa son menton sur sa propre épaule droite afin de se mettre à l'observer, en silence. Jusqu'à ce qu'elle s'en rende compte. Trahi, il pinça des lèvres. Mais les yeux brillants d'une certaine lueur espiègle, il souffla.

- Miss ou...Albannach ? C'est comme ça qu'on appelle les écossaises, non ? Je l'ai lu dans un livre, il n'y a pas très longtemps...

Peut-être ne comprendrait-elle pas immédiatement ce qu'il sous-entendait. Kevin venait subtilement de lui avouer s'être davantage intéressé à l'histoire de l'Ecosse et plus particulièrement à celle des Highlands depuis qu'il l'avait rencontrée. Le désir d'en connaître davantage sur son monde l'avait pendant un moment préoccupé. Il y avait des questions qu'il n'aurait jamais pensé être capable de lui poser à ce moment-là. Et pourtant aujourd'hui, il n'aurait eu qu'à tendre le bras pour la tenir tout contre lui. Tellement de choses avaient changées en si peu de temps. Était-il capable d'expliquer la moitié d'entre elles ? Certainement pas.

- Peut-être qu'un jour...tu arriveras à me traîner jusqu'aux Highlands finalement.


DEV NERD GIRL


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones


Dernière édition par Kevin Entwhistle le Mer 28 Nov - 20:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Lun 26 Nov - 23:36

Take me back to the day we met.

Eléanor n’était pas une grande habituée des compliments. Elle ne les appréciait pas vraiment, ne sachant jamais s’ils étaient sincères ou non. Dans le cas-présent, elle savait le Serdaigle honnête, raison pour laquelle sa gêne augmenta d’un cran. Ce qui n’empêcha pas l’épanouissement d’un sourire niais sur ses lèvres. A l’évocation du professeur Wilkes, cependant, il s’évapora bien vite. Elle eut un léger soupir avant de rire un bref instant.

- Gentil ? C’est dans son intérêt. Notre cher professeur a du mal à apprécier les nés-moldus, et vu le scandale dont il fait l’objet… Je n’y crois pas vraiment, tu sais. Ce qu’on dit sur lui, c’est pas clair, même si je suppose que ces mensonges ont une part de vérité. Ce professeur est une vraie poupée russe. On ne verra jamais ce qu’il y a derrière cet amas de carapace, de mensonges et de faux semblants.


Elle fut ravie de pouvoir alors changer de sujet. Parler du dehors et de Wilkes assombrissait son humeur. Eléanor ne tenait pas à développer le fond de sa pensée. Peut-être égoïstement, elle voulait garder pour elle ses hypothèses sur celui qui faisait chavirer le cœur de la Bulstrode, comme si les dévoiler l’éloignerait encore davantage de la vérité.
Quant à Poudlard, le château avait encore beaucoup de secrets pour elle. En revanche, la Salle sur demande était désormais un lieu connu de tous, ou presque, depuis l’année passée. La Poufsouffle ne l’avait encore jamais essayée mais il y avait une première fois à tout non ? L’idée d’avoir des rendez-vous secrets avec Kevin lui fit rater un battement de cœur, alors même qu’ils étaient en plein dedans.

- Je ne suis pas une grande spécialiste en la matière, mais grâce à Harry Potter et ses amis, nous autres élèves avons eu connaissance d’une salle magique appelée la Salle sur demande, au 7ème étage. Il suffit de passer trois fois devant en pensant à la chose que tu désires le plus, et une porte s’ouvre devant toi. Bien sûr, la salle respecte les lois de la magie. Donc pas de nourriture possible par exemple.

L’idée du repas lui était plaisante, même intrigante. Cependant, la Poufsouffle grimaça très vite au surnom donné. Cette familiarité lui donnait l’impression d’avoir l’effet inverse et de creuser un fossé entre les deux. Il sonnait mal à son oreille. Pourtant, elle se garda de tout commentaire, encore indécise quant à la définition de leur relation et de cette proximité inédite. Attentive, elle écouta le récit du Serdaigle, le regard rivé sur lui. Une étincelle de culpabilité surgit alors, très vite éteinte par les mots de Kevin. Elle le mettait pourtant dans une sacrée galère de ce qu’elle comprenait. Malheureusement, elle-même n’avait pas suffisamment d’argent pour réparer les dégâts causés par leur excès de jeunesse. Aussi, faute de mieux, elle vint déposer un baiser sur sa joue gonflée sous la mastication.

- Ma mère embrassait toujours la joue de mon père pour le récompenser et le soulager de ses tracas. Je suis désolée que tu n’aies pas eu le weekend que tu espérais. J’ai bien fait d’échapper à la surveillance de Rusard.

Elle lui adressa un sourire complice et reporta son attention sur le ciel, bien clair pour un mois de décembre. La brise caressa son visage un court instant avant qu’elle ne reporte son attention sur Kevin à ses paroles. L’adolescente cligna des yeux pour assimiler ce qu’elle venait d’entendre, ses traits en proie à la surprise.

- Albannach… Mr Entwhistle s’intéresserait-il à l’Ecosse ?
le taquina-t-elle le bleu de ses yeux gorgé d’un plaisir malicieux. Je vais te dire un secret.

La blondinette se pencha pour murmurer à son oreille d’une voix douce.

- Tu te trouves déjà dans les Highlands.

Elle se redressa légèrement pour reprendre contact avec son regard et continua sans prendre conscience du peu de distance les séparant.

- Mais oui, je compte bien t’y traîner davantage maintenant que tu supportes un peu plus ma présence. Même toi tu ne pourras résister à ses merveilleux paysages et au parfum de liberté qui s’en dégage.

L’évocation de son « chez elle » la rendit soudainement nostalgique. Un très léger voile ternit ses yeux azurés l’espace d’un instant. Eléanor se redressa et ramena ses genoux contre sa poitrine pour les enserrer. Elle y déposa sa tête, le visage tourné vers l’adolescent à ses côtés.

-  Est-ce que tu comptes aller quelque part pour Noël, Kevin Entwhistle ou accepterais-tu de passer Noël en ma compagnie ? murmura-t-elle alors, sans qu’elle n’ait pu réfléchir à la question au préalable.

Jusque-là, ils n’avaient pas été des plus joyeux, mais avec le Serdaigle dans l’équation, les choses pouvaient peut-être enfin changer. Neuf années maintenant que ses noëls avaient perdu de leur magie. Cette fois, Eléanor rêvait d’un peu mieux que la table des treize de chaque année, même si bien sûr, Dumbledore savait toujours détendre l’atmosphère. C’était différent… Kevin rendait les choses inexplicables et différentes.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
avatar

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Jeu 29 Nov - 2:35

Take me back to the day we met

Eléanor & Kevin

Pour être tout à fait honnête, Kevin ne pensait pas grand chose du professeur Wilkes ou bien-même des rumeurs qui courraient sur lui. Il lisait la Gazette du Sorcier le plus souvent possible afin de se tenir aux faits, mais il ne comprenait pas toujours tout ce qu'ils incluaient. Le brun n'avait jamais entendu parlé de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom avant son arrivée en Ecosse. Plus il lisait de mauvaises nouvelles et plus il se sentait inquiet alors moins il avait envie d'y croire. C'était un cercle vicieux dont il peinait à sortir, mais il fallait avouer qu'il y mettait très peu de volonté aussi. Comme si ignorer le danger pouvait le faire disparaître...à ce niveau là, le garçon avait encore beaucoup à apprendre.

- Tant qu'il demeure respectueux et un bon enseignant pour toi...j'imagine que c'est l'essentiel.


Eléanor ne voulait vraiment pas s'étendre sur le sujet, Kevin l'avait bien senti. Il n'insista pas, c'était quelque chose qu'il pouvait largement comprendre. Lui-même n'avait pas très envie de relater ses frustrations du weekend. Ce soir n'appartenait qu'à eux. Et peut-être que c'était égoïste de sa part, mais il préférait mille fois la voir sourire. Même si tous  ses rictus n'étaient pas toujours sincères.

- Ma foi, ça me semble parfait ! Et pour ce qui est de la nourriture, je ne crois pas que ce sera un problème, lâcha-t-il avec un nouveau regard en biais ainsi qu'un demi-sourire. Personne ne connaissait l'existence de cette fameuse salle magique avant Harry ?

Kevin était resté suffisamment longtemps à Ilvermorny pour y entendre ce genre de légendes, comme quoi des salles secrètes et jamais ré-ouvertes depuis des années existeraient à l'intérieur du château. Il en avait passé des nuits et des journées à airer dans les couloirs sans pourtant jamais rien trouver. Le Serdaigle avait donc hâte de découvrir cette fameuse salle. Ne restait plus qu'à espérer que rien ne viendrait gâcher leurs plans jusque là. Rusard n'était pas très futé, celle dont se méfiait le plus Kevin était MissTeigne. Le garçon n'avait pas prêté attention à la grimace d'Eléanor, les yeux à nouveau rivés sur le ciel à la plus grande joie de sa conscience qui n'aurait pas à s'en faire immédiatement.
S'il l'avait vue bouger du coin de l’œil, Kevin sursauta tout de même au contact des lèvres d'Eléanor sur sa joue. Il parut un peu surpris de prime abord mais un fin sourire légèrement béat remplaça bien rapidement sa première expression.

- Tu as bien fait oui, répéta-t-il dans un murmure et avec ce même sourire.

Il ne pensait plus à son patron depuis qu'Eléanor était entrée dans la pièce en réalité. Peut-être aurait-elle eu besoin d'entendre à quel point il lui était reconnaissant pour sa présence déjà. Mais les mots manquaient à Kevin, non pas à l'instar de ses sentiments qui semblaient à l'intérieur de son regard et à la lueur des bougies de plus en plus évidents. Sa tête était désormais tournée vers la blondinette et ses yeux posés sur elle. Différentes réactions passèrent sur son visage en avisant celles de la Poufsouffle, mais celle qui perdura fut l'air énigmatique qu'il chercha à se donner lorsqu'il reprit.

- Il se pourrait que je me sois davantage intéressé à l'histoire du pays, en effet... Ainsi donc, tu te doutes bien que je savais déjà que nous nous trouvions dans une partie des Highlands et de ce qu'il en reste.


Ce fut à son tour de se pencher un peu vers elle, réduisant encore davantage la distance qui séparait leurs deux visages.

- Mais les Highlands que je veux connaître sont ceux dans lesquels tu as grandis, et dessiné pour la première fois.

Ses yeux tombèrent brièvement sur les lèvres d'Eléanor avant qu'il ne détourne le visage, les lèvres pincées mais étirées en un sourire malgré tout. Ses jambes se replièrent également mais il se contenta de les entourer de ses bras pour sa part, plus pour avoir quelque chose à faire de ses mains qu'autre chose. Il avait une nouvelle fois reposé son regard sur le ciel lorsqu'il écouta la demande pour le moins inattendue de la blondinette. Sans vraiment s'en rendre compte il s'était instinctivement raidit, tout comme son regard qui s'était immédiatement fixé sur le ciel. C'est que Kevin n'avait pas vraiment pensé à Noël jusqu'à présent. La date avait beau approchée à grands pas, il était surtout habitué à la fuir. Des Noël heureux, il en avait pour ainsi dire jamais eu de son côté. Peut-être dans sa première famille lorsqu'il n'était encore qu'un bambin, mais il ne gardait aujourd'hui que très peu de souvenirs de ses premiers parents adoptifs. Juste une photo qu'il avait conservée toutes ces années, extrêmement signifiante pour lui. Noël n'avait donc jamais vraiment été festif pour Kevin. Il ignorait si c'était quelque chose qu'il voulait partager avec Eléanor. Mais en réalisant bien rapidement que le problème viendrait une nouvelle fois de lui et non pas d'elle, Kevin se racla la gorge et tourna finalement à nouveau son visage vers elle. Un sourire perplexe passa sur ses traits. Il s'en voulait déjà pour ne pas avoir eu immédiatement la réaction à laquelle elle avait dû s'attendre, mais il lui était impossible de rattraper les quelques secondes précieuses qu'il venait de perdre.

- Personne...ne m'attends, tu sais.


Ses lèvres se pincèrent à nouveau. Avant que les mots ne lui manquent trop il attrapa l'une de ses mains pour y entrelacer leurs doigts.

- Je serais plus que ravi de passer Noël avec toi. Même si ça ne sera qu'ici, à Poudlard... N'en doute pas je...je m'y attendais pas, c'est tout, chercha-t-il finalement à se justifier tout en tenant toujours sa main et en ancrant son regard à l'intérieur du siens. A une condition, par contre. Il afficha soudainement un air grave, dans le but premier de détendre à nouveau l'atmosphère. Je refuse de jouer le moindre morceau de Noël !

DEV NERD GIRL


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Jeu 29 Nov - 12:35

Take me back to the day we met.

La Poufsouffle secoua la tête dans un léger rire.

- Tu penses bien que ceux qui connaissaient ce secret, se sont bien gardés de le dire à haute voix. Et techniquement, nous n’aurions jamais dû savoir. Je sais que pour toi tout ceci est nouveau et que tu souhaites probablement rester à l’écart de tout ça, ce que je comprends rassure-toi, mais je pense qu’il vaut mieux que tu connaisses la situation à Poudlard.

Elle inspira profondément, prête à mettre au parfum son beau Serdaigle. A ses yeux, il était important qu’il sache, afin d’avoir une vision plus approfondie de ce qui pouvait bien se tramer autour de lui. Si elle ne comptait pas spécialement rentrer dans les détails pour le moment, Eléanor pensait cette discussion nécessaire.

- Il y a deux ans, lors du Tournoi des trois sorciers, un élève est mort. Beaucoup ont accusé Harry Potter, qui lui-même accusait le Seigneur des Ténèbres. La révélation de Potter bouleversa le monde magique et le scinda en deux camps. Ceux qui avaient trop peur pour reconnaître que c’était vrai, et ceux tout aussi effrayés prêts à croire en celui qu’on appelle aujourd’hui l’Elu. Poudlard connut cette même division. Pour éviter que l’ordre magique ne parte en éclat, le Ministère de la Magie décida de se mêler des affaires de l’Ecole et nous envoya l’année dernière, Dolores Ombrage comme professeur de Défense contre les forces du mal. Une vieille harpie qui mit tout en œuvre pour évincer Dumbledore, décrédibiliser Potter et biaiser nos apprentissages. Harry Potter et ses amis décidèrent alors de créer l’Armée de Dumbledore afin de préparer les élèves volontaires à se défendre contre les ténèbres. C’était très secret, moi-même j’ignorais tout de ce qui se tramait. Les séances avaient lieu dans la Salle sur Demande, jusqu’au-jour où Malefoy et sa bande, sur les ordres d’Ombrage, fit exploser un des murs de la Salle. C’est ainsi qu’elle fut révélée aux yeux de tous.

Malgré le sérieux de son récit, l’adolescente souriait. Volontairement, elle ne s’était pas attardée sur le Seigneur des Ténèbres, ce n’était pas l’objet de son propos. Le Serdaigle aurait bien suffisamment de temps pour lui poser davantage de questions, plus tard. On ne pouvait pas raconter l’histoire de la Salle sur demande sans contextualiser, à ses yeux. Elle-même se demandait à quoi elle ressemblait à l’intérieur. […]
L’idée de partager son enfance, ou du moins ses vestiges, ainsi que ses beaux paysages, rendait la Poufsouffle joyeuse. Le pétillement dans son regard était éloquent. Kevin avait changé. Le Serdaigle était désormais bien plus ouvert à elle, bien plus attentif aussi et bienveillant d’une certaine façon. Qu’il s’intéresse à elle, à son court vécu, et à ce qu’elle aimait, lui procurait un sentiment d’importance inédit. Elle, d’un naturel indépendant, prenait désormais conscience du regard que posait Kevin sur elle, et du crédit qu’elle lui accordait. Eléanor, séduite, appréciait d’y voir son reflet, d’y provoquer une étincelle ou encore d’exister au travers, même si c’était lui concéder une part de sa si chère liberté.

- L’été prochain, je t’y emmènerai, je te le promets
, murmura-t-elle. On pourra voir tout ce que tu désires.

Elle ne précisa pas qu’il y avait une condition à tout ça, la condition d’une nouvelle paix au-dehors. Si elle n’avait rien contre un peu de danger ou de risque, l’idée de courir les rues alors que les Ténèbres étaient à leur apogée ne lui plaisait que peu. Qui sait ce qui pouvait se produire en six mois de temps… Plongée dans ses pensées, l’élève le vit alors se raidir et s’interrogea sur ce revirement soudain. Ce n’était peut-être pas la réaction à laquelle elle avait pu s’attendre de prime abord. Toutefois, elle ne la jugea pas. Après tout, Kevin avait le don de la surprendre à chaque fois. Son passé était lourd de souvenirs et de secrets, ce qu’elle peinait à le cerner. Mais une fois de plus, elle avait dû toucher un point sensible, ce qui l’attrista quelque peu. « Encore un », pensa-t-elle. Kevin avait beau la rassurer par tous les moyens et le contact de leur main être grisant, il ne pouvait la tromper.

- Personne ne m’attend non plus, lui répondit-elle dans un sourire léger. Tu n’as pas à te justifier, nous avons tous notre propre définition de Noël et tout le monde n’en a pas une vision joyeuse non plus. Mais c’est l’opportunité que ça change non ?

Puis il y eut la sentence : privation d’une des plus grandes traditions de Noël. Sur le coup, Eléanor fut incapable de savoir si oui ou non, Kevin était sérieux. Si ce refus était dû à son passé. Seulement, renier les chants de Noël revenait à une sorte d’hérésie pour elle. C’était l’unique moment où, une fois les yeux clos, on se laissait porter par une vague de bonheur dénuée de tout souci extérieur. Un court instant, certes, basé sur de l’illusion, mais qu’elle comptait bien monnayer durement. La Poufsouffle changea alors de position pour se placer contre les genoux du Serdaigle et face à lui. Elle rapprocha alors son visage pour capturer son regard et user de son pouvoir de persuasion, oubliant de fait que le bout de leur nez se touchait presque.

- Pourquoi donc ? Tu oserais me priver de cette tradition ? Même si je te suppliais de le faire ? Tu as déjà joué devant moi, Kevin Entwhistle, et tu recommenceras avec une musique de Noël. Dis-moi ce que tu veux en échange, et tu l’auras !

Elle se pencha alors davantage pour venir murmurer à son oreille d’une voix douce, presque suppliante.

- S’il te plaît ?

L’argument ultime lui vint soudainement, éclairant ses yeux bleus au passage. L’adolescente se redressa quelque peu pour revenir face au Serdaigle. Elle lutta pour ne pas qu’un rictus malicieux vienne entraver sa demande, et opta plutôt pour un sourire rassurant.

- Il n’y aura que toi et moi, si c’est ça qui te dérange. Lors du festin, Dumbledore se suffit à lui-même en matière de chant de Noël, tu n’as rien à craindre là-dessus.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
avatar

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Dim 2 Déc - 23:34

Take me back to the day we met

Eléanor & Kevin

Kevin s'était tout d'abord contenté d'hausser les sourcils en même temps que les épaules. Il était vrai que l'idée de l'interrompre encore une fois lui avait traversé l'esprit mais Eléanor n'avait pas tord, il était temps qu'il sache vraiment à quoi s'en tenir, qu'il veuille ou non se mêler de tout ça. Et s'il y avait bien une personne en qui il avait suffisamment confiance pour être prêt à la croire, -plus que les journaux en tout cas- c'était elle. Alors il l'écouta, en silence, sans chercher à l'interrompre. Son regard voguant entre le ciel étoilé et son visage à elle. Kevin tâcha d'avoir l'air le plus indifférent possible, malheureusement, plus il l'écoutait et plus il sentait son scepticisme s'ancrer encore plus profondément en lui. Ce n'était pas parce qu'il ne croyait pas en ce qu'elle lui disait. Au contraire, il réalisait que certaines choses qu'il avait pu lire ou entendre étaient bien plus vraies qu'il ne se l'était de prime abord imaginer. Le problème, c'était qu'il était toujours autant dans le déni. Il refusait tout simplement de croire en ces menaces. Passées et futures. Parce qu'elles incluaient tellement de choses. Des choses qu'il n'avait jamais pensé avoir à connaître. D'autres qu'il aurait préféré ne jamais avoir à redouter. Et puis, il y avait Adam. Qu'en avait-il était de lui face à tout ça et plus important encore, qu'en était-il de lui aujourd'hui ? Kevin gardait tant de choses sous silence qu'en s'en était parfois étouffant.
La première chose à laquelle il pensa alors après ces révélations, c'était qu'il avait foutrement envie et besoin de jouer. Si ce n'était pas maintenant ce serait plus tard, sa guitare était dans son sac de toute manière. Jamais bien loin de lui.

Il sentit le regard d'Eléanor peser sur lui. Il ne s'était pas rendu compte que sa contemplation des étoiles s'était quelque peu éternisée en silence. Ses yeux se reposèrent alors une énième fois sur elle. Un bref sourire s'installa sur ses lèvres lorsqu'au même moment il passa une main légèrement nerveuse derrière sa nuque.

- Hum...je vois... attendait-elle vraiment quoi que ce soit de lui ? Des questions il n'en n'avait pas et il ne comptait pas se forcer ce soir. Malefoy fricotait donc avec de la vieille peau...finit-il pas reprendre d'une voix évasive en laissant retomber sa main. Je crois que je comprends mieux pourquoi la majorité d'entre vous exècre ce nom. C'est vrai qu'il est blindé de défauts et assez exécrable mais il me faisait aussi pitié, jusqu'à maintenant.

Exit le souvenir du placard, exit, râla-t-il intérieurement, les sourcils quelques peu froncés après sa révélation. Finalement, il venait de contourner la majorité du sujet pour le moment, à son plus grand plaisir. Il l'avait écoutée, c'était déjà un bon début.
[...]
Ses projets de son côté, Kevin ne les conditionnaient absolument pas à la guerre. S'il n'avait pas prévu de quitter Poudlard ces vacances, c'était en majeure partie parce qu'il était retenu par le travail. Mais pour cet été, il avait des projets différents. Avec toutes les économies qu'il aura accumulées, il comptait bien partir à la recherche de son frère. Il avait traversé un fleuve pour venir jusqu'ici, un pays ne l'effrayait pas. Inconscient, il l'avait été et il continuerait à l'être. Adam était toujours une obsession pour lui. Il refusait de perdre espoir. L'attente était insupportable. Si son frère était dehors en ce moment-même, lui même pouvait l'être. Sa place était là où était son frère. En tout cas c'était ce que Kevin s'était mit en tête avant de rencontrer la blondinette. Il n'était pas encore prêt à lui parler de ses projets, conscient certainement qu'ils étaient plus fous que réalisables au fond. Il redoutait l'avis d'Eléanor. Il redoutait de la perdre elle aussi, mais bien trop tôt.

- Ce sera parfait...

Il avait envie d'y croire, à cet été. Il voulait croire qu'il pourrait se consacrer à Eléanor ainsi qu'à son frère. Qu'à la fin de cette année, tout commencerait enfin à aller pour le mieux.
La malice était revenue pour sa part assez rapidement sur les traits de Kevin après qu'il ait été rassuré par la Poufsouffle. Il se laissa même subjuguer par elle, s'approchant peu à peu de lui. Ses yeux ne se détachèrent pas de son regard et pendant un instant -un seul !- il oublia à quel point son refus était catégorique. Ses lèvres se pincèrent un peu et il arrêta de penser à quoi que ce soit après ça. Jusqu'à ce qu'elle reprenne sa place en face de lui en tout cas.

- Non, je n'oserais point, commença-t-il avec de grands airs. Tu en jouiras comme tous les autres, grâce aux elfes ou aux choristes restants pour les vacances j'imagine. Ce sera certes...peut-être moins romantique mais je ne ferais pas ça à ma guitare, ni au mélomane qu'il y a en moi. Si je ne chante jamais c'est pour une bonne raison ! Alors des chants de Noël ? C'est non-négociable !

Il lui fit un clin-d’œil inopportun dans le but de se vouloir énigmatique avant de se lever afin d'aller attraper son sac et de revenir avec. Il en sortit une grande bouteille de limonade dont il prit plusieurs gorgées au goulot avant de la tendre à Eléanor.

- Si tu as soif et que tu n'as pas peur de mes microbes... nous allons bientôt pouvoir partir, si tu veux. Le temps de rentrer et de se glisser à l'intérieur du château...il sera bien 23h00.

DEV NERD GIRL


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Lun 3 Déc - 15:06

Take me back to the day we met.

Perdu. Son don de persuasion venait d’échouer lamentablement à son plus grand désarroi. Néanmoins les paroles du Serdaigle ne tombèrent absolument pas dans l’oreille d’une sourde. Qui avait donc parlé de romantisme ? A faire autant de mystères, la Poufsouffle était quelque peu perdue quant aux attentes de Kevin, sans parler des siennes tout aussi confuses. Des chants de Noël, romantiques ? Jamais l’idée ne lui avait traversé l’esprit. Mais elle crut comprendre bien vite l’amalgame fait par l’adolescent en face d’elle. Après tout, comment Kevin aurait-il pu songer à la convivialité ou à l’esprit de famille, alors même qu’il n’avait pas été des plus chanceux en la matière. Peut-être que le terme « romantique » n’avait été utilisé que par le plus grand des hasards…
Toutefois, la blondinette n’avait pas dit son dernier mot.

- Mais je ne m’attendais pas à ce que tu chantes, simplement à ce que tu joues certains morceaux
, minauda-t-elle en l’observant se lever d’un seul coup mettant ainsi un terme à ses chances.

L’adolescente ravala un soupir contrit. Elle n’avait plus qu’à compter sur Dumbledore pour faire vibrer les cordes vocales du musicien. Un regard pour le ciel, elle eut un léger sursaut face à la bouteille tendue. Non, elle n’avait pas très soif, pourtant, elle ne refusa pas, de peur de froisser le Serdaigle quant à ses pseudos-microbes. Elle, marcher sur des œufs pour éviter de déplaire à Kevin ? Impossible voyons. Aussi but-elle deux gorgées de politesse avant de rendre la bouteille à son propriétaire.

- Sauf si tu préfères que Rusard alerte le Professeur Dumbledore sur ta fugue nocturne, oui il serait plus judicieux de rentrer. Sinon, tu risques de culpabiliser pendant des semaines, le taquina-t-elle en se levant à son tour. La nuit va être fraîche ce soir, nous serons mieux dans la salle-sur-demande, tu verras.

Intérieurement, Eléanor angoissait. L’idée de rentrer si tard, sans permission, la rendait quelque peu peureuse. Braver les règles n’étant pas dans ses habitudes, une partie d’elle ne cessait d’avoir mauvaise conscience, même si l’autre partie ne regrettait absolument pas d’avoir succombé à l’appel du Serdaigle. Heureusement pour eux deux, la neige de la semaine précédente avait pratiquement disparu. Les traces de la Poufsouffle ne se verraient donc pas. Bien sûr, s’ils avaient dû être accueillis par le garde-chasse, cela aurait été peine perdue. Son odeur l’aurait trahie et tous deux auraient été à la merci de Scabior. Il n’y avait plus qu’à prier que Rusard n’attrape pas soudainement la grippe.

Une fois la pièce rangée, Eléanor réajusta son sac et sortit sa baguette pour éclairer l’escalier branlant. Ce n’était pas le moment de se rompre le cou, encore moins de se donner en spectacle devant Kevin. La Poufsouffle connaissait sa propre maladresse et savait, en prime, que sa magie, ces derniers temps, était des plus capricieuses. Elle toucha, cependant, la dernière marche sans encombre et se tourna légèrement vers Kevin.

- Tu es prêt ?

Elle ne précisa pas volontairement. Elle-même ignorait à quoi elle était donc prête. Prête à rentrer ? Prête à découvrir avec lui la pièce qui les couperait de Poudlard ? Prête à provoquer sa chance en dupant Rusard et Miss-Teigne ? Ou était-elle prête à braver davantage le règlement pour le seul sourire du Serdaigle ? Un léger sourire effleura ses lèvres tandis qu’elle ouvrait la porte qui les ramènerait au temps présent. Une brise glacée lui coupa un instant le souffle. Elle garda sa baguette en main par prudence et s’aventura dans le froid non sans un grand frisson. La tentation de faire marche arrière était forte.
Une fois Kevin à sa hauteur, la Poufsouffle eut un moment d’hésitation avant de finalement enrouler son bras autour du Serdaigle. Légèrement empourprée autant par la morsure du froid que ses propres émotions, elle tourna son regard vers le ciel et le croissant de lune les surplombant. « Un souci de moins » pensa-t-elle, même si d’après ce que disaient les rumeurs, Fenrir Greyback n’avait plus besoin de la plus lune pour se transformer et devenir un danger mortel. L’idée la fit vérifier à droite, à gauche, devant, derrière, que personne n’était dans l’ombre à les suivre ou à les observer. Evidemment sa crainte soudaine n’était pas passée inaperçue.

- Juste par mesure de précaution, se justifia-t-elle dans un sourire un peu honteux. Le Professeur Maugrey commence à déteindre sur moi avec ses « Vigilance constante » à tout bout de champ.

Sans parler de la Gazette et autres rumeurs qui se propageaient allègrement dans les couloirs du château. Les mises-en-garde de Mrs Rosmerta n’avaient rien arrangé non plus. Eléanor était peut-être téméraire à ses heures, elle n’en restait pas moins effrayée par ce qu’elle pouvait rencontrer au-dehors. D’une certaine façon, elle admirait l’audace de Kevin et son côte nonchalant. A part de la décevoir, il ne semblait avoir peur de rien d’autre. Une insouciance qu’elle pensait un brin naïve, mais qu’elle ne pouvait s’empêcher d’estimer. Près de lui, sous ce ciel découvert, elle se sentait en sécurité et incroyablement petite aussi. Ses yeux bleus portés sur lui, Eléanor finit par se râcler la gorge et parler de son plan pour rompre et le silence et sa gêne.

- Une fois à proximité du château, je me lancerai un sort de désillusion. Maugrey nous l’a appris en début d’année, enfin il a essayé. On a dû s’entraîner un bon bout de temps pour parvenir à le maîtriser entièrement. J’avoue ne pas toujours réussir du premier coup, mais cela devrait être suffisant. Si Miss-Teigne est présente, un confundus la tiendra éloigner de nous. Ça nous laissera assez de temps pour gagner le 7ème étage. Tu es certain de ne pas être fatigué ? Je comprendrai tu sais.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
avatar

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Mar 4 Déc - 13:26

Take me back to the day we met

Eléanor & Kevin

Il avait décidé que le sujet serait clos avec ses propres paroles. Ce n'était pas un non définitif contrairement à ce que pouvait croire Eléanor. Avec un sourire de plus et un timbre de voix plus mielleux, il aurait quasiment pu céder déjà. Mais rien que pour elle, dans son éternelle pudeur.

- Ah-ah, très drôle. Je te rappelle que contrairement à toi j'aurais toujours la bonne excuse.

De son côté il ne réalisait pas encore l'influence réciproque qu'il pouvait avoir sur Eléanor. Il ne s'imaginait pas assez spécial pour être son exception. Ni assez bien pour elle, certainement. [...]

- Je suis toujours prêt !

Il s'était habitué à devoir rentrer seul au château à la nuit tombée. Il espérait chaque jour qu'il ne viendrait pas en idée à Dumbledore de le faire suivre, Kevin était du genre à aimer se suffire à lui-même. Il n'avait jamais croisé d'indésirables jusqu'à présent, il n'imaginait pas que ça changerait. Combien de chances pour que cela arrive aujourd'hui ? Jusqu'à eux ? Il se devait d'être courageux et confiant pour deux de toute manière. Il était hors de question qu'il ait l'air aussi peu rassuré que lors de leur première rencontre une fois à l'intérieur de la Cabane Hurlante.
Le froid lui dévora littéralement les joues une fois la porte passée. Il enfonça davantage son visage entre ses épaules en frissonnant de froid, avant que ses yeux ne retombent sur Eléanor qui venait d'attraper son bras. Un bref sourire passa alors sur ses lèvres.

- Je ne sais pas si je dois adhérer ou compatir. Les deux, peut-être ?


La nervosité d'Eléanor restait palpable, malgré sa présence. Il avait beau essayer de la tenir un peu plus contre lui, il la sentait parfois trembler. Ce n'était pas que de froid, il en était persuadé. Ils accélérèrent donc le pas sur la route censée les mener jusqu'au château. Ils s'accordèrent rapidement sur la marche à suivre, ravis de pouvoir constater que Rusard était bien là à l'attendre aux grilles mais sans MissTeigne dans les parages. Kevin attendit que la Poufsouffle parvienne à se dissimuler avant de sortir de derrière les arbres. Il fallait qu'elle puisse le suivre discrètement.
- Entwhistle ! grogna la voix de Rusard. Je vous attends depuis plus d'une heure, dépêchez-vous je vous prie !
- Pardonnez-moi monsieur Rusard, mais j'ai été encore une fois retenu par mon patron.

Le cracmol l'étriperait pour sûr sur place le jour où il apprendrait qu'il l'avait berné au moins treize fois avec cette excuse. Il venait encore une fois de mordre à l’hameçon, par crainte de ne subir de représailles sans doute.

- Dépêchez-vous de rentrer dans votre dortoir ! Si Missteigne ou moi nous vous croisons cette nuit, je n'hésiterais pas à être beaucoup moins clément.
- Tout de suite monsieur !


Kevin ne comptait laisser à personne l'occasion de croiser leur route, ça tombait plutôt bien. En tout cas, pas assez longtemps pour contre-carrer leurs plans. C'est à l'intérieur du château qu'ils se frayèrent un passage cette fois, Eléanor toujours couverte par son sortilège d'invisibilité. Ils durent contourner les préfets de Serdaigle et Serpentard avant de parvenir jusqu'au septième étage après de longues minutes d'infiltration qui s'étaient avérées interminables.

- C'est bien ici ? demanda à voix basse le brun une fois engagé dans le couloir.

DEV NERD GIRL


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Mar 4 Déc - 18:52

Take me back to the day we met.

Même si elle avait perçu une pointe de moquerie dans les paroles du Serdaigle, Eléanor lui fut reconnaissante d’accélérer le pas. Plus ils avançaient, plus elle resserrait inconsciemment son étreinte autour de son bras. Avant, elle n’avait jamais craint la nuit. Aujourd’hui, les choses étaient différentes, le monde était différent. Même ce qu’elle croyait connaître ou savoir était sur le point de changer. Comment ne pas s’en rendre compte ? La situation parlait d’elle-même. Peut-être était-ce le moment d’en parler à Kevin, de le remercier ou de partager avec lui son sentiment de renouveau. Mais elle n’en eut pas le temps, les premières tours du Château apparaissaient déjà à l’horizon. A contrecoeur, l’adolescente lâcha le bras de son compagnon nocturne et inspira profondément pour s’armer de courage. Ce n’était ni le moment de flancher, ni le moment de montrer qu’elle ne maîtrisait pas toujours ses sorts. Fort heureusement, elle ne mit pas plus de cinq minutes, ce qui représentait déjà pas mal de tentatives. Bien qu’invisible, l’élève ne put s’empêcher de se sentir angoissée de se trouver ainsi devant Rusard. Ses yeux cherchaient activement la chatte du concierge, sans succès. Une fois de plus, la boule de poils devait surveiller les couloirs. A eux de l’éviter une fois le premier barrage passé.

Les invectives de Rusard ne donnaient nullement l’envie de s’attarder. Mais qu’il était bon de retrouver la sécurité de Poudlard ! Personne ne saurait pour son entrave au règlement, elle-même n’avait plus qu’à oublier ce petit détail. Eléanor en retrouva même le sourire. Une fois, Kevin à sa hauteur devant les portes du château, elle murmura à son oreille.

- Première étape faite. Ne traînons pas. Miss teigne ou Maugrey, je ne sais pas quel est le pire.


Gagner le septième étage ne fut pas une mince affaire. Les préfets étaient plus vicieux que ce qu’elle aurait cru de prime abord. Toutefois ils étaient loin d’être les plus gros obstacles. Au détour d’un couloir, Eléanor dut esquiver de justesse le fantôme des Gryffondors en pleine discussion avec le Moine Gras. On aurait pu croire que Poudlard était calme la nuit, mais il n’en était rien ! La réalité était bien plus compliquée, surtout avec Peeves apparaissant ici et là pour réaliser cabrioles et brouhaha. A tout instant, la Poufsouffle craignait de voir leur professeur de DFCM tomber sur eux. Son cœur battait à vive allure. Jamais elle n’avait autant longé les murs de Poudlard. Quant aux escaliers, ils ne furent pas d’une très grande aide. Capricieux de réputation, ils emportèrent les deux Poudlariens à l’opposé de leur destination à deux reprises. Ce n’était pas faute de presser le pas, en veillant, bien sûr, à ne pas les laisser entendre.
Aussi, trouver la localisation de la salle-sur-demande fut une victoire bien méritée, laquelle rendit la Poufsouffle plus que joyeuse. Maintenant, il ne restait plus qu’à faire apparaître les portes de cette salle pratiquement mythique. D’un coup de baguette, elle révéla son apparence, non sans un lourd frisson glacé. Ce contre-sort était toujours désagréable, l’équivalent d’une douche froide. Rien qui ne pourrait cependant mettre un terme à l’adrénaline et l’excitation qui régnaient en elle.

- Bon, il n’y a plus qu’à lui dire ce qu'on désire tout en passant trois fois devant le mur. Tu veux bien faire le guet pendant que j’essaie ?

La demande d’Eléanor était simple et son besoin, bien plus profond qu’elle ne le suggérait. Elle désirait une pièce où Kevin et elle seraient coupés du monde, une pièce apaisante facilitant la conversation et le naturel, une pièce où elle se sentirait à sa place et pleine d’espoir pour l’avenir, une pièce enfin où ils se sentiraient sereins et en sécurité. A trois reprises, l’adolescente fit part de ses intentions mais surtout de ses émotions à la salle vivante. Et lorsque les deux larges portes décidèrent d’apparaître, un large sourire éclaira son visage. Elle avait réussi !
Ne pouvant quitter les yeux de la belle apparition, Eléanor recula à tâtons pour attraper le bras de Kevin et l’entraîner sur ses talons.

- Viens, chuchota-t-elle, dépêche-toi.

Et elle avait raison. Un pas claudicant commençait à se faire entendre non loin. Ensemble, ils ouvrirent les portes et se faufilèrent à l’intérieur. La magie de la salle avait fait son œuvre. Une réplique d’une salle commune aux couleurs de Serdaigle et de Poufsouffle les attendait. La pièce n’était pas très grande, mais elle offrait en revanche, un espace bienveillant et chaleureux, dû notamment au sapin de noël (artificiel) décoré de la tête aux pieds ou encore à la cheminée dont les flammes crépitaient allègrement. Un canapé trônait face à l’âtre ainsi qu’un fauteuil sur lequel reposaient deux plaids aux effigies de leurs maisons. Enfin, dans le fond de la pièce, se trouvait une étagère remplie de livres dont les titres échappaient à la vue d’Eléanor en raison de la lumière tamisée suscitée par le sapin et la cheminée. La Poufsouffle n’aurait pu espérer meilleur endroit, elle en remercia mentalement l’ingéniosité de la salle.

- Bienvenue, Kevin, dans la Salle-Sur-Demande, murmura-t-elle.

Son émerveillement était palpable. Laissant tomber son sac le long de son épaule, elle le déposa au pied du canapé et prit place sur ce dernier. Son regard peinait à se détacher du sapin ou encore de la cheminée. Cette pièce dépassait toutes ses attentes. Mais qu’en était-il de Kevin ? Aimerait-il autant qu’elle ? Se sentirait-il suffisamment à l’aise ? Maintenant qu’elle y pensait, peut-être était-ce trop « intime » pour lui.

- Est-ce que … Est-ce que ça te va ?
finit-elle par lui demander en osant se tourner vers lui. J’aurais peut-être dû te laisser lui demander ce que tu souhaitais. Mmh, tu devrais venir te réchauffer, tu ne crois pas ? Puis j’ai des plumes en sucre.

Argument imparable, non ?

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
avatar

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Jeu 6 Déc - 2:16

Take me back to the day we met

Eléanor & Kevin

Rusard avait été étonnamment gentil, ce soir. Bon, il l'avait tué au moins mille fois des yeux mais il le raccompagnait toujours jusqu'à sa salle commune lorsqu'il rentrait trop tard habituellement, histoire de s'assurer "que tu m'causeras pas d'ennuies". Il avait volontairement omis de parler de ce potentiel contre-temps à Eléanor afin de s'assurer qu'elle n’appréhenderait pas trop le reste de la soirée. Visiblement, la chance était avec lui ce soir. C'est pourquoi Kevin avait redoublé de vigilance une fois dans les couloirs afin de s'assurer qu'elle ne tournerait pas. Il était plutôt doué pour la discrétion de toute évidence. Aplatis contre les murs jusqu'à celui de la Salle sur Demande, il avait donné l'air d'avoir fait ça toute sa vie.

- Ça a l'air simple dit comme ça, mais le guet ça me va aussi !

A petit jeu de mot, petit sourire ! En faisant volt-face pour aller surveiller l'entrée du couloir, il se demanda s'il n'aurait pas mieux fait d'essayer de prendre les devants avec la Salle. Il venait seulement de comprendre à quel point l'endroit et la pièce serait intime. Pour Eléanor déjà, puisqu'elle sortirait de son imagination, mais aussi pour eux. Aurait-elle préféré qu'il l'imagine pour eux ? En aurait-il été seulement capable ? Les questions affluèrent les unes après les autres dans son esprit, ramenant avec elles certaines de ses incertitudes. Ses yeux guettaient plus le vide qu'une potentielle arrivée lorsqu'il sentit les mains de la blondinette lui attraper le bras. Son estomac se retourna littéralement à l'intérieur de son ventre lorsque ses yeux se posèrent sur les grandes portes. Il n'hésita pourtant pas au moment de les pousser.

Ce qui le marqua en premier fut l'aura de chaleur agréable dans la pièce. Le sapin, ensuite. Puis les couleurs primaires de la pièce. Il s'avança d'un pas timide, les yeux partout à la fois. Sa bouche entre-ouverte laissait imaginer son émerveillement, mais pour ce qui était des traits de son visage, ils restèrent relativement inexpressifs. C'était comme si on venait de le placer dans un environnement qu'il ne connaissait absolument pas. C'était vrai, en parties. "En parties" avec un "s", puisque certaines d'entre elles étaient d'ailleurs bien plus tristes qu'il ne l'avait laissé comprendre à Eléanor.

- C'est...je crois que je ne trouve même pas les mots.

Il peinait à réaliser, en effet. Au moins, c'était de nouveau le silence complet dans son esprit. Il ne pensait plus qu'à contempler l’environnement et à s'émerveiller de ce que pouvait faire la magie. Le garçon s'avança lentement dans la pièce afin d'en visiter tous les recoins. il jeta un rapide coup d’œil aux différents livres de la bibliothèque, avant de s'avancer jusqu'au sapin. Il était magnifiquement bien décoré, il ne put s'empêcher d'aller effleurer ses branches du bout des doigts. La voix d'Eléanor le tira à ces quelques secondes de contemplations silencieuses, le faisant se tourner à nouveau vers elle finalement.

- C'est parfait Eléanor. Je n'aurais certainement pas été capable d'imaginer tout ça.


Un bref sourire passa sur ses lèvres. Il jeta un dernier coup d'oeil au sapin avant de venir la rejoindre. Le plaid aux couleurs de sa maison fut déplié avant qu'il ne s'installe, son sac aux pieds pour sa part.

- Tu as vraiment...imaginé cette pièce de toute pièce ? Ce sapin, est-ce qu'il est issu de l'un de tes souvenirs d'enfance ?


Ses yeux se posèrent naturellement sur elle après cette question. Il avait vraiment besoin d'entendre sa réponse, il n'avait pas forcément pensé que ce serait peut-être dur pour Eléanor d'en parler. Pendant qu'elle lui répondait il ouvrit son sac, duquel il sortit sa baguette puis sa guitare à laquelle il rendit sa forme initiale. Ses doigts caressèrent doucement la table d'harmonie avant qu'il ne se mette à commencer par gratter quelque airs pour rajouter un fond sonore à la pièce.

DEV NERD GIRL


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Jeu 6 Déc - 10:22

Take me back to the day we met.

Maintenant qu’elle y pensait, peut-être aurait-il mieux fallu que tout ceci sorte de son imagination. Ses souvenirs auraient été bien moins gênants que la situation présente. Car plus Kevin posait ses questions, plus elle se rendait compte de son erreur. Embarrassée, elle se massa la nuque avant de retirer ses chaussures pour s’asseoir en tailleur sur le canapé. Comment lui expliquer que tout résultait de son besoin, de ses désirs sans avoir à les énumérer ? Cela lui paraissait impossible. Ne restait plus qu’à tenter de les édulcorer au mieux … Eléanor s’éclaircit la gorge et répondit après quelques secondes, interminables pour elle.

- Ce n’est pas moi qui ai imaginé cette pièce, Kevin, mais la salle. D’une certaine façon elle est vivante, ou plutôt consciente. Elle s’adapte aux besoins et désirs formulés. Selon leur … intensité, elle obtempérera ou non. Parfois, la salle ne s’ouvre pas. Certains ont essayé chez les Poufsouffles, et sont revenus sans rien.

Doux Jésus … Elle osait à peine le regarder. Ses joues lui paraissaient écarlates, entièrement enflammées. Et ce n’était pas dû qu’aux flammes devant eux.

- La Salle-sur-demande s’adapte aux situations. Je suis sûre qu’il y a des livres sur l’Ecosse sur l’étagère. Les deux couleurs de nos maisons ne sont pas anodines non plus. C’est comme si elle nous avait identifiés. Donc non, je n’ai absolument rien imaginé. Je n’ai fait que demander en formulant mon besoin.

« N’en dis pas plus… n’en dis pas plus. » s’ordonna-t-elle en silence. Elle prit alors conscience de la musique, des notes jouées par la guitare. L’adolescente s’y raccrocha pour calmer son angoisse, les battements de son cœur et surtout sa timidité. Discrètement, elle inspira profondément et reprit d’une voix qui pourrait paraître plus posée pour une oreille avertie.

- Je pense qu’elle nous a fait apparaître un sapin artificiel pour symboliser la période des fêtes de fin d’année. Avec les couleurs de Poudlard, il est plutôt joli.


Afin d’éviter davantage de banalités de sa part, Eléanor plongea dans son sac pour en sortir le sac de confiseries achetées plutôt chez Honeydukes, lequel fut placé entre eux deux. Elle en tira une plume en sucre non sans une certaine jubilation gourmande et commença à la sucer pour s’empêcher de parler davantage. De son autre main, elle attrapa le plaid restant qu’elle posa sur ses jambes à son tour. Et maintenant ? Que devait-elle dire ? Que devait-elle faire ? Pouvait-elle simplement se contenter d’écouter sans parler ? La question de Kevin lui revint alors en tête : « Ce sapin, est-ce qu’il est issu de l’un de tes souvenirs d’enfance ? ». C’était peut-être par là qu’il fallait commencer.

- Pour ce qui est de mes noëls d’enfant, ils furent magiques jusqu’à l’approche de mes neuf ans. Nous n’avions pas beaucoup d’argent alors nous faisions toutes les décorations à la main. C’était la période où ma mère cuisinait le plus : sablés à la cannelle, oursons de pain d’épices… Mon père et moi, on s’occupait de créer des flocons de papier. Une fois, il m’avait fabriqué un traîneau en bois. C’était pour l’anniversaire de mes quatre ans, je crois. Notre sapin n’était pas parfait, mais il dégageait une merveilleuse odeur. Le soir du réveillon, nous nous rendions au village pour la veillée. Les Ecossais ne fêtent Noël depuis 1958. Alors comme pour se rattraper, la soirée est très festive et illuminée. Tout le monde danse, on mange des « mince pies », une sorte de tourte à la viande, aux épices et aux fruits, et aussi un énorme gâteau aux fruits confits. A 00h, tous se mettaient à chanter les cantiques de Noël. Le lendemain, je trouvais toujours quelques sucres d’orge dans ma chaussette de Noël pendue à la cheminée, et nous ouvrions les cadeaux. Ma période préférée de l’année …
murmura-t-elle alors les yeux bleus soudainement embués.

Sa gorge nouée, Eléanor repartit dans ses souvenirs les plus enfouis et les plus heureux. Elle n’aimait pas se les rappeler, symbole de ce qu’elle avait perdu avec la découverte de sa magie. Ses parents, leur petit cottage, lui manquaient beaucoup plus que ce qu’elle voulait bien avouer. En cet instant, Eléanor avait le cœur lourd. Pourtant, elle n’en montra rien. Un rapide coup d’œil à Kevin lui rappela que lui n’avait sûrement pas eu cette chance, et elle en fut attristée. Car dans son malheur, elle, avait eu au moins huit année de pure magie. Consciente que la suite de son récit susciterait la pitié de Kevin ou son propre chagrin, la Poufsouffle renonça à reprendre son histoire. C’était, malgré tout, encore douloureux. Jamais elle n’oublierait la période de ses neuf ans. Elle se força à esquisser un sourire avant de se lover dans le coin du canapé. Tandis qu’elle observait le beau Serdaigle jouer, l’adolescente prit alors conscience de ce qu’elle avait également révélé : l’approche de son anniversaire. Elle était née cinq jours avant Noël et s’était bien gardée de le révéler jusque-là. Si sa bourde la fit sourire davantage, intérieurement, elle espérait que Kevin ne l’ait pas compris. Elle ne voulait pas le fêter, encore moins qu’il se force à y penser.

- C’est apaisant de t’entendre jouer, finit-elle par déclarer en douceur tout en profitant de l’opportunité pour changer de sujet.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kevin Entwhistle
Elève
avatar

Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Hier à 14:43

Take me back to the day we met

Eléanor & Kevin

Pour une raison qu'il ne s'expliquait pas, il aurait vraiment aimé entendre que ce sapin décoré provenait bel et bien de l'un des souvenirs d'enfance d'Eléanor. Kevin avait crut comprendre que c'était ainsi que fonctionnait la salle, jusqu'à ce que la blondinette ait commencé à lui expliquer le contraire. Il avait tout d'abord arboré une petite moue qui se voulait déçue avant qu'elle ne se transforme en un léger sourire en coin. S'ils devaient cette pièce en grande partie à la magie, ça ne changeait rien au fait qu'elle était magnifique, avec ou sans réelle touche personnelle et sentimentale. Cet endroit n'en restait pas moins pour eux et c'était grâce à Eléanor qu'ils avaient pu l'avoir. Il comprenait que ce n'était pas rien, mais ce que ça incluait vraiment...il ne pouvait pas s'empêcher de toujours en faire fi. Pour cette raison il se mit à fuir quelque peu la blondinette du regard, jusqu'à ce qu'elle est terminé ses clarifications.

- Oui, il est vraiment très beau.

C'était tellement nul. Tellement insuffisant. Kevin ne put s'empêcher de se mordiller la lèvre inférieure nerveusement en jetant un regard en biais à Eléanor. Il lâcha les cordes de sa guitare le temps d'aller piocher après elle dans son sachet de plume en sucre. Son cerveau tournait à mille à l'heure pendant ce temps-là afin de trouver un moyen de rompre le silence. La poufsouffle le fit contre toute-attente à sa place, en commençant à faire mention de ses Noël d'enfant. Il piocha une deuxième fois dans le paquet et l'écouta tout d'abord en silence, un léger sourire accroché aux lèvres et le regard considérablement attendri. Lorsqu'il recommença à jouer, il opta pour un air plus jovial afin d'accompagner les souvenirs de la blondinette. Son regard se fixa dans la cheminée alors qu'il tentait d'imaginer à quoi pouvait bien ressembler cette fameuse soirée festive. Le repas, les danses, jusqu'aux sourires des invités. Jusqu'à la petite version d'Eléanor, heureuse au milieu de la piste, dansant en cercle avec les mains de ses parents dans chacune des siennes. Il crut la voir dans le reflet des flammes pendant un instant, ce qui le fit esquisser un sourire. La blondinette se terra dans un silence qu'il connaissait bien une fois sa confession achevée. Un silence qu'il n'eut pas à cœur de briser cette fois. Il ne pouvait pas en demander plus, il ne pouvait que continuer à sourire pour tenter de l'apaiser.

- Et donc...tu serais née en Décembre ? finit-il tout de même par lancer, en tentant de quérir son regard avec le siens. Intéressant. Je jouais beaucoup les soirs de Noël, sourit-il en s'arrêtant une seconde fois.  Ça me permettait de m'évader et de ne penser à rien au besoin. Ce que j'aimais le plus c'était me promener dans la ville lorsqu'on voulait bien me laisser faire. La nuit, tout était magnifique. Et un peu plus calme que d'habitude, ce qui crois-moi, est une aubaine dont il faut profiter en Amérique.

Il esquissa un maigre sourire. Est-ce qu'il avait envie de raconter à Eléanor la tristesse de ses souvenirs passés ? Pas vraiment. ll aurait aimé avoir une anecdote un peu plus joyeuse à lui raconter mais il avait beau chercher, il n'en trouvait pas. Certaines familles dans lesquelles il avait passé Noël n'avaient été que "des foyers d'attente". Tout au plus ils lui avaient offert le repas pour finir par le renvoyer dans sa chambre après le dessert afin de pouvoir terminer leur réveillon en toute intimité. Pour ce qui était de celles à l'intérieur desquelles il avait été censé pouvoir trouver sa place eh bien...il n'en n'avait quasiment jamais été capable. Il ne s'était toujours senti que comme un étranger au milieu d'autres étrangers. Aujourd'hui il était trop tard pour regretter tout ça. Ce passé là, il l'avait accepté depuis longtemps. Jusqu'à ce que l'existence d'Adam vienne tout chambouler. Il ne fêterait toujours pas Noël avec lui cette année, mais pour la première fois de sa vie, Kevin entrevoyait malgré tout un réveillon différent des autres.

- Tu seras mon premier réel réveillon Eléanor, lâcha-t-il après un bref moment de silence, presque timidement. J'ai hâte. Il malmena à nouveau brièvement sa lèvre inférieure, puis il reprit d'un ton plus assuré. Et je ne veux aucun cadeau. C'est encore plus non-négociable que les chants de Noël ! Je ne veux pas que tu fasses des dépenses pour moi. Ta simple présence me suffira, vraiment.

Instinctivement, il alla quérir sa main avec l'une des siennes afin de serrer doucement sa paume. Il n'aimait pas spécialement les cadeaux, la faute à son passé qu'il ne se voyait pas encore changer. Le contact était électrifiant, il eut le sensation de se perdre dans le regard d'Eléanor en le croisant.

- Je...j'aimerais beaucoup que tu viennes me voir jouer, à l'occasion. Sur un service du midi, ce serait peut-être possible ? On pourrait...passer la matinée ensembles et après...après je te raccompagnerai au château ?

Il fut prit d'une soudaine vague de chaleur après s'être entendu lamentablement balbutier. Tout était entrain de disjoncter à l'intérieur de sa tête, du moins c'est l'impression qu'il eut jusqu'à ce qu'il ait lâchée la main d'Eléanor. Il tenta tant bien que mal de camoufler sa soudaine nervosité en piochant une autre plume en sucre, le regard quelque peu fuyant.



DEV NERD GIRL


_________________
Ma garce de vie s'est mise à danser devant mes yeux, et j'ai compris que quoiqu'on fasse, au fond, on perds son temps, alors autant choisir la folie.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   Hier à 17:17

Take me back to the day we met.

Elle n’eut d’autres choix que de hocher la tête à sa question mais n’en donna, cependant pas, la date exacte. Ainsi, elle se protégeait de toute surprise. Contrairement à nombre d’enfants ou d’adolescents, Eléanor n’aimait pas franchement les surprises. Par le passé, elles lui avaient joué de biens vilains tours. De surcroît, on ne pouvait nier que la Poufsouffle était une maniaque du contrôle refoulée. A chacun ses défauts…
La fuite et la musique étaient deux thèmes qui revenaient souvent dans la bouche du Serdaigle. Et plus elle les percevait, plus ils attristaient l’adolescente. A croire que Kevin n’avait rien connu d’autre Comment était-ce possible ? Si elle-même appréciait les étoiles ou encore la pureté des rayons lunaires, elle trouvait regrettable que le garçon à côté d’elle ne perçoive la beauté que sous les projecteurs de la nuit. Chaque heure du jour et de la nuit avait son charme. Le lourd poids de son passé était palpable et il inspira à la Poufsouffle une volonté de bien faire voire de mieux faire.

« Tu seras mon premier réel réveillon, Eléanor. » On ne lui avait jamais dit si belles choses. Elle était touchée, et un sourire niais apparut sur ses lèvres. Elle allait devoir s’armer de toute l’ingéniosité et la créativité dont elle était capable pour rendre ce noël magique et inoubliable. Aussi lui interdire tout cadeau était peine perdue. En réalité, l’adolescente y travaillait déjà dans le dortoir de sa salle commune ou près du feu quand tous étaient lovés dans les bras de Morphée. Non-négociale hein ? Kevin ne savait décidément pas qui se trouvait sous ses yeux. Tout devenait négociable si on avait l’argumentaire adéquat. Si elle acceptait de faire l’impasse sur les cantiques de Noël, elle ne ferait absolument pas l’impasse sur les cadeaux aux pieds du sapin. Elle sourit davantage à sa dernière phrase et serra sa main en retour, un réflexe qui leur était de plus en plus commun ces derniers temps.

- Tu m’interdis bien des choses. Les flatteries n'y feront rien, personne n’a dit que les Poufsouffles étaient disciplinés, le taquina-t-elle dans un petit sourire en coin, le regard mutin. Tu pourrais … je sais pas, me faire un peu confiance. Tu t’en sens capable ? Ecoute …

Elle abandonna son petit confort dans le coin du canapé pour se rapprocher du Serdaigle. Serrant davantage sa main, elle planta son regard dans le sien et poursuivit d’une voix aussi douce que déterminée :

- On ne sait absolument pas de quoi demain sera fait. Aujourd’hui, on a l’opportunité de rendre ton premier vrai noël mémorable, alors arrête de faire en sorte qu’il ressemble à ce que tu as pu vivre. Je veux bien croire que ce soit assez effrayant et qu’une part de toi à peur de t’imposer ou de devenir une charge pour moi. Mais tu es à Poudlard, Kevin, alors pars déjà du principe, que ce Noël sera dix fois voire cent fois plus grand que tous ceux que tu as connus jusque-là. Laisse-moi juste y mettre ma touche personnelle, s’il te plaît.


Son sourire s’élargit un peu plus à la proposition suivante, guilleret et sincère. Sa gêne ne passa pour autant pas inaperçue, et Eléanor ne sut trop comment l’interpréter. Etait-ce simplement de la timidité ou est-ce qu’il y avait autre chose ? Ou alors peut-être n’était-ce qu’un effet de son imagination, et cette proposition venait simplement empêcher le silence de s’installer.

- J’en serais ravie. Pendant les vacances de Noël, si tu veux. On est un peu plus libre d’aller et venir à Pré-au-Lard dans cette période. Bon je suppose que la sécurité sera renforcée et qu’il y aura davantage de règles, mais rien qui ne m'empêchera de venir, on le sait,s'amusa-t-elle en faisant référence au présent.

Elle lâcha sa main pour le laisser jouer de nouveau ou lui donner le moyen d’apaiser sa gêne. Elle-même ne savait plus trop comment agir, comme si elle avait épuisé toutes ses cartouches. Il lui semblait avoir fait de nombreux pas, de nombreux efforts pour s’ouvrir un peu plus et le laisser entrer dans sa vie passée et présente. Que devait-elle faire maintenant ? Elle ignorait. Peut-être devrait-elle finalement se mettre en quête d’un manuel ou d’un mode d’emploi sur « Comment rompre le silence ou comment exprimer ce que l’on ressent ? ». A peine eut-elle cette idée qu’un bruit sourd se fit entendre derrière eux. Eléanor fit volte-face et avec horreur vit qu’un livre était tombé de l’étagère. Raide comme un piquet, paralysée de la tête aux pieds, elle sentit son cœur battre à vive à l’allure. La salle avait entendu son vœu et venait de l’exaucer. Eléanor ne pouvait pas se sentir plus stupide et ridicule qu’en cet instant.

- Je …

Elle tourna son visage vers Kevin, un petit sourire crispé aux lèvres, priant toutes les divinités qu’il n’aille pas lui-même ramasser le livre qui scellerait sa honte et son humiliation.

- Je devrais peut-être aller le remettre sur l’étagère.

Règle numéro 1 : ne jamais formuler un vœu stupide dans la Salle-sur-demande. D’un geste un peu trop vif, elle retira son plaid et se mit sur ses jambes. Ne cessant de se maudire, elle atteignit le livre qu’elle ramassa non sans lire le titre : « Prendre le contrôle sur l’amour en plusieurs étapes » de Laverne de Montmorency.

- Laverne de Montmorency,
répéta-t-elle dans un murmure. Laverne de Montmorency …

Béate, elle resta stupéfaite devant l’ouvrage, avant de le fusiller du regard et de le remettre avec précipitation à sa place. Le nom de Laverne de Montmorency était inscrit dans son livre de potions, à la page « Amortentia ». Elle se mit soudainement dos contre l’étage et justifia son comportement assez puérile.

- La Salle-sur-demande a aussi un grand humour, on ne le dit pas assez ! Je crois qu’elle m’a confondue avec Millicent Bulstrode.  

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Eléanor & Kevin] Take me back to the day we met.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Davy Back Fight !
» Kevin Denil [En Cour]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Snare :: Pré-au-lard :: Reste du village :: La cabane hurlante-
Sauter vers: