Harry Potter RPG
 

Partagez
 

 [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Scabior
Rafleur
Scabior

Localisation : Ca dépend
Emploi/loisirs : Garde-chasse officiellement, rafleur officieusement

[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitimeMar 4 Déc - 19:35

Quand on parle du loup, on en voit la queue.

*"j'ai plus souvent vu des filles te gifler que tomber dans tes bras". Il ouvrit la bouche près à s'en offusquer, mais se rendant compte que c'était loin d'être faux, il claque sa mâchoire en dodelinant de la tête. Le succès très relatif de Scabior avec la gent féminine ne tenait que sur le nombre, dans le lot de tout ce qu'il draguait, il tombait toujours sur une ou deux bonnes âmes le prenant en pitié suffisamment idiotes pour se laisser berner par ses belles paroles creusent. Car il avait parfaitement conscience qu'il n'aimait personne, même pas lui-même... Peut-être juste un peu la grosse brute plantée devant lui.*

- Je m'occupe quand même de la fille.

*Ses joujoux préférés, et alors tu verrais qu'il savait y faire avec les femmes... à sa manière. Comme un bon lieutenant, après tout on ne contredisait pas un loup quand une odeur de sang envahissait l'espace, Scabior partit vers la gauche. La poigne refermée sur sa baguette élimée, il prit la direction d'une ruelle tout en se grattant le crâne d'un air nonchalant qui devait lui donner l'air vachement cool et lever les yeux au ciel de Fenouil s'il le voyait se pavaner dans un instant pareil. C'est alors qu'il perçut un éclair doré venir frapper violemment une poubelle à un pas sur sa gauche, au même moment il commença à entendre des bruits de sorts dans son dos, il espéra alors que les plus redoutables proviennent de la baguette de Fenrir plutôt que de ses assaillants. En tout cas, la fête était terminée.

Il se tendit et se colla au coin d'un mur, le protégeant théoriquement de l'attaquante, si tenté qu'elle soit assez stupide pour rester au même endroit. C'était un peu risqué, mais c'était son meilleur atout. Scabior sortit de sa cachette et se mit à courir entre les boutiques, recevant des salves de sorts à chaque fois qu'il se trouvait à découvert. Après quelques mètre de ce manège, il atterrit derrière le chariot d'un vendeur ambulant ayant laissé là sa marchandise sans demander son reste, c'est alors qu'il transplana sans prévenir...

... réapparaissant quelques mètres plus loin dans le dos de son ennemie. Il se colla à elle sans vergogne, faisant naître un petit cri de surprise entre ses lèvres alors qu'il se penchait à son oreille, sa baguette (magique, hein !) braqué contre son dos.*

- J'aime bien ton parfum trésor, un peu ostensible mais pas désagréable.


*La vilaine créature, sortant de sa torpeur commença à se débattre, vite calmé par la lame de notre rafleur sortie dont ne sais où et qui vint se placer sous la gorge de la jeune femme qui, bien qu'encapuchonnée, n'avait pas l'air si vilaine que ça.*

- Chuut. Tu sais que c'est lâche de frapper quelqu'un dans son dos ? C'est pour ça que je n'aime pas beaucoup le sortilège de mort. Je crois que quand on veut prendre la vie de quelqu'un, le minimum c'est d'avoir le courage de le regarder dans les yeux, tu ne crois pas ?

*Il regarda par dessus l'épaule de la sorcière et se mit à beugler.*

- FEEENNN ? EST-CE QUE TOUT VA BIEN ? Si mon copain c'est fait mal, je te promets que tu vas passer un sale quart d'heure.

*C'est alors seulement qu'il la désarma d'un expalliarmus, il se débarrassa alors de sa propre baguette qu'il coinça à la va vite entre son dos et la ceinture de son pantalon.*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

   
Snatch them !
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitimeMar 4 Déc - 23:13


Quand on parle du loup, on en voit la queue.


On dirait que ce gros lard d'Hagrid a trouvé un remplaçant à sa hauteur pouffa Bellatrix

Il faut dire que la Mangemorte n'avait guère d'estime pour ces partisans à la petite semaine dont l'allégeance n'avait pour seule épaisseur que celle des pièces qu'ils espéraient tirer de leurs services rendus.
Malgré tout ils pouvaient s'avérer utiles le temps que le Maître impose son autorité dans ce monde perverti, et certains semblaient même avoir assez de temps disponible pour trouver en emploi aussi pitoyable soit-il se disait elle en riant, sans prêter attention aux personnes présentes autour d'elle.

Son rire, bref, disparu aussi vite qu'il était apparu et laissa place à quelques mots Allons y dont la fin venait à peine d'être prononcé que la Mangemorte avait déjà transplané en direction du de l'Allée des Embrumes en compagnie de Rastaban.

L'endroit était un peu moins fréquenté que d'ordinaire, les personnes louches semblaient ne plus voir d'intérêt à se limiter à ce quartier à un moment où l'insécurité régnait dans bien des endroits.

Cela fait des heures qu'il se saoule au chaudron baveur entama Rastaban.

Un sourire narquois apparu sur la bouche de Bellatrix Le vieux Dumbledor perdrait-il la tête au point d'embaucher n'importe qui puis renchérissa d'un ton provocateur a moins que notre retour n'effraye les potentiels candidats .

Son beau-frère avait eu à peine le temps d'acquiescer qu'a quelques encablures de là, en direction du chemin de traverse, semblait se dérouler un combat à en entendre les sorts qui fusaient.

C'est le moment de s'amuser marmonna elle en pressant le pas en direction du combat.

Rapidement apparue au loin une stature importante a l'air animal, un loup-garou à en croire son allure, qui semblait aux prises avec 2 individus. D'autres personnes semblaient se trouver plus loin mais depuis leurs ruelles Bellatrix et son beau-frère n'avaient pas d'angle de vue sur le deuxième groupe.

La Mangemorte n'était pas du genre timoré, c'est le moins que l'on puisse dire, mais elle ne se lancerait pas tête perdue dans un combat sans en connaitre les parties prenantes, et ce n'est qu'une fois qu'elle reconnut le Loup-garou Greyback qu'elle décida de passer à l'offensive avec Rastaban.

Alors que les 2 sorciers semblaient se redresser après avoir été projeté l'un sur l'autre Bellatrix intima a son voisin de ne pas tuer le premier des deux et le Mangemort effectua un Incarcerem sur le dernier à se relever.

Ayant à peine u le temps de remarquer qu'ils étaient pris à revers et que son coéquipier était immobilisé que le deuxième sorcier entendit ce qui serrait les derniers mots portés à son oreille, des mots emplit de haine d'une bouche qui se délectait de prononcer ces mots… Avada Kedavra.

Toute vie venait de s'éteindre et le cadavre était déjà inerte au moment de toucher le sol.

Terminant de se rapprocher du loup garou et du prisonnier elle se pencha au dessus de ce dernier et lui adressa ces quelques mots d'un air faussement compatissant tout en désignant de sa baguette le cadavre encore chaud de son camarade de lutte.

Pauvre petite chose, si courageuse mais aussi si faible. Mais ne t'inquiète pas reprenna t'elle d'un ton plus agressif tu ne tardera pas a le rejoindre

Repoussant le prisonnier avec son pied de manière à le faire s'allonger de force elle fixa le loup-garou Fenrir Greyback dans les yeux avant de s'adresser à lui froidement Je t'aurais pensé capable d'en venir à bout seul et rapidement loup-garou

Puis elle aperçut derrière lui l'objet de sa venue
Je vois que ce petit combat aura été plus fructueux que je ne le pensais
Revenir en haut Aller en bas
Fenrir Greyback
Rafleur
Fenrir Greyback

Localisation : Inconnu
Emploi/loisirs : Rafler

[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitimeSam 15 Déc - 17:02

Quand on parle du loup, on en voit la queue.
Je m'en sors parfaitement bien !
Alors que le combat fait rage, je remarque bien vite, à l'odeur et au son, que je ne suis plus seul. Il ne me faut pas longtemps pour découvrir l'identité des nouveaux arrivants tandis qu'un des sorciers avec qui je me battais se fait capturer alors que l'autre se fait tuer rapidement et sans douleur. Je grogne légèrement, n'aimant pas forcément qu'on s'occupe de mes propres affaires, surtout lorsque la personne responsable se nomme Bellatrix.
- Je n'avais aucun mal à les maîtriser et le fait que je m'amuse avec eux n'en fait pas moins un combat gagné d'avance... Bella.
Je ne l'aimais pas. Je la craignais, certes, de part sa folie et sa place avec le Seigneur des ténèbres, mais je ne la portais pas pour autant dans mon cœur. En réalité, je ne portais pas grand monde à cet endroit précis.
- Puis-je savoir pourquoi vous venez m'interrompre a part tuer ma proie par plaisir ?
Je restais légèrement sarcastique malgré le regard de Rastaban. Les loups-garous et les sorciers ne faisaient déjà pas très bon ménage, mais encore moins chez les sangs-purs. Mais qu'est-ce que je pouvais bien m'en foutre. J'avais pris l'habitude d'être accepté que par les miens et crains ou haïs par les autres.
Je grogne alors avant d'aller mordre le sorcier à présent mort au cou pour laisser ma marque de présence tout en arrachant un bout de peau, léchant son sang au passage. Je m'essuie rapidement, toujours sur les nerfs, regardant alors la sorcière et son beau-frère. Quelque chose me disait qu'ils n'étaient clairement pas venus par hasard.
Je relevais mon regard pour écouter au loin, sentant toujours l'odeur de Scabior, me prouvant alors sa présence dans le monde des vivants. J'étais soulagé. Même si je le serais un peu plus dès qu'il sera revenu.
Si je pouvais l'insulter et la mordre avec rage, je le ferais. Mais ma place peu prometteuse actuellement avec On Sait Qui me forçait à la traiter un minimum avec respect. Ma vie était actuellement maintenue que par un mini fil et je ne gagnerais rien à m'en prendre à elle, au contraire. Je préférais jouer les hypocrites et rester en vie plutôt que l'inverse. Ma vie ne valait déjà pas grand chose dans cette guerre même si le Seigneur ne gagnerait rien, a part une guerre complète avec les loups-garous, en m'éliminant.
- Scabior ! Arrête de draguer et ramène toi !
Je m'approchais alors d'eux, regardant le sorcier toujours en vie, mais allonger au sol.
- Qu'a-t-il de si précieux pour le garder en vie ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scabior
Rafleur
Scabior

Localisation : Ca dépend
Emploi/loisirs : Garde-chasse officiellement, rafleur officieusement

[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitimeLun 17 Déc - 15:54

Quand on parle du loup, on en voit la queue.

*Il tendit l'oreille alors que des bruits de sortilèges avaient remplacés les coups du côté de la rue où était parti Fenrir. Il trouva ça pour le moins étrange, ça ne ressemblait pas aux méthodes de son ami, mais à présent à vent contraire il lui était impossible d'en savoir plus. La situation le poussa à en finir plus vite que prévu, trouvant plus raisonnable de s'occuper de la dame avant d'aller prêter main forte à côté.*

- C'est à moi ou au loup-garou que tu voulais t'en prendre ?


*La jeune femme encapuchonnée, tremblante mais toujours brave, pointa son index en direction de l'autre rue. Elle inspira une grande bouffée d'air comme pour rassembler son courage avant de cracher l'insulte.*

- Foutu hybride !

*Il fronça les sourcils et sa mâchoire se crispa. Scabior aimait l'anarchie, les eaux troubles, il aimait le sang et voir le monde sombrer dans la noirceur, mais il prenait consience que la montée en puissance de Vous-savez-qui était comme ouvrir la boite de pandore. Tout ce qu'il y avait de pire s'éveillait et si d'habitude il se fichait du racisme comme d'une guigne, il en était tout autre quand il s'agissait de son ami, une bête certes, mais qui valait mieux que tous les hommes qu'il avait rencontré jusqu'ici.

Il tourna autour de la jeune femme pour se retrouver face à elle sans jamais retirer le tranchant de sa lame de la gorge délicate. Il baissa son capuchon et l'observa en inspirant fortement. Elle n'était pas laide, ce qui lui arracha une expression attristée.*

- Désolé Trésor, j'aurais bien aimé qu'on fasse plus ample connaissance, mais l'hybride, comme tu dis, m'appelles. Et c'est pas bien de faire attendre ses proches, pas vrai ?

*D'un calme apparent alors que son cœur s'emballait d'excitation, ses yeux plongèrent dans les rétines dilatées de la sorcière tandis que d'un geste vif il lui trancha la carotide. Il la saisit alors par la taille, la retenant dans ses bras telle une poupée de chiffon pour les quelques secondes de vie qui lui restait. Il se pencha amoureusement et vint recueillir sur le bout de sa langue l'unique larme perlant au coin de son œil, puis vint poser ses lèvres contre les siennes, il avait ainsi la sensation de plonger dans son désespoir autant que de se nourrir de son dernier souffle de vie. Alors seulement il laissa le corps s'écrouler à ses pieds, inerte.

Il scruta l'horizon sans plus s'en soucier avant de se mettre en marche pour rejoindre son camarade dont il s’aperçut bien vite qu'il n'était plus seul. Un homme qu'il reconnut pour être Rabastan, l'un des frères Lestrange, légendes parmi les légendes d'Azkaban et Bellatrix en personne lui tenaient compagnie. Il jeta un œil alternativement au macchabée, au prisonnier, puis à Fenrir en face de lui aussi couvert de sang que lui-même, à ceci prêt qu'il était clair que Scabior n'avait pas boulotté un bout de sa victime, lui. Ensuite, trouvant que ce serait de bon ton, il fit une révérence à la favorite de Vous-savez-qui. S'il était inquiet, il n'en montra rien et ne sachant pas de quoi il retournait, préféra jouer les mielleux. Il n'avait que peu de fierté après tout.*

- Bah alors, on attend pas Scabior ? Mrs Lestrange, quel plaisir de vous revoir en d'autres compagnies que celle des Détraqueurs. Laissez-moi vous dire que le noir est votre couleur, elle vous sied beaucoup mieux que les rayures ! Veuillez m'excuser pour ma tenue, je viens de croiser une demoiselle qui n'a pas trouvé mieux que de saloper ma chemise préférée.

*Sa seule chemise en réalité.*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

   
Snatch them !
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitimeLun 28 Jan - 2:39


Quand on parle du loup, on en voit la queue.


Alors qu'elle attendait que Scabior se rapproche d'elle la Mangemorte entendit de la bouche du loup garou 4 syllabe que cette chose n'a nullement le droit de prononcer.

Son cœur ne faisant qu'un bond Bellatrix leva les yeux en hauteur et fixa Fenrir d'un regard noir.

Répète ca encore une fois et ce cadavre sera le dernier en qui tu plantera tes crocs, tu m'as bien comprise, loup garou ?

Elle ne prit même pas la peine de répondre a sa question, cette chose devrait être heureuse qu'elle le laisse en vie.

Rapidement le rafleur les eus rejoins et, d'une piètre façon disons le, tenta de la flatter.

Si ta motivation était autre que l'argent tu saurais que Azkaban est une récompense pour qui conque s'est vu accuser d'avoir fidèlement servit le maitre.

Mais a quoi bon perdre son temps, elle savait que l'engagement de ces sous fifre n'était mu que par l'appât du gain.

Pour répondre a ce qui te sert d'animal de compagnie je suis venue te dire que tu devras désormais nous tenir régulièrement informés de ce qui se passe au sein de Poudlard, a moins que tu n'ai pris gout au poste de garde chasse et compte y faire carrière ? Dit elle d'un air moqueur
Revenir en haut Aller en bas
Scabior
Rafleur
Scabior

Localisation : Ca dépend
Emploi/loisirs : Garde-chasse officiellement, rafleur officieusement

[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitimeLun 28 Jan - 17:56

Quand on parle du loup, on en voit la queue.

Il achevait une révérence quand Bellatrix lui répondit. Il se redressa, un sourcil arqué de perplexité. Il leva alors un index et prit la parole, près à entamer son petit numéro qui faisait tout son charme. Mais si on vous dit !

- Je reconnais éprouver une folle nostalgie quand je repense à nos années communes en prison. Aaah, la soupe de navets, le pain rassit à vous en bousiller les chicots, dit-il avec un regard soutenu à Bellatrix, et un lieu exempt de toute convoitise matérialiste, chose rare à notre époque. Cependant, je vois aussi une récompense d'être dehors plutôt que dedans, prenons ça pour un bête optimisme de ma part.

Décontracté, le rafleur l'était toujours. Ça ne signifiait pas qu'il n'était pas conscient du danger, bien au contraire, mais son culot lui permettait souvent de sortir d'un mauvais pas, il devait en prime trouver un moyen d'apaiser son loup. S'ils venaient à se déchainer, qui de Bellatrix ou Fenrir l'emporterait ? Aucune idée, mais il était certain qu'il ferait partie des dommages collatéraux, hors il avait guère prévu que sa carcasse soit au menu ce soir. Il s'approcha du loup-garou et vint se tenir à ses côtés, il n'y avait pas que ce dernier qui pouvait se montrer soucieux de l'autre. C'était dans ce genre de cas que le rafleur pouvait se rendre compte, s'il était un tant soit peu capable d'introspection, de l'attachement qu'il éprouvait pour le colosse.

- Disons que je ne me ferme aucune porte, je reste ouvert à toute opportunité.

Et celle-ci en était bien une pour le rafleur, son espoir depuis le départ en se faisant engagé comme garde-chasse à Poudlard. Intérieurement, il se frottait les mains à l'idée que se coltiner au quotidien les gosses, les aurors et le vieux sénile allait enfin lui rapporter ! Des gallions pleins les yeux, il acquiesça dans un grand sourire.

- Vous éprouvez de la mélancolie pour vos années collège ? Je comprends ça. Pas de soucis, je vous tiendrai au courant de tout ce qui me semble intéressant et puis j'ai toujours rêvé d'entretenir une relation épistolaire avec une dame.


Il lança alors un petit regard furtif à Fenrir, croisant les doigts (littéralement) que ce dernier se contienne suffisamment longtemps pour qu'il ait l'occasion de tenter de calmer ses nerfs. Il connaissait suffisamment la boule de poil pour savoir que ce ne serait pas chose aisée et qu'il suffirait d'une étincelle de plus pour qu'il envoie se faire paitre jusqu'à la face de poulpe en personne. Contrairement à Scabior, Fenrir faisait sans doute passer l'honneur avant l'argent.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

   
Snatch them !
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenrir Greyback
Rafleur
Fenrir Greyback

Localisation : Inconnu
Emploi/loisirs : Rafler

[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitimeLun 4 Fév - 0:06

Quand on parle du loup, on en voit la queue.
LJe regarde alors Bellatrix se retourner, le visage totalement noir. Je recule un peu en grognant alors qu'elle me menace. C'était une des rares que je craignais, mais je ne pouvais m'empêcher de lui lancer quelques piques de temps en temps. Et oui, le Bella était sorti vraiment tout seul. Je ne regrettais rien cependant même si au fond, j'étais heureux que Scabior arrive, au moins pour calmer mes nerfs. Je n'oserais pas m'en prendre à elle, même si l'envie n'était pas ce qu'il me manquait. Elle était plus forte et plus rapide et surtout mieux placer... Autant, elle pouvait me tuer sans trop de risque autant, je ne pouvais pas vraiment en dire autant.
Je finis par laisser mon ami parler avant de m'éloigner un peu pour sentir les murs et surtout ignorer cette colère qui m'envahissait. L'odeur des sorciers y était encore. Un mélange de peur et d'honneur qui les qualifiait bien. Mais aussi d'alcool.
Je ne serais pas surpris qu'un des leurs nous ai suivit et surtout observé au bar... Ca expliquerait leurs proximités avec nous une fois dehors.
Je reviens alors vers les autres, regardant Scabior.
- Ils viennent du bar. Ils sentent encore l'alcool. Je pense qu'il te suivait ou alors ils nous ont vus là-bas... Mais ils n'étaient sûrement pas là au hasard, du moins, pas l'un d'entre eux.
Mon regard tombe sur celui de Bellatrix, je me contente de juste baisser le regard. Je ne voulais pas faire d'étincelle, autant éviter d'avoir de nouveau un blâme du Seigneur des ténèbres. Enfin, s'il prend au moins la peine de m'en donner un plutôt que me tuer...

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitimeSam 9 Fév - 0:14


Quand on parle du loup, on en voit la queue.


Le toutou rentre finalement dans sa niche se dit elle

Bellatrix était à la fois triste de ne pas pouvoir en découdre avec le loup-garou mais d'un autre côté il fallait lui reconnaitre une certaine efficacité dans l'entreprise de terreur que voulait mettre en place le Maître. Une réputation qui n'égalait pas la sienne évidemment, mais qui n'était pas négligeable pour un rafleur, et en cela il était utile.

La Mangemorte ne prêtait pas attention aux blablatage de Scabior, ce rafleur avait le dons de se lancer dans des discours empreints de flagornerie et cela la laissait totalement indifférente, ce n'est pas auprès d'elle qu'il faut s'attendre à obtenir quoi que ce soit.

Elle réagit cependant lorsqu'il évoquât une éventuelle relation épistolaire.

J'ai plus important à faire que de t'écrire des lettres, je t'enverrais régulièrement quelqu'un à qui tu feras un rapport détaillé et qui me le transmettra.

Elle ajouta d'un air insistant.

Tu nous est utile à l'intérieur de Poudlard, ne fait rien ni ne voit de personne qui pourrait compromettre ta place dans la charmante demeure d'Hagrid termina elle un air narquois.

Malgré cette pointe d'humour Bellatrix n'en restait pas moins intriguée par cette attaque, en plein jour non loin du chaudron baveur ?

L'amateur de morsure semblait tout aussi intrigué qu'elle et en cela il semblait plus observateur que Scabior.

La question est, pourquoi des sorciers te suivaient-ils Scabior ? Si Fenrir dit vrai et qu'ils n'étaient pas là pour lui cela risque d'être problématique.


Elle regarda brièvement celui qui était encore vivant.

Voilà pourquoi cela là est encore en vie, je l'interrogerais plus tard
Revenir en haut Aller en bas
Scabior
Rafleur
Scabior

Localisation : Ca dépend
Emploi/loisirs : Garde-chasse officiellement, rafleur officieusement

[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitimeSam 9 Fév - 0:42

Quand on parle du loup, on en voit la queue.

- Pas de relation épistolaire alors, tant mieux j'avais pas 5 mornilles à foutre dans une plume auto-correctrice.

Dit le rafleur qui avait toujours réponse à tout et qui éprouvait des difficultés maladives à la fermer.

- Voyons ma petite dame, j'aime beaucoup trop ce boulot pour me laisser être mis à la porte, je tiens tellement à me réinsérer dans la vie sociale maintenant que j'ai à peu près purger ma peine.

Ajouta-t-il en portant sa main sur le cœur, les sourcils en berne pour se donner un air innocent. S'il avait dû réciter son excuse devant le vieux fou ou un auror, il aurait parfait sa tirade en s'arrachant discrètement un poil pubien avec une pince à épiler cachée sa poche, histoire de verser une bonne grosse larme. Cette technique avait fait ses preuves bien plus souvent qu'elle en avait l'air. Bref. Intrigué de rien, Scabior aurait bien écourté cette petite sauterie improvisée pour faire un truc vachement plus chouette comme d'aller boire des bières. Il revint à ses comparses en haussant les épaules.

- Qu'est-ce que j'en sais ? Peut-être que je les ai plumé aux bavboules ou que je me suis tapé leur sœur, leur femme ou leur mère... ou que j'ai refusé de me les taper, y'en a qui se vexent pour un oui ou pour un non vous n'avez pas idée !

Il se pencha alors sur le survivant, sa tête ne lui disait absolument rien. Il se pencha un peu plus pour renifler son cou et se redressa d'un coup.

- Je suis formel, j'le connais pas. S'il s'est passé un truc entre lui et moi je devais être sacrément bourré !
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

   
Snatch them !
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenrir Greyback
Rafleur
Fenrir Greyback

Localisation : Inconnu
Emploi/loisirs : Rafler

[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitimeMar 12 Fév - 23:06

Quand on parle du loup, on en voit la queue.
Je soupire à la réponse de Scabior. S'il n'existait pas il faudrait réellement l'inventer ce dernier... Entout cas, je n'étais peut-être pas aussi fort que Bellatrix ni aussi sexy que mon compagnon mais c'était moi qui avait le meilleur odorat. Et j'étais formel, ils venaient du bar, du moins, au moins l'un d'entre eux.
- Je propose que Bellatrix interroge le dernier survivant et que Scabior rentre à Poudlard... Qu'on sache clairement d'où ils venaient et pourquoi ils étaient ici... Cette attaque n'était pas du hasard et rien ne dit que des renforts ne sont pas en chemin.
En réalité, cette attaque m'inquiétait un peu mais je ne montrais rien. Je voulais juste que Scabior reparte en sécurité. Pour ce qui est de Bellatrix, je ne m'inquiétais pas plus que ça. Elle savait se débrouiller, largement. Et je savais que le Seigneur des ténèbres serait très vite mis au courant. J'espérais juste ne pas être convoqué.
Une fois ça de fait, je grogne un peu avant de repartir en forêt. Moi aussi j'avais besoin de repos après cette bataille... On se retrouvera bien assez tôt !

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.   [Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue. - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fenrir + libre] Quand on parle du loup, on en voit la queue.
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Sauvetage in-extremis et fouille en duo [Paul Nyllis][Terminé]
» - Le Grand Méchant Loup - Fenrir
» Dans les bois quand le loup n'y est pas... |Trente-Six|
» Vieux loup de mer (libre)
» Fenrir le loup gris ! [ Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Snare :: Londres :: Chemin de Traverse :: Le Chaudron Baveur-
Sauter vers: