Harry Potter RPG
 

Partagez | 
 

 [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.

Aller en bas 
AuteurMessage
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Mar 4 Sep - 17:11

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.

*Une fois n'est pas coutume, Orcus avait quitté le ministère en plein après-midi, plantant là collaborateurs et dossiers urgents à traiter. Ce n'était pas par envie de fuir un lieu bien trop sérieux pour le fêtard qu'il était, quoi qu'il ressentait cette envie en permanence, coincé entre son ambition et sa frivolité. S'il s’échappait aujourd'hui, précisément à une heure où il ne risquerait pas de croiser tous les autres travailleurs, c'était pour effectuer une course personnelle, nécessitant autant de discrétion que possible. Alors, il avait refermé d'une main tremblante le dossier en cours, baissé le visage pour masquer son front en sueur et avait prétendu devoir rentrer chez lui pour se soigner d'une oreillongoule menaçant sa santé. C'était les risques du métier.

La réalité était bien plus lamentable. Les journées d'Orcus devenaient compliquées à gérer pour le bancal botaniste. Quinn était sortie. Quinn l'attendait quelque part et quel que soit l'issue de cette confrontation, il n'en sortirait rien de bon pour lui. Sa mère avait rejoint les rangs de ceux qu'il haïssait le plus. Il aurait dû la fuir comme il l'avait fait avec tant de facilité au cours de ses 10 dernières années, mais pour une raison qu'il ne s'expliquait pas, il en était incapable. Il se sentait seul, en danger et il savait qu'il n'avait pas les épaules pour supporter cette pression, pas sans un coup de pouce. Le soucis étant que les coups de pouce que s'offrait le botaniste étaient tous inscrit sur la liste des usages prohibés des plantes magiques et qu'il devenait difficile pour lui de les masquer.

Une personne saine aurait alors pris la décision d'arrêter ce qui causait le mal pour trouver une autre alternative moins destructive, hélas Wilkes junior était beaucoup de chose, mais « sain », certainement pas. À la place, il s'était remémoré une plante découverte lors de l'un de ses nombreux séjours en Amérique du sud, une plante qui avait la particularité de masquer presque tous les effets négatifs visibles de celles qu'il ingurgitait déjà. Un seul soucis, il ne lui était pas possible de faire un saut rapide jusqu'en Amazonie en temps de guerre, il devait alors trouver un plan B. Ce dernier s'était présenté à lui, presque comme une évidence, lorsqu'on lui avait rapporté les agissements troublant de l'un des langues de plombs les plus réputés du détestable département de la (in)justice magique.



15h30 environ, l'heure à laquelle le café ne contiendrait que quelques touristes en mal d'exotisme et les plus ratés de ses habitués. Orcus métamorphosa son élégante tenue sorcière en un costume bleu saphir qui le ferait passer pour un moldu, du genre à ne pas aimer passer inaperçu, mais moldu tout de même. Calmé par une sur-dose de belladone, il traversa la pièce, un petit sourire aux lèvres dont une cigarette venait altérer le trait et vint s'installer directement au comptoir avec toute l'arrogance dont il était capable de se parer.*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Naya Caetana
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Gérante du Zoo & Bar Club

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Dim 9 Sep - 18:58

Orcus & Naya

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


Le Zoo & Bar Club était depuis toujours un établissement à deux facettes. Le jour, il accueillait les touristes de la ville de Londres, de moins en moins nombreux ces derniers temps, ainsi que ses habitués. Cette dernière avait perdue de son attrait touristique depuis la destruction du pont de Brockdale, mais aussi à cause des différentes rumeurs de meurtres étranges qui courraient un peu partout dans la ville. Depuis, les journées étaient étonnamment semblables pour la barmaid. Soit elle attaquait une bonne journée de bon matin avec des rues déjà pleines, soit ce n'était pas le cas et le reste de la journée se profilait de la même manière. Néanmoins, c'est aussi parce qu'il vivait la nuit que le Zoo & Bar Club était un établissement qui perdurait à travers le temps et les périodes, quand bien-même elles étaient difficiles. On venait ici le soir pour s'oublier, et ainsi laisser nos problèmes derrière la porte de l'établissement. En tout cas, c'était ce à quoi veillait Naya, même s'il fallait être la détentrice d'un établissement club pour ça. Ici, tout le monde avait le droit de profiter tant que personne ne dépassait les limites. Que ce soit avec l'alcool, les danseuses ou bien-même les serveurs(ses) ainsi que les autres clients(es). Un seul faux pas et l'entrée du club vous était entièrement refusée. Un second, et c'était aussi le bar qui vous fermait ses portes. Grâce à ces règles, Naya n'avait que très rarement à se plaindre de ses clients. Dans ce monde il y aurait toujours des fouteurs de troubles, parfois même des monstres, c'était une certitude. Mais jamais à deux fois dans son bar. Dans tous les cas, elle savait très bien quelles étaient les risques qu'elle encourait. Parmi eux, ne serait-ce que celui d'être une femme dans un monde comme celui-ci.

Ce matin, c'était dans des rues à moitié vides que Naya avait marché. La brésilienne avait rapidement deviné que la journée serait calme, et elle ne s'était pas trompée. Elle avait revu ce matin René, un vieillard habitué à son bar et à sa bière surtout. Il avait bu plus de trois pintes en moins d'une heure avant de partir, droit comme un piquet sur ses jambes pour aller reprendre le volant ensuite. Derrière lui il y avait eu Popoff de son surnom, encore plus âgé mais plutôt adepte des Whisky en ce qui le concernait. Il annonça à Naya qu'il reviendrait plus tard avec des amis, soulignant que ce serait pour la sauver de son ennui. Elle avait servis moins de dix couverts à midi, et peut-être tout au plus une quinzaine de clients de passage. Alors même si Popoff devenait un incorrigible séducteur lorsqu'il était en compagnie de ses amis et de leur porte-feuille, la barmaid avait été bien contente de pouvoir compter sur leur présence pour sauver son après-midi. Ils avaient débarqués à quinze heures de l'après-midi, pour le moment comme toujours très agréables, assoiffés de whiskys et de ricards. Ils furent la seule animation du bar durant une vingtaine de minutes, jusqu'à ce qu'un couple de touristes ait décider de s'arrêter. Elle servit leurs sodas et la troisième tournée des vieillards en même temps lorsque de retour derrière son comptoir, la cloche se mit à tinter de nouveau. Cette fois, c'est un homme d'une prestance évidente qui venait de faire son apparition. Suivi par la fumée que dégageait sa cigarette jusqu'à ce qu'il n'arrive à elle. Armée d'un sourire agréablement professionnel, Naya le salua une fois qu'il eut prit place.

- Bien le bonjour, visiteur. Que puis-je vous servir ?




acidbrain

_________________

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle, j'apprends à chanter dans les ténèbres.


Dernière édition par Naya Caetana le Mar 11 Sep - 16:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Lun 10 Sep - 18:04

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.

*Son sourire se fit plus franc et ses rétines s'animèrent lorsqu'il te vit apparaître derrière le bar, scandant ta phrase d'accueil avec un accent qu'il reconnaissait parfaitement et lui confirmait qu'il se trouvait au bon endroit. Jusque là, il ne s'était pas trompé et le risque que ses consommations soient démasquées allait enfin pouvoir se résoudre, ça ferait toujours un problème de moins d'après son discutable point de vue. Enfin, du moins si tes talents n'avaient pas été trop grossit par ton cousin.*

Bonjour. Je ne sais pas, laissez-moi réfléchir...

*Il leva le nez à la recherche d'une carte, croisant un bras pour venir y accouder celui tenant sa cigarette se consumant dans l'air. Orcus était un noctambule, un homme prisant les excès consommables rapidement, il avait un foie solide et un talent certain pour concocter ses propres boisson, seulement, il y avait un hic. Les cocktails moldus différaient beaucoup de ceux du monde magique et à sa plus grande déconvenue, aucune description en écriture dorée ne s'affichait dans les airs comme dans la plupart des établissements qu'il fréquentait habituellement et qui apparaissait magiquement pour venir au secours des indécis. Enfin, ses yeux s'arrêtèrent sur une ardoise posée dans un coin où était rédigée uniquement deux mots et pas un de plus, le reste de l'écriteau étant vierge.*

Un happy hour ?

*Demanda-t-il exceptionnellement peu sûr de lui. Orcus, issu d'une famille de mangemorts, avait beau rejeter l'idéologie sur la pureté du sang, concrètement il n'avait que rarement fréquenté le monde des non-magiques. Ses fréquentations moldues s'étaient à peu près limitées aux tribus rencontrées en Amazonie et à un coup d'un soir dans sa jeunesse qui lui avait appris deux choses : que « la bourbinite » n'était qu'une fumisterie inventée par les racistes pour passer l'envie à leur rejetons de visiter n'importe quel con et que sa mère n'était hélas pas cardiaque. Bref, qu'un bar ne sert qu'un seul cocktail lui paraissait néanmoins louche, mais peut-être que la créativité des moldus péchaient plus encore qu'il ne l'avait imaginé.*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Naya Caetana
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Gérante du Zoo & Bar Club

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Mar 11 Sep - 17:12

Orcus & Naya

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


Naya avait rencontré énormément de personnes au cours de sa vie. Au brésil déjà, mais tout autant en travaillant ici, au Zoo & Bar. Elle avait déjà eu à faire à une centaine de personnalités différentes. Certains clients étaient forcément plus agréables que d'autres, ici comme partout ailleurs. Les véritables Anglais avaient tendance à être un peu arrogants, si ce n'était pas trop polis afin de pouvoir se faire passer pour de vrais gentlemans. La brésilienne accordait toute attention à ce genre de détails, même s'ils mettaient du temps pour altérer à la manière que Naya avait de se comporter avec ses clients. Celui-ci en l'occurrence était tout nouveau, et forcément Anglais. Seuls les touristes étaient indécis lorsqu'ils venaient dans cet établissement. Il arrivait encore qu'il soit prit pour un bar comme un autre, dans lequel on pouvait amener et prendre notre petit-déjeuner de bon matin pour pouvoir ensuite profiter de ce que les rues avaient à nous offrir. Cet homme là n'avait rien d'un touriste malgré ses airs un peu perdus. La brésilienne n'avait pas bougé d'un centimètre, comme si elle se contentait d'attendre une réponse. A vrai dire elle l'observait surtout brasser du vent avec ses yeux jusqu'au moment où ils tombèrent sur la pancarte derrière elle. Naya l'avait affichée avant l'arrivée de Popoff et de ses amis, afin de faire plaisir à ces clients fidèles et d'espérer pouvoir en contenter d'autres. Elle aurait pu se mettre à rire, si elle n'avait pas pensé aussitôt que c'était quelque peu impoli. Alors elle se fit violence en venant se mordre la lèvre inférieure, ce après quoi elle reprit d'un ton quelque peu enjoué, mais qui se voulait toujours autant agréable.

- L'Happy Hour est une promotion.
(La bande de vieillards se mit à rire à gorge déployer, un peu plus loin) Dont certains de mes clients ont déjà pu profité, comme vous pouvez le voir.

La jeune-femme basanée fit volt-face pour aller chercher quelque chose un peu plus loin, derrière son comptoir. Elle rangeait ses cartes de boissons dans un tiroir et ne les ressortaient généralement que le soir, à l'occasion des différentes soirées qu'elle venait à organiser. Sur cette dernière on trouvait un tas d'alcool les plus basiques. Différentes marques de bières, différents whiskys. Toutes sortes d'apéritifs jusqu'aux cocktails. Des basiques, des complexes. D'autres inventés par la maison, il y en avait en réalité pour tous les goûts.

- Jeter un coup d’œil à cette carte, si vous le souhaitez. Grâce à l'happy hour, le deuxième verre sera pour la maison.

Elle laissa l'homme feuilleter la carte, jusqu'à ce qu'il s'arrête aux pages des différents cocktails comme elle s'y était attendu. Entre temps, le couple de touriste était venu jusqu'au bar afin de pouvoir payer leurs consommations. Ils partirent avec un peine un au-revoir, visiblement gênés par les seuls autres clients qui animaient le bar un peu plus loin. Les verres étaient toujours remplis, elle avait donc le temps d'aider l'Anglais à qui le bleu semblait sied à merveilles.

- Je peux peut-être vous proposer le Blue Cosmo ? Si c'est un cocktail qui vous intéresse, celui-ci est plutôt sympathique. Si j'y rajoute un peu de ma patte, je suis sûre qu'il pourrait vous plaire.





acidbrain

_________________

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle, j'apprends à chanter dans les ténèbres.


Dernière édition par Naya Caetana le Mer 12 Sep - 19:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Mar 11 Sep - 22:49

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.

*Il se retourna lentement et avec dédain vers le dénommé Popoff et ses amis se gaussant tous en coeur pour leur lancer son regard le plus condescendant, celui qu'il réservait habituellement à sa mère et aux mendiants squattant le bas de son immeuble de standing. Il pivota à nouveau pour revenir à sa posture initiale. La cigarette avait continué à se consumer timidement, il accéléra momentanément son enfièvrement en y prenant une bouffée dont il prit soin de recracher la fumée par-dessus sa propre tête. Vexé ou pas, il avait reçu une éducation des plus strictes.*

Une carte en papier. Je n'en ai pas vu depuis bien 5 ans. Merci.

*S'efforça-t-il de conclure alors qu'il était toujours sous le coup de sa vexation. Il parcourut rapidement les pages, si des mots d'alcool lui étaient bien entendus familiers, les brasseurs, les domaines et les associations de saveurs lui étaient totalement inconnus. L'aventurier en lui en fut tout émoustillé, tout un monde de beuveries découvertes s'offrait à lui et il n'en avait jamais eu conscience jusque là. Son regard s'était arrêté sur le "Sex on the beach" étonnamment, mais tu intervins pour mettre toi-même un terme à son dilemme. Dans son dos, la bande de joyeux drilles étaient étrangement silencieuse, visiblement, ils attendaient la prochaine faute de ce qui devait être à leurs yeux "un freluquet". Il referma la carte et la déposa devant toi sur le comptoir.*

Faisons un deal. Je vous suis et si vous parvenez à me séduire avec votre cocktail, vous acceptez de me laisser faire le suivant et de le partager avec moi. Je réglerai les trois consommations au prix que vous jugerez juste. Qu'en dites-vous ?

*Il prit une ultime et profonde bouffée de sa cigarette qu'il écrasa ensuite dans un cendrier. Joueur, il joignit ensuite ses mains devant lui attendant de savoir si tu acceptais ce qui était clairement un défi.*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Naya Caetana
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Gérante du Zoo & Bar Club

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Mer 12 Sep - 19:35

Orcus & Naya

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


Naya savait très bien que ce n'était pas du visiteur que ses clients s'étaient moqués. Ils étaient tous à moitié sourds, alors comment auraient-ils pu ? Même si ça avait été le cas elle ne se serait formalisée de rien, elle-même bien trop amusée encore par la réponse qu'il lui avait fournie. Ce n'était pas tous les jours que des clients aussi bien habillés faisaient ce genre d'erreur. Lorsqu'elle revînt avec la carte très rapidement critiquée, la brésilienne se contenta tout d'abord d'hausser les sourcils. Elle manquait très rarement de répartie à vrai dire, mais son rôle ici l'empêchait d'être impolie avec ses clients. Il lui fallait constamment faire preuve de sympathie, ou au moins être subtile lorsqu'une réponse la démangeait.

- Vous êtes ici dans un bar-club, non pas dans un hôtel cinq étoiles.

C'est un sourire à la fois bourru et courtois qui s'accrocha à ses lèvres après ça. Sans se démonter ni même baisser les yeux, elle se contenta d'observer son client pendant qu'il était entrain d'essayer de faire son choix. Lorsque Naya avait commencé dans le métier il y a maintenant bientôt cinq ans, le bar était très rapidement devenu l'une de ses activités préférées du métier. Elle avait passé beaucoup de temps à mettre au point différents cocktails, si bien qu'aujourd'hui, elle pouvait prétendre exceller en la matière. La jeune-femme avait un don pour mélanger les saveurs et faire ressortir le meilleur en chacune d'elle. Elle arrivait même à en attribuer à quelqu'un qu'elle ne connaissait qu'à peine. Cet homme venait tout peine de débarquer et pourtant la brésilienne pensait avoir déjà analysé les premiers aspects de sa personnalité. Il referma la carte après la proposition de la barmaid, maintenant lui aussi de nouveau attentif à elle. Peut-être même un peu trop, mais il n'était certainement pas le premier à proposer un verre d'une façon ou d'une autre à Naya.

- Marché conclu, répondit-elle alors avec un sourire en coin.

Un verre ne saurait venir à bout d'elle, même si c'était au beau milieu de l'après-midi. La brésilienne aimait parfois relever des défis, surtout lorsqu'elle savait qu'elle ne risquait pas de s'y brûler les ailes. Elle tourna le dos à son client afin de pouvoir préparer son fameux cocktail. Initialement constitué de vodka, de curaçao, de jus de cranberry et de citron. Si certains préjugés voulaient que la vodka soit surtout un alcool pour les femmes, celle-ci, elle allait à tout bon buveur, sans aucun souci ! Directement importée de Russie puisque Lorenzo était du genre à tenir à la qualité de ses produits. Elle allait remplacer le jus de cranberry par un fond de nectar de framboise. Un fruit dont on trouvait souvent l'odeur sur elle d'ailleurs puisque Naya ne jurait que par elle. Le jus de citron par du citron vert pour moins d'acidité et toujours le curaçao pour la couleur bleu à laquelle la brésilienne tenait pour le rendu final, le tout accompagné d'une feuille de menthe, qui devrait terminer d'ajouter un peu plus de saveur à l'intérieur du verre. Elle mélangea au shaker avec un peu de glace la vodka, le citron vert et le curaçao. Dans un long verre un pied elle servi en premier le nectar de framboise, ensuite recouvert de glace pilée. Par dessus, elle versa avec minutie le contenu du shaker puis elle plaça la feuille de menthe entre la cuillère et la paille à l'intérieur du verre. Le cocktail était d'un joli bleu saphir, presque identique à la tenue de son client. Satisfaite, Naya se tourna enfin afin de pouvoir le poser devant lui, le tout en laissant un sourire se dessiner à nouveau sur ses lèvres.

- J'avoue qu'il n'a plus grand chose du Blue Cosmo, finalement. Goûtez-le et qui sait. Peut-être vous inspirera-t'il assez pour que vous puissiez lui donner un nom.









acidbrain

_________________

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle, j'apprends à chanter dans les ténèbres.


Dernière édition par Naya Caetana le Ven 14 Sep - 16:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Mer 12 Sep - 21:33

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


*Il arqua un sourcil à ta remarque. Même si le ton était aussi neutre que possible, il ne pouvait pas lui échapper qu'il t'avait vexé. Ce n'était pas son but, seulement dans le monde magique, les menus et autres cartes n'étaient plus distribuées sur parchemin depuis des lustres pour des raisons d'hygiènes et de coûts, principalement. Seule l'antique échoppe qu'était la tête de sanglier s'en servait encore et il n'y avait pas mis les pieds depuis des années, peu désireux de prendre le risque d'en sortir plus riche d'un eczéma, d'un prurit ou de poux.*

Désolé, je ne disais pas ça avec cette idée. C'est simplement que dans les autres bars que je fréquente, elle est affichée sur des... panneaux. Et je n'ai que peu visité d'autres endroits, je suis un... abominable casanier.

*Sur ces mots qui lui écorchaient la langue, il détourna le regard pour faire mine d'inspecter le lieu quelques instants, comme si ça pouvait balayer l'aussi détestable qu’erroné aveu. Encore que, son manque d'expérience sur le territoire des non-majs ne rendait pas l'information si caduque. Ils purent, fort heureusement, ranger leurs vexations respectives aux oubliettes alors que l'invitation était acceptée, même si elle le faisait passer pour un énième dragueur. Il reporta à nouveau toute son attention sur toi et plus particulièrement sur tes gestes, appréciateur de la précision et de la rapidité de chaque mouvement. C'était une véritable chorégraphie dédiée à l’alcoolisme. Absorbé par le spectacle, il avait fini par appuyer son menton contre son poing, seul un sourire et ses rétines encrées sur tes mains venaient animer son visage. Lorsque le verre à pied fut posé devant lui, il retira son coude, le saisit élégamment entre ses doigts fins et le passa sous son nez pour en apprécier les premières saveurs.*

On reconnaît un véritable barman à ses revisites.


*Il leva le verre à ton intention et le porta enfin à ses lèvres. Il n'avait jamais bu, ou même entendu parlé du Blue Cosmo, alors les différences avec la recette originale le dépassaient bien. Il se pinça les lèvres après la première gorgée et mima une moue pleine de suspens. Il y goûta une seconde fois avec lenteur et fut enfin disposé à prononcer sa sentence, yeux dans les yeux.*

J'aime bien. L'acidité est agréable, c'est pimenté, exotique et en même temps, le jus de framboise apporte une touche de douceur. Il mériterait peut-être d'être un poil plus sucré, ce n'est que mon humble avis, mais je crois que ça lui apporterait plus de rondeur.

*Il posa le verre devant lui et croisa ses bras.*

Je ne sais pas. Comment vous vous appelez ?... J'aime bien votre accent, vous êtes originaire de quel coin du Brésil ?

(Finalement 1001cocktails.fr attendra ma prochaine réponse Wink )
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Naya Caetana
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Gérante du Zoo & Bar Club

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Ven 14 Sep - 18:35

Orcus & Naya

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


D'un simple nouveau sourire, Naya avait mit un terme à la conversation. Apparemment elle s'était méprise, il n'y avait donc plus aucune raison d'en faire des caisses désormais, d'autant plus que ce n'était pas spécialement son genre. Simplement, lorsque vous passez les trois quarts de votre temps dans un établissement, il vous tient à cœur défendre ses intérêts, quels qu'ils soient. Les panneaux d'affichages de la maison étaient gardés pour les annonces de promotions, de soirées, de la venue d'invités spéciaux. Le Zoo & Bar Club contenait en son sein trois bars en tout et c'était loin d'être de trop pour les gros événements. Ici ils n'étaient que dans la pièce principale, celle véritablement attitrée à Naya. Lorenzo embauchait du personnel au besoin les weekends lorsqu'il fallait ouvrir les autres bars mais c'était ici que s'occupait vraiment Naya. En astiquant au moins une fois par semaine ces fameuses cartes, plus par ennui régulier que par réelle conscienciosité.

[l'établissement existe vraiment, du coup voilà une photo de la pièce principale parce que je la trouve méga-cool  https://cdn.londonandpartners.com/asset/d5b00cb517fea7741d10804bf368f408.jpg]

- Je vous remercierais une fois que vous l'aurez goûtez. Comme ça vous n'aurez pas à être embarrassé s'il vous faut me dire qu'il est mauvais.

Ses paroles furent accompagnées d'un sourire mutin tandis qu'elle continuait à se tenir devant lui en attendant le verdict. Le suspens était bien joué, la brésilienne commençait à apparaître un peu moins sûre d'elle. Mais quand enfin son regard rencontra à nouveau celui du client, sa langue claqua contre son palet et c'est les yeux légèrement plissés qu'elle reprit d'un ton enjoué.

- Votre humble avis ou plutôt votre gourmandise, dirais-je. Mais je penserais à votre remarque si je décide de le refaire. Merci,
ajouta-elle finalement en venant ranger quelques mèches de cheveux tombantes devant son visage derrière ses oreilles.

Si Naya n'était pas dérangée à l'idée de révéler son prénom, qu'il puisse savoir rien qu'en entendant son accent qu'elle venait du Brésil lui parut un peu étrange. Sa langue natale n'était pas uniquement propre à son pays. Soit il était très perspicace, soit il en savait plus qu'il ne le montrait. Dans tous les cas la barmaid n'avait froncé les sourcils qu'un instant, avant de s'armer à nouveau d'un léger sourire.

- Je m'appelle Naya. J'ai vécu et grandis à Rio, jusqu'à il y a cinq ans. Nous sommes venus jusqu'ici avec mon frère pour retrouver un membre de notre famille. Il s'agit du propriétaire de cet établissement, Lorenzo Oliveira. Peut-être que vous le connaissez ? Il aime prétendre être un bon businessman à Londres.


La question allait décontenancer n'importe quel voyageur, un peu moins n'importe quel homme un temps soit peu renseigné. En avisant ses réactions, elle devrait être capable de savoir si en effet il connaissait son cousin ou non. Naya était plutôt douée à ce jeu-là, elle qui aimait connaître les réelles intentions de ses interlocuteurs. Et puis, ça lui permettait aussi de faire distraction. Il n'y avait qu'à voir le costume que cet homme portait pour que la brésilienne n'ait pas très envie de lui conter les souvenirs de sa vie dans les favelas. Elle ne renierait jamais ses origines, mais parfois c'était mieux de les garder sous silence.



acidbrain

_________________

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle, j'apprends à chanter dans les ténèbres.


Dernière édition par Naya Caetana le Sam 15 Sep - 1:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Ven 14 Sep - 21:34

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


Naya ? Alors va pour le "Naya" puisque c'est moi qui choisit. Vous devriez le mettre à la carte, un peu de vanité n'a jamais nuit à personne.

*Il conclut cette phrase par un clin d'oeil et se leva de son tabouret. Il enleva sa veste de costume et retroussa ses manches, ça ne rigolait plus. Il abandonna ses affaires non sans jeter furtivement un sortilège pour qu'ils collent au tabouret, histoire qu'aucun pickpocket ne puisse la lui faire à l'envers. C'était l'un des avantages de maitriser la magie sans baguette, c'était beaucoup plus discret. Il était très grand, ce qui l'aidait bien à se servir de ce qui était à disposition de ton côté du bar. Le nez plongé sur ton comptoir, il commença à ramener devant lui divers ingrédients et ustensiles alors qu'il n'avait pas encore la moindre idée de ce qu'il allait pouvoir te concocter sans ses ingrédients habituels.*

J'ai bien aimé Rio. Enfin je n'y suis resté que deux semaines et uniquement pour y jouer les touristes, je le crains. Un businessman ? Je ne le connais pas sous cette identité.

*Il releva alors son regard sur toi, mettant momentanément sur pause son ouvrage. Il claqua plusieurs fois sa langue contre son palais en effectuant de lent mouvement de gauche à droite de la tête signifiant qu'il était à la fois désolé et en désaccord avec ce qui venait de se passer.*

Vous venez de tout gâcher. Vous auriez été intriguée, j'en aurais joué. Je vous aurais parlé de mes voyages, vous de vos souvenirs d'enfances, alors nous aurions sympathisé, échangé sur nos vies, partagé un petit bout de sincérité saupoudré de quelques aveux qui vous auraient donné envie de me revoir pour lever les derniers voiles de mystère entourant mon énigmatique connaissance de votre accent, tandis que le parfum de la framboise aurait pris une toute nouvelle saveur pour moi. Au lieu de ça, je vais devoir vous avouer que je n'ai pas passé cette porte par hasard et que c'était vous, précisément, que je cherchais.

*Il soupira et retourna à sa confection de cocktail. Il commença par remplir deux verres de glace pilée à l'aide d'une pince. Puis, dans un shaker, il versa deux mesures de bourbon et autant d'une liqueur à l'orange. Il tendit la main pour y ajouter quelques gouttes d'un demi citron vert et de sirop de sucre de canne. Il agita le tout énergiquement et le versa dans les deux verres jusqu'à la moitié. Il se pencha alors d'autant plus par-dessus le bar pour chercher du regard l'endroit où était placée la cave des bouteilles spéciales, et puisqu'il était temps de lever le mystère et que toi seule pouvait le voir, il effectua une chorégraphie des mains qui ouvrit le casier à bouteilles et permit l'envolé d'un champagne qui vint docilement se déposer entre eux. Il te lança alors un nouveau regard entendu tout en ouvrant la bouteille, sans l'aide de la magie cette fois.*

Je la payerai en entier aussi.


*En l'absence de trop de peuple, le bruit d'un bouchon qui saute retentit fortement dans la salle. La bouteille ne déborda pas cependant et il put directement en verser le contenu pour ajuster le niveau de nos verres. Pour terminer, il piqua sur des cures dents une mini-brochette de quartiers de clémentine et de grains de raisins qu'il plongea directement dans le verre. C'est avec un grand sourire qu'il te tendit le tien avant de s'emparer de son propre cocktail*

A la vôtre mademoiselle Naya, j'espère que ça vous plaira.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Naya Caetana
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Gérante du Zoo & Bar Club

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Sam 15 Sep - 18:20

Orcus & Naya

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


Naya était encore quelqu'un de bien trop modeste pour vouloir mettre à l'honneur un cocktail portant son prénom sur de futures cartes. Et puis quitte à en arriver à ce stade, autant le faire le jour où elle en concoctera un qui lui ressemblera vraiment. Elle ne fit aucun commentaire, mais elle lui décocha un sourire flatté, les joues peut-être légèrement rosies cette fois. Maintenant qu'il avait enlevé sa veste, il était temps de le voir à l'oeuvre. Elle espérait avoir assez de temps devant elle pour y assister et écouter ses réponses car les verres de Popoff et ses amis derrière eux commençaient à être dangereusement vides.
Lorsque l'inconnu vêtu de bleu saphir reprit la parole, Naya comprit qu'elle venait peut-être de gâcher une belle occasion de partager des souvenirs de la ville de Rio avec ce dernier. Qu'on y ait vécu une vie ou deux semaines, on en revenait forcément avec des choses à raconter. Mais avant de faire des sentiments, la brésilienne tenait à découvrir la vérité. S'il ne connaissait pas Lorenzo le businessman...alors il le connaissait forcément en tant que sorcier. Les mots qu'il avait choisi étaient bien trop précis. Devait-elle comprendre qu'elle avait en face d'elle un sorcier ? Ses sourcils étaient froncés lorsque l'homme reposa son regard sur elle. Elle observa ses mouvements de tête l'air tout d'abord quelque peu décontenancée mais l'amusement reprit rapidement le dessus. Si les sourcils de la brésilienne s'étaient une nouvelle fois haussés à la fin de sa révélation, elle afficha finalement une légère moue en entendant Popoff ni plus ni moins crier son nom afin de l'appeler par son prénom.

- Je suis à toi dans un instant, jeune-homme !

Les vétérans de la vieillesse se mirent à glousser, effet escompté obtenu ! Ainsi elle venait de gagner un peu de temps, assez pour réagir aux paroles de l'officiel sorcier qui venait de lui faire sans la moindre pudeur une démonstration de ses talents. Ce n'était pas la première fois que Naya voyait de la magie grâce à Lorenzo, mais la dernière fois commençait tout de même à remonter un peu et la brésilienne y était toujours très peu habituée. Elle avait tendance à se sentir minuscule et insignifiante face à des choses qui dépassaient encore son entendement. La jeune-femme secoua un peu la tête, puis c'est après s'être raclée la gorge qu'elle décida finalement d'enfin reprendre un peu contenance.

- Et donc, pendant tous ces jolis moments partagés, vous m'auriez mystifiée. C'est bien dommage. Je pense que j'aurais pu vous prendre pour un honnête homme.
Ses épaules s'haussèrent tandis qu'une fausse mine sérieuse restait accrochée à son visage. En tout cas, vous avez tout de même réussi à m'intriguer. Et au moins nous avons gagné du temps non ?

Après ces quelques mots, c'est un air mutin qui revînt prédominer sur les traits de son visage. Les deux verres venaient d'être servis, les brochettes d'être ajoutées. Si la jeune-femme n'était pas très bourbon, elle se devait bien d'avouer que le résultat final mettait tout de même l'eau à la bouche. Elle prit le temps de trinquer avec le sorcier, allant même jusqu'à le gratifier de l'un de ses plus beaux sourires pour l'attention. La première gorgée fut surprenante, la deuxième plus agréable finalement. Elle imita la moue qu'il avait adopté un peu plus tôt pour le suspens, puis le verdict tomba.

- Je n'aurais pas parié sur le mélange bourbon/champagne mais c'est très bon. Un peu corsé peut-être, mais ça n'a rien de surprenant.


La brésilienne reposa son verre, puis elle déposa sur plateau les bouteilles nécessaires pour la quatrième tournée de ses autres clients.

- Le temps de servir ces messieurs et je serais de nouveau à vous.


Arrivée à la table de ces derniers, elle eut droit à une flopée de compliments malgré son léger retard. L'un d'entre eux se permit évidemment de lancer des suppositions hâtives au sujet d'un potentiel flirt avec son autre client mais Naya savait toujours quoi répondre pour que le sujet vrille à toute autre chose. Les verres furent resservis, pour la dernière fois apparemment et c'est sans trop tarder finalement que Naya retrouva sa place derrière le comptoir. Plateau déposé, verre en main, elle prit le temps d'en reprendre une gorgée avant d'accorder à nouveau toute son attention au sorcier.

- Et si vous commenciez par me révéler vous aussi votre prénom, afin que je puisse en mettre un sur le visage de l'homme venu précisément ici pour me trouver ?






acidbrain

_________________

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle, j'apprends à chanter dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Sam 15 Sep - 20:09

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


*Ce n'est qu'une fois après avoir plongé tes lèvres dans son cocktail qu'il s'autorisa à en faire de même. Étais-ce un manque de modestie ? En tout cas sa propre création lui plaisait, c'était à la fois rustique et élégant, peut-être pas si surprenant en effet. Si tu ne l'aimais vraiment pas, tu le masquais bien en tout cas. Après y avoir gouté, il mit toutefois le verre de côté pour le troquer contre le tien, savoir vivre oblige. Il haussa les épaules avec une petite moue contrite en guise d'amorce à sa répartie.*

Est-ce que aiguiller une conversation ferait vraiment de moi une personne malhonnête ? N'est-ce pas le moment plutôt que le moyen qui compte ? Je vous l'aurais confessé de toute façon, à notre seconde rencontre. Pour qu'il y en ait une troisième, je n'aurais pas eu d'autres choix que de vous surprendre à nouveau.

*Ou que tu le fuis de peur, on disait que les moldus perdaient souvent tout sens de la mesure face à des phénomènes jugés étranges, c'était en tout cas un cliché auquel Orcus était prêt à accorder du crédit. Cependant, il savait qu'avec toi il ne prenait pas un grand risque, si tu étais là, placée par Lorenzo, c'est qu'il ne craignait pas de se prendre un plomb dans les fesses, pas vrai ? Alors que tu quittais le comptoir au profit du groupe d'habitués, il eut le temps de glisser une dernière remarque avant d'attendre sagement ton retour.*

Le temps ne se gagne pas, on ne peut que le perdre. Mais pour passer un agréable moment, j'en trouve toujours.

*Un sourire passager allait animer son visage lorsque les voix goguenardes des habitués se feraient entendre, bien vite domptés avec une diplomatie et un savoir-faire qu'il comprenait être l'une de tes principales qualités. Il ne jeta pas un seul regard en arrière, sirotant calmement ton cocktail dont il en resterait encore un tiers, il y avait veillé. Lorsque tu revins, le sourire n'était plus.*

Pour vous "trouver" ? C'est un peu abrupt comme façon de présenter les choses, je ne suis pas un guérillero venu vous kidnapper Mademoiselle. Disons plutôt que je suis là pour faire votre connaissance. Je m'appelle Orcus.

*Il te tendit sa main droite en veillant à ne pas écraser tes doigts, ce n'était de toute façon pas le style de l’énergumène. La suite de cette rencontre pouvait débuter.*

Et puisque vous n'avez vraiment pas l'air d'apprécier le mysticisme, je vais immédiatement vous dévoiler la raison première de ma venue. Enfin première, disons celle que j'avais en tête avant de vous rencontrer, elle a largement pris une place secondaire depuis. Je recherche quelque chose, or si l'on en croit le talent que l'on vous prête, vous pouvez peut-être m'aider. Vous connaissez le Jobarandi ? J'en cherche une, ou encore mieux, des graines seraient vraiment parfaites.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Naya Caetana
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Gérante du Zoo & Bar Club

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Mer 19 Sep - 14:17

Orcus & Naya

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


En étant un temps soit peu informée et intéressée par son métier, Naya n'était pas sans savoir que les sorciers possédaient leurs propres bouteilles d'alcool. Lorenzo n'en n'avait jamais commercialisé ici, d'ailleurs elle n'était même pas sûre qu'il en ait une seule dans son salon privé. Oliveira était un homme au nez et au goût très fin, deux attributs qu'il avait sut transmettre à sa cousine le jour où il avait fallut lui apprendre le métier. Naya avait découvert de nouvelles saveurs à l'alcool grâce à lui, loin de celles de son adolescence. Lorsque la seule boisson dont les jeunes des favelas disposaient étaient celles préparées fait maison par leurs parents. En douce bien-sûr. Ce genre d'alcool là c'était susceptible de vous déboucher plus que sinus, en particulier pour les non-habitués. Si le cocktail du sorcier dès la première gorgée lui avait brièvement rappelé ce genre de souvenir, il restait évident que c'était bien meilleur en tout cas. Dans ce genre-là, plus que tout ce qu'elle avait déjà pu goûter par le passé.

Si ses paroles n'étaient pas passées dans les oreilles d'une sourde, Naya avait opté pour le silence avant d'aller servir ses clients. Seul un sourire en coin un peu mutin et un peu mystérieux avait prit place sur ses lèvres avant qu'elle ne s'échappe de derrière le comptoir. C'est là qu'elle prit davantage conscience qu'il se passait des trucs étranges à l'intérieur de son estomac. Du genre que l'alcool ne provoquait pas. Si seulement ces vieillards savaient. Sans doute ne regarderait-il pas l'homme au bar de la même manière. Certains d'entre eux avaient survécus à la guerre et vu autant d'horreurs que Naya en vingt ans d'existence. Même si c'était quelque chose que personne ne soupçonnait dès lors qu'on posait les yeux sur elle. Un sorcier. Un seul être, c'est ce qui aurait pu suffire à arrêter tout ça. A bien des reprises. En tout cas, c'est ce que pensait Naya. Et pourtant. Les mondes ne se mélangeaient pas. Depuis l'aube des temps et à jamais, sans nul doute. C'est bien pour ça d'ailleurs qu'elle veillait constamment elle-même à garder les pieds dans le siens.

Mais dès lors qu'elle était revenue derrière le bar, un léger sourire s'était remit à trôner sur ses lèvres.

- C'était plus ou moins vos mots, non ? Vous m'en voyez rassurée, ajouta-t-elle d'un air subtil. Orcus. Enchantée de faire votre connaissance.

Elle accompagna cette poignée de main un peu trop formelle à son goût d'un sourire, encore une fois. Puisqu'il était évident que le fameux Orcus semblait avoir un train d'avance sur elle grâce à celui qu'elle pensait être son cousin, ce prénom serait sa première piste pour dégoter de potentielles informations sur lui si toutefois cela s'avérait nécessaire. Il lui fallait encore entendre la raison de sa venue, plutôt surprenante à vrai dire. Ils étaient peu à connaître son passé, encore plus à pouvoir l'assimiler aux plantes. Quant au Jaborandi, c'était un arbre plutôt réputé au Brésil. Naya avait souvent été envoyée en exploration dans les forêts avoisinante de son village pour en trouver à ses débuts à l'infirmerie. De la denrée rare malheureusement, d'autant plus au fil des années. Et sans moyen de transport, il avait été difficile d'espérer pouvoir quérir les fleurs des autres forêts sans s'engager dans un voyage long et périlleux. Si Naya aurait été bien tentée de conseiller un apothicaire à n'importe qui d'autre, elle se doutait bien qu'Orcus ne serait pas ici si l'un d'entre eux avait pu répondre à sa demande. Alors c'est une nouvelle fois sans faire fi de ses premières paroles qu'elle finit par reprendre.

- Si aucun apothicaire n'a pu répondre à votre demande, j'imagine qu'il va falloir aller plus loin et à la source. Si je me souviens bien ce sont les forêts des Antilles, du Venezuela et celles du Paraguay qui en sont le plus peuplées. Malheureusement, je doute que ces villes aient prit la peine d'en commercialiser. Il faut dire que c'est une plante aux propriétés plutôt atypiques,
affirma-t-elle les sourcils légèrement froncés. Qui espérez-vous faire suer avec ça ?

Elle accompagna sa demande d'un sourire amusé puisque malgré sa curiosité, sa question était avant tout une plaisanterie. Aussi un moyen potentiel d'en apprendre plus certes, puisqu'il fallait bien commencer par quelque part. Naya avala une nouvelle gorgée de son verre, ce après quoi elle reprit bien vite finalement.

- J'aurais aimé pouvoir vous aider davantage. Mais je ne pratique plus aujourd'hui. La seule chose que j'ai chez moi ce sont des livres, s'excusa-t-elle à demi-mot avec le sourire de circonstance.







acidbrain

_________________

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle, j'apprends à chanter dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Mer 19 Sep - 17:49

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


*Est-ce que les sorciers auraient pu jouer les sauveurs ? Voilà une question qu'Orcus ne s'était jamais posé, tout comme il ne s'était jamais intéressé à ce qu'il se passait dans l'autre monde. Il l'acceptait, il le tolérait, c'était déjà beaucoup pour un gamin ayant grandi dans une maison où on avait activement soutenu la proposition de loi autorisant la chasse aux moldus. Il vivait déjà en portant sur ses épaules la culpabilité des crimes de ses parents, alors s'il devait se tourner vers ceux de son espèce tout entière, il serait perdu. Si le botaniste souhaitait la paix, il n'avait encore jamais eu de raison de se prononcer ouvertement en sa faveur, encore moins d'y œuvrer. Pas encore. À cette heure, il n'était encore qu'un égoïste dont le cœur un peu trop tendre était muselé par son unique compagne de vie : son besoin de contrôle.*

Le bourreau et la victime sont assis en ce moment devant vous. Et j'espérais plutôt bénéficier de l'effet inverse.

*Avoua-t-il en reprenant ton cocktail en main. La suite de tes propos le déçurent, ce que son comportement laissa clairement filtrer alors qu'il gonflait ses joues avant de souffler bruyamment, il décida alors de vider d'une traite ce qu'il restait de son verre. Il le reposa entre vous pour l'échanger contre sa propre création.*

Ça va être compliqué pour moi d'aller au Paraguay, c'est à peine si je peux aller jusqu'en Irlande. Depuis quelques mois, les frontières sont fermées pour les transports magiques et il m'est impossible de quitter mon poste aussi longtemps que le demanderait un voyage moldu, surtout pour une plante verte.


*Périple moldu dont il s'imaginait qu'il prendrait quelque chose comme une décennie, sans compter que l'heure n'était pas à jouer les explorateurs dans la jungle, une machette à la main. Il releva son visage, te sourit tristement et te fit son regard de chien battu, celui qui lui aurait fait gagner une torgnole de la part de sa mère, mais savait parfois se montrer persuasif auprès des cœurs plus tendres. Le tien l'était-il d'ailleurs ? Il n'en était pas certain, aussi séduisant que soit ton sourire, il y percevait quelque chose de triste. Fugacement, il espéra que ce n'était pas sa propre nature qui en était la cause.*

Vous êtes certaine qu'il n'y a pas un moyen pour vous de vous en procurer ? À moins que vos livres aient une autre solution à me proposer pour masquer les symptômes du stress ?

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Naya Caetana
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Gérante du Zoo & Bar Club

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Mer 19 Sep - 22:25

Orcus & Naya

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.

Si elle n'en n'était pas persuadée auparavant, Naya savait maintenant que la plante était demandée pour un usage personnel. Ce qui eut le don de la surprendre davantage dans la mesure où le sorcier ne lui donnait pas l'impression d'en connaître les réelles propriétés. Purgatives, émétiques et sudorifiques, la plante aidait surtout à traiter grippe et bronchite. Rien dont ne semblait souffrir Orcus, qui lui avoua sans trop tarder que c'était contre le stress qu'il avait besoin de lutter. Si la perspective que même un sorcier ne puisse plus voyager où lui semblait à travers le monde soulevait quelques questions dans l'esprit de Naya, elle s'interdit de trop y penser maintenant. Si elle ne posait pas de questions sur l'état actuel du monde magique à Lorenzo, elle n'allait pas le faire non plus avec un inconnu. Aussi atypique soit le charme qu'elle devait bien commencer à lui reconnaître, malgré la déception qu'elle lisait aisément sur son visage. Elle ne durerait pas. Peut-être qu'au fond, elle aurait aimé supposé à l'intérieur de l'homme l'âme d'un aventurier mais c'était sans doute sa méconnaissance des sorciers qui parlait. Une partie d'elle devait encore les imaginer comme dans les contes pour enfants, bien loin de la réalité de toute évidence. Il suffisait de lire les journaux pour s'en rendre compte.

La brésilienne trempa à nouveau ses lèvres dans le cocktail du sorcier. Elle avisa sa moue du coin de l’œil et le laissa l'afficher durant plusieurs secondes, avant qu'un sourire mutin ne revienne finalement trôner sur ses lèvres.

- Si c'est contre le stress que vous cherchez à lutter, le Jaborandi ne pourra rien pour vous. En revanche vous connaissez peut-être la Rhodiola ? Connue aussi sous le nom d'Orpin Rose ou de Racine d'or. Je crois qu'elle pousse essentiellement dans les régions froides et en altitude,
supposa-t-elle, les sourcils légèrement froncés. Depuis le temps, je devrais le savoir.
- Combien est-ce que je te dois Naya ?

La voix de Popoff venait de couper court à la discussion. Il s'approcha du bar, porte-feuille ouvert, prêt comme à son habitude à laisser la barmaid se servir  par elle-même.

- Ce sera l'équivalent d'une tournée et demi aujourd'hui Popoff.
- Tu es trop aimable, Naya.


Popoff était toujours souriant, contrairement à ses congénères qui savaient parfois se montrer désagréable au moment de passer en caisse, happy hour ou non. Elle trouva l'appoint dans le porte-feuille de son client qui finalement prit congé après avoir balancé plusieurs fois son regard entre Orcus et Naya, le tout avec un sourire presque goguenard. Presque pesant. C'est peut-être pour ça que dès lors que son regard se reposa sur le sorcier, elle reprit sans plus attendre.

- L'orpin Rose est ce que vous trouverez de mieux contre le stress. Elle a de nombreuses propriétés et pour ce que j'en sais, il est assez facile de s'en procurer chez nous. Plus en gélules que sous sa forme brute, par contre. J'avoue qu'il m'arrive parfois d'avoir besoin d'une petite infusion, surtout les week-end,
finit-elle par confier. Il faut croire qu'un apothicaire suffira bel et bien à résoudre votre problème finalement.

C'est un sourire à nouveau mutin qui était venu prendre sur ses lèvres avant qu'elle ne réalise véritablement qu'ils étaient seuls maintenant. Une pensée vraisemblablement suffisamment puissante pour qu'elle ait mérité d'être étouffée par deux nouvelles gorgées de cocktail.

- Alors...peut-on prétendre boire l'Orcus actuellement ? ça, c'était un bon moyen de diversion.







acidbrain

_________________

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle, j'apprends à chanter dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Jeu 20 Sep - 13:20

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


Le stress n'est pas toujours une mauvaise chose tant qu'il ne devient pas omniprésent, je crois qu'il peut être aussi la manifestation de son instinct. Ce que je souhaite, ce n'est pas le calmer, mais seulement le masquer. Le jobarandi, hormis chez les personnes ne le supportant pas où il peut entraîner l'effet inverse, permet de réduire la sudation, les tremblements et la fatigue oculaire.

*Récita-t-il avec un air professoral, à croire que ses heures de cours commençaient à déteindre sur lui. Dans son cas, c'était en particulier les tremblements et ses pupilles anormalement dilatées dès le réveil qu'il cherchait à masquer, et si en plus ça pouvait atténuer les bouffées de chaleurs dont il était parfois pris en fin de journée... Merci à Quinn qui, pour le coup, lui mettait un sacré coup de stress. Finalement, tout ça n'était qu'un demi-mensonge à bien y regarder. Il passa son pouce sur ses lèvres en réfléchissant à la plante que tu lui proposais en échange. Ce n'était pas du tout ce qu'il avait en tête, mais il passa en revue les propriétés dont il se souvenait. Une ou deux, s'il les avait énuméré en cours, auraient fait monter le pourpre aux joues de sa chère Millicent. L'idée lui tira un sourire et c'est avec un regard de malice qu'il sortit de ses songes. Il attendit que le dénommé Popoff règle ses consommations pour répondre loin des oreilles indiscrètes, projetant son regard ailleurs pour éviter celui inquisiteur qu'il sentait se poser par à coups sur son épiderme.*

Oui, pourquoi pas. Ça me tente bien, j'adore tester de nouvelles choses... finalement.

*Conclue-t-il en écho à la fausse déclaration d'un peu plus tôt où il s'était avoué pantouflard. Il continua à t'écouter religieusement, les regards de Popoff et les quolibets de ses amis le mettait plutôt de bonne humeur tout compte fait.*

Elle pousse bien en altitude un peu partout dans le monde. Vous êtes douée, dommage que vous ne pratiquiez plus. Par contre, un "gélule" ? C'est... une sorte de contenant ?


*Demanda-t-il en levant un sourcil, n'en ayant jamais pris de sa vie, n'ayant même jamais passé les portes d'une pharmacie. Il profita du temps offert par la réponse pour boire à son tour et lorsque tu suggéras d'appeler le contenu de ce verre par son prénom, il regarda ce qu'il restait dans ce dernier. Il y avait déjà plus de glace que d'alcool dans le sien. Il décrocha le grain de raisin de sa mini brochette et l'enfouit dans sa bouche, répondant silencieusement par un balancement négatif de la tête.*

Si "l'Orcus" doit être mon cocktail signature, alors non ce ne serait pas celui-ci, mais je n'ai pas ce qu'il faut sous la main pour vous en faire la démonstration. Vous êtes du genre curieuse Mademoiselle Naya ?


*Dit-il pour amorcer un début de rendez-vous en se mordant l'intérieur de la joue en attendant ta réponse.*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Naya Caetana
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Gérante du Zoo & Bar Club

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Ven 21 Sep - 17:18

Orcus & Naya

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.

Dès lors qu'une décision était prise par Naya, elle était bien souvent irrévocable. A un peu plus de dix ans, elle s'était mise en tête qu'il fallait comme son frère qu'elle trouve elle aussi un moyen d'aider et de subvenir au besoin de ses parents, de son foyer. La petite-fille avait très vite comprit qu'elle ne pourrait pas faire le travail des hommes, alors elle avait commencé à s'intéresser aux bonnes personnes. Jusqu'à sa rencontre avec Maîtresse Nayara qui lui avait tout appris de la médecine naturelle, aussi appelée naturopathie. La brésilienne avait dû passer des heures entières le nez plongé dans des livres que lui faisaient parvenir Nayara pour être capable de distinguer une plante et ses propriétés d'une autre, pour être capable de l'assister dans sa course aux soins. Et ce pendant presque huit ans. Aujourd'hui encore elle considérait qu'il lui restait énormément de choses à apprendre, d'autant plus qu'ils ne s'intéressaient plus vraiment à ce genre de médecine à Londres. Naya avait aimé pouvoir porter secours aux plus démunis mais en la poussant dans le bar de son cousin, Tiago lui avait fait promettre de profiter de cette nouvelle vie pour commencer à penser à elle.
Mais de toute évidence, elle n'était pas la seule à être bien renseignée ici.

- Eh bien, il faut croire que je n'ai observé que l'effet inverse en ce qui me concerne. A l'époque, j'ai appris tout ça parce que c'était plus un besoin qu'un choix en réalité. Mais...les gens comme moi ne s'intéressent plus vraiment à la médecine naturelle vous savez.


Lorenzo lui avait déjà confié que les personnes sans pouvoir magique avaient un nom pour les sorciers. Il lui était étrangement littéralement sorti de la tête. Elle esquissa un sourire face à l'air interrogateur du sorcier.

- On peut dire ça, oui. C'est relativement petit et ça s'avale directement. La plupart du temps, les gens ne savent même pas ce qu'ils avalent d'ailleurs.


Et elle aussi avait fini par entrer dans ce moule commun de la société. Une société à laquelle devaient largement se croire supérieurs les sorciers. En tout cas c'était l'idée qu'elle avait d'eux depuis que les journaux avaient de plus en plus d'événements sinistres à relater. Qu'Orcus se soit présenté à elle sans même chercher à se cacher prouvait qu'il n'était pas contrôlé par la peur, contrairement à la majorité des personnes qui côtoyaient son bar. Sans doute avait-il aussi pensé ne pas avoir à le faire d'elle, à tords ou à raison. Naya ne savait pas encore quoi penser de cette rencontre, ni-même de la personne qu'elle avait en face d'elle et qui attendait dorénavant une réponse à sa question. Alors, était-elle d'un naturel curieux ? Tandis qu'elle observait les traits de son interlocuteur, un air enjoué passa sur son visage malgré elle.

- Je crois que c'est l'un de mes défauts, oui.


Derrière le sorcier, l'horloge accrochée au mur indiquait qu'il avait franchi cette porte il y a plus d'une demi-heure déjà. Naya n'avait pas vu le temps passer. Tout préjugé mis à part, elle se devait bien d'admettre que c'était parce qu'elle se trouvait en agréable compagnie. Elle avait beau ne pas savoir quel usage réel Orcus aurait espéré pouvoir faire du Jaborandi, ça lui avait été agréable de partager ses connaissances avec quelqu'un qui semblait en savoir tout autant. Quelqu'un qui avait su l'intéresser en mentionnant Rio et en jouant de la situation et des mots pour se dépêtrer de la première mauvaise image qu'il avait donné et ce même si elle avait joué la carte de l'indifférence jusqu'ici.









acidbrain

_________________

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle, j'apprends à chanter dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Sam 22 Sep - 0:02

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


*Il fronça les sourcils en faisant une petite moue.*

Les gens comme vous ? Quoi que vous entendiez par là, sachez que les gens comme moi s'y intéressent. En tout cas moi je m'y intéresse. Précisément, j'aime savoir ce que je mets dans ma bouche, mais va pour le gélule. Je n'en mourrai pas... je suppose.

*Il leva son verre et acheva ce dernier. L'essaierait-il vraiment ? Il était bien parti pour hocher du chef à ta proposition de se tourner vers la Rhodiola, mais sans réelle intention d'en prendre. Il voulait seulement ne pas paraitre trop entêté et ainsi attirer ta suspicion, pourtant, l'idée commençait à germer que suivre tes conseils et leur donner du crédit ne serait pas une si mauvaise option. Et puis ce n'était pas comme s'il n'avait pas déjà l'habitude d'avaler toute sorte de choses.*

Vous savez, même lorsque l'on croit avoir le choix, quand on regarde en arrière on s'aperçoit que le plus souvent, on a seulement fait ce dont on avait besoin et trop rarement ce dont on avait envie. Fort heureusement, il existe des refuges tenus par de bonnes âmes pour éponger dans l'ivresse nos loupés et apaiser nos regrets avec l'aide d'une oreille faisant semblant d'être attentive. À bien des égards, vous continuez de soigner les gens.

*Il cessa de se mordre la joue et un sourire en coin étira ses lèvres en échos à ton air enjoué. Il se décolla à nouveau de son tabouret, pour de bon cette fois.*

Alors puis-je espérer entretenir votre défaut en vous promettant de vous faire une démonstration de ce que serait l'Orcus lors d'un déjeuner ? D'un diner peut-être ? Je ne connais pas vos horaires alors ce sera à votre convenance. Et si vous hésitez encore, à la retraite ou non, je suis votre patient maintenant, vous me devez un suivi.

*Dit-il en te lançant un regard espiègle tout en ramassant ses affaires. Il passa sa veste sur ses épaules et en sortit un portefeuille moldu, apparemment sa bourse s'était métamorphosée en même temps que le reste de ses vêtements.*

Je vous dois combien, consultation comprise ?

*Demanda-t-il sourcils levés en ouvrant les nombreux compartiments de la chose. Les moldus aimaient vraiment se compliquer la vie. Il trouva finalement 3 billets de différents montants qu'il te tendit au petit bonheur la chance.*
Codage par Libella sur Graphiorum
[/quote]

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Naya Caetana
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Gérante du Zoo & Bar Club

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Dim 23 Sep - 17:22

Orcus & Naya

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


Les lèvres de la barmaid se plissèrent un peu lorsqu'elle dût se faire violence pour retenir les mots de franchir la barrière de ces dernières en venant les mordiller un peu. Naya tenait bien trop à ce que la démarche vienne du sorcier pour lui épargner le fait d'avoir encore un pas à faire en sa direction. Ça allait être une manière pour elle de s'assurer de ses attentions sans avoir quoi que ce soit à se reprocher par la suite. Pour autant qu'elle le savait elle n'avait encore jamais été invitée par un sorcier. Accepter de les côtoyer n'allait pas vraiment de paire avec sa décision de se tenir éloigner de leur monde mais pour la première fois aujourd'hui, une partie d'elle voulait croire qu'elle pouvait voir les choses autrement. Après tout ce n'était pas tant le sorcier qui l'intriguait, c'était plutôt l'homme, alors pourquoi devrait-elle se charger les épaules de grands états d'âmes alors qu'elle ne le connaissait pas encore ?

- Faisant semblant d'être attentive ? répéta-t-elle finalement, presque sournoisement. Ça, c'est ce que vous croyez.  

Certaines histoires ne l'intéressaient peut-être pas toujours, mais ce n'était pas pour autant qu'elles passaient dans l'oreille d'une sourde. Bien au contraire. Naya avait l'habitude de retenir bien plus d'informations qu'il n'en fallait sur ses clients. C'était assez naturel pour quelqu'un qui aimait le contact avec autrui. Sans bouger de derrière son comptoir elle observa Orcus se lever, cet air enjoué toujours accroché au visage.

- Mes horaires sont peu souples, à vrai dire. Mais pour entretenir mon défaut, je devrais bien pouvoir me libérer une soirée disons...la semaine prochaine ? Mercredi soir, peut-être ? Vous saurez où me trouver pour que je ne manque pas à mes obligations de toute manière. Et puis ça vous laissera l'occasion de me donner votre avis sur la Rhodiola.

Elle fit quelques pas pour avancer jusqu'à la caisse pour y taper les consommations puis elle fit sortir le ticket. Naya lui avait facturé un cocktail de chaque et la bouteille de champagne à moitié prix, fidèle à la promotion temporaire toujours affichée derrière elle. Un total de 30 dollars tout de même, le luxe du champagne coûtait cher.

- Je vous offre la consultation, j'espère que vous vous en souviendrez, lâcha-t-elle avec un sourire subtil tandis qu'elle lui rendait la monnaie du billet de 50 dollars qu'elle avait choisi un peu plus tôt sur les trois.


acidbrain

_________________

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle, j'apprends à chanter dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orcus Wilkes
Professeur
avatar

Localisation : Chemin de traverse
Emploi/loisirs : Prof de Botanique & Directeur du département des créatures magiques

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Dim 23 Sep - 21:31

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


Si je comprends bien, j'ai intérêt à faire attention à tout ce que je dis ? Merci du conseil.

*Dit sur le ton de la plaisanterie celui qui faisait attention à tout en permanence depuis des années, se forgeant une armure à coup de contrôle et de manipulation. Mais dans ce monde qui lui était inconnu et où il n'était personne, ni le botaniste reniflant avec un peu trop d'assiduité ses plantes, ni le fils de mangemorts, ni le sorcier ambitieux et arrogant, il sentait qu'il lui serait aisé de baisser, un peu du moins, ses barrières. Il partait sans Jobarandi, mais avec un nouveau monde à découvrir et la possibilité de trouver une échappatoire à sa propre vie, même si au moment de récupérer sa monnaie, cette dernière considération lui passait encore bien au-dessus de la tête. Il fouina dans ce qui lui restait d'argent, tête baissée, concentré sur la tâche qui n'était pas si aisée pour quelqu'un ne connaissant que les pièces de monnaie. La concentration lui permettait de contrôler un minimum son air un peu trop joyeux et victorieux. Ses fouilles archéologiques achevées, il déposa un billet de 5£ sur le comptoir en guise de pourboire. Au vu de sa note, la somme lui semblait être d'un montant raisonnable sans le faire passer pour un homme suffisant.*

Je me sens en total accord avec votre résolution, qui a assez de temps à perdre pour chercher à cultiver ses qualités et corriger ses défauts  ? Autant se montrer honnête et les étaler au grand jour. Alors va pour mercredi, ici, disons vers 20h ? Je ferai de mon mieux pour être un patient agréable et reconnaissant, surtout si je peux gagner des soins gratuits...

*Il haussa les épaules d'un air enjoué en tapotant son porte-feuille dans le creux de sa main. Le regard porté sur toi, il fit durer le moment quelques instants avant de rompre le silence pour éviter qu'il ne devienne gênant. Il se para pour faire face au froid s'intensifiant dehors alors que le jour commençait fortement à décliner*

J'ai hâte d'apprendre d'où vous viennent toutes ces connaissances, docteur. Passez une bonne soirée.

*Il fit les premiers pas à reculons puis se retourna pour prendre la sortie où il fut accueilli par un vent glacial lui transperçant la peau. Il s'enfonça suffisamment dans les rues pour trouver un coin à l'écart où il put transplaner discrètement pour aller jouir de cette fin d'après-midi de congé sur un territoire qui lui était plus familier, le cœur léger et un sourire aux lèvres typique de ceux imputables au seul regard d'une femme. Alors que ses pieds foulaient à peine les pavés vieillis de l'allée malfamée, il ignorait encore que la gaieté qu'il éprouvait serait balayée quelques heures plus tard par une autre femme brulante du désir de le tuer, mettant en péril ses projets et ses belles espérances naissantes.*
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
A force, on finit par se construire une façade pour retenir ce qui s'effrite en dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Naya Caetana
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Gérante du Zoo & Bar Club

MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   Mar 25 Sep - 16:12

Orcus & Naya

Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.


- Non, mais il aurait été dommage que vous vous mépreniez à mon égard.

Si elle avait bien comprit que ce n'était pas un reproche direct, Naya n'avait pu s'empêcher de surenchérir sur un ton tout aussi léger. Oui, il aurait été dommage qu'il se méprenne à son égard d'autant plus s'ils venaient véritablement à se revoir. Ce n'était pas vraiment de cette façon que la brésilienne s'était imaginé terminer cette rencontre mais elle savait laisser une place à l'imprévu dans sa vie, même s'il menaçait d'ébranler ses habitudes et ses principes. Justement parce qu'il menaçait d'ébranler ses habitudes et ses principes. Ces derniers temps, sa vie était plutôt bien rangée et même si elle n'était pas du genre à l'admettre, ce n'était pas vraiment ce qui lui ressemblait. Il lui arrivait d'avoir la sensation d'étouffer dans ce cocon familial, la preuve qu'en ce qui la concernait, elle n'était peut-être pas totalement libre. Ni totalement dépendante. Et pourtant, sa vie ressemblait encore à un long fleuve tranquille.
Un sourire reconnaissant étira à nouveau ses lèvres alors qu'elle ancrait son regard dans celui d'Orcus après qu'il ait déposé son pourboire sur le comptoir. Entretenir ses défauts, c'est bien ce qu'elle venait de faire en acceptant l'invitation d'un sorcier. C'était une révélation qu'elle se garderait encore de lui faire, elle qui se plaisait à penser qu'elle était beaucoup plus ouverte d'esprit que ça pour ne pas avoir à juger Orcus par sa nature.

- Vingt heures, ce sera parfait
, conclut-elle avec un sourire mutin en réponse à ses premiers et derniers dires. D'ici là...n'allez pas vous rendre malade pour moi. Il vous faudra plus que débarquer lors d'une happy hour pour bénéficier de soins gratuits.

Un air enjoué habilla de nouveau son visage alors que les regards prédominaient maintenant sur la parole. Naya avait finit par baisser les yeux un instant, peut-être un brin intimidée, malgré elle. Un charmant sourire était passé sur ses lèvres avant que sa tête ne dodeline de haut en bas finalement.

- Et moi d'en apprendre un peu plus sur vos voyages, lâcha-t-elle d'un ton subtil. Passez une bonne soirée également.

Les quelques pas faits à reculons lui arrachèrent un sourire candide et quelque peu bêta une fois qu'Orcus eut franchit la porte de son bar, mais ô combien naturel dans ces moments-là. Son regard resta un petit moment rivé sur l'entrée avec cet air, à vrai dire jusqu'à ce qu'elle soit en mesure de secouer un peu la tête afin de récupérer ses esprits. Elle termina le reste du cocktail concocté par le sorcier et passa le reste d'un après-midi plutôt calme empreint d'une certaine gaieté évidente que rien ne pourrait venir gâcher pour le moment. Pas même la curiosité de Tiago une fois le soir venu.

acidbrain

_________________

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle, j'apprends à chanter dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Naya] Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut-il vivre pour manger ou bien manger pour vivre ? [ Marie Thérèse ]
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» Pour se trouver il faut d'abord savoir se perdre [PV Higuen]
» [FINI] Tuer pour vivre, vivre pour tuer
» Pour vivre heureux, faut pouvoir se déplacer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Snare :: Londres :: Etablissements, rues et banlieues londoniennes :: Londres moldu-
Sauter vers: