Harry Potter RPG
 

Partagez | 
 

 [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.

Aller en bas 
AuteurMessage
William Lamb
Moldu
avatar

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

MessageSujet: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Dim 19 Aoû - 18:51

SOS d'un moldu en détresse.
La brume. Ce sentiment d’être dans un vaste nuage, gris, presque opaque. Les pensées s’emmêlaient, mais elles étaient si lointaines qu’il était impossible de les mettre en ordre, encore moins de les entendre. La tête lui brûlait. Le feu semblait s’être propagé dans tout son corps. Chaque membre lui était douloureux, comme étiré de toute part. Où était-il ? Il ne semblait plus avoir aucun souvenir. Le vide était profond sous ses pieds. Était-il déjà tombé ? Si fort peut-être qu’il en avait tout oublié. Sous ses mains, un drap un peu rêche. Sous sa tête, des oreillers trop plats à son goût. Et ce lit, tout juste passable, mais suffisant pour prendre le temps de comprendre, de réfléchir. Il apparaissait évidemment qu’il n’était pas chez lui. Quant à cette odeur, d’où venait-elle ? Cela puait le médicament, la mort, le sang, l’antiseptique … l’hôpital. Pour quelle foutue raison se trouvait-il à l’hosto ? Mais il restait une odeur. Un délicat parfum de rose flottait dans ce qu’il pensait être une chambre. « Délicat », peut-être pas le mot adéquat. Cette effluve était plus forte que délicate, c’était comme s’il avait plongé son nez dans l’essence même de la fleur. Plus il la sentait, plus elle lui devenait insupportable. Comment une rose pouvait-elle humer si fort ? Ou alors le bouquet devait être énorme, l’équivalent d’une centaine probablement.

Il fronça les sourcils et chercha à bouger. Il percevait des rires d’enfants ou alors était-ce un effet de son imagination. Ils lui paraissaient lointain et pourtant pleinement perceptibles. Lentement, il porta la main à sa tête et grimaça de douleur. Quelque chose cognait vigoureusement. Il n’était pourtant pas migraineux de nature. Ce qui n’expliquait toujours pas sa présence en ces lieux. Sûrement était-il temps d’ouvrir les yeux, ce qu’il fit. Après s’être adapté à la luminosité de la pièce, il remarqua deux choses : la première qu’il était seul, la seconde qu’il n’y avait qu’une seule et unique rose posée sur sa table de chevet. Un nœud noir était enroulé autour de la tige. Il savait d’où elle venait, et s’étonna même de ne pas La voir à son chevet. Ce dont il ne se plaignit pas, bien au contraire. Il avait besoin d’espace pour remettre ses idées en place. Tant bien que mal, il chercha à se redresser d’abord. C’était franchement désagréable. Par chance, il trouva près de la rose, un verre d’eau et une cruche, qu’il vida de tout son contenu, assoiffé.

Au pied de son lit, il remarqua enfin un petit cheval à bascule, taillé dans le bois. Son père avait dû le déposer là, sur la petite table, pour qu’il veille sur son état. Touchant. Mais il avait beau chercher, il n’y avait aucun indice sur ce qu’il venait de … subir ? Ne restait que son corps. Avait-il vraiment envie de le découvrir ? Pas vraiment. Seulement personne ne semblait se précipiter à son chevet pour l’informer. Fermant un œil, il prit son courage à deux mains et souleva le drap pour … constater de nombreux bandages ainsi que de larges pansements. Enfin c’était sans compter ceux qui entouraient sa taille et qui lui donnaient la désagréable impression de l’oppresser.

- Super, marmonna-t-il, où est cette fichue sonnerie ?!

Parce qu’il devait bien y avoir un bouton, non ? Quelque chose pour appeler un médecin ou une infirmière ? Il s’était déjà retrouvé aux urgences, plus d’une fois même. Mais jamais dans « ces  circonstances-là ». Pendant un court instant, il se surprit à espérer qu’Amélia passe le seuil de la porte. A coup sûr elle aurait eu les pièces manquantes et son sourire aurait illuminé la chambre jusqu’à lui faire oublier sa déconvenue. Sauf qu’Amélia était partie et qu’elle ne reviendrait pas, et cette fois, il ne poserait pas l’éternelle question du « Pourquoi ». Alors il redoubla d’efforts pour trouver de quoi sonner l’infanterie. Vainement. Aux grands maux les grands remèdes …

- INFIRMIERE !
hurla-t-il finalement. INFIRMIERE ! EST-CE QUE QUELQU’UN POURRAIT ME DIRE CE QUE JE FOUS ICI, BORDEL ?
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Vaughn
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Magicien

MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Mar 21 Aoû - 15:16

image

SOS d'un moldu en détresse.


*Quelques heures plus tôt, vêtu de sa plus belle tenue retro et coiffé de son plus impressionnant haut de forme - celui avec un large double fond - Samuel s'était faufilé dans l’hôpital St Thomas. Dans le hall, il avait soulevé son chapeau et en avait sorti une unique rose en papier dont il avait fait don aux standardistes en guise de salutation, s'engouffrant ensuite seul dans le dédale des couloirs. Il fallait dire que le moldu était plutôt familier des lieux depuis cette soirée où, prit à partie par une bande de jeunes ivrogne soucieux d'en découdre, il avait terminé sa nuit sur un brancard, soigné par une jolie infirmière qu'il avait revu par la suite loin des points de sutures et autres compresses. Depuis ce jour, d'abord pour la fille, par plaisir ensuite, il avait pris l'habitude de consacrer une après-midi par mois pour apporter un peu de gaieté et de légèreté à des enfants manquant cruellement de rêves.

Pendant 1h30, des rires et des cris de joies avaient inondé la petite pièce qu'on mettait à sa disposition pour son spectacle, submergeant tout l'étage d'une liesse enfantine qui se faisait trop rare. Il avait ensuite passé une heure de plus à présenter des tours de close-up au chevet de ceux qui n'avaient pas pu se rendre au spectacle ou qui n'auraient plus jamais l'occasion d'assister à un tour de magie. Malgré la tristesse qu'il aurait pu en éprouver, c'est dépouillé de deux lapins en peluche, mais le cœur débordant d'affection et plus riche de 18 bisous qu'il prit congé de ce qui demeurait son meilleur public.

Un 16h30 avertissant de l'heure du goûter, son après-midi aurait pu s'arrêter là. Il aurait alors rejoint ses pénates non sans faire un détour par le magasin à 1£ pour refaire son stock de peluche à grandes oreilles, si un célibat persistant depuis un bon deux mois maintenant ne lui avait pas donné l'envie de prendre un léger détour, des fois que son infirmière soit dans les parages et accepte de donner une 3ème chance à leur couple. Hélas pour le magicien, en lieu et place d'une jolie paire de fesses moulée dans une blouse, il n'eut droit qu'au regard réprobateur de « Marie la rabat-joie », sa meilleure amie et de cris dignes d'une beuglante sorcière. Le bout de couloir des urgences était désert, tous appelés pour un carambolage (il y en avait de plus en plus depuis quelques temps), seul la tête de Sam apparu dans l'embrasure de la porte du criard.*

Pas si fort ! Vous allez réveiller un mort !

*Il jeta un coup d’œil en arrière pour vérifier que même Marie avait dû décamper, il était hélas bel et bien seul.*

Prenez votre mal en patience, elles devraient revenir dans quelques minutes... Ce sont de vilaines plaie que vous avez là.

*Dit-il avec curiosité. Vilaines, surtout étranges, or le magicien traquait l'insolite avec acharnement depuis quelques temps déjà.*
Feat Samuel & William

_________________

Il faut croire à la magie lorsque le monde ne cesse d'empirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
avatar

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Mer 22 Aoû - 10:44

SOS d'un moldu en détresse.
Tandis qu’il beuglait à tout va, priant qu’enfin quelqu’un daigne l’entendre, il tenta de soulever l’un de ses énormes pansements. Il en avait horreur, probablement dû à son enfance. Les pansements avaient été monnaie courante, et il ne les avait jamais supportés. Cela lui procurait une sensation désagréable sur la peau. Alors, Will cherchait toujours à les retirer. Cette douleur lui était donc devenue familière avec le temps, sauf que celle-ci était particulièrement insoutenable. Sa peau semblait venir avec. Il serra les dents et en découvrit une petite partie, suffisante pour découvrir le mauvais état dans lequel il se trouvait. La plaie était fort vilaine et formait une griffure de quatre profondes entailles. Si elle ne paraissait pas infectée, la blessure donnait l’impression d’être encore enflammée. Que lui était-il donc arrivé ? A l’en croire ses autres pansements et bandages, elle n’était pas l’unique. Mais il n’eut guère le temps de s’attarder : un visiteur, venu d’ailleurs, répondait enfin à son appel de détresse. Quelle ne fut pas alors sa déconvenue quand il reconnut le chapeau haut-de-forme : ce type-là, il l’avait déjà croisé quelque part.

- Mes condoléances, s’empressa-t-il de dire bêtement.

Lui-même en fut surpris. Il prit alors conscience que sa plaie était encore à l’air libre, pire, visible à l’étranger. Aussitôt, il rabattit son pansement non sans un certain râle de douleur.

- Si quelqu’un pouvait me dire d’où elles viennent et ce que je fais ici, on serait déjà bien avancé. Les enfants, c’est vous qui les faisiez rire n’est-ce pas ? Je ne les ai pas imaginés ?

Ainsi donc les infirmières étaient parties. C’était bien sa veine ! William n’aimait pas ne pas savoir, c’était un sentiment désagréable qui le rendait particulièrement grognon, sans parler de l’odeur de la rose qui commençait réellement à lui taper sur le crâne. Il la prit, la contempla sans trop la voir, ses yeux rivés sur le nœud noir. Quelques souvenirs antérieurs à la scène de la forêt lui revinrent, l’agaçant davantage et il les stoppa nets, pour tendre la fleur au visiteur.

- Cela vous ennuierait de m’en débarrasser ? Cette fleur mérite d’être appréciée par quelqu’un d’autre que moi.


Ce qui était d’autant plus une excuse pour faire apparaître le corps entier du visiteur. Il était somme toute pas très agréable de n’en voir que la tête, en tout bien toute honneur, bien sûr. Maintenant qu’il était bloqué ici, qu’avait-il donc à perdre à discuter un peu ? Le temps des réflexions viendrait suffisamment tôt pour qu’il le repousse encore, au moins jusqu’à l’apaisement de sa migraine actuelle.

- Je crois que je vous connais. Mon ancienne petite amie (la réalité de ces termes lui procura un pincement au cœur) aimait particulièrement vos spectacles de rue. Elle vous trouvait … Quel était le mot déjà ? … Ah oui ! Magique !

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Vaughn
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Magicien

MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Mer 22 Aoû - 18:18

image

SOS d'un moldu en détresse.


*Samuel trouva la réplique de très mauvais gout en cet endroit, mais il te l'excusa facilement, se doutant que tu ne devais pas être tout à fait toi-même avec les médicaments. Même les enfants devenaient parfois grossiers sous morphine, il en avait vu plus d'un faire venir les larmes aux yeux de leurs parents. Puisque tu l'y invitais et que sa curiosité était éveillée, il pénétra dans la chambre. Il déposa sa malle de magie juste à côté de la porte de sorte qu'elle ne gêne pas les allées-venues et y coinça également sa canne.*

C'est bien moi.

*Il souleva son chapeau et se pencha pour effectuer une révérence théâtrale. Quand il se redressa, son haut de forme était devenu un bibi en dentelle d'une couleur criarde digne de se trouver une place sur la chevelure moutonnée de leur reine. Il se redressa et jeta le chapeau qui atterrit pile sur sa cane, tu étais un peu grand et pas vraiment en état pour la suite du numéro.*

Vous nous avez entendu jusque ici ? Mince, c'est que j'ai été vraiment bon ! Le service de pédiatrie se trouve au 1er étage, juste au-dessus.

*Il s'écarta alors pour se planter pile au pied de ton lit et souleva la feuille des soins qui était accrochée au montant. Depuis 2 ans qu'il venait ici, Sam en avait appris des choses, comme lorsque les enfants lui demandaient d'améliorer leurs constantes pour qu'ils puissent échapper au traitement du soir ou mieux, rentrer à la maison.*

La cause n'est pas clairement établie, apparemment les médecins ne savent pas exactement ce qui vous a causé ces plaies. Ils doivent attendre autant vos réponses que vous les leurs. Il est écrit qu'ils soupçonnent une attaque au couteau de boucher ou...

*Il arqua un sourcil interrogatif*

Vous élevez des fauves ?

*Il reposa la plaquette et la troqua contre la rose. Si son infirmière n'était pas là, peut-être pourrait-il tenter sa chance avec une autre.*
Feat Samuel & William
[/quote]

_________________

Il faut croire à la magie lorsque le monde ne cesse d'empirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
avatar

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Mer 22 Aoû - 21:49

SOS d'un moldu en détresse.
Après réflexion, peut-être aurait-il dû s’en abstenir. D’une part parce que le magicien lui rappelait l’euphorie de son ex dès qu’elle observait ses tours, d’autre part parce qu’il se sentait totalement imperméable à cette magie crapuleuse. Mais là encore, une bonne part de son humeur jouait dans son jugement. William n’avait strictement rien contre le magicien, si ce n’était ce sourire agaçant qui ne l’aidait absolument pas à aller mieux. Le grand blessé se pinça l’arête du nez, plus pour se tenir éveillé et se contrôler, que par impolitesse quand brusquement, la réponse du magicien lui fit lever le nez au plafond. Il était aussi surpris que l’homme à côté de lui mais pour des raisons différentes. Toutefois, il n’osa aller jusqu’à le contredire. Ce gars avait un certain mérite après tout.

- Les enfants doivent vous adorer
, finit-il par commenter.

Mais le premier étage tout de même… Il avait dû beugler pour être entendu ! Cela manquait de logique, et y penser ne faisait qu’accentuer sa migraine. Le coup avait dû être suffisamment fort pour avoir déréglé ses sens, voilà tout. Tout reviendrait à la normale une fois les choses mises au clair et le repos pris.
William ne vit que trop tard l’intrusion du magicien dans sa vie privée. Il trouvait cela franchement irrespectueux et irritant. Sauf qu’il était le seul à avoir répondu à ses complaintes. Alors il attendit sa sentence, le regard rivé sur son faux-médecin.

- Une attaque au couteau ?

Il ne put s’empêcher d’éclater d’un rire nerveux. Tout le monde nageait en plein délire. A quoi l’avaient-ils donc shooté ?

- Des fauves ? Non, je n’élève aucun fauve, Monsieur … C’est quoi votre nom de scène déjà ?


Des fauves… Et quoi d’autre encore ? Les médecins étaient-ils donc si incompétents ? Et pourquoi Scotland Yard n’était pas à son chevet pour l’interroger s’ils soupçonnaient une quelconque attaque ? D’ailleurs où se trouvait Edan ? Qu’on ne lui fasse pas croire qu’il n’avait pas été prévenu !

- Je crois que c’est l’œuvre d’une bête sauvage.

C’était l’explication la plus tangible et celle qui lui était venue la plus spontanément, aussi fou cela pouvait-il semblait. Les souvenirs étaient encore terriblement flous dans sa tête, comme si sa mémoire l’avait soudainement lâchée. Un traumatisme crânien peut-être ? Qu’en savait-il…

- Est-ce qu’il y a une date sur cette fichue feuille ou là aussi il y a un gros point d’interrogation ? Je me souviens de rien, comment suis-je censé leur répondre et leur expliquer mes blessures ? Vous m’aidez à me mettre debout ? Je sais pas pourquoi, j’ai comme le sentiment que je vais me rétamer si j’essaie seul.


La poisse probablement. Un peu plus ou un peu moins de toute façon. De larges entailles, des côtes sûrement brisées au vu des bandages entourant son torse, qu’avait-il d’autre ? Retirant complètement le drap d’un coup sec, il se mit en position assise et aperçut l’atèle autour de sa cheville droite.

- De mieux en mieux. Inutile de demander, je ne sais pas d’où ça vient.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Vaughn
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Magicien

MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Mer 22 Aoû - 23:15

image

SOS d'un moldu en détresse.

Les enfants adorent tout ce qui peut leur faire oublier cet endroit.

*Et ils ne sont pas aussi grincheux que toi, pensa-t-il. Il plaignit mentalement les infirmières qui outre devoir soigner "ça", allait devoir supporter ta mauvaise humeur. Leur travail était déjà bien assez difficile sans devoir en rajouter avec la mauvaise volonté de certains patients. Quant à la plupart de tes questions, comment pourrait-il en avoir la moindre idée ? Il n'était ni chirurgien, ni journaliste, ni inspecteur, mais armé de sa curiosité, il était à présent presque aussi avide que toi d'en trouver les réponses. Ça sentait le surnaturel à plein nez... et la rose.*

C'est à cause de votre petite copine que vous n'aimez plus les fleurs ?

*Il tira la chaise des visiteurs et, que tu le veuilles ou non, s'installa près de toi.*

Sur scène ou à la ville, on m'appelle Samuel ou Sam pour les intimes. Le contre-rendu fait état de lacérations et je ne suis pas policier, mais j'imagine qu'ils doivent penser que vu votre état, vous n'êtes pas près de fuir. Vous n'avez pas un ennemi ? Quelqu'un qui pourrait vous en vouloir ? Ou quelque chose qui se serait passé disons... d'inhabituel ?

*Il croisa ses mains sur ses genoux, il n'avait pas l'intention de t'aider à te lever, il y avait 3 chances sur 4 que tu tombes dans les vapes vu ton état, et il n'avait pas franchement très envie de se retrouver avec toi, puant la bétadine, dans ses bras.*

Vous devriez vous mettre assis pour commencer, se sera déjà bien.

*Et histoire de t'y inciter en douceur, il te versa un demi verre d'eau qu'il te fourra dans les mains.*

D'une bête sauvage, à Londres ? À part au zoo de Regent's Park, je ne vois pas comment vous auriez pu être attaqué par une bête sauvage qui se serait ensuite envolé. J'ai déjà du mal à faire disparaître une colombe, alors imaginez un lion...

*Il te regardait avec avidité, est-ce que les sorciers pouvaient aussi se transformer en bête pour attaquer ? L'idée lui semblait aussi attirante qu'effrayante, car bien sûr, s'il croyait en l'existence de la magie, il était beaucoup moins sensibles aux légendes sur les loups-garous, vampires et autres harpies. Toujours dans l'espoir que tu ais quelque chose à lui donner, il se tendit pour attraper la plaquette et te la tendre, que tu puisses la lire toi-même.*

Feat Samuel & William

_________________

Il faut croire à la magie lorsque le monde ne cesse d'empirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
avatar

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Lun 27 Aoû - 16:32

SOS d'un moldu en détresse.
Comment leur en vouloir ? Cet endroit foutait la chair de poule. Quelque chose de désagréable planait dans l’air. A moins qu’une fois de plus, cela ne fut dû à la rose. A la question du magicien, Will lui décocha un regard légèrement vide. La question était cruellement indiscrète. Penser à Amélia n’allait sûrement pas améliorer son humeur, loin de là. Pour autant, il prit la question au sérieux. Vrai que les fleurs ne lui avaient jamais posé de problème auparavant. Au contraire, il en avait beaucoup offertes, à Amélia comme à Lara. Aussi était-il incapable de formuler une réponse suffisamment claire puisque lui-même n’en avait aucune fichue idée.

- Je trouve que celle-ci a une odeur particulièrement désagréable. On ne peut pas dire que je sois très sensible aux fleurs ou à leurs effluves, mais celles-ci sont pesantes, non ? Vous n’êtes pas incommodé ?

Peut-être couvait-il une allergie à la rose, ou alors était-ce le visage de Lara qu’il projetait sur elle. Mais son attention fut, à nouveau, très vite détournée par les questions du magicien. Finalement, il l’aurait son interrogatoire. De quoi s’échauffer avant l’arrivée d’Edan si celui-ci se décidait à pointer le bout de son nez.

- Non, rien de tout ça. Y a deux semaines, il y a bien eu cette bagarre dans un de ces pubs dont je ne me souviens même plus du nom, mais rien de bien sérieux. Vous savez, on vous cogne, vous cognez en retour, jusqu’à ce que les deux finissent la gueule en sang ou totalement éclatée sur le sol. Mais ce ne sont que des histoires sans lendemain. La chose serait beaucoup moins intéressante si une simple bagarre entraînait un tel … acharnement ?


Parce que la chose avait réellement dû s’acharner sur lui. Plus il y pensait, plus la piste de l’ennemi ne lui plaisait pas. Quelque chose d’inhabituelle ? Pas vraiment. Il sortait d’une rupture, une dernière ballade au clair de lune et puis plus rien. Etait-ce Lara qui l’avait amené ici ?

- A part qu’il est rare de pouvoir observer la pleine lune en raison de cette purée de pois permanente ? Non rien d’inhabituel.

Une fois assis, il ingurgita le verre et décida d’obtempérer. Après tout, il aurait été idiot de prétendre que ses idées étaient claires. Même si delà à imaginer un lion… Il n’était pas bête non plus ! Quoi que l’idée du lion était cent fois plus plaisante que l’idée d’une quelconque créature mystique. William n’y viendrait pas avant un bon moment, c’était certain. Seule la prochaine pleine lune pourrait lui révéler le fin mot de l’histoire. En attendant, ses yeux observaient la plaquette. Quatre jours qu’il était là. Le picotement de sa joue contre sa main l’informa qu’effectivement, il avait dormi assez longtemps ! Un long soupir franchit ses lèvres et le blessé se massa la nuque de fatigue.

- Vous avez tout de même l’air plus enchanté que moi sur la question, Samuel. Je ne sais pas ce qui vous rend si joyeux, mais ça ne doit pas être dû à cette rose. Ou alors mes intentions n’étaient pas claires. Et dans ce cas, mon vieux, vous vous trompez lourdement.



Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Vaughn
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Magicien

MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Mar 28 Aoû - 14:13

image

SOS d'un moldu en détresse.

*Samuel fronça des sourcils suspicieux sur la rose qu'il tenait toujours du bout de la tige entre son index et son pouce. Il la redressa et la porta jusque sous son nez, son parfum était fort, entêtant, comme se devait l'être une fleur de qualité. Il trouva ces effluves plutôt agréables, mais ne voulant point contrarier le malade, il arqua un sourcil en plongeant son regard plein de malices dans le tien. Il écarta les bras, claqua les doigts de sa main libre et la rose n'était plus. Si vraiment elle t'entêtait tant que ça, tu pourrais sans doute encore percevoir son odeur, mais parfois dérober à la vue suffisait à mettre en veille tous les autres sens, la vision était après tout celui qui supplantait tous les autres... chez l'homme. Il secoua légèrement la tête de gauche à droite.*

Non, je ne sais pas. J'évite "d'éclater" ce visage pour le bien d'autres types d'histoires sans lendemain.

*Plaisanta-t-il. Vrai qu'il n'était pas très bagarreur, sa pratique du sport se limitait à de la course à pied deux fois par semaine et au toilettage de son chat à chaque trimestre.*

Si vous le dites, je ne suis pas très branché astronomie et autres solstices et j'ai l'impression d'avoir toujours connu Londres sous la grisaille.


*Il haussa les épaules d'un air innocent.*

Je suis toujours de bonne humeur, la morosité se conjugue mal avec la pratique de la magie. Qui aimerait voir un magicien dépressif présenter des tours de passe-passe ?


*Il inclina sa tête, une expression suintant l'évidence affichée sur sa face. Vrai que Samuel était un optimiste, il le fallait pour se contenter de cette vie où il semblait perpétuellement refuser de grandir et d'assumer les responsabilités qui accompagnaient l'âge adulte. Pour autant, plus que de la gaieté c'était son enthousiasme à dénicher une autre piste qui le portait, mais il ne lui était pas possible de te dire de but en blanc qu'il espérait que tu te sois fait hara-kiri par un sorcier maléfique... auprès duquel il pourrait supplier à genoux de devenir son disciple, aussi dangereux soit-il.*

Et cette après-midi, j'ai emmagasiné assez d'amour pour toute une vie. Mais pour être honnête, je suis... une sorte de détective moi aussi, amateur je vous rassure. J'aime bien me plonger dans des mystères et découvrir le fin mot de l'histoire, jouer les Sherlock Holmes de l'étrange à mes heures si vous préférez. Croyez-vous au paranormal Mr...

*Il attira à nouveau la plaquette jusqu'à lui pour y déchiffrer ton nom.*

Lamb ? Et pourquoi pas devenir mon Docteur Watson dans cette affaire ?

Feat Samuel & William

_________________

Il faut croire à la magie lorsque le monde ne cesse d'empirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
avatar

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Mer 29 Aoû - 10:14

SOS d'un moldu en détresse.
Le tour l’exaspéra moins qu’il ne le soulagea. Il lui semblait en percevoir encore le parfum, mais il se morigéna, estimant que son esprit lui jouait encore un de ces vilains tours. Sa migraine continuait de le tourmenter, même s’il lui semblait davantage contrôler les choses maintenant. Pour le coup, il aurait bien aimé gagner quelques bars et vivre quelques joies bagarreuses, ne serait-ce que pour oublier tout ça. Il eut d’ailleurs un petit rictus moqueur lorsqu’il imagina le propret magicien entrain de se faire tambouriner le visage. Dom Juan n’était fait que pour son public.

- C’est pas vraiment ce qui doit vous manquer. […] Vous avez raison pour Londres, mais cette grisaille-là semble bien plus épaisse que d’ordinaire. Mais ce que j’en sais … Je n’y connais absolument rien, simplement que la pleine lune peine à se faire remarquer ces derniers mois.


Il le savait pour une seule et unique raison : ses souvenirs. Sur les toits, Amélia et lui aimaient observer les étoiles, la lune ronde et éclatante. Il le faisait toujours, c’était son moment de solitude, Lara n’aimant guère perdre son temps dans cette contemplation stellaire. Et on en comprendra aisément la raison.
William aussi était généralement de bonne humeur. Il avait un caractère plutôt doux sauf quand la colère l’envahissait. Il aimait l’humour, le rire, bref ce qui faisait la joyeuseté d’une vie. Mais la vie lui avait justement fait quelques coups bas, ce qui expliquait son optimisme brouillon pour ne pas dire inexistant depuis des mois. Le blessé haussa les épaules pour toute réponse, non sans un léger sourire qu’il perdit très vite par la suite des paroles.

Ok. Ce gars-là était fou. Un magicien timbré comme on en croisait dans les rues de Londres. Sa « magie » lui était montée à la tête et maintenant, voilà que monsieur rêvait d’un autre monde, ou de choses totalement impossibles et inimaginables. Sur le coup, il était prêt à appeler de nouveau les infirmières. Sauf que se dérober maintenant n’aurait pas été très poli. Il soupçonnait des raisons douteuses, farfelues et qui l’exaspéreraient à coup sûr. Mais puisque personne ne semblait vouloir se présenter à lui et qu’en plus – surtout – tu étais rattaché indirectement à l’amour de sa vie, il ne pouvait décidément pas faire autrement. Tu étais un peu d’elle, même s’il sentait que ses poings le démangeraient bon nombre de fois. Et si enfin, c’était le seul moyen de mettre un terme à toute cette connerie, alors le choix était tout fait.

- William ça ira,
soupira-t-il sur un ton résigné. Et non je n’y crois pas, vos tours sont mon maximum. (et encore ! ) Mais faut croire que vous êtes le seul à vous intéresser à mon état. Alors ok, je signe.

Jésus Marie Joseph. Dans quoi s'embarquait-il ?

- Par quoi voulez-vous commencer ? Si déjà une infirmière pouvait passer le pas de la porte. Quel est votre plan … Sherlock ?


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   


Dernière édition par William Lamb le Lun 3 Sep - 12:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Vaughn
Moldu
avatar

Localisation : Londres
Emploi/loisirs : Magicien

MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Mer 29 Aoû - 13:20

image

SOS d'un moldu en détresse.

... et mon intérêt pour la météo se limite à savoir si je donnerai mes spectacles sur ou sous la terre.

*Tout en ayant une large préférence pour le dessus de la terre, les couloirs des stations de métros étaient si étroits et les gens si pressés de quitter la fourmilière qu'il n'y rencontrait jamais un grand succès. L'homme n'était pas fait pour évoluer dans des souterrains, ils avaient toujours, sans qu'on s'en rende compte, des relents de morts. Même par un froid mordant, son public répondait au rendez-vous dans la rue, c'est ce qui faisait de l'automne la pire période de l'année pour parvenir à payer son loyer et régler ses dettes. Mais bientôt, il ferait un pacte avec le diable qui le mettrait à l'abri de toutes ces questions matérielles. C'est ce qu'il espérait en tout cas.

Il hocha la tête pour marquer son assentiment. Un sceptique, parfait ! Peut-être alors verrait-il ce que tu refuserais de remarquer, lui permettant de te coiffer au poteau pour atteindre son objectif. Samuel était un gentil garçon, quoique narcissique, refusant avec entêtement de quitter sa bulle pour qui que ce soit, mais dans cette quête, son désir était si ardent qu'il pensait qu'il pourrait faire preuve de tout l’égoïsme du monde, à tort ou à raison.*

Je comprends. Pour être tout à fait franc, moi-même je le cherche sans le trouver et même si la chasse est vaine, ça fait de bonnes histoires à raconter pour le peu qu'on lui mette les formes.


*Il se leva alors et écarta sa chaise pour la replacer contre le mur en attente de son prochain visiteur. Une fois debout, il tira d'une poche intérieure sa carte de magicien professionnel, non pour t'émoustiller avec la liste de ses nombreux talents, mais pour le numéro de téléphone qui était inscrit dessus. Un simple numéro, pas d'adresse.*

Pour aujourd'hui, je crois que nous ne ferons rien de plus, pas ici et pas dans votre état. Mais lorsque vous vous sentirez mieux et serez assez d'attaque pour vous échapper d'ici, si vous le souhaitez toujours vous pourrez m'appeler pour nous rendre sur les lieux de vos derniers souvenirs. Peut-être que des bribes vous reviendrons. Qu'en pensez-vous, William ?

Feat Samuel & William

_________________

Il faut croire à la magie lorsque le monde ne cesse d'empirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Lamb
Moldu
avatar

Localisation : Baker Street
Emploi/loisirs : Fabricant de jouets en bois

MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   Lun 3 Sep - 13:19

SOS d'un moldu en détresse.
Il prit la carte. Non sans refouler une certaine grimace. Sceptique était un mot tellement faible en comparaison de ce qu’il pensait. Mais si le magicien l’exaspérait, il comprenait pourquoi tant de femmes succombaient à son charme. Un sourire rayonnant, des yeux pétillants de malice, de l’aventure au gré d’un chapeau, un sempiternel mystère : une recette probablement parfaite. Dans tout ce bric-à-brac peut-être se laisserait-il finalement emporter, pour récupérer quelques graines de joie. Cette pensée le laissa dubitatif, mais dans le fond, le moldu n’était pas aussi taciturne que ce que son apparence suggérait. Il avait besoin de changer d’air, d'autant que l’énergumène sous ses yeux différait de son quotidien. Qu’avait-il à perdre ? Pas grand-chose.

- Les lieux du crime, hein ?

Il eut un soupir un tantinet sarcastique.

- Très bien, considérez que vous et moi avons rendez-vous pour une prochaine balade au clair de lune. J’espère que vos aventures ne m’en tiendront pas rigueur, je ne voudrais les priver de votre charmante compagnie.

Un trait d’humour. Rare mais bien vrai. L’équivalent d’un remerciement silencieux.

- Un conseil, n’enfilez pas votre plus beau costume. Si j’en crois les séries policières, le criminel revient toujours sur le lieu de son crime, et je vous vois mal exercer votre art en haillons.

William arqua un léger sourcil, tandis qu’un soudain remue-ménage avait lieu dans le couloir. Ses sourcils se froncèrent d’impatience pendant qu’il tendait l’oreille. De toute évidence, le mystère de ses blessures devrait encore attendre. Alors finalement il tendit sa main pour congédier le magicien et conclure leur nouveau partenariat.

- Samuel le Magicien, je vous souhaite un bon spectacle et vous tiens prochainement au courant de notre affaire commune.

Une fois le magicien évaporé, William tourna la carte dans tous les sens, s’attendant presque à y voir un truc pas normal. Mais rien ne se produisit. Alors il se recoucha, faute de ne pouvoir faire mieux, puisque personne ne viendrait à son chevet avant au moment. Tout compte fait, la visite du potentiel imposteur avait été un divertissement pas si mal pour ne pas dire … bienvenu.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité...

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Samuel] SOS d'un moldu en détresse.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Samuel] SOS d'un moldu en détresse.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Construction d'une Haiti Nouvelle: GRAHN MONDE Samuel Pierre Editeur
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Jeune Maîtresse du Savoir cherche .....
» Loria [Grande Prêtresse]
» 2 petits vieux en détresse-sauvés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Snare :: Londres :: Etablissements, rues et banlieues londoniennes :: Londres moldu-
Sauter vers: