Harry Potter RPG
 

Partagez | 
 

 [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.

Aller en bas 
AuteurMessage
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Ven 31 Aoû - 9:30

Vois comme le monde, le monde est beau.

Trois jours étaient passés depuis leur petit manège à tous. Trois jours qu'elle n'avait pas regagné la Grande Salle tant elle était furibonde. La sentence donnée par le professeur Maugrey lui restait en travers de la gorge, mais ce n'était pas le pire. Le pire, pour notre jeune adolescente, n'était nul autre que la réaction du Serdaigle. Décidément, son camarade semblait ne rien vouloir comprendre. Pourquoi le ferait-il ? Ce n'était pas lui qu'on insultait de Sang-de-Bourbe, ce n'était pas lui non plus qui avait été confrontée au règne Malefoy / Parkinson durant 5 longues années. Très peu échappaient à la bataille des maisons, vrai. Mais la cause n'était jamais dite de vive voix. Si pour certains ce n'était qu'une simple question d'orgueil, pour beaucoup, il s'agissait de défendre des valeurs. Des valeurs qui, aujourd'hui, étaient d'autant plus importantes. En outre, c'était le cas de la Poufsouffle.

Si elle n'avait été que très peu confrontée à Malefoy-même, l'adolescente avait eu son lot de déboires avec les jumelles Carrow, Higgs ou encore Pucey, la fameuse bande. Alors oui, elle n'avait que très peu de considération pour les Serpentards essayant tant bien que mal d'asseoir leur règne. Parallèlement pourtant, elle ressentait de la pitié pour le Prince des Serpentards. Non seulement avoir son père à Azkaban le détrônait de son piédestal, mais en plus, il était désormais à la même hauteur qu'elle sur le plan des quolibets. T-t-t-t-t véritable tristesse et déchéance ! Eléanor n'approuvait pas vraiment le système d'Azkaban, elle trouvait le châtiment des détraqueurs terrible. Seulement, dans cet état de guerre, elle ne pouvait que l'espérer pour protéger les moldus et  ... son propre père.

Elle fut la dernière à sortir de la salle de classe du Professeur Binns, comme toujours. Si bien que, lorsqu'elle regagna le couloir, celui-ci était parfaitement vide ou presque. Trois silhouettes avançaient vers elle. Deux rires goguenards et un parfum de condescendance. C'était bien sa veine. Un soupir s'échappa de ses lèvres tandis qu'elle restait là à les contempler. Pas question de revivre l'épisode de la Grande Salle, ni même d'entrer en conflit. Eléanor ne demandait qu'à ce qu'on lui fiche une bonne fois pour toutes la paix. Aussi passa-t-elle son sac en bandoulière sur son épaule pour ensuite lever ses mains en l'air tout en avançant.

- Faites comme si je n'existais pas, je ne fais que passer ! leur dit-elle non sans un regard froid.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Draco Malfoy
Elève
avatar

Localisation : Poudlard
Emploi/loisirs : Élève de 6ème année, mangemort, prince de Serpentard

MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Sam 1 Sep - 14:39

Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beauDraco n'était pas dans son assiette, son état était dû par plusieurs facteurs qui ne pouvaient malheureusement pas être ignoré dans l'immédiat. Le scandale de la grande salle, certes l'avait un peu défouler, mais il avait quand même écoper une punition. Ce serait mentir s'il n'avait pas envisagé une telle fin. C'était en dernier dans le classement des choses qui le rendaient maussade ainsi que sur les nerfs. Tous ses problèmes se faisaient détrôner par le lapin mort de métamorphose, plus précisément par l'effet papillon que cela en avait résulté. Soit se retrouver à chialer devant son pire ennemie, devant Potter. C'était tellement honteux comme situation. Ah si seulement il avait pu lui effacer ce passage de la mémoire, ainsi qu'à lui. Ce passage-là allait rester graver dans sa mémoire et il redoutait que le binoclard n'aille tout divulguer telle une traînée de poudre de perlimpinpin.

Draco n'avait pas la tête dans les cours, cela s'était remarqué en sortilèges où il avait ignoré les questions que lui adressaient le professeur. Il avait une folle envie de partir se réfugier dans la salle-sur-demande et se concentrer sur l'armoire ou sur un plan anti-Dumbledore. Tout simplement pour ne plus penser à ses conneries qui venaient entacher sa vie. Évidemment, ce n'était pas sans compter ses deux débiles qui le suivaient et ne voulaient pas le lâcher, ayant apparemment peur d'un retomber post grande salle. Cela ne l'aidait pas et cela le mettait juste en rogne. Il avait besoin de s'isoler ou de se défouler, voir un peu des deux.

Il écoutait d'une oreille distraite ce que ses gardes-du-corps disaient, c'étaient sûrement un truc drôle puisque tout deux étaient en train de rire. Le couloir était vide à l'exception de la née-moldue Poufsouffle qui s'était mêlé à sa conversation de la grande salle, les Serpentard devaient rejoindre la fameuse pièce pour le repas du midi. Draco avait regardé dans la direction de la blonde, la fusillant du regard quand elle avait pris la parole. Tandis qu'ils passaient juste à côté, le blondinet avait par la suite sursauté en sentant la main de Goyle sur son avant-bras gauche, relevant légèrement sa manche dans son action. Le Serpentard avait légèrement paniqué, en repérant que son sortilège de glamour avait cessé de fonctionner correctement, montrant un début du tatouage maudit floue. Il avait poussé son garde qui avait faillis se croûter par terre, remettant sa manche en place d'un air délicat.

"- Me touche pas Goyle !"

Encore heureux que ces deux-là n'étaient pas dans la catégorie d'observateur, mais ils le regardaient comme s'il venait de leur annoncer qu'il était une créature assoiffée de sang. D'une main impétueuse, il leur avait ordonné d'aller dans la grande salle sans lui. Là, les deux avaient obéis de le laisser seul. Enfin seul était un grand mot. Il avait frotté sa manche d'uniforme en soupirant doucement. Une fois s'être assuré que ses gorilles étaient parti, il avait pivoté sur lui-même pour regarder la demoiselle. Draco l'avait rejoint en plusieurs pas précipité. Il lui avait pris les épaules et l'avaient poussé contre un mur de façon assez violente, il faut le dire, tête la première. Il avait pris son bras droit dans sa main gauche, le retournant derrière son dos pour la maintenir plus facilement. Il avait pointé sa baguette sous le cou de sa victime. Il s'était approcher de son oreille pour lui parler.

"- On fait moins la maligne quand il n'y a plus sa petite bande derrière ?"

Il avait tordu un peu plus le bras de la demoiselle, avant de reprendre la parole.

"- C'est la dernière fois que tu oses me parler sous ce ton devant autant de monde, compris ? Si tu reparles de mon père ou de sa situation, je te jure que la sentence va être douloureuse. Un impardonnable est facilement lancé... Quoi que l'on peut aussi s'amuser sans sortilège, fillette."

Draco s'était approché plus près de la Poufsouffle, exerçant une certaine pression au sud, juste pour lui faire comprendre de quoi il parlait. Rien de remarquable pouvait se faire, mise à part qu'il n'était pas mal lotie a son entre-jambe, il n'y avait aucune réaction du à une quelconque excitation. Bordel, il était clairement sûr à deux cent pour cent qu'il était du genre à s'exciter si un garçon se collait comme ça à lui. Draco avait reculé, emmenant la demoiselle avec lui, la faisant tomber sur son postérieur. Il l'avait regardé de toute sa hauteur, gardant sa baguette dans sa direction.

"- Tu n'es rien, je peux faire de toi que ce que je souhaite et je suis sûr que tu vas adorer."

Il avait parcouru le corps de la Poufsouffle avec un sourire qui semblait appréciateur. Intérieurement, il n'avait aucunement envie de la voir plus en profondeur ou encore de la voir sans vêtement au risque d'avoir envie de vomir. Yeurk quoi.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Sam 1 Sep - 17:39

Vois comme le monde, le monde est beau.

Chouette, ces crétins venaient de lui offrir une diversion, mais pas suffisante de toute évidence. Par surprise et tandis qu’elle était de dos, elle se sentit soudainement agrippée et plaquée violemment contre le mur glacé du château. Un râle de douleur manqua de franchir ses lèvres. Sa tête et son dos venaient d’en prendre un sacré coup. Légèrement assommée, la Poufsouffle n’eut pas le temps de se défendre qu’elle se faisait déjà menacer, son bras droit douloureusement inutilisable. S’il pensait vraiment qu’elle n’était pas capable d’utiliser sa main gauche pour le gifler, Blondie se faisait de bien vilaines idées. Cependant la Poufsouffle demeura parfaitement immobile, alors même que sa colère n’en finissait plus de grandir. La haine monta jusqu’à ses lèvres. Elle rêvait de lui cracher au visage … ce qu’elle fit. Oups ? Décidément, elle était incapable de garder la tête froide face à l'allégorie de l'Injustice même.
Prête à répondre, l'adolescente fut toutefois envoyée au sol comme on jetait un vieux déchet. Ainsi donc Blondie se vengeait, quel dommage. Nullement intimidée (merci sa colère et sa haine ! ) Eléanor demeura au sol sans broncher le moins du monde. Le contraire aurait donné satisfaction à Malefoy, et ça, il en était hors de question. Mademoiselle avait de l'orgueil tout de même et un tempérament bien caché.

- De la violence ? Voilà donc tout ce que tu sais faire, Drago ? A croire que tu aimes te faire humilier. Qu’est-ce que tu crois ? Que ce petit sourire me dérange ? Pucey est bien plus doué que toi en la matière. Je sais parfaitement ne pas arriver à la hauteur de tes barbies chéries.

Son sourire se fit moqueur et tout doucement, elle se releva enfin prenant tout son temps.

- La vérité fait mal, n’est-ce pas ? C’est le prix de ta condescendance foireuse. Je ne tremblerai pas devant la vermine, obligée de pointer sa baguette sur moi pour avoir mon attention. Es-tu donc si incapable de tenir une discussion ? Je te montre.


Elle se râcla la gorge tandis que son esprit se préparait à recevoir un sortilège dans la seconde près. Ils y étaient tous passés lors du Tournoi des trois sorciers, ils avaient tous dû tenter de résister aux deux principaux impardonnables. Les résultats n’avaient pas été très fructueux, mais pour son Malefoy préféré, elle se dépasserait. Car personne ne viendrait l’aider cette fois, et de toute évidence, encore moins Entwhistle.

- « Branstone, sois gentille, évite de parler de ce qui ne te concerne pas, je te prie. Soyons des personnes civilisées »
, l’imita-t-elle avant de changer de rôle. Oh mais bien entendu Drago, donnant donnant n’est-ce pas la règle de toute chose ?

C'était cette règle-ci qui l'avait forcée à rappeler au concerné sa situation catastrophique. Eléanor n'aimait pas s'attaquer à la famille, elle trouvait cela ridicule et puérile. Or c'était le seul moyen qu'elle avait trouvé pour remettre le blondinet à sa place autrement que par la magie. Efficace, brutal et triste, elle en convenait elle-même, le goût amer d'un ultime recours. Ce n'était plus le père qui en entendrait parler, mais le fils...


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Draco Malfoy
Elève
avatar

Localisation : Poudlard
Emploi/loisirs : Élève de 6ème année, mangemort, prince de Serpentard

MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Dim 16 Sep - 19:24

Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beauC'était une réaction violente, il le savait amplement. La frustration, la colère et l'envie de vengeance le prenait à la gorge et la Poufsouffle se prenait tout dans la face. Les raisons de l'avoir choisie comme défouloir sont multiples, pas toutes bien logiques non plus, enfin c'était logique pour le Serpentard donc c'était déjà ça. Le fait qu'elle était une née-moldue, soit une sang-de-bourbe, comptait énormément tout comme le fait qu'elle avait été présente lors de l'événement de la grande salle. Il y avait aussi le jeu du hasard qui a posé la jeune fille sur son chemin alors que Draco avait besoin de déverser physiquement sa haine et sa peur.

Draco n'avait que peu réagit en sentant le crachat de la demoiselle. En tout cas physiquement, son masque de froideur correctement placé sur son visage, rien ne laissait rien voir de ses plus intimes pensées. Et donc que faisait-il intérieurement ? Draco était en mode panique car tel le maniaque qu'il était, ce simple crachat porteur de mille maladies - selon lui - , c'était de la torture pure et dure ! Il avait grandement besoin d'une décontamination d'urgence. Pour l'instant, le gamin blond avait passé son mouchoir à l'emblème de sa famille sur son visage avec un air dégoûter, le rangeant dans une de ses poches.

Le Serpentard avait grimacé en entendant la jeune fille utiliser son prénom comme si tout deux avaient élevés les scrouts à pétard ensemble. Il avait croisé les bras sur son torse, prenant un air condescendant avec un froncement de sourcils purement Malfoyen.

"- Écoute bien Branstone, je t'interdis d'utiliser mon prénom. Pour toi, c'est Malfoy ou Monsieur Malfoy. Compris ?"

Il avait fait une petite pause dans son discours, reprenant avec un sourire malsain.

"- Pucey, dis-tu ? Je vais me faire un plaisir de lui faire savoir que son animal de compagnie me pose problème. Je suis sûr qu'il voudra bien faire une petite séance de dressage."

Ce genre de chose pourrait être amusant à observer enfin tant que cela n'allait pas dépasser certaines limites, celle de Draco en d'autres termes. Il avait volontairement ignoré la partie sur la violence, ne voulant pas comprendre le pourquoi du comment il voyait la communication que par la violence. Il le savait, mais ce n'était pas le moment de s'apitoyer sur sa foutue existence. Cela ne lui réussissait pas ce genre de chose.

Draco avait fait un pas en arrière quand la demoiselle s'était relevé. Non, ce n'était pas par une quelconque peur, oh ça non, il n'avait pas peur d'une sang-de-bourbe. C'était juste un périmètre de sécurité entre lui et la plèbe, voilà tout. C'était qu'il ne voulait pas chopper une maladie ou autres trucs du genre.

Un petit ricanement était sortis de sa bouche. Elle parlait de vérité, quelle bonne blague ! Lui, aimer se faire humilier ? N'importe quoi. Enfin... ce n'était pas ses affaires de toute façon.

"- Tu crois détenir la vérité ? Tu es aussi ignare que les autres sang-de-bourbe."

L'adolescent blond avait levé les yeux au ciel face aux propos de la jeune fille. Un Malfoy qui suppliait une née-moldue et puis quoi encore ? Il avait poussé la demoiselle, les deux mains sur les épaules de la Poufsouffle de façon peu agressive, ce qui montrait que c'était pour la forme.

"- Un Malfoy ne supplie pas, il menace et les autres courbes l'échine."
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Lun 17 Sep - 20:54

Vois comme le monde, le monde est beau.

"Pour toi, c’est Malfoy ou Monsieur Malfoy. » Durant un instant, court instant, sa colère tomba. Elle le regardait avec deux grands yeux ahuris. Il était sérieux ?! De toute évidence. Eléanor n’en revenait pas. Sournoisement, elle avait choisi de l’interpeler par son prénom pour le toucher, le stopper dans le fil de ses pensées. Elle ne s’était en revanche pas attendue à ce genre de réplique. Un rire moqueur résonna dans sa gorge sans pour autant franchir ses lèvres.

- Je sais que tu es habitué à ce qu’on te lèche les bottes, petit Prince, mais de toi, je n’ai strictement aucun ordre à recevoir. Je trouve qu’il sonne particulièrement bien entre les lèvres d’une Sang-de-bourbe, tu ne trouves pas, Drago ?

Et Pucey adorerait l’entendre, sans aucun doute. Mais Eléanor préféra le chasser de son esprit. Elle ne devait pas penser à lui, encore moins l’évoquer. Qu’est-ce qu’il lui avait pris ? Lui qui rêvait tellement de la voir soumise, de la voir se tordre de douleur parce que c’était là la place des enfants de moldus, le souhait du grand et célèbre Salazar Serpentard. La Poufsouffle maudissait ce nom plus que n’importe quel autre. Tout était parti de lui, lui et ses idéologies. Elle le haïssait, tant et si bien que la colère regagna ses veines avec virulence. Désormais, ses deux yeux bleus étaient plantés dans les iris du Serpentard. Elle était prête à en découdre, contre sa propre volonté d’ailleurs. Elle ne le comprenait pas. Comment pouvait-on, un seul instant, croire en une suprématie du sang ? Comment pouvait-on tomber aussi bas dans la haine. C’était le moment pour elle d’avoir ses réponses et elle allait repousser le Prince des Serpents dans ses retranchements. Elle encaissa la bousculade et, prise d’un élan de stupidité ? de stratégie ?, elle vint la lui rendre.

- Mais c’est quoi ton problème à la fin ? Tu veux me faire courber l’échine ? Mais vas-y ! Regarde, je ne me défendrai pas ! Vas-y !
l’incita-t-elle en écartant les bras avant de reprendre. Ou peut-être que tu préfères me dire en quoi les nés-moldus te débectent autant, hein ? Dis-moi ce qu’ils t’ont fait ? On sait parfaitement que tu ne saurais pas les reconnaître. C’est notre agilité à survivre sans magie qui te fait peur ? Nos capacités à nous débrouiller en toute situation ? Ou peut-être parce que Granger est meilleure que toi, alors que vous n’êtes pas du même monde ?

Elle le regarda de haut en bas, d’abord avec dédain et révulsion, puis avec exaspération. Les bras ballants, elle lâcha finalement un soupir avant de lever vers lui des yeux compétissant. Peut-être qu’après tant d’années personne n’avait essayé … Ou alors il serait la preuve vivante que sa propre naïveté venait d’atteindre des sommets en bêtises.

- Tu n’es pas obligé d’être comme ton père, tu le sais ça ? Je suis désolée d’avoir évoqué son sort devant tout le monde, finit-elle par dire avec sincérité. C’était bas de ma part, je te l’accorde.

Etrangement, sa conscience en fut soulagée. Même si faire des excuses à un Malefoy … revenait sûrement à courber l’échine. Mais pour le coup, il méritait un peu de justice, ce qu’elle venait de lui offrir.

- Maintenant c’est à toi de décider ce que tu veux faire, petit Prince, me torturer, me soumettre, me dire tes quatre vérités, ou me laisser gagner l’Etude ?


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Draco Malfoy
Elève
avatar

Localisation : Poudlard
Emploi/loisirs : Élève de 6ème année, mangemort, prince de Serpentard

MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Mer 26 Sep - 1:27

Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beauSon masque froid de sang-pur sur le visage, Draco avait été surpris que la demoiselle qui lui faisait face n'avait pas peur de répliquer. En soit, cela mettait un peu de peps, mais lui au départ, il avait voulu la dresser d'une certaine façon pour que ses lèvres restent closes devant un auditoire. Maintenant, il savait que la Poufsouffle était comme ces idiots de bouffondors, incapable de courber l'échine devant plus imposant que soit. Ils étaient tous irrespectueux et suicidaires.

Depuis longtemps, il était habitué aux lèches-bottes, aux gratteurs de prestance, c'était ainsi que fonctionnait la noblesse. L'adolescent s'était retenue d'en mettre une à la demoiselle, voulant reprendre son self contrôle, il avait pris donc à la place une grande respiration qui montrait son agacement. Déjà, il n'était pas petit, loin de là ! Dans tous les sens et significations du terme. Non, mais franchement, où cette fille allait chercher ça ? Prenant un ton professoral parlant à un attardé, Draco s'était atteler à la dure tâche d'expliquer pourquoi elle ne pouvait pas utiliser son prénom.

"- Nous ne sommes pas amis. Tu es Branstone ou mademoiselle Branstone et je suis Malfoy ou monsieur Malfoy. Aussi simple que ça. Ne va pas chercher un moyen de m'élever, c'est une simple marque de politesse. Mais bien évidemment, cela doit t'être inconnu, après tout, les moldus sont des barbares."

Le Serpentard ne comptait pas utiliser un simple mademoiselle avec elle, il en était hors de question, mais ça il n'allait pas le dire. D'ailleurs même avec les filles ou les garçons proches de lui, il n'utilisait pas de mademoiselle ou de monsieur. Sauf bien sûr quand il était en mode sang-pur, soit dans un gala ou une autre soirée mondaine importante. Mais avec tout ce qui se passait, cela faisait un bout de temps qu'il n'avait pas eu ce genre de fête, non pas que cela lui déplaisait, c'était vite ennuyant.

Draco avait facilement compris que Branstone ne portait pas Pucey dans son cœur. Il allait mener l'enquête à Serpentard pour en savoir plus de ce côté, cela pouvait être utile. Rectification, il allait envoyer un de ses sous-fifres le faire à sa place, parce que franchement, il avait autre chose à faire. La Poufsouffle ne comptait pas se laisser faire, le repoussant de ses mains comme lui il avait fait. Le Serpentard avait grimacé sans pouvoir s'en empêcher. Le geste n'avait pas été violent, par contre un de ses coudes avaient décidé de se marier avec le mur. Et bim, son bras était plein de fourmi. Draco avait relié sa main gauche à son coude, se massant doucement dans l'espoir de retrouver son bras en usage. Ce qui avait vite été réglé.

Le prince avait haussé un sourcil en regardant la petite Poufsouffle péter un câble. Draco n'avait pas de problème, quoi que si, il avait énormément de problème. Mais tout ça ne la regardait pas, il ne comptait pas répondre. Fermant ses lèvres, si bien qu'il n'y avait qu'une seule ligne. Il y avait tout un tas de raisons qu'il détestait les nés-moldus et les moldus. Il n'avait juste pas le temps de tout regrouper. Oui voilà. La raison la plus claire dans son esprit était que c'était un ordre de père. Il ne devait pas répondre, alors, l'adolescent avait secoué la tête en dénégation à propos des paroles de la demoiselle. Mais la réplique au sujet de Granger qui était meilleure que lui, avait eu raison de sa langue fourchue emprisonner.

"- Granger n'est pas meilleure que moi ! Elle fait les yeux doux aux professeurs !"

La position de Draco avait changé en voyant l'attitude bizarre de la née-moldue, il avait pris une posture méfiante. Elle faisait quoi au juste ? C'était quoi son plan ? C'était sûrement un quelconque piège pour lui faire avouer des choses, comme ce qu'il avait dit à Potter. Sauf dans ce cas-là, Potter y était pas vraiment pour quelque chose. Il avait croisé ses bras, fusillant du regard la blonde. Elle avait mis les pieds dans un problème. Il n'était pas obliger d'être comme son père ? Quelle ignorante !

"- La ferme Branstone. Je fais ce que je veux. Vous êtes tous pathétiques, pas l'un pour rattraper l'autre, vous avez tous cité la situation de Père comme si c'était la blague du siècle."

Draco avait volontairement ignoré les excuses de la jeune fille pour l'unique raison que c'était trop bizarre. C'était rare pour lui de recevoir des excuses pour ce genre de chose, tout comme c'était rare pour lui de s'excuser. Il avait dû mal à savoir comment réagir, il avait juste l'impression de recevoir de la pitié.

"- Et garde ta pitié pour toi."

Voilà, elle était prévenue à ce propos ! Un petit ricanement était sortis de sa bouche, se moquant ouvertement des choix que lui laissait la blonde. La torture ou la soumission n'étaient que des menaces en l'air, le Serpentard ne pouvait pas faire ce genre de chose volontairement sans être forcé. Dire ses quatre vérités ? Et puis quoi encore ! Comme il ne voulait pas laisser la jeune fille s'en tirer, en tout cas pas de façon clair, Draco avait opté pour une autre voie, celle du j'ai-autre-chose-à-faire. L'adolescent avait sortis d'une de ses poches une montre à gousset en argent dont le dos possédait l’emblème de sa famille. Il l'avait ouverte, montrant un bien drôle de cadran. Possédant pas moins de douze aiguilles, des planètes et aucun chiffre, nul doute que c'était un truc de sorcier, voir de sang-pur. Draco n'avait aucune difficulté pour lire l'heure, il avait fait une petite moue avant de prendre la parole.

"- J'ai d'autres choses à faire plus importantes que m'occuper de ton cas."

Il devait remettre son sortilège de glamour à son poignet, puis allait piquer de la nourriture aux cuisines et aller squatter la salle-sur-demande. Le Serpentard avait fermé sa montre à gousset dans un geste délicat, la rangeant soigneusement dans sa poche.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Jeu 27 Sep - 11:21

Vois comme le monde, le monde est beau.

Quand la colère vous prend, elle ne vous lâche jamais réellement. Elle vous envahit, chaque pore de votre peau se tend, une intense adrénaline circule dans votre sang, tous vos sens sont en éveil, parce que vous êtes prêts : vous êtes prêts à la laisser s’exprimer. Il grisant de la sentir en soi, on se sent invincible, ou plutôt, prêt à tout. Rien ne semble impossible sous l’emprise de la colère. Il n’y a pas de barrière. Et quiconque en avait peur jusque-là, craint désormais de la voir s’éteindre. Elle est une carapace, une expression sincère et intuitive. Sous le joug de la colère, il n’y a plus de faux semblants. Chaque mot, chaque geste, est une griffe que l’on taille pour que la douleur puisse en découler. La colère ne fait pas de quartier, elle est une protection contre les regrets, les remords et la culpabilité. Et elle la sentait vibrer en elle, outrepassant sa simple volonté. Elle avait pourtant essayé de la contenir, de la braver jusqu’à la faire taire, mais rien n’y faisait, elle rêvait de se voir imploser pour mieux déverser ce qu’elle refoulait depuis trop longtemps maintenant.

- Est barbare ce qui nous est étranger, ce qui ne semble pas convenir aux règles affirmées par notre culture. Tu veux te comparer aux moldus ? Allons-y. Comme les moldus, tu as peur de l’Inconnu, de ce que tu ne peux maîtriser. Comme les moldus, tu es arrogant, condescendant et l’humanité est, pour toi, un concept douteux. Comme les moldus, tu aimes asseoir ta suprématie, te sentir supérieur au reste pour les rendre esclaves et moins que rien. Comme les moldus, la violence et la torture sont des outils que tu sembles beaucoup apprécier. Comme les moldus, tu rêves d’annihiler ou de soumettre ce monde si différent du tien. Ils ont brûlé les sorciers et les sorcières, les sang-purs rêvent d’en faire autant. Alors dis-moi, petit Prince, es-tu si différent d’un moldu ?


Elle avait employé ce même ton rabaissant. Eléanor n’aimait pas plus les sorciers que les moldus. Après tout, ils étaient semblables, tristement semblables-mêmes. Seule la magie les séparait, en aucun cas les mentalités. Leurs deux pères étaient semblables en tout point, même si Drago l’ignorait. Eléanor-même ignorait à quel point elle avait raison.
Ainsi qu’elle s’y attendait, la comparaison à Granger visa juste. Touché. Un complexe d’infériorité donc ? Intéressant.

- Tu devrais mieux choisir tes amis, Malefoy. Tes deux gorilles ont la langue un peu trop pendue. Toute l’école sait ce qu’il s’est passé il y a trois ans. Alors garde tes excuses minables pour d’autres. Si ta réputation ne te précédait pas, on pourrait te croire jaloux. Mais ce serait te rabaisser au commun des mortels n’est-ce pas ?

La suite la fit froncer les sourcils. A nouveau, elle rêvait de lui balancer ses quatre vérités, de se défouler sur lui. Elle s’enfonça davantage les ongles dans ses paumes pour se contenir. Mais la tentation était forte.

- C’est toi qui dis ça ?! Non mais tu t’es regardé ? Qui cite la situation de la famille Weasley à tous les coins de couloir ? Qui cherche à rabaisser toute l’Ecole à son seul nom ? Le revers de la médaille est douloureux n’est-ce pas ? Bienvenue dans ton propre monde, Malefoy.

La Poufsouffle s’attendait à une plus grande confrontation. Sa colère s’atténua à la vue de l’étrange montre à gousset. Elle était jolie et la rendait bien curieuse. Toutefois elle n’en montra rien, et n’en dit rien non plus. Faire copain-copain avec le Prince des Serpentards ? C’était se mettre de la poudre aux yeux, se laisser berner par une idée particulièrement utopique. Eléanor roula cependant des yeux à son excuse. Alors ça se terminait comme ça ? Clairement quelque chose clochait chez lui. Toutefois, ce n’était pas elle qui s’en plaindrait. Elle remit son sac sur son épaule, épousseta ses habits et lança un dernier rictus.

- J’aurais pas su mieux dire.


Partir la première ? Pour donner la possibilité de l'attaquer une fois le dos tourné ? Même pas en rêve !


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Draco Malfoy
Elève
avatar

Localisation : Poudlard
Emploi/loisirs : Élève de 6ème année, mangemort, prince de Serpentard

MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Jeu 27 Sep - 23:14

Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beauLa jeune fille qui lui faisait face n'avait pas l'air d'apprécier sa façon de dire que les moldus étaient des barbares. Draco avait levé les yeux au ciel, seul la vérité pouvait blesser et il détenait la vérité, mais évidemment la Poufsouffle était fidèle à sa race de sang-de-bourbe. Là voilà qui partait dans de longues explications. Il n'avait pas besoin de se comparer avec les moldus pour savoir qu'il était bien plus important que ces vermisseaux de débiles incapables de voir la magie. La peur de l'inconnu s'était la vérité pour Draco, il n'aimait pas ne pas pouvoir tout maîtriser, mais ça il n'allait le lui dire. Il n'allait pas dire qu'elle tapait dans le mile avec lui. Mais les informations qu'elle donnait sur lui, c'était ce que tout le monde savait, ce n'était pas inédit. Elle ne savait pas plus ce que les racontars voulaient bien lui murmurer dans le creux de ses oreilles. Alors, il pouvait bien la laisser dire, rien ne pouvait l'atteindre. C'était ce qu'il était persuadé, mais l'entendre assurer qu'il appréciait la violence et la torture, l'avait plus atteint que ce qu'il voulait bien avouer. Il n'était pas Père, non, lui, il faisait semblant d'aimer ça, ce n'était qu'une protection. Une protection qui le protégeait d'une certaine façon, ainsi il rentrait dans le moule. Son visage pourtant froid n'avait rien montrer, mise à part un certain agacement.

"- J'aime la façon dont tu oublis de parler des nombreuses guerres de moldus. Si ça ce n'est pas barbare ? Ils se battent comme des sauvages pour montrer une religion plus importante qu'une autre, c'est tellement pathétique. Ce sont les premiers à mettre à mort celui qui est différent. Le monde des moldus est atteint de maladies mortelles, ils se tuent seuls avec leur inventions toxiques, l'écosystème se fait malmener à cause d'eux, ils n'ont aucun respect pour la nature, ils ont même fait disparaître des espèces entières et d'autres sont sur la même voie. Ils sont en train de détruire notre planète avec la pollution. Au cas où tu l'ignorais, un sang-pur à plus de chance de faire des crises d'asthme s'il est dans un endroit où l'air est si atteinte, sauf ceux qui sont habitué jeune à se mélanger avec les moldus. Et je ne te parle même pas des risques d'avoir leurs maladies."

Il avait beau ne pas aimer les moldus, de ne pas comprendre leur machine et leur façon de vivre, il n'était pas un ignorant pour ce qui concernait leur façon de se taper dessus pour une religion ou encore de tuer petit à petit la planète. Draco était un fervent défenseur des animaux et de la nature, ce qui s'était peut-être un peu trop entendu dans ses mots. Il aurait dû faire attention sur ce qu'il disait, mais surtout la façon dans sa voix s'était fait emporter, montrant son envie de défendre une cause qui n'était normalement pas la sienne. Il n'avait pas le droit de défendre les animaux, ça il le savait que trop bien. Il était un Malfoy et un Malfoy n'avait que faire avec ce genre de cause, mais cela avait été plus fort que lui. Encore heureux que Père ne pouvait pas l'entendre, qu'il n'était pas planquer derrière un tableau, prêt à surgir avec son regard qui disait punition.

La santé d'un sang-pur était sensible aux maladies des moldus, ça il l'avait très bien appris. Après, tout était une question de famille, certains arrivaient à ne rien chopper, ils en avaient de la chance. Pour Draco, ce n'était pas la même chose. Il savait par expérience qu'il risquait des crises d'asthmes, il avait la santé fragile de base donc c'était sûrement lié. Draco n'était pas asthmatique dans la vie de tous les jours et pourtant avec la pollution des moldus, il pouvait avoir dû mal à respirer.

Il n'y avait pas vraiment d'études sur ce qu'il avançait, mais la plupart des sang-purs y croyaient dure comme fer. Ce n'était pas saint pour leur santé de trop s'approcher des moldus. Et Père le lui avait suffisamment raconté par A plus B que sa santé pouvait vite dégringoler s'il s'approchait de l'environnement néfaste des moldus. Il ne comptait pas jouer avec la faucheuse, oh que non, il n'allait pas visiter le monde des moldus. Et même si cela n'était pas lié, Draco ne comptait pas faire l'expérience de son plein gré.

Granger était partout, jusqu'à même dans cette discussion, il la détestait de tout son cœur. Combien de fois avait-il eu des corrections à cause d'elle et de son tempérament de miss-je-sais-tout ? Beaucoup trop de fois. Branstone citait le fameux coup de poing qu'il avait reçu dans le nez de la part de Granger, cela avait été très humiliant comme événement. Humiliant, traumatisant et dévastateur. Père le lui avait fait suffisamment regretter qu'il n'avait pas grand hâte de s'en recevoir une de la part d'un sang-de-bourbe. Ses yeux étaient devenus noirs, fusillant allègrement la Poufsouffle. Draco avait claqué sa langue contre son palais d'un air furieux, lâchant sa langue de vipère sur la demoiselle.

"- Je ne suis pas jaloux, je suis bien plus supérieur qu'elle. C'était un coup de chance, qu'elle a eu."

Elle ne semblait pas aimer d'être traité de pathétique au sujet du lynchage que Draco avait eu le droit. Le Serpentard avait croisé les bras, la tête haute, un sourire condescendant sur les lèvres. Ce n'était pas la même chose, lui, il avait le droit de le faire. Après tout, ces débiles mentales étaient habitué de ses piques, surtout la famille Weasley. Cela faisait partis du quotidien de le voir prendre l'école pour sa propre demeure, de voir les autres comme des invités. C'était un quotidien que tout le monde avait vite finit par prendre ça pour normal. La situation familiale actuelle du blond était une nouveauté, cela mettait un coup à son image. Cela ne faisait pas partis du quotidien.

"- Tu es trop stupide pour comprendre."

Du coin de l'œil, Draco avait bien vu le regard curieux de la Poufsouffle sur sa montre à gousset. Après tout c'était un objet sorcier, cela devait bien lui être inconnu. Mais ce n'était pas le Serpentard qui allait lui apprendre quoi que ce soit à ce sujet. Elle pouvait bien se brosser pour avoir un lumos sur la situation. La Poufsouffle était d'accord pour en rester là, elle aussi avait des choses à faire. Le souci était que si la demoiselle ne partait pas en premier, le blondinet ne comptait pas non plus partir en premier. Chacun se méfiait de l'autre, voilà une situation cocasse, ils étaient tout les deux bloquer. C'était au premier qui allait avoir le courage de tourner le dos à l'autre. Et Draco n'était pas sûr de pourvoir faire le premier pas.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Ven 28 Sep - 10:53

Vois comme le monde, le monde est beau.

Pour quelqu’un qui abhorrait autant les moldus, le petit Prince en savait des choses sur eux. C’était surprenant, si on faisait exception de l’ethnocentrisme persistant. Que ne fallait-il pas entendre comme stupidité…

- Oh vraiment ? Tu vas de cliché en cliché sans regarder ton propre nombril. Tu t’enfonces dans la bêtise Malefoy. Parce que tu as la mémoire bien courte. Dis-moi, ce n’est pas ton ancien elfe de maison qui travaille dans les cuisines ? Ce n’est pas ta famille qui rêve de mettre en esclavage les créatures magiques ? Les guerres contre les géants, les gobelins, les invectives contre les centaures, les loups-garous, tous ceux qui ne vous ressemblent pas. Ta famille en rejoignant les rangs du Seigneur des Ténèbres a signé pour tout ça. Tous ces morts, toute cette désolation, et toi et moi nous savons que ce n’est qu’un début. Cette guerre dehors, elle n’est pas moldue mais bel et bien sorcière. Et tu oses prétendre que les moldus sont des parasites ? Si la magie avait pour vocation la paix, aider nos prochains, ces hommes qui se débrouillent par leur propre moyen, alors ta jolie petite planète, Malefoy, s’en porterait bien mieux.

Elle leva les bras au ciel. Son ébahissement était palpable derrière ses dents. Elle fulminait. Les bras lui retombèrent pour reprendre avec plus de hargne que précédemment.

- Tu es consternant, Drago Malefoy, et tu cherches à te faire passer pour un saint alors que ton esprit est tellement étriqué. Tu ne sais que ce qu’on veut bien te raconter d’eux. Les moldus ne sont pas des enfants de cœur, au même titre que les sorciers. Apprends que la religion n’est qu’une affaire d’interprétation et qu’elle n’est pas plus risible que l’idéologie des sang-pur. Comment peux-tu défendre pareilles âneries quand toute cette guerre dépend d’une soif de pouvoir. Tuer un gamin âgé d’une seule et unique année pour obtenir la gloire ? Tu trouves que ce n’est pas barbare toi ? Tu devrais sortir un peu de chez toi, Malefoy et observer le monde qui t’entoure. Là alors, nous pourrons débattre. Jusque-là, garde ton poison pour tes sous-fifres.

Sa poitrine se soulevait rapidement. Le cœur de la jeune Branstone cognait fort. Tant de cruauté, d’égocentrisme et de mensonges la mettaient hors d’elle-même. C’était pour contrecarrer de tels propos, de telles injustices, qu’elle rêvait de gagner les bancs du Magenmagot plus tard. A travers la bouche sournoise de Drago, elle avait l’impression d’entendre Rosier et ses condamnations grotesques des moldus. Mais les sorciers n’étaient pas en reste et elle le savait. Des hommes, tous n’étaient que des hommes avec des desseins similaires et une arrogance qui la dépassait entièrement. Sur l’instant, elle l’aurait bien réduit en charpie. Au lieu de ça, elle pria pour qu’un jour quelqu’un le prive de magie, alors peut-être qu’il comprendrait qu’ils n’étaient pas tous logés à la même enseigne. Pour le moment, tout n’était qu’une conversation de sourd, laquelle la fatiguait particulièrement.

- Tu devrais partir Malefoy, avant que je ne commette un acte regrettable.

Elle inspirait profondément pour se contenir alors que son regard se faisait tout sauf amical.

- Tu aimerais bien que je le sois. Mais je le reconnais, je ne te comprends pas, et je n’en ai même plus l’envie. Tu es inintéressant et tes paroles n’ont pour simple vocation que de blâmer les autres. Tu as raison, Malefoy, nous n’évoluons pas dans la même cour. Et c’est franchement dommage. Maintenant va-t-en.

Un bruit sonore se fit alors entendre, comme quelqu’un renversant les chaises, les tables. Le capharnaüm produit était familier et déjà on percevait le beuglement qui s’ensuivait toujours. Rusard hurlait. Miss-Teigne devait sûrement se trouver sur ses talons. Il ne valait mieux pas se trouver là. Eléanor jeta un regard à un Malefoy encore immobile et soupira.

- Tu veux peut-être tirer à la courte paille ?

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Draco Malfoy
Elève
avatar

Localisation : Poudlard
Emploi/loisirs : Élève de 6ème année, mangemort, prince de Serpentard

MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Dim 30 Sep - 1:43

Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beauLe visage froid de Draco s'était un peu plus fermé, il n'aimait pas ce que disait la Poufsouffle. Ses lèvres s'étaient serré un peu plus l'une à l'autre, ne formant plus qu'un seul trait fin. Il ne s'enfonçait pas dans la bêtise, il détenait juste la pure vérité, mais ça, elle ne semblait pas vouloir le croire. Après tout, ce n'était qu'une sang-de-bourbe, cela devait l'atteindre. Ce n'était pas de sa faute, si ce genre de personnes étaient dénué d'intelligence. Pourquoi perdre son si précieux temps avec la demoiselle ? L'absurdité qui sortait de la bouche de la Poufsouffle lui donnait envie de rire, elle ne comprenait rien à rien. Ce simple fait était tout de même agaçant. Avait-il parler des créatures magiques ? Non, il ne fallait pas confondre, dans ce genre de cas, les combats étaient logiques. Les espèces étaient différentes, pas sur la même longueur d'onde. Mais pour les moldus ? Ils étaient tous humains, où était la logique dans leur bizarrerie de vouloir se battre juste pour un quelconque Dieu ? Pour ce qui était de la guerre des sorciers contre les moldus, ce n'était pas, encore une fois, la même chose.

Elle supposait, à juste titre, que la famille Malfoy avait rejoint le seigneur des ténèbres. Le blondinet lui avait jeté un regard des plus noirs. Si elle savait où était, soit disant, son camp, comment pouvait-elle lui tenir tête de la sorte ? Gardant sa langue fourchue dans sa bouche, il avait croisé les bras d'un air ennuyé. Cette conversation ne servait à rien. Autant vite en finir, mais évidemment, la demoiselle l'avait un peu trop énervé pour qu'il ne puisse se taire plus longtemps. Alors quand son discours sur le fait que c'était des âneries de croire à la suprématie des sang-purs s'était arrêté, le blondinet avait claqué de la langue d'un air agacé.

"- Ce ne sont pas des âneries ! Seuls les sang-purs sont l'avenir du monde de la magie !"

Il était persuadé de ce qu'il disait, comment ne pas l'être ? La devise de sa famille penchait sur ce simple fait, depuis toujours père avait fait en sorte que cela ne s'échappe pas de son esprit. Une de ses chaînes, enrouler autour de son cou, était cette simple devise qui voulait tout dire. Mais qui détenait la clef, qui allait être suffisamment courageux pour décrocher cette chaîne, surtout qu'il fallait affronter le dragon toute griffe dehors qui saignait de multiples blessures. Jusqu'ici, personne n'avait essayé de faire quoi que ce soit, se contentant d'ignorer les pleurs silencieux du dragon tapis dans l'ombre, des pleurs qui se transformaient en insultes.

La douce menace que la demoiselle lui avait lancé l'avait fait ricaner, se moquant ouvertement d'elle pour lui montrer qu'il ne la prenait pas au sérieux. Intérieurement, la sonnette d'alarme venait de se déclencher, il devait foutre le camp, tout ça n'annonçait rien de bon, il en était persuadé. Il allait morfler. Il voulait fuir la conversation. Trop tard, des mots tranchants comme un poignard lui avait atteint le cœur. La Poufsouffle avait voulu le comprendre ? Il était inintéressant ? Draco ne comprenait pas ce qui se passait, alors de son esprit, il avait balayé les paroles pour les jeter par-dessus son épaules, réduisant cela comme étant un piège. Le dragon récoltait une nouvelle blessure qu'il n'allait pas guérir.

"- Je ne vais pas t'obéir. Et sache, Branstone, que je connais un chien qui serait prêt à dévorer tes proche moldus. Familles comme amis. Garde ça en tête."

Draco avait regardé la demoiselle avec des yeux menaçant. Bon, ses menaces étaient faites en l'air, il ne comptait pas les appliquer parce que cela consistait d'approcher le monstre qu'était Greyback et il en avait trop les chocottes pour lui donner des ordres sans paniquer. Brr et dire qu'il allait devoir le revoir en décembre. Oh la poisse ! Et puis, il n'était pas un tueur, pas encore. Le gamin était bien paumé avec la proposition de Branstone, c'était un truc de moldu ça ou un truc du bas peuple, ou alors un mélange subtil des deux. Il ne saurait trop quoi dire. Parce qu'il ne voulait pas passé pour un crétin d'inculte, l'adolescent avait donné un coup d'épaule à la demoiselle, murmurant quelques mots.

"- Garde ta compréhension pour toi, c'est trop tard de toute façon, je suis déjà condamné."

Si la demoiselle serait venu des années plus tôt, les choses auraient été différentes. Draco allait une nouvelle fois se torturer l'esprit en remodelant ses souvenirs avec des Si. Il s'était mit à se diriger vers le fond du couloir. Il avait glissé sa main dans sa poche interne, sur sa baguette, prêt en cas d'attaque à lancer un simple protego.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Branstone
Elève
avatar


MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   Mer 3 Oct - 15:22

Vois comme le monde, le monde est beau.

Depuis l’épisode du Département des mystères, lequel avait fait grand bruit, certains mangemorts avaient gagné en réputation. Bellatrix Lestrange avait repris du service et Papa Malefoy se trouvait derrière les barreaux, dans une froide cellule d’Azkaban. Innocents la famille Malefoy ? Sûrement pas. Pensait-elle que Drago faisait partie du même camp ? Elle n’en savait fichtre rien. Elle espérait que non, bien entendu, sans en avoir la certitude. Par ailleurs, Eléanor ne comptait absolument pas se soumettre, fils de mangemort ou non. Personne ne courberait l’échine durant cette guerre et sûrement pas elle. C’était en désaccord total avec ses projets d’avenir. Enfin, et c’était peut-être là sa première motivation, elle tentait de faire entendre raison à Malefoy. Lui faire comprendre par A + B qu’il avait tort et que tout ce qu’on avait pu lui enseigner n’était que mensonge. Malheureusement, force était de constater que le Serpentard était aussi borné qu’un strangulot et aussi dénué de cervelle. Tant pis…

L’évocation de Greyback eut don de la faire pâlir. Elle connaissait les légendes associées à son nom, les histoires que certains Poufsouffles se plaisaient à raconter le soir d’Halloween. L’idée de voir le loup-garou lâché sur le monde moldu ou encore sur son père la rendait malade. Ses yeux se plissèrent, noirâtres et elle cracha avec véhémence, un rictus froid aux lèvres.

- Encore une fois, ta stupidité ne fait aucun doute. Mais tu as raison, appelle-le « chien » puisque tu penses en avoir le pouvoir. A croire qu’insulter les créatures magiques une première fois ne t’a pas suffi. Qui te dit que tu ne perdras pas plus la fois prochaine, Malefoy ? Garde ça en tête, les laisses ne sont souvent pas aussi efficaces qu’on ne le pense.

Les dernières paroles du Serpentard la laissèrent tout sauf interdite. C’était quoi ces inepties ? Lui « condamné » ? Qu’avait-il donc voulu lui dire par là ? Et si finalement sa naïveté n’avait pas tout à fait tort ?

- C’est ta bêtise qui est condamnable, Malefoy, pas ton futur! lui cria-t-elle avant de jeter un regard paniqué vers l’autre bout du couloir.

Rusard n’allait pas tarder à apparaître. Alors, elle s’engouffra dans le couloir en face d’elle, priant pour que Miss Teigne ne soit pas plus rapide. Peeves avait, au moins, eu le privilège de la libérer de cette discussion étrange et peu commode…

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
You may say i'm a dreamer. But i'm not the only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Drago] Les blonds présentent : Vois comme le monde, le monde est beau.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et quand je regarde dans tes yeux, je me vois comme dans l'eau d'une source... // Pv : Ecume d'Obsidienne
» vois comme un homme peut souffrir d'amour
» Et dans tes gestes, tes regards, tes parôles, je me vois, comme j'étais. Stormkit & Ashwood
» Colombe ; « vois comme le monde, le monde est beau. »
» Vois-tu comme tu es folle. Les autres le voient, eux. [Avec Promise♥]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Snare :: Poudlard :: Intérieur :: Hall, toilettes, couloirs et autres-
Sauter vers: