Harry Potter RPG
 

Partagez | 
 

 [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Mer 24 Oct - 15:42

Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?

Adossée au mur de l'infirmerie, elle venait tout juste de quitter Kevin. Son coeur peinait à se remettre de ses émotions, tandis qu'elle ressentait une folle envie de gagner un coin tranquille pour réfléchir au calme. Les interrogations grouillaient dans sa tête. En vain, Eléanor cherchait à comprendre ce qui venait de leur arriver. Parfaitement ignorante sur les questions du "coeur", tout n'était que supposition bien sûr. Kevin ressentait-il lui aussi un tel capharnaüm ou était-elle seule, touchée par le côté inédit et étonnant de la situation ? Malheureusement pour notre jeune adolescente, elle n'avait pas menti au Serdaigle : elle avait bien certaines affaires à résoudre. Entre le Professeur Fenwick et le Professeur Wilkes, elle ne savait par qui commencer. D'une certaine façon, elle en voulait aux deux, car l'un comme l'autre avait su atteindre son orgueil. Le premier en lui reprochant d'ouvrir son coeur, le second en la rabrouant sur sa susceptibilité sanguine. Sauf qu'elle n'avait que trop tardé. Depuis trois semaines, maintenant, elle détenait la permission du directeur quant à son stage improvisé avec Mr Wilkes. Eléanor avait lâchement repoussé l'entrevue. Seulement, aujourd'hui, elle n'avait pas une, mais deux raisons - pour ne pas dire trois d'ailleurs - de la solliciter. Après les événements des trois-quatre derniers jours, sa curiosité tout comme sa méfiance étaient à son comble. Ajoutés à cela, les avertissements du Professeur Fenwick ... lesquels n'avaient désormais plus aucun sens à l'en croire Skeeter.
Si la Poufsouffle était d'ordinaire méfiante vis-à-vis de la Gazette et de ses rédacteurs, elle s'interrogeait pourtant sur l'étendue de vérité derrière ces lignes. Une femme aussi maligne et rusée que Skeeter devait bien bâtir ses articles sur un fond de vérité pour ne pas perdre sa crédibilité ni ses lecteurs. Autre que sa capacité hallucinante à déformer tout ce qui lui était rapporté, Potter en avait fait les frais, il devait bien y avoir quelque chose. En outre, elle avait bien noté le comportement étrange de son professeur de métamorphose, lors de leur dernière entrevue. Y avait-il un lien avec cet article ? Seul un aveugle pouvait croire en une quelconque coïncidence.

A deux pas du couloir menant au bureau du Professeur de Botanique, Eléanor tourna les talons, d'un pas décidé. La cause ? Elle soupçonnait son professeur de ne pas y être. Comment l'en blâmer quand tous savaient ce qui se trouvait devant sa porte. Cette Serpentard était pire qu'un troll. Depuis le fameux article, on l'entendait soit vociférer - mademoiselle se sentait hautement trahie par l'aimé - soit hurler à tout va qu'une seule et unique personne comptait dans le coeur de ce "doux et sex..sensuel Orcus" : Elle. Il n'aurait d'ailleurs pas été étonnant de la voir fomenter un plan contre le Professeur Fenwick. Peut-être était-ce la raison pour laquelle elle avait redoublé son système de sécurité autour du bureau de son futur époux et père de ses porcelets enfants. Fuyant les verts et argents comme la peste, l'élève prit donc la direction des serres. Elle ignorait comment aborder celui qui l'avait obnubilée pendant de longues journées. Mais une chose était sûre : elle était bien décidée à lui prouver toute la valeur et la singularité d'une Sang-de-bourbe.
La porte donnant sur les serres était fermée. Eléanor pria Merlin de lui donner suffisamment de courage et toqua trois coups à la porte. Tout compte fait, une bouteille d'hydromel aurait sans doute été un atout utile. "Un mauvais quart d'heure à passer " se murmura-t-elle inaudiblement dans un sourire ironique, non sans penser au Serdaigle qui attendrait (peut-être ?) son retour. Et s'il avait décidé de se terrer dans un pot de mandragore ? Pire, s'il croyait à un nouvel harcèlement de Bulstrode ?

- Professeur, ce n'est que Eléanor Branstone.



Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Ven 26 Oct - 21:49


Ni l'un, ni l'autre très chère.

*Hormis les substances et les rencontres controversées, deux autres choses étaient capables de tempérer les nombreuses indigences d'Orcus, toutes les deux liées à sa profession et ceux sans qu'aucune justice n'ait à y redire. Il pratiquait présentement l'une d'elle, armé d'une griffe de jardin s'affairant aux pieds de majestueuses braillantines. Le nez dans ses plantes, herbes et arbrisseaux, il ne pensait plus à rien, exactement ce dont il avait besoin. Il se rendait un peu plus souvent à Poudlard, lieux où il pouvait plus facilement s'isoler qu'au ministère où les rumeurs allaient bon train. Entre ceux croyant en un règlement de compte entre mangemorts, sa prétendue liaison avec un homme, les soupçons de meurtres et j'en passe, ses oreilles sifflaient presque en permanence. En soi, il s'en fichait pas mal, les ragots l'atteignaient probablement moins que Benjy, pas parce qu'il était plus fort, mais parce qu'il y était habitué depuis l'enfance. Son seul véritable soucis, c'est que les racontars le ramenait sans cesse à cette nuit-là. Bref, il vivait un moment de quiétude, enfermé dans sa bulle, que tu allais briser. Qui plus est pour un soi-disant stage sur lequel ils ne s'étaient pas compris et auquel il ne se souvenait plus depuis des lustres. Pour lui, il n'avait été question que de te filer un coup de piston pour te faire entrer au département de la justice magique, surement pas de se coltiner s'occuper de ta formation.

Il entendit frapper à la porte, des coups faisant écho à ceux que tu portais à son intimité. S'il était un peu rassuré de ne pas à nouveau faire face à une Millicent aux yeux rougies ou aux autres professeurs venant se plaindre des pièges qu'elle destinait un peu partout à Benjy, ce n'était pas pour autant qu'il était ravi de te voir. Alors un peu par instinct de conservation et beaucoup par lâcheté, il se scotcha entre un cactus et une tentacula vénéneuse et s'appliqua un sortilège de Désillusion. Avec un peu de chance, ça suffirait à te faire faire demi-tour, il n'était vraiment pas d'humeur à faire face à un excès de zèle dans sa matière qui pouvait aisément attendre quelques jours.*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Sam 27 Oct - 19:15

Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?

Elle toqua de nouveau à la porte. Mais le silence continua de lui répondre. Eléanor soupira et tourna les talons prête à reprendre le chemin de l'infirmerie.

- On ne remet pas les choses à demain, Eléanor Branstone, se murmura-t-elle d'une voix autoritaire. Enfin pas plus que déjà fait.

Son professeur ne pouvait être que là. Ou alors, il avait cherché une nouvelle fois refuge dans la forêt. Sauf que cette fois, la Poufsouffle ne comptait absolument pas l'y rejoindre. Alors elle réessaya, une fois, et s'arrêta dans son geste à la seconde. Si Mr Wilkes refusait de lui répondre, elle allait devoir user de la manière forte et le convaincre de bien vouloir lui ouvrir. Songeuse, elle se mordilla la lèvre pour trouver un argument de poids. Ce qu'elle voulait, Eléanor savait l'obtenir.

- Je sais que vous êtes là, Professeur, car votre sangsue protège de son corps la porte de votre bureau ! Alors sauf si vous souhaitez réellement que j'aille la chercher ou que j'informe le professeur Dumbledore de la relation qui vous unit tous deux, je vous demande de bien vouloir me recevoir. J'ai, qui plus est, un document signé de la main du directeur. Je suis certaine qu'il ne voudrait pas entendre que l'un de ses professeurs, surtout celui qui fait la Une de la Gazette, possède quelques problèmes de "tolérance" avec les nés-moldus.

Décidément, elle n'aimait pas beaucoup ce rôle de méchante, car clairement, elle venait de s'empêtrer dans un chantage qui pouvait lui coûter très cher - et connaissant son professeur, il lui coûterait probablement très cher-. Mais la fin pouvait, parfois, justifier les moyens non ? Elle ferma les yeux brièvement, soupira et reprit.

- Je veux simplement discuter avec vous, Professeur. Et non vous importuner. Ou au moins, laissez-moi vous remettre le document et je repartirai aussitôt.

Soudain, une idée lui vint. Ou plutôt, un enfantillage.

- Et je vous débarrasserai, deux semaines durant, de Millicent Bulstrode.


Pas sûr que cette proposition fasse ses affaires. Bulstrode était deux fois plus large qu'elle et surtout plus robuste. Elle aussi, en dépit de son intelligence réduite, savait user de sa baguette. Sans parler de ses chewing-gums ambulants qui lui servaient de copines et ne la lâchaient pas d'une semaine. Vers quelle impasse se dirigeait-elle au juste ?!

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Jeu 8 Nov - 17:33


Ni l'un, ni l'autre très chère.

*Il plissa les yeux, "la relation qui vous unit" ? Il aimait bien Millicent, au fond du fond, mais qui serait assez sot pour croire que ses aspirations romanesques étaient partagées ? "Problème de tolérance avec les né-moldus" maintenant ? Et quelle était cette histoire de document signé par Dumbledore himself ? Une ride du lion particulièrement creusée apparue entre ses sourcils. Déjà dans la bouse jusqu'au cou, il fallait maintenant qu'il se fasse menacer par une Poufsouffle ! À croire que la larmoyante et fragile blairelle lui avait bien mis à l'envers lors de leur précédente rencontre dans la forêt. Il jura entre ses dents et se massa la nuque, perplexe quant à ce qu'il devait faire. Laisser une gamine le manipuler ou prendre le risque d'alourdir les charges pesant contre lui ? Rageur, il jeta le sécateur qu'il tenait toujours à la main, provoquant un grand bruit amplifié par la résonance des serres et se dirigea vers la porte. Il ouvrit cette dernière à la volée en ayant oublié de lever le sortilège de désillusion. En scrutant bien, on pouvait distinguer vaguement ses contours.*

- Pas la peine de hurler, j'étais au fond des serres, mentit-il. Je vous donne 5 minutes. Où est-ce que je dois signer ?

*Signer n'importe quoi au besoin, avec un peu de chance, c'était une autorisation de sortie du territoire qui t'enverrait tout droit dans le cratère d'un volcan ou, pire, en France. Il avait toujours apprécié ses étudiants jusqu'à présent, mais peut-être venais-tu de réveiller en lui le gène Rogue.
Il sortit sa plume noire de son veston, prêt à apposer sa griffe sur ton parchemin lorsqu'il s'aperçut qu'il pouvait voir en travers de sa peau. Pour parfaire le tout, il venait en plus de se ridiculiser ! Il souffla et recula dans la serre pour te laisser entrer et retrouver son opacité habituelle, provoquant un désagréable frisson lui parcourant l'échine au contre-sort qu'il se dépêcha de justifier sans ciller.*

- Je devais feinter pour rattraper une Cricrasse fugueuse.


*Sur ce, il croisa les bras et prit appui sur le rebord d'une table de travail, son regard plongeant dans le tien.*

- J'ai cru percevoir quelques menaces m'étant adressées, mais avec la distance j'ai pu mal entendre. Peut-être voudriez-vous me les réitérer en face à face Miss Branstone ?


*Avec un petit sourire narquois, il attendit que tu reprennes la parole. Oui, il avait toujours oscillé entre le désintérêt et la bienveillance dans ses cours, mais parce que comme tout adulte un peu trop prompt à balayer sa propre enfance, il avait oublié que les adolescents n'étaient plus tout à fait des enfants innocents. Il était étonnant que ce soit une Poufsouffle qui vienne (enfin !) lui apprendre cette leçon et réveiller en lui son instinct de conservation, lequel se manifestait par attaquer le premier et marquer son ascendance sur l'ennemi par son insupportable arrogance et son incroyable facilité pour la moquerie. Allais-tu sceller ton sort ou trouver une pirouette pour calmer sa colère qui n'attendait qu'une excuse pour s'exprimer ?*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Dim 11 Nov - 18:26

Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?

Le bruit la fit sursauter et pâlir à la fois. Son professeur était bel et bien présent, mais en plus, il paraissait évident qu’il avait tout entendu ! Quel était le pire entre jouer des coudes avec Millicent et faire les frais de son chantage ? Mal à l’aise, la blondinette se mordit les lèvres et changea de jambe d’appui. Soudain la porte s’ouvrit devant elle. Hésitante, l’élève se décida finalement à entrer, percutant de plein fouet quelque chose ou plutôt quelqu’un qu’elle ne voyait pas. Fronçant des sourcils, elle sursauta de nouveau lorsqu’elle perçut la voix aussi près d’elle. Il ne lui en fallut pas plus pour comprendre le stratagème de son professeur. Eléanor plissa des yeux et ravala le rictus moqueur qui pointait sur ses lèvres. La situation restait néanmoins quelque peu gênante. Rien qui ne faciliterait ses affaires à son grand damne. Finalement, le cas du professeur Fenwick aurait été probablement plus aisé. La Poufsouffle se râcla la gorge et décida de feindre l’innocence.

- Bonsoir Professeur.

Seulement voir la plume voler seule dans l’air avait quelque chose de particulièrement étrange. Sans compter qu’elle lui rappelait, entre autre chose, la plume-même de Rita Skeeter, celle qui l’accompagnait sans cesse sur les photos. L’article lui pesa alors lourd dans son sac.

- Je … Vous … Sorti…


Mais voyant que son professeur-même venait de s’en rendre compte, elle se tût aussitôt. Un sourire poli naquit sur ses lèvres et elle détourna le regard pour ne pas pousser le vice. Préférant ne pas commenter l’excuse qu’elle pensait affreusement bidon, Eléanor posa son regard sur les plantes qu’elle percevait du seuil et entra bel et bien cette fois. A l’évocation de ses propres-menaces, elle grimaça, de dos et se retourna finalement l’air de rien.

- Des menaces, Professeur ? Je ne suis qu’une simple Poufsouffle, Monsieur.


On n’apprenait surtout pas à un Serpentard, même ancien, comment ruser ! Alors ne pouvant supporter son propre mensonge, l’élève cracha le morceau, tête à demi-haute pour ne pas frôler l’irrespect.

- Très bien. Je vous dois des excuses, Professeur. Je vous ai forcé la main alors qu’il est parfaitement de votre droit de ne pas nous recevoir.

Devait-elle lui montrer l’autorisation signée du directeur, dès maintenant ? Peut-être qu’à l’idée d’avoir l’opportunité de la maltraiter un minimum l’enchanterait. A nouveau, elle montra son malaise en changeant de jambe d’appui et se lança en tendant le parchemin enroulé.

- Le Professeur Dumbledore a accepté de signer l’autorisation pour le stage en votre compagnie. Vous savez ce qui me motive Professeur, et pour cela, je suis prête à endurer tout ce qui vous plaira.


Soudainement sérieuse et assurée, elle plongea son regard dans celui de son Professeur de botanique. Elle crevait de connaître la vérité, de pouvoir sonder l’âme de celui qui lui faisait face. Une part d’elle ne le pensait pas coupable, peut-être parce que Skeeter n’avait pas su reproduire l’âme du personnage. Mais qu’en savait-elle exactement ? Qui était-elle pour juger cet homme ? L'avertissement de Fenwick ne cessait de la tourmenter. Que cachait donc son Professeur ? Etait-il si mauvais ?
Comme elle s’y attendait, elle se heurta à un regard dur et fermé avant de détourner finalement le sien.

- Est-ce que vous allez bien, Professeur ? demanda-t-elle d’une voix timide.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Mar 13 Nov - 15:18


Ni l'un, ni l'autre très chère.

*Il leva le nez, ses mains resserrèrent sa prise autour de ses bras croisés. Un sourire en coin pétrit de condescendance étira ses zygomatiques en te voyant feindre l'ignorance avant de te reprendre. Poufsouffle un jour, poufsouffle toujours, au moins un point qui rentrait dans l'ordre.*

- Je vois. Un aveu est préférable au lieu de tenter de me faire croire que j'ai confondu votre jolie voix fluette avec les cris coléreux de la cricrasse. J'ai tendance à me montrer un tantinet irascible en ce moment, en particulier quand on me prend pour un imbécile. Il serait vraiment dommage que je vous pourrisse la vie à cause d'un malentendu.

*Le sourire s’effaça, à la place sa bouche se tordit sur le côté et ses sourcils se froncèrent. Il se pencha en avant en tendant une main pour te relever le menton et ainsi forcer le contact visuel. En ce moment, une flamme de rage couplé à de la détermination, celle de s'en sortir coute que coute, ne quittait jamais ses pupilles, assombrissant son regard déjà naturellement noir. C'était ainsi que son père l'intimidait, ce qui suffisait la plupart du temps. Il n'était pas Wilkes senior, mais il avait hérité de ses yeux et de sa stature.*

- N'est-ce pas ?... Le quoi ???


*Il t'arracha plus qu'il ne te prit le parchemin des mains, à ce moment seulement il ôta ses doigts de ton menton et se redressa pour parcourir l'affreux document des yeux, une emmerde de plus dans sa vie. Il ne t'écoutait alors plus du tout, plongé dans sa lecture, c'est donc machinalement qu'il répondit par un "mmh mmh" à ta prise de nouvelles. Il déambulait à pas lent derrière son bureau alors que ses rétines sautaient d'une ligne à l'autre, ces dernières revenant régulièrement au mot "ministère" lui signifiant clairement qu'il ne devrait pas se coltiner une poufsouffle uniquement dans l'enceinte du château. Sa lecture achevée, il se retourna vers toi en écartant légèrement les bras.*

- Pourquoi avoir fait ça ? Si c'est pour vous la jouer comme certaines de vos camarades *= Millicent*, sachez que je ne fricote pas avec les adolescentes à peine pubère.

*Une petite moue apparu avant qu'il ajoute.*

- De plus, je fréquente déjà quelqu'un.

*Et démerde toi avec ça Benjy ! De toutes les rumeurs courant sur son dos depuis quelques jours, celles-ci était de loin celle qu'il voulait voir s'amplifier. Innocente à ses yeux mais ayant de quoi sustenter toutes les commères.*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Mer 14 Nov - 10:32

Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?

Le contact visuel la déstabilisa sans aucun doute. Si extérieurement, elle faisait tout ce qui était en son pouvoir pour tenir le regard qui essayait de la soumettre, Eléanor n’en menait absolument pas large. Son assurance était fausse, son insolence une couverture. Elle craignait tout ce qu’elle ignorait sur son Professeur face à elle. Un Serpentard adulte, une ascendance douteuse : force était de constater qu’elle n’avait pas toute sa tête pour risquer aussi gros. Ce regard n’était pas celui qui hantait ses cauchemars, mais elle ne l’oublierait pour autant pas. Le message était passé. Fort heureusement, le parchemin assuma la diversion espérée.

Fricoter ?! Ses yeux s’écarquillèrent sous le choc, avant que la bile ne lui monte. Eléanor ravala toutes les piques qui s’apprêtaient à franchir ses lèvres et ferma les yeux un bref instant pour se contenir. Une élève… Elle n’était, avant toute chose, qu’une élève. Aussi dût-elle tourner sept fois sa langue dans sa bouche pour répondre. La bombe soudainement lancée la coupa dans son élan. Ainsi c’était donc vrai ? Cela n’avait pas de sens. Comment le Professeur Fenwick pouvait-il l’avoir trompée à ce point ? Lui sortir de belles paroles pour ne pas les appliquer lui-même. Pire encore, il l’avait mise en garde contre l’homme sous ses yeux. Elle avait commencé à lui faire confiance, à partager avec lui ses douleurs profondes, se pourrait-il qu’elle se soit trompée intégralement sur son compte ?

- Vous m’en voyez ravie pour vous, Professeur,
répliqua-t-elle alors d’une voix un tantinet froide, aussi stoïque qu'un piquet.

« Pourquoi ? » : la question de tous les esprits.

- La réponse est évidente, Professeur Wilkes. Vous êtes mon alibi et moi le vôtre.

Culottée, certes. Mais puisque pour elle, le Professeur Wilkes était un véritable mystère, elle décidait de se fier à son instinct et de s’imposer un minimum face à la tornade endormie qu’elle soupçonnait face à elle.

- Je vous l’ai dit, Monsieur, vous connaissez mes objectifs. On murmure de nombreuses choses sur la débâcle du Ministère. Je désire en avoir le cœur net et comprendre ce qui se joue entre ses murs. Je veux me préparer à ce qui nous attend dehors. Or, de tous les employés du Ministère que j’ai pu rencontrer jusque-là vous seul n’aurez aucun scrupule à briser mes illusions, non ? Mais des rumeurs courent également sur vous, Professeur, particulièrement depuis le récent événement. Avoir une née-moldue comme stagiaire vous laverait en partie des soupçons qui pèsent sur votre soi-disant camp et sur votre capacité à être un enseignant digne pour nous autres élèves.

Une part d’elle tremblait quelque peu. C’était quitte ou double pour elle, et clairement, elle se voyait déjà rabrouée, insultée de prétentieuse et d’insolente. Seulement sa détermination n’avait pas d’égale. Une seule autre personne pourrait accepter sa requête, mais celle-ci l’empêcherait d’aller trop loin, à coup sûr. Alors que son cher professeur, avec son médiocre avis sur les nés-moldus, culpabiliserait bien moins en la matière. Du moins était-ce ce qu’elle pensait.

- Et il y a une dernière chose, avoua-t-elle alors, je veux comprendre pour quelle raison l’on m’a mise en garde contre vous. Ne pas partager ni même être franche, autrement dit, me protéger de vous.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Mer 14 Nov - 15:04


Ni l'un, ni l'autre très chère.

- Merci.

*Répondit-il du tac au tac en souriant, comme s'il avait été du genre à étaler sa vie amoureuse et pire, à la brandir comme une victoire. Quand Orcus étalait au grand jour quelque chose, vous pouviez être sûr à 90% qu'il s'agissait d'un tissu de mensonges. Cette fois, il écarquilla les yeux dans une moue amusée.*

- Me servir d'alibi ? Vous jouez un drôle de jeu Miss Branstone. Vous, éprise de justice et de vérité, seriez prête à servir d'alibi à un être "sans scrupules" aux allégeances douteuses ? Pour assouvir votre curiosité vous êtes prête à m'aider à "me laver des soupçons qui pèsent sur moi" en dépit de ce que je pourrais faire de ma virginité retrouvée ?

*Sur le coup, il maudit Quinn intérieurement. Elle avait voulu le faire souffrir, à le voir maintenant elle devait rire à s'en éclater les côtes dans sa tombe. Pourtant, il n'en montra rien, affichant son éternelle arrogance comme armure.*

- Je n'ai pas besoin de vous pour me protéger mademoiselle, quelle insolence que de le croire ! J'ai encore moins besoin de vous pour être un enseignant digne, nommez-moi un seul élève regrettant les cours poussiéreux et ennuyants de Chourave !

*Il te lança un regard noir, il pouvait jouer sur tout, brouiller toutes les pistes, se faire passer pour le pire des salauds sans ciller, mais remettre en cause ses capacités professionnelles il en était hors de question, tu venais de toucher précisément à l'intouchable.*

- Et donc, fort de cette proposition des plus alléchantes - ceci est de l'ironie - vous pensez que j'ai envie en retour de vous servir d'alibi ? Alibi pour quoi d'ailleurs ? Pour fouiner au ministère ? Comme si une enfant pouvait y découvrir quoi que ce soit d'intéressant !

*Te piqua-t-il, omettant à sa propre conscience qu'il croyait qu'Harry Potter, Hermione Granger et leur ami dont il oubliait toujours le nom en étaient bel et bien capables, eux.*

- J'accepte, pour 3 mois et pas un de plus. La moitié des animaux hibernent, c'est la période où le département tourne au ralenti, je devrais alors avoir un peu de temps pour vous transmettre tout ce que je sais sur le ministère et en particulier, sur le département de la justice... histoire de briser vos illusions comme vous dites. De là à dire que vous aurez de quoi vous protéger de moi, j'en doute.


*Il te fit un clin d'oeil signifiant qu'il avait plus d'un tour dans son sac et que tu n'étais pas prête d'en faire le tour. Il appuya le parchemin contre un mur et le signa dans un geste vif. Il le replia alors et te le tendit, échangeant le rouleau contre une cigarette, histoire de fêter ça.*

- Voilà. Tous les samedi jusqu'à fin février, vous êtes à moi et rien qu'à moi, Miss Branstone.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Mer 14 Nov - 21:23

Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?

Je n’ai pas dit croire à ces rumeurs, Professeur, encore moins à l’article de Rita Skeeter. Quant à vos allégeances, le professeur Dumbledore ne vous aurait pas laissé mettre un pied ici s’il doutait de vos ambitions.

Enfin c’était ce qu’elle espérait… Elle aurait pu ajouter qu’une telle carapace cachait forcément quelque chose. Un être aussi insondable devait avoir des secrets, des douleurs, des doutes, bref une humanité bien refoulée. Et naturellement, elle comptait bien essayer d’en élucider une partie. Pour quelle raison précisément ? Elle n’aurait su le dire. Peut-être ressentait-elle un sentiment d’injustice concernant son professeur ? Allez savoir.

- N’insultez pas mon ancienne directrice de maison, s’il vous plaît, Professeur.

Mécontente, son regard se fit tout aussi noir. Non, elle ne remettait absolument pas tes capacités professorales en question. Elles étaient simplement au cœur de la rumeur. Pour sa part, elle appréciait vos deux sortes de cours et n’en demandait pas plus.

- Vous vous trompez, Professeur. Je ne juge absolument votre enseignement, et je sais parfaitement que vous êtes un bon professeur comme le Professeur Fenwick. Ce n’est pas le cas de nombreux parents qui se plaignent et mettent en garde leurs enfants. Vous seriez surpris du tumulte qui réside actuellement chez les Poufsouffle.

La plupart des élèves s’en moquait, et peut-être exagérait-elle un peu la chose. Néanmoins, il restait tout de même des élèves craintifs, effrayés par l’avenir et les choix des adultes. Certains même choisissaient de rester dans le dortoir, peureux.

- Ce ne serait pas la première fois. Et je ne souhaite pas mener l’enquête mais comprendre. Ce n’est pas la Gazette qui peut répondre à mes questions. Sauf si vous me certifiez que les différents articles de Skeeter sont vrais. Et je ne parle pas de vos amours ou je ne sais quoi, je parle simplement de la situation qui nous concerne tous. Je crois que même une enfant a le droit de savoir la vérité, surtout en temps de guerre.

Enfant. Enfant… Le temps de l’enfance était révolu, un luxe qu’ils ne pouvaient plus se permettre. Poudlard finirait par être ciblé, elle en était convaincue. Tout du moins était-ce qui lui paraissait le plus logique.
Victorieuse devant la signature, elle exulta en silence. Ses yeux pétillaient de contentement. Eléanor alla même jusqu’à avoir un petit rictus, que certains auraient pu voir comme une soudaine familiarité.

- Pas besoin de me protéger de vous, vous êtes un enseignant digne, vous vous souvenez ? La mise en garde que l’on m’a faite était déplacée, voilà tout. Je vous remercie, Professeur. Infiniment,
ajouta-t-elle d’un ton respectueux. Où dois-je vous rejoindre samedi ?

A coup sûr, elle venait de passer numéro 1 sur la liste de ceux et celles à abattre. Millicent allait lui faire la peau, et la rôtir jusqu’à l’os. Ce fut à ce moment précis qu’un poids descendit dans son ventre, lourdement. Elle serait à quelques pas de Rosier, pour la première fois. Un éclair de peur étincela dans son regard pensif, bref et rapide, avant qu’elle ne se ressaisisse en serrant davantage le parchemin.

- Souhaitez-vous que je vous laisse seul désormais Professeur ? demanda-t-elle poliment.

Sa mission était accomplie bien sûr, mais peut-être était-ce l’occasion de montrer à son professeur qu’elle n’était pas qu’une Poufsouffle écervelée et insolente.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Mer 14 Nov - 23:08


Ni l'un, ni l'autre très chère.

- Vous croyez ? Vous avez vu ce qui nous sert de garde-chasse ?

*Quitte à être énervé grâce à toi, autant que chacun en prenne pour son grade.*

- Dire que son enseignement était poussiéreux et ennuyant n'est pas une insulte mais une vérité. Il n'y avait presque plus personne pour poursuivre les cours après les BUSES et ne prétendez pas le contraire, j'ai vu les chiffres !

*Il stoppa net son envie de débattre du sujet et fronça encore une fois les sourcils mais d'inquiétude cette fois. Pour le coup, il alluma enfin sa cigarette.*

- Vous dites que des parents se plaignent de moi ? Pff...

*Il tourna le visage en regardant droit devant lui, voilà qui le touchait alors même qu'il détestait cet endroit.*

- C'est Ste Mangouste qui se fout de la charité. Il ferait mieux de s'inquiéter pour ce que leurs enfants s'infligent entre eux.


*Note intérieure : être plus gentil avec les Poufsouffles. Il s'en fichait hein, soyons clairs, mais heu... c'était pour garder son job... payé des clopinettes alors qu'il se faisait 10 fois plus entre le ministère et son petit trafic. Hum... Revenons à nos Porlocks.*

- Le département des créatures magiques vous désintéresse, vous voulez seulement entrer au ministère mais sans enquêter on plus ? Je vous préviens que si vous m'ennuyez, je vous ferai gratter les excréments des cages de la fourrière ! Entendu ? Et inutile de me cirer les pompes pour me faire oublier ce que vous avez dit plus tôt, je vous l'ai dit, il n'y a rien que je déteste plus que d'être prit pour un imbécile. Je sais reconnaitre l'hypocrisie quand je la vois Miss Branstone. Vous n'aurez qu'à utiliser la cheminée de mon bureau au château, je ferai en sorte que vous ayez l'autorisation de l'utiliser, vous et uniquement vous et pour aller au ministère uniquement. C'est compris ? Le mot de passe est "chiendent".

*Il n'utilisait pratiquement pas ce bureau, mais ne manquerait pas de laisser quelques artefacts dans les tiroirs pour voir si tu avais eu l'audace de le fouiller comme une énorme réserve de fond du chaudron ensorcelé pour te donner une crise d’acnés si tu en mangeais ou une culotte en dentelle pour rendre ton visage écarlate.*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Jeu 15 Nov - 11:35

Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?

La susceptibilité. Elle nota ce trait dans un coin de sa tête. Le coup de la cigarette, ou du moins sa signification, ne lui échappa pas non plus. Soudainement, elle ressentit même l’envie d’esquisser le portrait de son Professeur, plus énigmatique que l’auror. Tous deux étaient différents, à l’opposé l’un de l’autre, dans leur attitude, leurs tics et leurs angoisses. Peut-être le Professeur Fenwick paraissait plus sage quand le Professeur Wilkes apparaissait plus imbu de sa personne. Et pourtant, elle savait au fin fond d’elle-même, qu’elle apprécierait davantage la discussion. Qu’on se le dise, la Poufsouffle en dépit de ses doutes, estimait son prof de métamorphose. Mais sa maladresse à toujours vouloir la caresser dans le sens du poil dès qu’il percevait son agacement la gênait. Si Eléanor voulait améliorer son argumentaire et travailler son humilité, il lui fallait quelqu’un de plus enclin à la piquer voire la blesser.

- Vous avez raison,
acquiesça-t-elle lentement. Je crois que vous êtes une cible bien plus abordable pour eux. Vous et Monsieur Fenwick. Ils préfèrent remettre votre travail en question plutôt que d’assumer le résultat de leur éducation.

Elle n’ajouta pas que les nés-moldus étaient bien mieux éduqués que la moitié des sorciers, mais n’en pensait pas moins. Après tout, la magie avait tendance à trop gâter les sorciers à ses yeux, surtout les moins bien élevés.

- Je ne suis pas une taupe au service de Poudlard. Et contrairement à ce que vous semblez penser de moi, Monsieur, je ne suis aucunement désintéressée par les créatures magiques. Quant à être hypocrite, ce n’est pas dans ma nature, Professeur. Je ne vous cirerais pas les pompes, comme vous dites, d’autres le font bien mieux que moi.

Une étincelle de défi passa dans ses prunelles azurées avant qu’elle ne se reprenne. Quant à fouiller dans le bureau ? Elle aurait bien d’autres soucis en tête, comme passer les gardes devant la porte. Millicent allait la voir entrer dans le bureau de son bien-aimé, tous les samedis, pendant trois mois. C’était signer en plus du contrat, son arrêt de mort. Son petit doigt lui disait qu’elle ne serait pas la seule à utiliser ce bureau. La Poufsouffle inspira longuement.

- Bien, Professeur. Ce mot-de-passe n’est pas anodin n’est-ce pas ?

Devait-elle signaler qu’en tant que née-moldue, elle n’avait jamais eu l’occasion d’utiliser la poudre de cheminette ? Ou comment se décrédibiliser en l’espace d’une seconde.

- A quelle heure dois-je m’y rendre ?

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Ven 16 Nov - 17:41


Ni l'un, ni l'autre très chère.

- Anodin ? Plus que vous ne le pensez, j'ai un sens de l'humour incompris.

*En particulier par Benjy puisqu'il était dans tous les esprits. "Chiendent", une plante considérée comme une mauvaise herbe difficile à éradiquer, un végétal qui avait la particularité d'absorber les substances dangereuses dans son organisme et d'empoisonner par ce biais les animaux imprudents ou trop affamés pour lui résister, surtout lorsqu'on touchait à son essence à savoir sa racine. Orcus se voyait comme du chiendent ou du moins, il savait que beaucoup lui trouveraient une analogie avec cette plante, à tort ou à raison, à commencer par sa mère ou la plupart (tous ?) des aurors... et pire, probablement lui-même. À force de s'entendre dire que l'on était mauvais, on finissait par y croire. Il s'était approprié ce qui était des insultes à son encontre comme pour oublier que sous sa carapace, il en souffrait encore.*

- C'est le week end, je vous octroie une heure de plus de sommeil alors disons 9h. Vous pouvez disposer maintenant.

*Dit-il en se retournant pour ne pas te laisser le choix et sans plus de détails. Ta méconnaissance de la poudre de cheminette ne lui avait même pas traversé l'esprit, mais il avait prévu comme petite vengeance de te laisser te débrouiller pour trouver son bureau en temps et en heure alors que tu atterrirais dans le hall du ministère à un jour et un horaire particulièrement bondé. Il ne s'attendait pas à te voir poindre le bout de ton nez avant 10 ou 11h. Bonne chance pour te frotter à la maison qui rend fou. *
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   Aujourd'hui à 16:03

Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?

Eléanor n'avait aucune idée de ce qui l'attendait. Elle ne pensa même pas à demander plus de détails. D'une part parce qu'elle sous-estimait la sournoiserie de l'ancien Serpentard, d'autre part parce qu'elle était encore en proie à l'étonnement. A dire vrai, la blondinette ne s'était pas attendue à ce que ce soit aussi facile. De puis des jours, elle avait tenté de préparer un argumentaire, un plaidoyer en sa faveur. Mais de toute évidence, la signature du Professeur Dumbledore avait suffi. Une chance pour elle, peut-être.
Préférant ne pas insister, Eléanor acquiesça et s'inclina pour prendre congé, même si de dos, le geste pouvait paraître futile. Un peu de politesse ne faisait pas de mal après tout. Naturellement, et elle l'ignorait, il faudrait un miracle pour qu'elle arrive à l'heure au point de rendez-vous, une autre blonde bien plus belle qu'elle par exemple. Samedi ... voilà que tout se concrétisait. Finalement la journée s'était révélée excellente à tout point de vue. Ce fut donc le coeur satisfait voire même en joie, qu'Eléanor quitta les serres. Il lui restait une personne à voir. Allait-elle repousser une fois de plus ou s'incruster dans les affaires d'un certain auror pour en avoir le coeur net ? Sa décision n'était pas encore prise. Une chose était sûre, en revanche, c'était qu'elle réussirait à avoir le fin mot de cette affaire. Soudain dans un des couloirs, elle s'arrêta brutalement et se cogna la tête de sa paume de main : elle avait oublié d'interroger le Directeur du département de la justice et de la régulation des créatures magiques au sujet de Sanguini ! Si quelqu'un pouvait répondre à son inquiétude, c'était bien le professeur Wilkes. Fort heureusement pour elle, ce n'était que partie remise.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Orcus] Préférez-vous le troll ou le blaireau, Professeur ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?
» Simpsonisez vous
» Georges Saati, vous avez raison mais ...
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Snare :: Poudlard :: Extérieur :: Serres-
Sauter vers: